Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ctions de l'urethre ou du col de la veffie, qui s'opposeront à la liberté des urines, & qui en retiendront une partie; enfin les mucofitez viendront des mauvaises impreffions faites par la malignité des humeurs qui feront les fuites d'une conftitution foible & alterée, ou d'une fonte generale de la maffe du fang; mais ce qui eft plus remarquable, c'est que lorfque la veffie ou les reins fourniffent ces mucofités, & qu'ils font chargés de pierres, on verra qu'il fe fera paffé des années toutes entieres pendant lefquelles ces pierres fe feront fait fentir par la douleur, & que ces matieres gluantes n'auront paru & n'auront eu leur cours que depuis peu de

tems.

Ces mucilages fuivent le vice des urines qui précipitent ces matieres après qu'elles fe font repo

fées & refroidies; mais de quelque maniere que ce corps douloureux s'engendre, ( je veux dire le calcul) je fuis perfuadé que les urines feules en font la matiere, & que leur diffolution en est la cause.

Qu'on reçoive des urines dans un pot de fayance qui foit neuf, jufqu'à la quantité d'une ou de deux pintes, qu'elles viennent d'une perfonne jeune & vigoureuse bien conftituée, & éloignée de la difpofition naturelle que nous avons tous à la pierre & à la gravelle; qu'elles foient paffées, une, deux, & trois fois au travers d'un drap bien ferré, qu'on marque de plus avec un peu d'encre la hauteur où elles fe trouveront dans le pot, qu'on les y laiffe repofer l'espace de quelques jours fans les remuer, on verra.

1. Qu'à mesure que cette uri

ne s'infectera, elle diminuëra de fa quantité.

2°. Qu'elle enduira le pot d'une croufte graveleufe.

3°. Que fi on l'y laiffe un tems fuffifant, la plus grande partie, pour ne pas dire le tout, ne fera plus qu'un morceau de mortier deffeché.

Or ce qui fe fait des urines des uns dans le verre, fe fait de celles des autres, foit dans le bassinet des reins, foit dans la capacité de la veffie; cette generation dépend de l'état où fe trouve le fujet.

Obfervations curieuses fur
ce fait.

F

EUE Madame . . veuve de Monfieur. ... Préfident à Mortier au Parlement de Rouen ayant perdu fes ordinaires avant

le tems, fe trouva très-incommodée quelques années après; lorfqu'elle urinoit, fes eaux charioient beaucoup de fables & de graviers qui ne la menaçoient pas moins que d'une pierre très-prochaine. Il y avoit déja deux ans qu'on la traitoit pour lui faire éviter un fi facheux accident, lorfque je me trouvai à Rouen où j'étois venu pour tirer la pierre à une malade de qualité.

Cette Dame fe fervant de l'occafion, me fit confulter fur fon mal, avec trois Medecins de la Ville, qui avoient le plus le réputation; ils fe perfuaderent comme moi fur le récit que je leur fis de l'état auquel j'avois trouvé la veffie & la matrice, du mauvais état de la malade. La matrice étoit fchirreufe & d'un volume extraordinaire; elle comprimoit la veffie fi fortement tant

par fon poids que par fon allongement, qu'elle l'empêchoit de fe décharger de ce qu'il y avoit de plus groffier dans les urines. Elle étoit donc menacée d'une ruine prochaine, en forte qu'il ne falloit pas chercher d'autre cause de fes grandes douleurs & de l'amas des matieres graveleufes qui augmentoient de jour à autre; on concevoit donc qu'en cet état cette Dame ne pouvoit plus réfifter que très-peu de tems. Elle mourut au bout de fix femaines, & à l'ouverture de fon corps, un de ses uretéres fe trouva fi étranglé dans fa partie baffe, à l'endroit où fe fait fon infertion entre les deux membranes de la veffie, que les urines qui depuis plufieurs mois s'y étoient engagées fans pouvoir en fortir, étoient toutes converties en pierres & en fablons qui avoient dilaté ce canal, & lui

« AnteriorContinuar »