Imágenes de páginas
PDF
EPUB

crainte d’en venir avec lui aux mains ; il traita l'envoyé après J. Ca avec beaucoup de hauteur & voulut exiger qu'on lui re- Alparslan. mît pour ôtage la ville de Rei dans l’Adherbidgiane. Cet- L'au 1071 te ville étoit alors la capitale de l'Empire des Seljoucides. Le Sulthan irrité de ces demandes , se prépara au combat. Ce jour-là étoit un vendredi, il fit fa priere & ne put s'empêcher de verser quelques larmes sur le sang de tant de Musulmans qui alloit être repandu. Il fit publier que tous ceux qui vouloient se retirer , le fissent , il quitta son arc & ses fléches pour ne prendre que son fabre & fa mafsue & lia lui-même la queue de son cheval. Toute son armée en fit autant; il se revêtit d'un habit blanc & se parfuma , en disant, si je suis vaincu ce lieu sera mon tombeau: alors il marcha contre les Grecs. La victoire resta longtems incertaine & l'on combattit (a) de part & d'autre avec beaucoup d'acharnement ; cependant les Turcs reculoient au petit pas & paroissoient laisser la supériorité aux Grecs. L'Empereur, dont le camp n'étoit point fortifié, craignit que le Sulthan ne vînt le piller : il fit cesser le combat sur le soir & fonner la retraite. Ceux qui étoient auprès de lui se retirerent en bon ordre , mais les troupes qui étoient plus éloignées , s'imaginerent que l'Empereur fuyoit. Andronic fils de Cesar, ennemi secret de Romain Diogene repandit ce bruit dans toute l'armée qui se débanda & prit la fuite. Les Turcs revinrent à la charge & attaquerent l'Empereur qui se deffendit avec beaucoup de courage & ne fut arrêté prisonnier par un esclave nommé Schady, qu'après avoir vû une grande partie de son monde tué à ses côtés, son cheval abbattu & lui-même blefsé. Cet esclave qui avoit été autrefois à Conftantinople & qui connoisloit ce Prince , se prosterna à ses pieds & le conduisit au Sulthan. Alparslan (6) ne pouvoit croire que

l'Empereur fùt prisonnier ; il fallut que quelques Turcs qui avoient été autrefois en ambassade à Constantinople l'en assurassent, & il n'en fut persuadé que quand il vit Basilacie se jetter les larmes aux yeux, aux pieds de ce Prince.

(s) Le 26 du mois Dzoulcaada de l'an (b, Zopare le nomme Axan. 463 fuivant Elmacin. Tome II.

Dd

Zonare.

Les Ecrivains Grecs prétendent qu'Alparslan voyant ce Après J. C. Prince couché par terre , le foula aux pieds suivant la couL'an 10'1. tume que les Turcs observoient envers leurs prisonniers,

& qu'il le releva ensuite & le consola de son malheur. Les Glycas.

Arabes obmettent cette circonstance ; mais ils ajoutent que le Sulthan , lorsqu'il l'apperçut , descendit de cheval & lui frappa trois fois dans la main en signe d'amitié, en le blamant de ce qu'il avoit refusé la paix qu'il lui avoit proposée. Tous conviennent qu'il demanda de quelle maniere Romain Diogenes l'auroit traité s'il l'avoit vaincu, & que cet Empereur lui répondit qu'il l'auroit fait fouetter. Comment lui repliqua le Sultan, pensez-vous que je vais vous traiter? ou vous me ferez mourir dit l'Empereur, ou vous me me traînerez dans tous vos Etats comme un captif, ou ce que je ne puis croire,vous me relacherez, après avoir reçu de moi une rançon & des otages. Des réponses si fieres ne déplurent point au Sulthan qui lui rendit la liberté, à condition qu'il payeroit pour sa rançon un million de piéces d'or (a) & qu'il rendroit tous les prisonniers Musulmans qui étoient dans son Empire. Après que ce traité (6) eut été signé de part & d'autre , Alparslan fit monter l'Empereur aveclui sur son trône & le conduisit ensuite sous une tente où il lui donna des Officiers pour le servir & lui fit présent de dix mille pièces d'or ; il lui rendit tous les Patrices qui avoient été faits prisonniers , après les avoir revêtus de même quel’Empereur , de robes d'honneur, fuivant la coutume des Orientaux. Il lui donna ensuite des soldats pour le reconduire jusques sur ses terres.

On sçait le sort que ce malheureux Prince éprouva en y rentrant. Les Grecs, inftruits de sa défaite , avoient mis sur le thrône de Constantinople Michel Parapinace. Alors Romain Diogenes dépouillé de toute auorité,rassembla environ 200 mille pièces d'or qu'il envoya au Sulthan,en lui faisant dire qu'étant déthrôné, il ne se trouvoit plus en état de lui

(a) Elmacin n'en met que cinq cens (6) Zonare rapporte qu'une des condimille & en ajoute trois cens soixante tions du traité fut que ces Princes maricmille qui devoient être payées tous les soient ensemble leurs enfans. ans en forme de cribut.

cemettre sa rançon entiére ; comme il marchoit toujours yers Constantinople, il fut arrêté par le Roi d'Armenie qui après J.C.

Alparslan. lui fit crêver les yeux, & il fut envoyé dans un Monastère où il mourut quelque tems après.

Le Sultan instruit de ce qui venoit d'arriver & regar- L'an 1972 dant le traitement fait à l'Empereur comme une infraction aux traités, envoya de nouvelles armées dans les Provinces de l’Empire. Elles ne s'occuperent plus comme auparavant à de simples incursions ni au pillage ; elles s'efforcerent de s'emparer & de s'établir dans les Provinces qu'elles envahirent. Isaac Comnene & Russelie furent chargés par l'Empereur de marcher contre les Turcs. Russelie ( a) avec quatre cens Latins quitta le parti de l'Empereur & fit la guerre aux Grecs & aux Turcs. Il déclara Cesar l'oncle de l'Empereur & il remporta une grande victoire sur les Turcs; mais il fut ensuite vaincu & fait prisonnier avec le nouveau Cesar. Il fut racheté par sa femme & le Cesar par l'Empereur. Russelie se retira avec les Latins dans l'Armenie dont il fit son sejour ordinaire , jusqu'à ce qu'il fut arrêté par Toutousch , parent du Sulthan qui le rendit aux Grecs, A l'égard d'Isaac Commene il fut également battu & fait prisonnier par les Turcs.

C'eft.pendant toutes ces guerres des Turcs & des Grecs Dberbelot. qu'Alparslan a dû faire la conquête de la Géorgie entiere ; il ôta la liberté à ses habitans & obligea les Grands de la Nation à

porter pour marque de leur servitude, au lieu de chaînes & de colliers, un ferà cheval pendu à l'oreille , ce qui fut cause que la plupart d'entre eux , pour ne point être exposés à cet affront, embrasserent le Musulmanisme. Il restoit cependant encore dans les montagnes un grand nombre de châteaux qu'il n'avoit pû réduire & dans lesquels ccux qui étoient demeurés attachés à leur Religion & à leur Prince s'étoient retirés. Il laissa le soin d'achever cette conquête à son fils Malek-schah. Le plus fameux lie ge que ce Prince fit dans la Géorgie est celui du château Miriam Nischin, c'est-à-dire la demeure de Marie, ainsi ap

() Anac Comncnc le nomme Urselius.

pour l'escala

[ocr errors]

Elinacin.

nah
Novairi.

pellée à cause d'un Monastère & d'une Eglise dédiée à la
Après J. C.
Alparnan. Vierge. Ce château étoit fitué au milieu d'un lac. Malek-
L'an 1072. fchah fit un choix de ses meilleurs soldats & s'approcha de

la place avec toutes les machines nécessaires pour
der. Mais une tempête effroyable qui s'éleva sur le lac,disli-
pa tout,

elle fut suivie d'un tremblement de terre si violent
que

les Chrétiens & les Turcs se crurent perdus , une par-
tie des murailles fut détruite. Les Turcs, après que cet ora-
ge fut passé, entrerent par la brêche & prirent d'assaut cette
place; & le fameux Monastère où il y avoit toujours un grand

concours de peuple fut ruiné.
Aboulfedha
Aboulfa-

Le Sulthan n'étoit alors occupé que du projet de faire
Tadge. la conquête du Turkestan qui étoit la Patrie de ses peres,

Outre la guerre contre les Gres qu'il venoit de termi-
Benschou

ner si glorieusement, afin de n'avoir rien à craindre dans
les autres contrées voisines de l'Empire Grec, il avoit (a)
fait un voyage en Syrie & s'étoit assuré de Nasr (b) quí
regnoit dans le Diar-bekr & de Mahmoud (c) Roi d'Alep.
Il avoit appris quelque tems auparavant (d) que la priere
publique avoit été rétablie au nom du Khalif & au sien
dans la Meque (e). Enfin après avoir mis un nouveau gou-
verneur dans Bagdad il partit pour cette fameuse expédi-
tion à la tête de deux cens mille cavaliers. Il fit jetter (f) un
pont sur le Gihon & employa vingt jours à faire passer toute
fon armée. Ce Prince voulut d'abord s'assurer d'un château
nommé Berzem qui étoit dans les environs de ce fleuve &
dans lequel un Kharismien appellé Yousouph Kothual, hom-
me intrepide, commandoit. Ce gouverneur fe deffendit cou-
rageusement pendant plusieurs jours ; mais il fallut céder
au grand nombre, la place fut prise & il fut fait prisonnier

guerre. Le Sulthan irrité de cequ'il avoit osé lui résister
fi long-tems lui fit des reproches fi outrageux que le Gou-
verneur lui répondit avec beaucoup de fierté. Il fut aussi-
tốt condamné à être attaché à quatre pieus & à perdre la

[ocr errors]

de

(4) L'an 463. de l'Heg. de J.C: 1070.
(b) Fils d'Ahmed, fils de Merouan.

(c) Fils de Mardaích.
(1) L'an 462, de l'Heg. & de J.C. 1069.

(e) L'Emir de cette ville étoit alors
appellé Mohammed fils d'Abou - bab.
chem.
; (f) L'an 465 de l'Hegire.

Elmacin,

vie. Alors Yousouph tira un poignard & s'avança, après quelques paroles ménaçantes , pour se jetter sur Alparslan. AprèsI. c. Ce Prince qui avoit beaucoup de force & d'adresse à tirer. L'an (1072, de l'arc empêcha qu'on ne l'arrêtat & voulut lui-même lui lancer une Aéche ; mais il manqua son coup, & Yousouph transporté de fureur courut sur lui & lui enfonça son poignard dans le côté comme il vouloit descendre de dessus fon thrône. On transporta le Prince sous une autre tente & Yousouph fut assommé par les gardes.

La blessure d'Alparslan étoit mortelle, & lorsqu'il se vit Dherbelor. au dernier moment de sa vie il dit à ses favoris. » Je me ref» souviens aujourd'hui de deux avis qui m'ont été donnés » par un sage vieillard ; le premier de ne jamais mépriser

personne ; le second de ne point avoir trop d'estime de foi-même, ni trop de confiance dans ses forces. Je les ai

negligés dans ces derniers jours de ma vie. Le grand nom- bre de mes troupes , que je considerois hier de dessus une

éminence , me faisoit croire que tout devoit céder à ma puissance; aujourd'hui , préfumant trop de ma force & de » mon adresse , j'ai voulu tuer moi - même & j'ai empêché » qu'on arrêtât le gouverneur de Barzem. Je m'apperçois » maintenant que toute la puissance des Rois, la force & o l'adresse des hommes ne peuvent s'opposer aux décrets » éternels du destin , & je meurs ( a) par ma faute : il recommanda son fils Malek-schah à Nedham-el-moulk son vizio & fit prêter serment de fidélité à ses Officiers pour ce Prince. Alparslan fut porté après la mort dans la ville de Merou dans le Khorasan , où l'on grava sạr son tombeau. Vous tous qui avez vli la grandeur d' Alparslan élevée jusqu'aux Cieux , venez à Merou X vous la verrez ensevelie sous la pouf fiere.

Alparslan surnommé Saad-ed-douler, c'est-à-dire la felicité de l'Etat, avoit porté le titre de Sulthan pendant neuf ans & fix mois. Ce grand Prince étoit brave , généreux, jufte, doux & s'acquittoit en bon Musulman de tous les de

(m) Elmacin mot la mort à l'an 464 lc tous les autres Auteurs Arabes tels que 10 de Rabiel-aoual ; mais cette époque Novairi , Aboulfedha, Aboulfaradge ne peur s'accorder avec la guerre que're Aco Ichounah & M. Dherbelot la plas Prince fic à Romain Diogene. D'ailleurs cene à l'an 4650

« AnteriorContinuar »