Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Après J. G.

LES TURCS CHA-T O.

I I.

DYNASTIE IMPERIALE DES HAN.

Kam-mo. Lie-tai-kifu. V an-line £um-pou,

se

C

HB-KIM-T AM, plus connu dans l'histoire sous le titre

de Kao-tçou , ne poffeda l'Empire de la Chine que pendant huit ans. Les Kitans qui lui avoient mis la Couronne fur la tête, devinrent prefque aussi-tôt ses ennemis; il leur avoit abandonné une trop grande étendue de pays ; c'écoit une tache pour la Chine & un sujet pour les Tartares d'y étendre de plus en plus leur domination. L'Empereur fuc. bientôt dans la néceflité de les repousser. Ces barbares avoient déja pénétré jufques dans le Honan. On nomme parmi les différens Généraux dont Kao - tçou servit dans la guerre contre les Kitans. (c) Lieou - tchiyuen ; c'étoit un Turc de la Horde des Cha-to: ce Général battit les barbares en plusieurs rencontres , sur les frontiéres pour arrêter leurs courses. Son crédit s'accrut à proportion de ses services fous le regne

L'an'944.

de Tchouti qui succéda à Kao-tçou. Il fut fait Roi de Tai-yuen : on ne le combloit de titres que parce qu'on le craignoit; mais ce que l'on faisoit pour le contenir dans le devoir ne servit qu'à favoriser les desseins ambitieux que percevoit en lui. Dans un état plus tranquile on eût arrêté le progrès de son ambition, mais le Prince étoit trop foible pour s'opposer à un sujet puissant & dont il avoit besoin.

Les Kitans qui étoient ennemis de l'Empereur des Tcin firent un dernier effort & mirent sur pied une grande ar

& campa

l'on ap

L'an 946.

(9) Il étoit fils de Tiçn , fils de Tsun, fils de Gang , fils de Tuon,

mée ; la plupart des Généraux de l'Empire fur la fidélité

Apres J.C. defquels l'Empereur ne pouvoit compter, accelerent, plus

les Kitans , la ruine des Tçin ; tous allerent se rendre aux barbares qui entrerent dans Ta-leam , & firent prisonnier l'Empereur. Les Chinois furent effrayés de voir l'an 947, les Kitans dans le centre de l'Empire & dans la Capitale, mais le Roi de ces Barbares les fit rassurer par fes Offciers : on punit plusieurs Généraux , & le Peuple oubliant l'esclavage dont il étoit ménacé se joignit aux Barbares , arracha le coeur de quelques-uns de ces Officiers disgraciés, & mangea leur chair. On renferma l'Empereur dans un endroit avec une forte garde , on le dépouilla de fa dignité , pour ne lui donner que le fimple titre de Heou. Les Kitans paroiffoient paisibles poffesseurs de l'Empire, tout étoit soumis & Lieou-tchi-yuen qui avoit cinquante mille hommes sous ses ordres, apprenant la ruine des Tcin , le soumit lui - même. Mais la plû - part de ses Officiers fui ayant représenté ensuite que les Kitans fe rendoient odieux à tous les Chinois par leur avidité & qu'ils ne garderoient pas long-tems l’Empire ; ils l'exhorterent å rassembler toutes ses forces pour s'en rendre maitre. Lieou - tchi - yuen resolut d'attendre que les Kitans se retiraffent d'eux-mêmes,après qu'ils auroient ruiné l'Empire, & ne voulut point consentir à prendre le titre d'Empereur que tous ses Officiers lui offroient, sous prétexte qu'il n'y avoit plus d'Empereur ; ils revinrent à la charge & laffurerent que c'étoit la volonté du Ciel. Leurs follicitations, les vexations que les Officiers Kitaas exerçoient fur le Peuple , & la revolte de quelques-uns qui tuerent ces Officiers le déterminerent enfin à se faire déclarer Empereur; les Historiens lui donnent le titre de Kao-tçou, Kao-içou, il ne voulut point que l'Empire changeât de nom , & il conferva celui de Tcin qui lui avoit été donné par la Dynaftie qui venoit d'être détruite. It ordonna que l'on courâut sur tous ties Kitaps qui se trouveroient dans l'Empire & qu'on les cuật ; ensuite il fe mit à la tête de ses troupes & marcha du côté de l'Orient , dans le dessein de rejoindre l'ancien Empereur & de le tirer des mains de ces

Tartares ; mais lorsqu'il fut arrivé à Cheou-yang (a)il apAprès J. C. K20-eçou.“ prit que ce Prince emmené par les Kitans étoit près de L'an 947 sortir des frontiéres de la Chine & d'entrer dans le Leao

tong. Ce Monarque en passant par la ville de Kouam-ning à trente li de laquelle étoit le tombeau d'Apaoki , fondateur de l'Empire des Kitans , fut forcé par les Tartares d'y aller rendre les refpects, ce qui irrita tellement l'Impératrice, qu'elle voulut s'empoisonner avec l'Empereur , mais on les en empêcha:

Les-Kitans ayant été instruits de toutes les démarches de Lieou-tchi-yuen enyoyerent différens Officiers pour se saisir de plusieurs postes. Keng-tçong-moei eut ordre de garder Tce-tcheou & Lou-tcheou , Kao-tam-ing, la ville de Siang-tcheou & Tsoui-yen-hiun celle de Ho-yam. Il y avoit alors un grand nombre de voleurs qui s'étoient retirés dans les montagnes & dans les bois, la plupart étoient des soldats ; un de leurs chefs nommé Leam-hoei vint se rendre à Kao-tçou qui étoit retourné à Tsin - yam. Ce Prince envoya auli-tôt faire le siége de Siam-tchęou dont le Gouverneur étoit absent, Leam-hoei choisit quelques bras ves soldats qui escaladerent les murailles pendant la nuit , la ville fut forcée & on massacrą tous les Kitans qui s'y trouverent. Mais le fruit de ces succès pensa être détruit en un moment. L'envie de récompenser les troupes porta Kao-tçou à vouloir prendre tous les biens de ses nouveaux sujets. Une femme l'arrêta en lui reprochant de ne vouloir user de son autorité encore chancelante, que pour faire une pareille action ; elle lui représenta qu'il devoit au contraire s'attacher à regagner leur amitié , & que s'il avoit dessein de donner des récompenses à ses soldats il pouvoit prendre dans le palais le peu de richesses qu'il y avoit. Kao-tçou suivit ce conseil & tout le Peuple fut franquille. En même-tems il envoya un Officier nommé Tchang-gan-hong à Tçin-tcheou dont le Gouyerneur étoit auprès de l'Empereur des Kitans. On avoit laissé dans ceite yille Tçong-lang, ce fut lui que Kao--tçou fit folli

i (a) Elle dépend aujourd'hui de Fong-yam-fou,

cíter

citer de rendre la place. Mais cet Officier ayant fait enfermer l'envoyé de l'Empereur , un Commandant tua auf- Ka-eçou.

Après J. C. si-tôt Tçong-lang, & informa Kao-tçou de cette nouvelle; L'an'947. les habitans firent main - basse sur les Officiers Kitans, tuerent celui que l'Empereur des Kitans y avoit envoyé pour appaiser ces troubles , & nommerent un Gouverneur , après avoir brûlé l'ordre de l'Empereur des Kitans. Ils presserent Kao-tçou de marcher vers le midi pour

char. ser ces Barbares; plusieurs autres villes voisines fuivirent cet exemple & se soumirent toutes à ce Prince. Un chef de voleurs nommé Vam-kiong tenta de surprendre la ville de Tan-tcheou où il y avoit un Commandant Kitan ; mais il fut battu & tué dans l'action. L'Empereur des Kitans que toutes ces revoltes intimiderent commença à perdre L'espérance de pouvoir se maintenir dans la Chine , & prit la resolution d'en sortir. D'autres voleurs détruisirent les villes de Song-tcheou (a), de Po-tcheou (6) & de Mietcheou (c) ce qui fit dire à l'Empereur de Kitans qu'il avoit ignoré que les Chinois fussent si difficiles à gouverner.

Pendant qu'une foule de voleurs, qui étoient ainsi dispersés de tous côtés , s'efforçoient de délivrer leur patrie du joug des Kitans, les Officiers de l'ancien Empereur étoient occupés à rendre toutes sortes de respects à l'Empereur Tartare. D'un autre côté Kao-tçou s'attachoit à faire revenir dans les campagnes les laboureurs & les paysans , que la crainte des Kitans avoit fait fuir. L'Empereur des Kitans sous prétexte que les chaleurs de l'été auxquelles il n'étoit point accoutumé, l'obligeroient de quitter la Chine , prit enfin la resolution de sortir de Ta-leam : il fut accompagné dans cette sortie par plus de mille Officiers de toute espéce qui avoient servi sous les Tçin ; il y avoit aussi un grand nombre d'Eunuques, & il emportoit avec lui une prodigieuse quantité de richesses. Dans sa route il attaqua Siam-tcheou qui fut prise d'assaut; une grande par

(*) Aujourd'hui Tsu-yam-bien dans le territoire de Kai-fong-fou.
(b) Aujourd'hui Po-hien dens le territoire de Forg yain-fou.
(c) Ville détruite à 3oo li à l'orient de Tcing-tcheou-fou.
Tome II,

N

1

Lan 947

tie des habitans fut passée au fil de l'épée, principaleAprès J.C. ment les enfants mâles : on ne reserva que les filles qui Kao-rçou.

furent menées dans le nord. On laissa dans cette place
un Officier nommé Kao-tang-ing. Il ne restoit qu'envi-
ron sept cens personnes dans la ville , cent mille avoient
été tués.

Kao-tçou nomina alors plusieurs grands Officiers , en-
voya un de ses Généraux au secours de Lou-tcheou qu'un
Officier Chinois soumis aux Kitans se disposoit à venir af-
fiéger , il mit des garnisons dans plufieurs villes des envi-
rons de Ta-yuen-fou , & se prépara à passer au midi du
Hoam. Quelques Chinois qui avoient servi les Kitans dans
leur retraite les voyant au nord de ce fleuve se réuni-
rent pour garder la rive méridionale , en attendant

que

le Ciel eût déclaré celui qui devoit porter le titre d'Empereur. Ils massacrerent les Officiers Kitans ; Vou - him-te ayant trouvé la ville de Ho-yam fans troupes, y entra & envoya faire les soumissions à Kao - tçou. Il battit quelques partis des Kitans. L'Empereur des Kitans n'arriva

pas jusques dans ses états , il mourut proche Louan-tching-hien dans le territoire de Tchin-tim-fou dans le Pe-tche-li, Les Chinois de la suite des Kitans chercherent à profiter de cet événement pour donner le titre de Gouverneur Général de l'Empire de la Chine à Tchao-yen-cheou ; mais cette conduite déplut à Ouo - yo, sur lequel les Kitans avoient déja jetté les yeux. Ce Chef des Barbares fit arrêter Tchao--yen-cheou; & en présence de tous les Chinois, it fit voir

l'ordre du feu Empereur des Kitans qui lui donnoit l’Empire.

Kao-tçou déliberoit sur le parti qu'il avoit à prendre à l'occasion de la retraite des Kitans. Tous fes Généraux proposoient de s'emparer de Tchin-tcheou & de Goei-tcheou. Il vouloit aller dans le pays de Cham-tam. Mais on lui représenta que quoique l'Empereur des Kitans fût mort , son parti étoit encore puissant & qu'il possedoit dans ce pays un grand nombre de villes très-fortifiées, que si on se transportoit

6.) A préseat Tchin-ting-fou dans le Pc-tcheli.

« AnteriorContinuar »