Imágenes de páginas
PDF
EPUB

L'an 471.

Kam-mo.

L'an 491.

L'an 522.

Cette grande puissance des Topa n'empêchoit pas cependant que la Tartarie n'eut ses Khans particuliers qui étoient alors de la race des Geou-gen & les Kao-tche euxmêmes,quoique soumis à ces Geou-gen, ne redoutoient pas tellement les To-pa, qu'ils ne prissent quelquefois les armes contre eux, & ne les battissent. Mais les cruautés du Khan des Geou-gen nommé Fou-mim-tun, contribuerent encore davantage à augmenter la puissance des Kao-tche. A-foutchi-lo chef des Kao-tche se mit à la tête de cent mille familles , se retira vers l'Irtisch où il prit le titre de Roi, & battit en plusieurs rencontres les Geou-gen. Il revint

ensuite dans les pays plus orientaux, sit alliance avec les ToL'an 508. pa ou Goei; battit ensuite & tua le Khan des Geou-gen

nommé To-han , au bord du lac de Lop dans le defert. L'an 516. Quelques-tems après, les Geou-gen eurent leur revanche,

& tuerent Mi-gno-to qui étoit alors chef des Kao - tche. L'an 521. Y-fou son frere , fut mis à la tête de la nation , & il défit

Po-lo-muen Khan des Geou - gen. L'année suivante il fut
tué lui-même par son frère Yue-kiu, qui se déclara chef
des Kao-tche.
Pendant ce tems-là il

у

avoit toujours dans le nord de la Chine un grand nombre de familles des Kao-tche qui étoient soumises aux Goei ; elles étoient employées communement dans les armées des Goei , & souvent elles alloient faire des courses sur les terres des Tartares Geougen; souvent aussi elles se revoltoient contre les Empereurs des Goei qui étoient obligés d'envoyer contre elles des troupes, & d'entretenir des garnisons. Ces sortes de mouvemens qui n'intéressent point le reste de la Nation ne m'ont pas paru assez importans pour que je me fois attaché à les faire connoître. Tous ces peuples de même que ceux qui habitoient dans la Tartarie , continuerent d'être soumis les uns aux Goei,

les autres aux Geougen; & après la destruction de ces Tartares aux Turcs.

Les Kao-tche furent vaincus par le Khan des Turcs Kam-mo. occidentaux nommé Tchou-lo , & lui payerent tribut; ce

Prince qui appréhendoit que ces peuples ne se revoltassum.kro. fent, fit assembler leurs chefs, & les fit mourir tous; aussi

L'an 606.
Tam.chou.
Ven-bien

pays

Tam--cbon,

1

1

tôt les Kao-tche prirent les armes & choisirent un Khan
nommé Ko-leng, à qui ils donnerent le titre de Mo-ho- Après J. C.
khan ; ils remporterent plusieurs victoires sur Tchou-lo-
khan & s'emparerent

des de Hami , d'Igour & d'Ha-
raschar. Un des chefs des Sie-yen-to prit le titre de second
Khan.

Tous ces peuples se disperserent de plus en plus dans Lie-tai-kis la Tartarie & devinrent très-puissans. Ils secouerent le joug Kam-mo. des Turcs & jetterent alors les fondemens d'un Empire Ven-bienqui occupa depuis, presque toute la grande Tartarie. Ils rum-kao. étoient divisés en un grand nombre de Hordes qui avoient toutes leurs chefs.

La premiére & celle qui donna dans la suite son nom à toute la Nation étoit appellée Hoei-ke ou Goei-ke ; elle étoit très nombreuse & très-brave. Dans le commencement elle n'avoit point de chef. Ces peuples comme tous les Tartares cherchoient les bords des rivieres & fe tranfportoient de côtés & d'autres avec leurs troupeaux. Ils demeuroient au-dessus de la riviere So-ling-choui ou de Selinga au nord de la Horde des Sie-yen-to.

La seconde Horde étoit nommée Sie-yen-to; elle s'étoit déja revoltée autrefois contre les Turcs , elle étoit devenue trés - puissante & avoit possedé l'Empire de la Tartarie, Mo-ko-khan étoit de cette Horde; elle étoit composée d'une ancienne bande de Huns appellé Sie qui demeuroient au nord du désert : ces Sie dans la suite défirent les Yento, autre Horde de Huns, & depuis ce tems ces deux bandes réunies ont été connues sous le nom de Sie-yen-to.

La troisiéme Horde appellée Ki-pi - yu demeuroit au nord-ouest d'Haraschar, au midi des Tou-lan-ko: ces peuples étoient très-braves.

La quatriéme étoit appellée Tou-po, elle demeuroit dans la Siberie vers le lac Paikal. Les Peuples de cette Horde étoient beaucoup plus barbares que les autres, ils ne s'appliquoient point à la culture des terres & n'avoient point de beufs ni de moutons ; ils vivoient de racines ou des animaux qu'ils prenoient à la chasse , ou des poissons que les rivieres leur fournissoient. Ils s'habilloient de peaux ;

ils laissoient les corps morts au milieu des montagnes sufAprès J.C.

pendus à des arbres ; en un mot, ces peuples étoient des barbares qui n'avoient aucune connoissance des Loix, ni même des saisons.

La cinquième Horde étoit celle des Ko-li-han qui demeuroient aussi dans la Siberie sur le bord du lac Paikal. Ceft précifément dans le pays que nous appellons aujourd'hui le

pays des Kergis , d'où sont fortis les Circassiens. Il est encore renommé pour la bonté de fes chevaux, mais il y fait très-froid.

La sixiéme Horde est appellée To-lan-ko; ces peuples demeuroient à l’Orient des Sie-yen-to , au nord du désert fur le bord d'une riviere appellée Tum-lo.

La septiéme portoit le nom de Pou-ko, cette Horde étoit fituée à l'Orient des To-lan-ko dans le nord ; on la nomme encore Pou-fiu.

La huitiéme Pa-ye-kou est placée à l’Orient dés Pouko,& dans le voisinage des Mo-ko. Ces peuples sont des chasseurs. On rapporte qu'il y a dans leur pays une riviere qui a la propriété de pétrifier le bois.

La neuvième est appelsée Tong-lo & placée à l'Orient des To-lan-ko & au nord des Sie yen-to, au sud du Kerlon, proche un grand lac qui se trouve dans les environs. Ce Pays eft éloigné de Si-gan-fou de dix-sept mille cinq cens

La dixiéme nommée Hoen , est la plus méridionale de toutes ces Hordes.

La onziéme Sse-kie étoit située dans le même pays que les Sie-yen-to au nord du désert.

La douziéme Kiai-fie étoit au nord est des To-lan-ko & dans le voisinage des Pou-ko.

La treiziéme Hi-kie étoit située au nord des Tong-lo & à l'Orient des Pou-ko.

La quatorziéme O-tie ou A-ti étoit située au nord-ouest des To-lan-ko. La quinziéme Pe-lieou demeuroit au nord du pays

des Kitans dans l'ancien pays des Sien-pi.

Il étoit nécessaire , pour faire connoître toute l'étendue

de cette Nation , d'indiquer le nombre de ses Hordes & les pays dans lesquels elles habitoient ; elles étoient tou- Après J. C. tes soumises aux Turcs. Plusieurs d'entre elles firent quelques efforts pour secouer le joug , & particuliérement la Horde des Sie-yen-to, Celle des Ou-hou ou Ou-ke , après que Tchou-lo-khan eut fait périr ses chefs se joignit aux Pou-ko , aux Tong-lo & aux Pa-ye-kou : toutes ensemble elles se revolterent, & nommerent un chef qui portoit le titre de Se-kin (a). Cette Nation prit alors le nom de Hoei-ke , le nom de famille de son premier chef, ou Ssekin étoit Yo-lo-ko, ou selon d'autres Yo-ko-lo. ; il étoit appellé Chi-kien, & il commandoit à cent mille hom Chi-kica, mes, dont la moitié étoient soldats. Chi-kien avoit un fils nommé Pou-sa qui se fit aimer des Hoei-ke à cause de la bravoure & de sa prudence. Il marchoit à la tête des armées , & assuroit la victoire à sa Nation. Après la mort de Chi - kien , il fut fait chef des Hoei-ke ; il gouverna fa- Pou-la. gement ces Hordes avec sa mere Ou-lo-hoen ; les Hoei, ke commencerent à se faire craindre dans la Tartarie; ils vinrent avec les Sie-yen-to faire des courses sur les frontiéres feptentrionales de l'Empire des Turcs. Pou-fa avec cinq mille cavaliers défit une armée de cent mille hommes que Kie-li-khan avoit envoyée contre lui', & la poursuivit jusqu'aux monts Altai. Sa reputation se repandit dans toute la Tartarie , il prit le titre de Houo-kie-lifa, & mit sa Cour au nord du fleuve Toula : il rechercha ensuite à faire alliance avec les Chinois ; il enyoya des ambassadeurs chargés de présens à l'Empereur Tai-tcong dę Lie-tai kila Dynastie des Tam, plusieurs autres Hordes de la Nation su. telles que

celles des Pou-ko, des Pa-ye-ko, des Tong-lo, des Pe- sieou , & des Hoen imiterent son exemple. L'arrivée de ces étrangers à la Chine servit à faire connoître le nom Chinois dans toute la Siberie, On y vit en L'on 631. core venir des peuples appellés Che-goei qui cont pror prement les Tongouses d'aujousd'hui; ils demeuroient patro che le fleuve Amour , & s'étendoient le long de la Lengan

L'an 629.

(a) On dit encore Ki-kin.

Tou-mi. tou.

: les

[ocr errors]

Ven-hin. tun-kao.

[ocr errors]

Après la mort de Pou-sa, Tou-mi-tou lui succeda, if
Après J.C.

rassembla les troupes de toutes les Hordes & marcha
contre les Sie-yen-to qu'il détruisit. Après s'être emparé

de leur pays , il envoya des ambassadeurs à Tai - tcong
L'an 646. Empereur des Tam qui étoit alors à Lim-tcheou dans le
Lie-tai-ki- Chensi. Ce Prince leur donna audience à Kim-yam
Tam-chou.

Hoei-ke lui dirent qu'ils venoient se soumettre à lui & le
supplier d'établir parmi eux des Officiers Chinois

pour

les gouverner, parce qu'ils ne vouloient pas imiter les Sie-yento qui étoient actuellement détruits & dispersés, pour n'avoir

pas voulu rendre hommage à un aussi grand Prince que

lui. Tai-tçong donna un grand festin à ces ambassadeurs, & L'an 647.

envoya dans leur pays environ mille Officiers Chinois, qui
partagerent ces vastes Contrées en différents Gouverne-
ments,& les diftribuerent aux principaux Chefs de Hordes.
Chacun de ces Chefs étoit soumis à un officier Chinois
& portoit à sa ceinture un poisson incrustré d'or. Pour les
engager d'avantage à rester sous l'obéissance des Chinois
l'Empereur leur fit présent d'un grand nombre d'habits
de soye & de sabres richement ornés. Ils supplierent
l'Empereur de faire des grands chemins pour aller plus
facilement de la Chine en Tartarie. Tai-tcong fit établir
dans le désert soixante-huit campemens ou poftes , dans
lesquels on trouvoit des chevaux, du lait caillé & des
viandes pour les voyageurs. Ces endroits servoient en
même-tems à recevoir les peaux de martes Zibelines que
ces peuples envoyoient en tribut aux Chinois. Tou-mi-
tou obtint le titre de Général des armées Chinoises ; mais,

il prit lui-même celui de Khan & établit différens OffiL'ap 648. ciers pour l'administration des affaires & le comman

dement des armées ; il avoit à peine achevé d'établir
une forme de gouvernement parmi ces peuples, qu'un de '
ses neveux appellé Ou-ke , qui avoit débauché sa femme,
resolut de se défaire de lui. Tou-mi-tou fut tué & le cou.
pable après cette a&tion se fauva avec ses complices au-
près de Tche-pi-khan ; mais il se laissa tromper ensuite
par les promesses des Chinois qui paroissoient oublier son
crime & lui offrirent des Charges conüidérables. Il vint

fc

« AnteriorContinuar »