Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Après J. C.

de Mahmoud fut porté jusques dans le Royaume de GuMahmoud. zarat. Le Prince qui y regnoit étoit le plus puissant de

toutes les Indes , il portoit le titre de Balhara & de Roi de ceux qui ont les oreilles percées. Tous les autres Rois de l'Inde , quoique maîtres dans leurs Etats, le reconnoifsoient pour leur Empereur & recevoient ses ambassadeurs avec beaucoup de respect. Il possedoit une grande quantité de chevaux & d'éléphans, la domination s'étendoit depuis le bord de la mer où sont Guzarat & Concan jusques bien avant dans les terres , la ville dans laquelle il faisoit sa résidence étoit appellé Nehelvara ; on foupçonne que ce Prince est le même que le Samorin , qui depuis établit sa Cour à Calecut. Ce Roi des Rois de l'Inde fit demander la paix aư Sulthan Mahmoud , & l'obtint à condition qu'il donneroit cinquante (lephans & un tri

but considérable en argent. Cette paix ne contribua pas peu Dherbelot. à faire fleurir le commerce de l'Inde , & les Caravannes des

Mahometans s'y rendirent depuis ce tems-là avec plus de sureté qu'auparavant.

Au nord-ouest de Ghazna il y avoit un petit pays nomL'an 1010. mé Ghour , c'est-à-dire plaine ou lieu profond , il n'est sépa

ré de l'Inde que par celui de Raver ; des Princes descendus des anciens Rois de Perse s'y étoient retirés & y vivoient apparemment dans l'indépendance, le Sulthan qui possedoit tout ce qui est entre la mer Caspienne jusqu'au Ganges ne put voir si près de lui un pays dont il n'étoit pas le maître. Il attaqua (a) Mohammed fils de Souri qui s'y maintenoit depuis long-tems. C'est de lui que descendent les Ghourides, qui dans la suite détruisirent les Ghaznevides. Mohammed devenu prisonnier du 'Sulthan s'empoisonna par

le

moyen d'un anneau qu'il tenoit caché &
se délivra ainsi de la captivité. De-là Mahmoud s'enfonça
du côté de l'occident , pénétra jusques dans le Kurdgiftan
& le rendit maître du pays des Schar. .
Cette Nation

que
l'on connoît

peu

fubfiste encore sous le nom de Tschar dans le voisinage de Karduel province de

(a) L'an 401 de l'Hegire.

.

que

Aboulma

Géorgie entre de hautes montagnes & des rochers escarpés qui confinent au nord à la province des Taulintzi. Ce Après J. C. terrein eft rempli de villages qui sont dispersés dans les plaines & dans les montagnes , & les Tschars qui les habitent vivent en partie des revenus de leurs terres & de leurs bestiaux , en partie des brigandages qu'ils exercent chez leurs voisins. Ils sont hardis, entreprenans , aiment l'indépendance, ne payent tribut à personne, parce que personne ne peut les y forcer. Il y a beaucoup d'apparen

Mahmoud se contenta de faire chez eux une incurlion & qu'ils resterent toujours libres, à l'abri de leurs montagnes. Il n'y avoit rien à gagner dans un pays aussi ingrat & avec des peuples d'un caracière aussi féroce. Lors- L'an 1012: que Mahmoud fut de retour dans ses Etats , il reçut (a) de la hasen. part d'Hakem Khalif d'Egypte des lettres par lesquels ce Prince vouloit l'engager à le reconnoître pour le véritable Pontife des Musulmans. Mahmoud les reçut avec les L'an io13. marques du plus grand mépris , & les envoya à Cader Khalif de Bagdad. Il porta ensuite (b) la guerre chez les Turcs & remporta une grande victoire sur leur Khan appellé Thogan & sur ses alliés , parmi lesquels on rapporte qu'il y avoit des Chinois. Mahmoud retourna ensuite aux Indes où il se rendit maitre de la ville & du royaume de Marvin (c) Khọndemir rapporte à l'occasion de cette ex- L'an 1015. pédition que Mahmoud fut informé que dans une provin- Aboulfedha ce voisine on trouvoit des élephans qui faisoient des genuflexions, ce qui leur a fait donner par les Mahométans le nom d'éléphans Musulmans. Mahmoud entreprit la conquête de ce pays, en tira des richesses immenses & emmena un grand nombre d'éléphans. L'année suivante l'an 1015. (d) il quitta Ghazna & revint aux Indes ; mais il ne fut pas aulli heureux. Une partie de son armée surprise par des eaux qui s'étoient écoulées de la mer fut entiérement Dherbelot. submergée , & il s'en revint dans la capitale de ses Etats. Aboulma

hafen. Il marcha alors vers le Kharisme. La revolte de Mamoun son gendre l'attira (ej dans ces quartiers. Mamoun qui pre(L'an 49% de l'Hegire.

(d) L'an 406 de l'Hegire. (b) l'an 404 de l'Hegire.

() L'an 407 de l'Hegire. (c) L'an 40; de l'Hegire,

Dherbelot.

L'an 1056.

porter la

noit le titre de Khaouaresm-schah étoit gouverneur de Apes J. c. Mahmoud. cette Province , Begal teghin & quelques mécontens l'a

voient engagé de refuser l'hommage au Sulthan. Ce Prince arrivé dans le Kharisme fit rentrer les rebelles dans le devoir & donna le gouvernement du Kharisme à Altoun

tasch. Aboulfedha

L'Inde est un pays si étendu qu'il se présentoir tous les ans à Mahmoud de nouvelles occasions de signaler son courage dans cette contrée. D'ailleurs il s'en faisoit un devoir de Religion. Son but étoit d'y faire connoître de plus en plus la Religion Musulmane. Il traversa toute la grande Province de Moultan , pénétra jusqu'au Ganges & prit la ville de Canoudge située au nord de Benarès, il prit encore une autre ville appellée Casam & le pays d'Ouganam. De retour à Ghazna il songea à

guerre
dans la

partie septentrionale de l'Inde. Il parvint jusqu'au pays de L'an 1617. Kisradge(a),éloigné de Ghazna de trois mois de chemin il

conquit ce pays, en enleva toutes les richesses & en tira Aboulfedhal

un sigrand nombre d'esclaves qu'on les donnoit au plus bas prix à ceux qui se présentoient.

L'histoire ne nous apprend rien de ce que fit ce grand Conquerant pendant quelques années. Il porta ensuite (6) la

guerre dans l'Inde & fit part au Khalif d'une partie du

butin qu'il y avoit fait : quelque (c) tems après il fongea à Aboulma entreprendre une autre expédition dans ce pays & il en in

ftruisit le Khalif. Il étoit fort attaché à ce Prince & ne pouvoit souffrir les Khalifs Phatimites qui regnoient en Egypte. Ceux-ci s'efforçoient de gagner son amitié & de se faire reconnoître comme Souverains Pontifes des Mu

sulmans. C'est dans ce dessein qu'ils envoyerent (d) à un L'an 1024. Officier nommé Ghaznak, gouverneur du Khorasan qui ac

compagnoit la caravanne de la Meque, pour Mahmoud une robe d'honneur. Ghaznak la reçut & ne voulut point passer par Bagdad dans la crainte que le Khalif Cader ne lui en refusât l'entrée ; mais Mahmoud qui avoit déja reçu

Dherbelot.

L'an 1 19.

bafen, L'an 1021.

() L'an 40' de l'Hegire. (bl'an 410 de l'edigire.

(c) L'an 412 de l'Hegire.
(d) L'an 41s de l'Hegire.

L'an 1025

les plaintes de ce Khalif obligea Ghaznak de se présenter avec la robe devant Cader qui la déchira de ses propres Mahmoud.

Après J. C. mains.

Pendant ce tems là Mahmoud se préparoît à marcher contre les Indiens, il fondit dans le Royaume de Guzarat

Aboulfedha (a) & fe rendit maître de la ville appellée Sanem-soumenat Dberbelos. située près la pointe de Jaquete , il trouva dans cette ville une grande idole nommée Soumenat qui étoit d'une seule pierre & qui avoit cinquante coudées de hauteur ; mais on n'en appercevoit que trois, le reste étoit caché dans la terre. Elle étoit dans un temple qui avoit 56 colonnes que l'on disoit être d'or massif & toutes chargées de rubis & de pierres précieuses. C'étoit la plus grande idole de l'Inde : tous les Peuples y venoient en pélérinage; on lui avoit consacré une vaste étendue de campagnes. Mahmoud enleva toutes ces richesses, brisa l'idole & fit égorger plus de cinquante mille de ces Idolâtres. On prétend qu'outre le butin que firent ses soldats il eut pour lui plus de vingt millions de pièces d'or. Mais ces richesses ne sont rien en comparaison de celles qu'il prit après avoir forcé la ville de Baarca que l'on regardoit comme une place imprenable. Il y avoit soixante & dix millions en monnoye d'or, soixante & dix mille marcs en vaisselle d'or & d'argent, des étoffes, des perles & des pierres précieuses sans nombre,& entre autres choses une chambre de trente coudées de long sur cing de large dont les murailles & les planchers étoient d'argent. Mahmoud chargé de toutes ces dépouilles de l'Inde , Aboulma

hafen. fut le plus puissant & le plus riche Frince qu'il y ait eu parmi les Mahometans. Il établit dans le pays de Sanem Soumenat un Roi de la race de Dabschelim. C'est une ancienne famille qui a regné longtems dans l'Inde , mais que nous ne connoissons pas assez pour en parler ici. De retour à Ghazna , il fit de riches préfens aux Mosquées , & informa (6) le Khalif de toutes ces grandes conquêtes.

Jusqu'à présent nous avons vû ce Prince porter la guerre dans le nord contre les Turcs ou contre les Idolátres de (a) L'an 416 de I. Hegire

(6) L'an 418 de l'Hegire.

L'an 1027

l'Inde , nous ne lisons pas dans l'Histoire qu il ait attaqué les Apids JCBouides , Princes dont la puissance redoutable avoit anervi Dherbelos les Khalits jusques dans Bagdad même. Ces Bouides ć

toient divilés en plusieurs branches c'est avec celle qui regnuit dans l’Eraque Perlique que Mahmoud eut des démelés. Phakhreddoulet en mourant avoit laillé les Etats à fon fils Roltan , surnommé Madgd-eddoulet ágé de treize ans. La Reine Seidat, Princesse douée des plus grandes qualités, prit soin du gouvernement de l'Empire, & de la tutelie de Ion fils. Elle mit tous ses soins à conserver une parfaite intelligence avec Mahmoud, dont elle n'ignoroit pas les vûes ambitieuses.

Madgd-eddoulet devenu plus âgé, voulut gouverner par lui-même, il donna la charge de grand Visir à Abou-aly, fils de Sina que nous connoissons fous le nom d Avicene, &dépouilla sa mere de toute l'autorité. Cette Princesse fut obligée de se refugier dans un château du Laristan. Celui qui y commandoit lui offrit ses services & la mit en état de paroître à la tête d'une armée avec laquelle elle vint altaquer son fils près de Rey.Madgd-eddoulet & son Visir Avicene furent faits prisonniers. Seïdat reprit les rênes du

& ne se distingua pas moins par la justice & par sa sagesse dans sa prospérité, que par la constance & le courage qu'elle avoit fait paroître dans son adversité. Elle se fit aimer & relpecter de tous ses sujets. Derriere un rideau elle présidoit à tous les Conseils,mais elle donnoit audience aux Ambassadeurs à visage découvert. Ele pardona na bien-tôt à son fils, le remit sur le thrône , se contentant de l’allister de ses conseils & de le guider dans un art aulli difficile que celui de regner. Le Sulthan Mahmoud ne manquoit pas d'envie de se rendre maître de ses Etats , ou au moins d'y être reconnu comme Sulthan , c'est-à-dire d'y faire battre monnoye à son coin, & de faire prononcer son nom dans les prieres publiques , ou au moins qu'on lui : payât un tribut. Il avoit envoyé des Ambassadeurs à la

Cour de Seïdat pour exiger une de ces choses. La Priiacesse fit cette réponse à Mahmoud. » Pendant la vie du feu » Roi mon époux , j'ai toujours appréhendé votre puissance,

je

« AnteriorContinuar »