Imágenes de páginas
PDF
EPUB

E T

POUR L' INTELLIGENCE
DES AUTEURS CLASSIQUES,
GRECS

LATINS,
TANT SACRÉS QUE PROFANES,

CO N T E N A N T
LA GÉOGRAPHIE, L'HISTOIRE, LA FABLE,
ET LES ANTIQUITÉS.

DÉDIÉ
A M ON SE I GN E U R
LE DUC DE CHOISEUL,

Par M. SABBATHIER , Professeur au College de Châlons-sur-Marne,

& Secrétaire perpétuel de l Académie de la même Ville.

TOME DIXIE M E.

A P A R 1 s,.
Chez DELALAIN, Libraire , rue de la Comédie Françoise.

M. DCC. LXX I.
Avec Approbation & Privilege du Roi.

AUTRES OUVRAGES

DU ME AUTEUR,

Qui se troutent chez le même Libraire. 1. Essai Historique-Critique sur l'Origine de la Puissance temporelle des Papes ; Ouvrage qui a remporté le Prix de l'Académie Royale de Prusse. Nouvelle édition. Broché 1.liv.10.5.

2.° Le Manuel des Enfans, ou les Maximes des Vies des Hommes Illustres de Plutarque. 1. Vol. in-12. Relié 2. liv. 10.8.

3.° Recueil de Dinertations sur divers sujets de l'Histoire de France. 1, Volin-li.

4. Les Meurs, Coûtumes & Usages des anciens Peuples, pour servir à l'Éducation de la Jeunesse. 3. Vol. in-12. & I, Vol. in-4.4

5. Sous presse, les Exercices da Corps chez les Anciens , aulli pour servir à l'Éducation de la Jeunesse. 2. Vol. in-12. & 2. Vol. in-8.

[ocr errors]

DICTIONNAIRE

POUR L'INTELLIGENCE DES AUTEURS CLASSIQUES,

GRECS ET LATINS, TANT SACRÉS QUE PROFANES,

CONTENANT LA GÉOGRAPHIE, L'HISTOIRE, LA FABLE

ET LES ANTIQUITÉS.

[ocr errors]

CE

CE É DIMOTH,(a) d'une manière particulière dans Cedimoth, Baxs tuwt, une circonstance. Affiegé par les ville de Palestine troupes innombrables des Gere dans la tribu de Ru- mains , il se fic jour lui & les

ben. C'étoit la même siens, l'épée à la main , au traque Cadémoth, à l'orient du tor- vers des ennemis, & rent d'Arnon. C'est une des fta- l'armée Romaine. tions des Hébreux dans le désert. CEDMA, Cedma , Kedud, Elle fut donnée aux enfans de (c) l'un des fils d’límaël. li eit Mérari, de la race de Lévi, pour pommé le dernier dans l'Écriture. leur demeure.

Il eut la demeure, comme les freCÉDITIUS [L.], L. Cædi- res, à l'orient des montagnes de tius , (b) préfet du camp dans Galaad. Peut-être que la ville de l'armée de Germanie, se distingua Cédimoth appartint d'abord aux

regagna ainsi

(a) Deut. c. 2. v. 36. Jofu. C. 13.".1 Genel. c. 15. v. 19.6. 25. V. 15.

(6) Vell, l'aterc. L. II. c. 120.

18. Paral. L. I. c. 6. V. 796

Tom. X.

A

[ocr errors][merged small]

descendans de Cedma ; mais, on célebre dans l'Écriture Sainte. L'on ne peut point le regarder comme en voit encore sur le Liban, mais pere des Cadmonéens ou Cedmo. en assez petit nombre , au-dessus néens, dont il est parlé dans la & à l'orient de Biblos & de TriGénese. Car, ceux-ci sont d'an- poii; on n'en voit point ailleurs ciens peuples de Chanaan, qui dans ces montagnes. Mais, il y étoient déjà puissans du tems d'A- a apparence qu'autrefois il y en braham, ayeul de Cedma. avoit beaucoup plus, puisqu'on en

CEDMIHEL , Cedmihel, (a) employoit à tant de grands ouKad man'a, fils d'Odovia. Ses en- vrages. Ces arbres sont d'une fans, qui étoient du nombre des grandeur & d'une grosseur prodiLévites, revinrent avec lui de la gieuses. Entre ceux que l'on voit captivité de Babylone. Il est nom. aujourd'hui sur le Liban, on dit mé ailleurs Cedmiel.

qu'il y en a qui ont depuis trenteCEDMONÉENS, Cedmonæi, cinq jusqu'à quarante pieds de (6) autrement Cadmonéens, c'est- grosseur. Le Cedre jette ses branà-dire, Orientaux. Ces peuples ches à dix ou douze pieds de faisoient partie des anciens habi- terre; Elles sont grandes , & tans de la Terre promise, deicen- éloignées les unes des autres. Les dus de Chanaan, fils de Cham. feuilles sont assez semblables à Leur demeure étoit au de-là du celles du romarin. Le Cedre est Jourdain , & à l'orient de la Phé- toujours verd , & distille une efnicie, aux environs du mont Liban. pèce de gomme, à qui l'on attriOn croit que le fameux Cad- bue différens effets. Son bois eft

fondateur de Thebes en incorruptible , beau, solide, tirant Béorie , étoit Cadmonéen d'origi- sur le brun. Il porte une perite ne, & qu'Hermione , fa femme, pomme semblable à celle du pin, prenoit son nom de la monta- si ce n'est que l'écorce en est plus gne d'Hermon. Les Cadmonéens délicate , plus unie & moins ouétoient Hévéens; & le nom d'Hé- verte. véens est dérivé d'une racine, qui Le Cedre aime les lieux froids signifie un serpent. Les Mytholo- & les montagnes. Si on lui taille

que Cadmus avoit fe- la cime, il meurt. Les branches, mé des dents de serpens, & qu'il qu'il poufle d'espace en espace , en naquit des hommes belliqueux, & par certains intervalles, en parce qu'il établit à Thebes les diminuant toujours jusqu'en haut, Hévéens , ou les Cadmonéens, forment comme une espèce de qui furent peres d'une nation vail- rouë, & s'élevent en forme de lante & guerrière.

pyramide. Bruyn, dans son voyaCEDRE, Cedrus , (c) arbre ge de la Terre fainte , dit que les (a) Esdr. L. I. C. 3. V. 40. L. II. c.

mus

gues disent

9.16. Reg. L. III. c. 6. v. 36. c. 7. v. 2 , 12.

Eldr, L. I. c. 6. v. 4. Zachar. c. 11. v. 1. (6) Genes. c. 15. v. 19.

Plin. T. II. p. 35, 37. Joieph. de Antiq. (c) Levit. C. 14. V, 4. Nume. c. 19. v. Judaïc. p. 255. seq.

1

V. 4.

les plus gros ,

feuilles du Cedre montent en plafond aux appartemens. On le haut, & que le fruit pend en bas; mettoit aussi dans le

corps

des que ce fruit est difficile à détacher murailles , & on l’arrangeoit avec de la queue ; qu'il contient une la pierre, ensorte qu'il y avoit, graine semblable à celle du cy- par exemple, trois rangs de pierprès, & jette une raisine épaisle, re & un rang de bois de Cedre. transparente , & d'une odeur for- Quelquefois, ce bois étoit pole te, qui n'est point coulante, mais d'un parement de mur à l'autre, qui tombe goutte à goutte. Cet alternativement avec des rangées Auteur ajoûre qu'ayant eu la cu- de pierres , qui alloient auffi d'un riorité de mesurer deux Cedres du parement à l'autre , & qui faiLiban , de ceux qui lui parurent

loient à chaque parement, comme il trouva que

l'un un échiquier. avoit cinquante-sept paumes de

CÉDRÉENS, Cedrei , peuples tour, & l'autre quarante-sept.

d'Arabie. Voyez César. Le Liban n'est pas le seul en

CÉDRÉES, Cedrea, Kod pérola droit, où il croisie des Cedres; (a) ville de l'Asie mineure, dans il en croît aufli en quelques en

la Carie. Il en est fait mention droits de l'Afrique , & dans l'isle dans Xenophon. Cet Auteur dit de Crere. On se servoit de Ce- que cette ville étant alliée du peudres

pour faire des starues, qu'on ple Athénien, Lysandre de Lavouloit qui fuflent d'une longue cédémone vint l'attaquer ; & que durée. Le temple de Jérusalem & ce Général, s'en étant rendu le palais du roi Salomon avoient maître , la livra au pillage. Xéété construits de Cedres. L'on y nophon observe que ceux qui en avoit employé une fi grande habicoient alors la ville de Céquantité , que le temple en est drées, étoient demi Barbares. quelquefois appellé Liban, & que CEDRES , terme , qui, à la le palais de Salomon est nommé lettre , signifie une forte d'arbre, la maison du bois du Liban. Le mais qui est devenu un nom Géotoit du temple de Diane d’Éphe- graphique en quelques occasions. se éroit aussi de Cedre , selon Pli. C'est ainsi que les Voyageurs , ne. Josephe dit que

Salomon dans leurs relations , disent les planta des Cedres dans la Judée Cedres, pour marquer l'endroit en fi grande quantité, qu'on y en du mont Liban , où il croît envit autant que de sycomores ,

core des Cedres. Théopbraite qui sont des arbres très-communs nomme Cédria , Ked pia dans ce païs-là.

montagne de l'ille de Crete dans L'on se servoit encore du bois le voisinage du mont Ida. Diosde Cedre pour des poutres &

coride parle d'un lieu, qu'il appour des ais , dont on couvroit pelle le lieu des Cedres. les édifices , & qui fervoient de

CÉDRON , Cedron, Kispev,

une

Ca) Xenoph. pag. 455•

1

« AnteriorContinuar »