Imágenes de páginas
PDF
EPUB

un traité avec eux, ils perdirent beaucoup de monde & furent contraints de se fauver vers Merou. Masoud qui reg.

Après J.C. noit alors sur la Dynastie des Ghaznevides & qui avoit succédé à Mahmoud, ne croyant pas devoir donner une retrai- Aboulfodkas te à ces étrangers , dont les premieres bandes avoient déjà fait tant de ravages dans ses États , envoya contre eux une armée qui les défit; mais qui trop occupée du butin considérable qu'elle trouva dans le camp des Turcs, leur laissa le tenis de se rallier & fut battue à son tour. On quitta les armes pendant un tems. Les Capitaines Turcs se soumirent à Mafoud, qui pendant cette paix leur rendit Arslan.

Les Turcs accoutumés à vivre de brigandes étoient toujours des voisins incommodes, même dans la paix :c'est ce qui détermina le Gouverneur de la ville de Thous à vouloir les écarter de son territoire ; mais il fut battu & Thous fut prise. Nisabour tomba aussi sous leur domination & ils remporterent une grande victoire sur les Ghaznevides (a). L'an 1037. Thogrul-begh s’oppofa au pillage de cette place. Son frere AboulfaDgiafer - begh Daoud avec une arınée alla s'emparer Bondari: d'Herat.

Le Khalif Caïm-bamr-illah ennemi des Ghaznevides, ac- Bondarii cablé sous la puissance des Bouides & croyant trouver dans les Seljoucides des deffenseurs de sa liberté, leur envoya une célébre ambassade pour les engager à venir secourir les Musulmans : démarche imprudente qui augmenta l'orgueil des Turcs. Thogrul-begh monta dans Nisabour sur le thrône des Ghaznevides , & fut reconnu Roi par sa Nation. Il donna des loix à tout le Khorasan , établit des gouverneurs dans les principales villes & envoya à Bagdad un ambassadeur nommé Abouishac - el - fouccaï pour assurer le Khalif qu'il alloit délivrer les Mulsumans de l'oppression dans laquelle les Ghaznevides les faisoient gémir. En effet Thogrulles Seljoucides prirent les armes & livrerent une sänglan- beg. te bataille à Masoud qui les laissa maîtres de tout le Kho- L'an 1039. rafan & mourut peu de tems après (6). On fit alors (c) la

L'an 10400 priere publique au nom des Princes Seljoucides, c'étoit la (a l'an 129 de l'Hegire.

() L'an 4;de l'Hegire, (6) L'an 432 de l'Hegire.

L'an 1041.
Bondari.

radge.

principale marque d'autorité & de souveraineté dans l'OAprès J. C. rient; & cette année est l'époque de l'établissement de ce Thogrulbegh.

nouvel Empire.

Les Seljoucides partagerent entre eux leurs conquêtes: Abouifs Thogrul begh & son frere Daoud eurent tous les pays deradge. puis le Gihon jusqu'à Nisabour (a). De ce dernier s'est forAboulfedha mée une branche de Seljoucides qui a regné dans le Kerlafen. man. Ibrahim fils d'Inal, fils de Seldgiouk eut le Couhestan

& le Dgiordgian, qui avec le Tabarestan venoient d'être conquis. Abou-aly-hassan fils de Mousa , fils de Seldgiouk

eut Herat , Bouschandge, le Sedgeftan & le pays de Ghour. L'an 1942. Thogrul.begh (b) poussa plus loin ses conquêtés : Balkh & Aboulfedha, le pays de Kharisme où regnoit Schah-melik furent soumis.

De-lá (c) il passa dans le Dgebal ou la Medie , qui étoit sous L'an 1044. la domination des Bouides: il prit Hamadan & Rei. Il fit

de cette derniere ville une place forte où il retiroit tout le butin qu'il enlevoit dans les contrées voisines. Cette conquête lui facilita celle de toute l'Eraque Persique. Il envoya Ibrahim fils d'Inal, prendre (d) Carmisin , pendant qu'il

s'avança jusqu'à Houlouan (e). Quelque tems après il fit la Em 1947paix avec Abou-kalidgiar prince de la Dynastie des Bouides.

C'est pendant cet intervalle, c'est-à-dire l'an 1043 » que ces Turcs de Gazié ou de Gozz , ou comme les Historiens Grecs , les appellent les Uzes, qui sous la conduite d'Arflan fils de Seldgiouk , avoient précédé l'irruption de Tho. grulbegh, firent une incursion dans la Syrie. Ils avoient à leur tête Koukias , Abou - aly fils de Dahkan , HadgeIfraël & Abou-mansour. Ils ravagerent les villes d'Emed & de Miafarekin où regnoit Abou-nasr de la famille des Men rouanides. Ils parcoururent les environs de Nesibin qu'ils assiégerent, de Moussoul qui se rachetta du pillage en leur fournissant une somme; tout le Diarbekr & le Diardgeziret ou la Mésopotamie , & de-là revinrent sur Moussoul qu'ils pillerent. Les Arabes se rassemblerent de toutes parts pour venir au secours de ces places. Ilschasserent les Uzes, (*) L'an 433 de l'Hegire.

Bondari à Abou - (chou Pharès fils de (6) L'an 434 de l'Hegire.

Mohainmed, fils d'Apnaz qui mourut (c) L'an 436 de l'Hegire.

dans le mois de Ramadhan de l'an 437. (d) Cette place appartenoit suivant (e) L'an 439 de l'Hegire.

Elmarin.

و

[ocr errors]

Bondari.
Khatibel

& les obligerent de retourner dans l'Adherbidgiane. Ce
sont ces peuples que l'on appelle communement les Tur- Après J.C.

Thogrulkomans.

begh. Thogrul-begh étoit (a) alors occupé à réduire sont parent L'an 1048. Ibrahim-inal qui avoit pris les armes contre lui, & il l'a Aboulfedha voit obligé de se retirer dans le château de Termah où il borfale fit prisonnier. Constantin-Monomaque qui regnoit alors

radge. à Conftantinople , ne crut pas devoir négliger l'alliance d'un Prince qui faisoit trembler toute l'Alie : il lui envoya des Ambassadeurs pour lui proposer de faire la paix, & Thogrul - begh y consentit. Če Prince avoit laissé dans le Diarbekr son cousin Coutoulmisch fils d'Israil, fils de Seldgiouk. La présence de ce chef des Turcs dans ce pays, inquiétoit les chefs des Arabes , qui étoient parvenus à un haut degré de puissance, qu'ils retenoient prisonnier le Kha- Bagdadi lif au milieu de Bagdad. Ils avoient été joints par un escla- Soyoushi. ve Turc nommé Arslan-el-nessasiri. Les chefs des Arabes étoient (6) Coraïsch & Noureddoulet-dobaïs (c). Ces trois Emirs réunirent leurs forces pour chasser les Seljoucides, & opprimer de plus en plus le Khalif. Ils attaquerent

Coutoulmisch près de Sandgiar dans la Mésopotamie & le batti- L'an 1649. rent. Coutoulmisch se sauva vers la Medie ou le pays de Baasparacan , & envoya demander passage à Etienne qui y Zonare. commandoit

pour

les Grecs. Mais Etienne non-seulement le lui refusa , il osa encore se présenter à lui à la tête de ses troupes. Cette démarche occasionna une guerre fort sanglante entre les deux Nations ; Etienne fut vaincu , fait prisonnier & vendu à Tauriz.

Coutoulmisch honteux d'avoir été défait par les Arabes,
revint ensuite auprès de Togrul - begh , lui demanda de
nouvelles troupes pour soumettre ces peuples & l'engagea
à porter la guerre dans le pays de Baasparacan dont il lui
vanta la fertilité, en même tems qu'il lui parla de la molesse
des habitans & de la facilité de les soumettre. Thogrul-
begh qui avoit une plus grande idée du courage des
Grecs, ne voulut point s'engager dans une nouvelle guerre.
(c) an 440 de l'Hegire

Coraïsch fils de Badran el ocaïli.
(b) Cedrcnc le nomme Carbelius, c'est () Fils d'Aly , fils de Maziad el Aladi.

Cedrene.

Après J.C. Thogrulbegh.

L'an 1049. heureux

[ocr errors][merged small]

La puissance des Arabes & la défaite de Coutoulmisch,
dont il étoit uniquement occupé, ne lui permirent pas de
différer de marcher dans la Syrie, où il ne fut pas plus

que

son cousin.
Mais avant que d'entreprendre cette expédition, il avoit
été tenté de faire périr Coutoulmisch ; & celui-ci pour éviter
le danger dont il se voyoit menacé, s'étoit sauvé dans une
ville (a) du Kharisme où il s'étoit fortifié. Thogrul - begh
alla faire le siége de cette place. C'est pendant qu'il l'a te-
noit alliégée qu'il envoya un de ses neveux nommé Asan
à la tête d'une armée dans la Medie pour faire la guerre
aux Grecs. Les Seljoucides après avoir passé Tauriz &
Tephlis entrerent dans le pays de Baasparacan , où ils com-
mirent les plus grands désordres. Aaron-bestah (b) qui en
avoit le gouvernement, ne pouvant arrêter leurs progrès,
envoya demander des secours à Catacalon-beftas Com-
mandant de l'Iberie. Les deux Généraux Grecs joignirent
leurs troupes & formerent un camp qu'ils deftinerent à fer-
vir d'embuscade aux Turcs. Ils sçavoient que ces peuples
étoient avides de butin ; en conséquence ils abandonne-
rent ce camp où ils laisserent des tentes , des bagages &
des provisions. Asan cotoyoit le fleuve Stagnas dans le def-
sein de les coinbattre ; mais trouvant le camp sans soldats ,
il crut que les Grecs avoient pris la fuite ; il ne s'occupa
plus que du pillage , les Grecs parurent sur le soir & les sur-
prirent dans le tems qu'ils étoient dispersés. Ils les mirent
facilement en déroute. Asan avec la plus grande partie de
son armée périt dans le combat & le reste fe fauva à tra-
vers les montagnes dans l’Armenie Persanne.

La déroute d'Asan obligea Thogrul-begh d'envoyer de nouveau contre les Grecs une armée de cent mille hommes sous la conduite d'Ibrahim Inal (d). Aaron & Catacalon chefs de l'armée des Grecs furent partagés sur la maniere dont ils devoient agir. Catacalon vouloit marcher à

Cedrene.
Zonare.

(a) Les Historiens Grecs la nomment
Pæsar, elle m'est inconnue.

(b) Zonare le fait fils de Uladislav frere de Prufianus.

(c) C'est peut-être Arfian.

(d) Zonare le nomme Alim & Cedrene Abram Alim.

l'ennemi

l'ennemi& le combattre sur les frontiéres de l'Empire, sous prétexte que cette armée Turque , accablée de fatigues & Après J.C.

Thogrulmanquant de chevaux, ne seroit point en état de résister.

begh. Aaron proposoit de se renfermer dans les villes en attendant de nouveaux ordres de l'Empereur. On suivit ce parti. Les Généraux Grecs se rendirent dans l'Iberie & camperent dans une grande plaine que les habitans du pays nomment Ofurcru; là après avoir renfermé les femmes, les enfants & tous les biens des particuliers dans les forteres ses, ils inftruisirent l'Empereur de Constantinople de l'arrivée des Turcs. L'Empereur ordonna ausi-tôt à Liparites d'aller joindre ses Généraux avec les troupes de l'Iberie. Ibrahim Inal étoit déja entré dans le pays de Baasparacan où il fut informé que les Grecs s'étoient retirés plus au nord dans l'Iberie. Il ne crut pas

devoir attendre que Lipárites les eût joints , il hâta sa marche ; mais les Grecs qui ne vouloient point s'exposer à un combat , se renfermerent dans un endroit fortifié par la nature, & qui étoit tellement environné de précipices, qu'ils ne pouvoient craindre les Turcs. Ibrahim Inal 'n'osant les attaquer dans cet endroit alla camper proche d’Arzé (a). C'étoit un village grand , bien peuplé & très-riche. Les habitans qui avoient confiance dans leur nombre,resolurent de s'y deffendre jufqu'à l'extrêmité ; quoiqu'ils eussent dans leur voisinage la ville de Théodosiopolis qui étoit plus fortifiée & où ils pouvoient se retirer avec plus de sureté. Les Turcs attaquerent Arzé où ils trouverent beaucoup de résistance : les Årzeniens montés sur les toits de leurs maisons les accabloient de pierres, de bois & de dards; ils se battirent ainsi pendant six jours. Catacalon vouloit aller à leur secours fans attendre Liparites ; mais Aaron qui ne croyoit pas devoir s'écarter des ordres de l'Empereur empêcha que l'armée des Grecs ne sortît : par-là il laissa aux Turcs le tems de mettre le feu au village: il périt dans les flammes & dans le massacre cent quarante mille hommes. Les femmes & les enfants pour ne point tomber entre les mains des Turcs (a) Il semble par ce que l'on dir ici qu'Arzé est Arzeroum & non Arzès proche KhoTome II,

Bb

Lat.

« AnteriorContinuar »