Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Après J. C. Khofroufchah.

il fut battu à Agra, enfuite il remporta une grande victoire fur les Indiens. Ce Prince qui mourut fans enfants, s'étoit attaché à élever un grand nombre d'efclaves Turcs qui lui fuccéderent, & formerent une nouvelle domination dans l'Inde. Les trois principaux font, Tadgeildiz qui regna à Ghazna, Nafereddin dans la province de Moultan, Aboulfedha & Cothbeddin-ibek à Dehli. Celui-ci fit la conquête des Indes en entier jufqu'aux frontieres de la Chine. Il eut une longue poftérité qui fut dépouillée des vaftes Etats qu'elle poffédoit par Tamerlan. J'ai rapporté dans les tables la lifte de ces Princes; c'eft à quoi fe bornent toutes nos connoiffances, & on ne trouve point de monumens capables de former l'hiftoire de cette nouvelle efpéce d'efclaves Turcs devenus Souverains,

[graphic][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]

HISTOIRE

GÉNÉRALE

DES HUNS.

LIVRE DIXIÉM E. LES SELJOUCIDES DE PERSE.

ES Turcs qui jufqu'alors s'étoient établis dans l'Empire des Khalifs n'étoient que de fimples efclaves tirés du Turkeftan & conduits à Bagdad où ils étoient parvenus aux premieres dignités : ils ne formoient point alors un corps de Nation comme ceux dont je vais faire connoître l'hiftoire. Les Seljoucides qui renverferent les puiffantes Dynafies des Bouides & des Ghaznevides, qui firent du Pontife des Mufulmans leur efclave & qui foumirent une grande partie de l'Afie depuis Kaschgar & l'Indus jufqu'au Bosphore, fortirent en corps du Turkeftan & compoferent une Colonie confidérable quife repandit dans l'Afie occidentale où elle Tome II.

A a

Après J. C.

Aboulfedha

conferva au milieu de la Perfe & de l'Afie mineure les mœurs groffiéres qu'elle avoit dans les plaines de l'Irtisch & au nord du Sihon. Ces Turcs maîtres des plus belles villes de l'Afie, les laiffoient aux anciens habitans & vivoient fous des tentes, dans les campagnes voisines avec leurs troupeaux, fe retirant pendant l'été dans les pays plus feptentrionaux, & pendant l'hyver revenant dans ceux du midi.

,

Depuis que les Turcs & les Hoei-ke avoient été chaffés de la haute Afie par les Chinois & par les Tartares Khitans, une grande partie s'étoit cantonnée dans les Provinces de la Tranfoxiane. Les Seljoucides (a) en particulier, que je crois pouvoir regarder comme une Colonie des Hoei-ke, vivoient paisiblement aux environs du territoire de Bokhara, dans un lieu appellé Nour-bokhara, quand le fameux Sulthan Mahmoud, fondateur de la Dynaftie des Ghaznevides, se rendit dans cette ville avec fes armées pour donner du fecours au Khan des Turcs nommé Cadar - khan. Les belles qualités qu'il découvrit dans Mikhail l'engagerent à prendre à fon fervice ce chef des Turcs & à le forcer même de paffer le Gihon pour venir demeurer dans le Khorafan.

Mikhail étoit fils de Seldgiouk qui a donné fon nom à cette Khondemir. bande des Turcs (b). Decac pere de Seldgiouk, un des plus Benfchou- braves Capitaines des Turcs, fut furnommé à cause de sa force extraordinaire & de fon grand courage Tazialic, c'està-dire un arc fort & dur à manier. Son fils Šeldgiouk (c) qui étoit encore jeune lorsque Decac mourut fut accueilli par

[ocr errors]

(a) Mirkhond dit que les Seljoucides defcendent d'Alancava par Bouskin-faleghi; ils feroient par conféquent de la famille de Genghizkhan. Suivant le Nighiariftan ils font des Turkomans qui habitoient dans un endroit nommé Belgian ou Bilkhan: fuivant Khondemir ils demeuroient dans le Captchac au nord de la mer Cafpienne.

(b) Zonare les nomme Turcs Hongres & Cedrene Huns.

(e) Guillaume de Tyr rapporte qu'après que ces Peuples eurent connu toutes leurs forces, ils jugerent qu'il ne leur

manquoit qu'un Roi, qu'en conféquence ils choifirent cent chefs des plus illuftres familles, ordonnant à chacun d'apporter une fléche fur laquelle étoit leur nom.Enfuite on en fit un faifceau, un enfant en tira une au hazard qui fe trouva être celle de Seldgiouk: alors il fut élù chef de la Nation. Suivant Bondari & le Leb-tarikh Seldigiouc defcendoit en ligne droite d'Afrafiab Roi du Turkeftan qui fit longtems la guerre aux Rois de Perfe de la premiere Dynaftie qu'on nomme des Pifchdadiens, mais ce font des fables qui ne méritent point que le lecteur s'y amufe.

Bigou-khan qui l'éleva & lui donna le titre de Bassaschi ou de Capitaine. Seldgiouk parvint aux grandes dignités de Après J. C. l'Empire Turc & jouir d'un grand credit auprès du Khan. Si nous devons ajouter foi au recit de Khondemir, ce Capitaine manqua de respect envers fon Prince & ofa pénétrer jufques dans fon ferail, action qui méritoit un châtiment; mais quelle que foit la raifon qui obligea Seldgiouk (a) à quitter la Cour du Khan, il eft certain qu'il y eut entre eux des divifions qui le forcerent de fe retirer avec fes fujets dans les contrées de Jond au-delà de Bokhara où il s'établit. Il fit des courfes fur les terres de fes voifins & fe rendit redoutable. Il mourut à Jond âgé de 107 ans, laissant trois enfans Mikhaïl, Arslan (b) & Moufa (c).

C'est ce Mikhail qui refufant de fe rendre dans le Khorafan fut emmené de force avec fes autres freres par le Sulthan Mahmoud, malgré les représentations d'Arflan-el-hadgeb. Ce Miniftre croyoit que l'on devoit fe défier de l'efprit inquiet & remuant des Turcs, & que c'étoit expofer l'Etat à une perte certaine que de les y introduire. Le Sultan Mahmoud ne reconnut fa faute que lorfqu'elle fut fans reméde, & mourut perfuadé que ces Turcs feroient un jour les plus grands ennemis de fa famille. Ils étoient devenus puiffans dans la contrée de Zendecan près de Merou où on les avoit placés, & de-là ils faifoient des incurfions fur

(a) Haiton nomme Seld giouc, Sadoc. (b) Le Lebtarikh le nomme Israïl. Dherbelot rapporte au fujet de ce Prince, que Mahmoud avoit envoyé autrefois demander aux Turcs une perfonne de confiance avec qui il pût traiter, & qu'ils lui avoient envoyé Arflan ou Ifrail le Sulthan voulut avoir de lui combien il pourroit tirer du Turkeftan de foldats en cas qu'il en eût befoin. Arflan qui tenoit alors un arc & deux fléches dans les mains lui répondit, fi vous envoyez une des fléches que je tiens dans notre camp, on fera partir auffi-tôt cinquante mille chevaux pour votre fervice. Mahmoud voulant fçavoir s'il pouvoit en efperer un plus grand nombre, reçut pour réponse qu'à la vue de la feconde féche on cn

verroit encore cinquante mille hommes.
Mahmoud infifta de nouveau & Arflan
lui dit que dans un plus grand befoin en
envoyant fon arc deux cens mille Turcs
viendroientà fon fecours. Cette réponse et-
fraya le Sulthan, qui dans la crainte qu'-
Arlan ne fit venir de fi nombreuses ar-
mées le fit arrêter & conduire dans un
château.

c) Dherbelot d'après le Lebtarikh &
Khondemir, auteurs affez modernes lui
donne quatre enfants, les trois que je
viens de nommer d'après Aboulfedha,
Benfchounah & un quatrième qu'il ap-
pelle Younous ou Bigou. Il y a beau
coup d'apparence que ce dernier cft fils
de Mikhail.

les terres des Turcs infidéles. Une partie de ces SeljouciAprès J. C. des conduits des conduits par Arflan pénétrerent jufqu'à Ispahan & dans l'Adherbidgiane où ils ravagerent la ville de Maraga & maffacrerent les habitans (a). Une autre troupe alla jufqu'à Rei & une troifiéme jufqu'à Hamadan; ils s'emparerent auffi de Mouffoul. Ils firent la guerre à Alaed- doulet fils de Cakouiah Prince de la Dynaftie des Bouides. Mais cette grande irruption n'eut pas d'autre fuite que de répanAboulfedha. dre la terreur dans tous ces pays, & ces Turcs que l'on appelloit Gazié paroiffent n'y avoir point fait alors d'établissement.

Elmacin.

Bondari. Aboulfaradge.

L'an 1029.

Aboulfa

radge

L'an 1034.

Autant qu'il eft poffible d'écarter les ténébres qui obfcurciffent tous ces premiers événemens de l'Hiftoire des Seljoucides, il paroît que les enfants de Mikhail c'est-àdire Bigou, Thogrul - begh & Dgiafer-begh Daoud furent emmenés plus tard dans le Khorafan, & que Mikhail leur pere n'y alla point. Suivant le fentiment d'Aboulfedha, ces trois Princes, après la mort de Mikhail, refterent dans les environs de Bokhara, d'où ils furent obligés de fe retirer vers Bogra-khan qui regnoit dans le Turkeftan. Thogrul-begh & fon frere Daoud jouirent d'une grande autorité auprès de ce Prince. On ignore quel fut dans la fuite le fujet des divisions qui furvinrent entre eux. Thogrul-begh fut arrêté & Daoud fut pourfuivi par une armée de Turcs qui fut mise en déroute. Cette victoire procura à ce dernier les moyens de remettre fon frere en liberté, & ces deux freres refterent unis jusqu'à la destruction des Samanides & jufqu'à ce qu'Illik-il-khan vînt s'emparer de Bokhara. C'eft vers ce tems, fuivant Aboulfedha, que Mahmoud qui avoit paffé le Gihon, emmena ces chefs des Seljoucides dans Khorafan. La troupe d'Arflan fi les courses que nous avons indiquées, pendant que Thogrul - begh Daoud & Bigou retournerent à Bokhara d'où Aly - teghin les chaffa & les obligea de repaffer le Gihon (b). Ils fe retirerent proche le Kharisme, où trompés par Gordon fils d'Altoun-tasch qui en étoit gouverneur & qui avoit fait

(a) L'an 420 de l'Hegire.

(b) L'an 426 de l'Hegire.

« AnteriorContinuar »