Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Anne Com

il reprit le chemin de Constantinople. Aboulcasem informé de la retraite sortit aussi-tôt de Nicée, & le joignit à Pre- l'an 1086

Apr. nete; mais la Cavalerie des Francs fondit sur l’Emir Turc avec tant de furie, & rompit tellement ses escadrons avec ses lances , qu'il prit la fuite après avoir perdu beaucoup de monde. Malgré cette déroute, Aboulcasem n'abandonna pas nimee le projet qu'il avoit formé de prendre Constantinople, ou au moins la côte maritime & les Illes. C'est dans ce dessein qu'il s'empara de Cio , ville située sur le bord de la mer dans la Bithynie , & qu'il y fit construire une flotte. Un projet si hardi , & dont l'exécution étoit déja entamée, devoit inquiéter Alexis Comnène, & il étoit important pour le salut de l'Empire & de tous les Chrétiens, d'en arrêter les progrès. Manuel Butumite fut chargé de cette commission, il partit avec une flotte, dans le dessein de brûler celle que le Turc faisoit construire ; en même-tems Taticius s'avançoit par terre avec son armée. Aboulcasem qui étoit campé dans un lieu fort étroit, où sa cavalerie n'avoit pas la liberté de s'étendre, conduisit ses troupes dans un endroit nommé Alicas, qui lui parut plusavantageux. Ce mouvement causa la perte de ses vaisseaux. Ils étoient abandonnés à la garde d'un petit nombre de Soldats, qui ne purent empêcher que Butumite n'y mît le feu & ne les réduisît en cendres. Taticius s'approcha dès le lendemain de l'armée Turque , mais on ne fit qu’escarmoucher pendant quinze jours. Les Latins qui étoient dans l'armée, ennuyés de cette maniere de combattre, demanderent une action générale, que Taticius , quoique d'abord d'un avis contraire, fut obligé de leur accorder ; ensuite il s'y détermina d'autant plus volontiers que l'armée Turque recevoit tous les jours de nouveaux renforts, & un plus long délai eût mis les Grecs en danger d'être enveloppés par le grand nombre de leurs ennemis. Taticius dès le point du jour se mit en ordre de bataille , & s'avança sur les Turcs. Il les culbuta, fit un grand nombre de prisonniers, & prit tout leur bagage.

Aboulcasem ne s'étoit sauvé qu'avec peine à Nicée ; l’Empereur lui fit offrir la paix , & l'engagea à venir à Constantinople. Après une si grande victoire, cette conduite paroîtra

surprenante ; mais Alexis Comnène plus politique & plus Apr. J. C. rulé que les Turcs, avoit ses vûes ; ce n'étoit qu’un piége

qu'il tendoit à l’Emir Turc , & la nécessité força celui-ci d'y tömber. Le Général Bourski envoyé par Malek schah étoit déja entré dans l'Asie mineure où il avoit pris plusieurs villes, & il s'avançoit à grandes journées vers Nicée. Ce fut ce qui détermina Aboulcafem à s'embarquer pour Constantinople dans le dessein d'y jurer une paix solide & avantageuse avec l'Empereur. Cet Emir entra dans cette Capitale, & y fut reçu avec de grands honneurs. Les spectacles, la chasse, les courses de chevaux l'occuperent pendant tout le tems qu'il y demeura. Pendant qu'Alexis Comnène lui donnoit toutes les marques extérieures de l'amitié la plus sincère, il faisoit équiper à la hâte une flotte qu'il destinoit à aller prendre Nicomédie. Le Drongaire Eusthate en eut le commandement. Ce Général s'acquitta de sa commission avec promptitude , & fit bâtir une forteresse dans Nicomédie, après avoir juré aux Turcs qu'il n'agissoit que du consentement d'Aboulcasem. On avoit arrêté pendant cette expédition tous les vaisseaux qui venoient de la Bithynie à Constantinople , afin que l'Emir ne pût être instruit de rien ; l'Empereur ne lui permit de s'en retourner qu'après que ses ordres eurent été entiérement exécutés, il lui donna alors le titre de Sebaftotatos. Aboulcasem qui ne fut informé de la perte de Nicomédie, que lorsqu'il n'y avoit plus de remède , garda le silence, & dissimula en attendant un tems plus favorable pour

fe venger.

Bourski s'approchoit de plus en plus de Nicée, le Sulthan Malek schah lui avoit ordonné de prendre cette ville & de soumettre tous ces Emirs qui commandoient dans l'Asie mineure. Aboulcasem encore plus embarrassé qu'auparavant, n'étoit point assez fort pour s'opposer à cette armée,& il ne voyoit point de Prince plus en état de le secourir

que l'Empereur Alexis Comnene; mais après ce qui venoit de lui arriver , il ne pouvoit & ne devoit pas même s'adresser à ce Monarque, qui de son côté ne devoit pas favoriser l'établissement d'Aboulcasem. C'est cependant ce Prince dont il implora la protection, & il en obtint un secours sur lequel , selon tou

Anne Comnene,

tes

mène.

tes les apparences, il ne devoit point compter. Ces secours dans les projets de l'Empereur Grec ne furent envoyés que l'an 1091.

Apr. J. C, pour tromper encore davantage l’Emir. Alexis Comnene

appréhendoit que ce Turc ne venant à succomber sous les armes de Bourski, il ne trouvât lui-même un autre ennemi encore plus puissant, & cette occasion lui paroissoit favorable pour se rendre maître de Nicée. Ces raisons le déterminerent à faire partir le Général Taticius avec une armée. Après avoir pris la petite ville de S. Georges, les Grecs furent introduits dans Nicée, & planterent leurs drapeaux sur les musailles. Bourski qui crut que l'Empereur Alexis Comnène у étoit avec toutes les forces de l'Empire, décampa pendant la nuit, & l'armée des Grecs qui n'étoit pas assez forte pour l'inquiéter dans la marche, reprit le chemin de Constantinople.

Cependant le Sulthan Malek schah résolu de détruire les Anne Comen projets d’Aboulcafem, envoya dans l'Asie mineure une nouvelle armée sous la conduite d’Youzan ou Boyzan (a) Roi de Harran. Mais pour assurer davantage le succès de cette expédition, il fit offrir à l'Empereur Alexis Comnène de lui rendre tout le pays qu’Aboulcasem avoit enlevé aux Grecs, & demanda en même tems en mariage la fille de ce Prince

son fils aîné, promettant de lui donner des secours pour la guerre d'Illyrie. Alexis Comnène qui ne vouloit point marier sa fille à un Prince Musulman,

mais qui avoit intérêt de le ménager , lui envoya un Ambassadeur , sous prétexte de conclure ce Traité; celui-ci étoit chargé secrettement d'amuser le Sulthan par des promesses, afin de gagner du tems. Alexis ne laissoit pas de fournir à Aboulcafem des troupes qui avoient obligé Bouzan de lever le liége de Nicée & de fe retirer proche Lopade. Mais Aboulcasem qui ne recevoit que de foibles secours de la part de l'Empereur, & qui pénétra enfin ses vûes , aima mieux cette fois aller implorer la clémence d'un Musulman, que d'être continuellement le jouer des Grecs. Il profita du tems que Bouzan s'étoit retiré, fit charger treize mulets de tout ce qu'il avoit de plus précieux

(a) Ce Prince fut tué l'an 487 de l'He- mens sont antérieurs à cette époque, gire , de J. C. 1094 ; ainsi ces événeTom. II. Part. II,

B

pour

[ocr errors]

L'an 1091.

[ocr errors]

& prit la route d'Ispahan où étoit le Sulthan Malek schah, Apr. J. C. se Aattant d'en obtenir le Gouvernement de Nicée. Mais

il fut mal reçu dans cette Cour, Malek schah ne voulut pas
le voir qu'il n'eût traité avec Bouzan. Aboulcasem qui ne
put rien obtenir de plus, fut contraint de s'en retourner, & il
n'étoit pas encore fort éloigné, que deux cens Cavaliers l'ar-
rêterent & lui passerent au col une corde d'arc avec laquelle

zene.

ils l'étranglerent. Anne Coma Aboulcasem avoit laissé fon frere Pulchas dans Nicée pour

y commander en son absence. Alexis Comnène employoit alors toutes ses ruses, & n'épargnoit point les présens pour tromper ce Turc & lui enlever Nicée ; mais Pulchas aussi fourbe qu’avare , amusoit à son tour l'Empereur, en attendant le retour de son frere. Il apprit fa mort, & peu de tems après celle du Sulthan Malek schah (a). Ce dernier évenement rendit la liberté aux enfans de Soliman qui avoient été rete

nus jusqu'alors à Ispahan. Ils prirent le chemin de l’Afie L'an 1092, mineure & rentrerent dans Nicée. Le peuple charmé de

voir des Princes du Sang Royal des Seljoucides, les reçut avec empressement, & Pulchas se vit contraint de déposer

toute fon autorité & de remettre la ville entre les mains de Kilidge- l'aîné nommé Kilidge-Arfian (b), qui fut aussi-tôt proclamé

Sulthan.

Cet évenement dérangea les projets de la plậpart des Emirs Turcs. Kilidge-Arslan fit quelques changemens dans fon nouvel Empire , il óta à Pulchas le Gouvernement de Nicée, & le donna à Mohammed qu'il fit déclarer le premier des Emirs. Il fit ensuite venir un grand nombre de Turcs dans sa capitale pour la rendre plus forissante.

Après avoir rétabli l'ordre dans ses Etats, il alla faire la guerre contre la ville de Malathie, pendant qu'Helcan un de ses principaux Emirs ravagea les pays qui étoient soumis aux Grecs. Ces Turcs s'étant emparés d'Apolloniade & de Cyzique, villes situées sur le bord de la mer, Alexis Comnène y

arslan 1,

A8 Com

16.

(a) L'an 485 de l’Hegire, au milieu que , quoiqu'il y renvoie. En général ; du mois Schoual.

cet ouvrage, quoiqu'excellent, ne con(6) D'Herbelot lui donne le nom de tient pas la valeur d'une page lur l'Hil. Daoud, & l'a omis dans sa Bibliothe- toire des Seljoucides d'Iconium,

envoya aussi-tôt Euphorbenus Alexander qui assiégea Apolloniade, & obligea Helcan à se retirer dans la Citadelle. Apr. J. C. Cette yille alloit être reprise par les Grecs sans les nouveaux Kilidges renforts

arslan I, les Turcs envoyerent, & qui obligerent Euphor

que benus à lever le siége. Il'fic embarquer ses troupes à la faveur d'un étang voisin par lequel il comptoit sortir ; mais Helcan qui avoit prévû son dessein, avoit fait fermer l'entrée de cet étang, & le Général Grec ne pouvant plus alors se sauver de ce côté, fit mettre pied à terre à ses troupes & liyra aux Turcs un combat dans lequel il eut du dessous. Accablés par ces Barbares, un grand nombre de Grecs périt dans les eaux , & les autres furent faits prisonniers. Pour réparer cette perte, Alexis Comnène donna le commandement d'une nouvelle armée qui alla d'abord prendre Cyzique , & qui vint ensuite assiéger Apolloniade. Helcan obligé de fe rendre , passa à Constantinople où il embrassa le Christianisme ; cet exemple fut suivi par plusieurs autres Emirs.

Pendant qu'Alexis Comnène étoit ocupé à faire la guerre Anne Come aux Patzinaces, un Emir nommé Tzachas (a ) gendre du Sulthan Kilidge-Arsan, qui avoit beaucoup d'autorité dans Glycasa l'Asie mineure, profita de cette occasion pour faire construire un grand nombre de vaisseaux avec lesquels il vint s'emparer de Clazomenes & de Phocée. Le Gouverneur de Mitylène sommé par le Turc de se rendre, se retira pendant la nuit à Constantinople, & Mitylène ouvrit ses portes. La seule ville de Methymne située sur le promontoire de l'Ille, tint ferme, & Alexis Comnène y jetta quelques troupes. Tzachas qui ne crut pas devoir s'obstiner devant cette place, alla s'emparer de l'Ile de Chio, battit la flotte commandée par Nicet Castanionite , prit la plậpart de ses vaisseaux & ensuite se retira à Smyrne. Dalaffene que l'Empereur avoit envoyé avec une nouvelle flotte , fit une tentative sur la ville de Chio ; mais fa lenteur perdit tout: il laissa aux Turcs le tems de construire un second mur derriere la brêche que ses soldats avoient faite. · Tzachas arriva fans qu’Opus envoyé par Dalassene pour le combattre , eût of

mène.

Zonare.

(a) Zonare le nomme Zachas; & Glycas, Zachatzas,

« AnteriorContinuar »