Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

rins. Il les contraignit de se retirer , & s'en revint le lende. Apr. J. C.

main à Ptolemaïs ou Akka , à cause des Turcs qui étoient Redouan. dans le voisinage. Il y rassembla sept cens cavaliers & quatre Thinghte- mille piétons, alors suivi de Joscelin , Comte d'Edesse & de

Tell-bascher , & sans 'attendre Roger Prince d'Antioche, qui venoit le joindre avec sept cens cavaliers & cinq cens pié. tons, il sortit d'Akka , & alla camper au-delà du Jourdain , proche de l'endroit où étoient les Turcs. Ceux-ci firent ausli-tôt un détachement de deux mille hommes , dont quinze cens furent placés dans une embuscade, les cinq cens autres s'approcherent des Francs, dans le dessein de les attirer ; le Roi qui eur 1 imprudence de les poursuivre jusques dans le Thabor , tomba dans l'embuscade, & fut environné de tous côtés, il fut obligé de prendre la fuite après avoir perdu beaucoup de monde, & abandonné l'étendart qu'il portoit (u).

Le lendemain de cette déroute, Roger Prince d'Antioche & le Comte de Tripoli, arriverent avec leurs troupes. Ce renfort & quelques autres secours, formerent alors une armée de seize mille hommes, avec laquelle le Roi de Jérusalem se plaça sur le haut de la montagne, les Musulmans étoient dans la vallée, on resta dans cette situation pendant vingt-six jours. Les Turcs firent des détachemens qui ravagerent tout le plat-pays ; les Syriens, eux-mêmes, qui étoient soumis aux

Francs se révolterent , & menacerent d'assiéger Jérusalem. On étoit alors dans le commencement de l'Automne , tems où arrivoient la plậpart des Pelerins. Les Turcs, accablés par la grande chaleur qu'ils ressentoient dans les vallées où ils étoient campés, appréhendant d'ailleurs que les nouveaux Pelerins n’amenalient des secours avec eux, prirent le parti de se retirer dans les prés de Saphar , proche de Dainas ; de-là , ils passerent dans l'Asie mineure , pour

, pour soutenir le Sulthan d'Iconium qui étoit en guerre avec les Grecs. Après que Maudoud fut de retour de ce pays, il se rendit à Damas où Thoghteghin , jaloux de la gloire de cet Emir,attenta sécretement sur sa vie. Un Vendredi qu'ils

(a) Ce combat fut donné le 3 de Mou- lon Aboulfedha, de l'an 507. harram , selon Benelathir; ou le 13 , le

étoient

1

Apr. J. C.

étoient ensemble à la Mosquée, & qu'après avoir fait leur priere ils se promenoient , un Bathénien donna un coup de l'an 1113: poignard à Maudoud , l’Affallin fut tué fur le champ, & Redonan l’Emir porté au Palais de Thoghteghin. C'étoit un jour de

ghin, jeûne ; Maudoud, quoique blessé, ne voulut rien prendre , & mourut le jour même"; on dit que les Bathéniens de Syrie se défirent de cet Emir, parce qu'ils le craignoient beaucoup. La plûpart des Historiens accusent Thoghteghin de l'avoir fait affalsiner. Thoghteghin versa des larmes , qui ne persuaderent point les Turcs qu'il fût innocent , il le fit mettre dans le tombeau de Dekak à Damas, d'où ensuite on le porta à Bagdad, auprès du célébre Abou hanifa , & ensuite à Ispahan.

Le fameux Redouan Roi d'Alep dont on a li souvent Alparslan. parlé, mourut (a) dans le même tenis. Il étoit haï de tous les ThoghteMusulmans à cause de son avarice & des injustices qu'il Aboulmacommettoit ; il avoit fait périr en montant sur le trô- hasen, ne ses deux freres Abou-thaleb & Bahram, & la plû- Benchespart des anciens domestiques de son pere. Il avoit toujours nah. foutenu les Bathéniens ; & on le regardoit comme mauvais Musulman. Plusieurs fois les Francs étoient venus jusqu'aux portes d'Alep sans qu'il osât les aller attaquer. Il établit le premier dans Alep une chambre de Justice qui exercoit par fon ordre toutes sortes de vexations sur ses sujets. Après la mort son fils Alp-Arsan el Akhras (b), ou le Begue, monta sur le trône ; il étoit âgé de seize ans , fils de la fille d'Yaghi-sian, ancien Emir d'Antioche. Un Esclave nommé Lou lou fut chargé du Gouvernement, & tous les Bathéniens qui étoient dans Alep furent tués & leurs biens confifqués. Ce jeune Prince ne régna pas long-tems; il fut tué l'année suivante par ses propres Officiers , & Lou lou mit L'an 1114. à sa place Sulthan Schah, autre fils de Redouan. La nouvelle de l'assassinat de Maudoud

ayant été portée jusqu'à Ispahan, le Sulthan Mohammed donna la ville de

Aboulma-, Moussoul à Ac-lancar el Bourski (c), & ordonna en même hafen,

Sulthan (chah.

(a) le 14 de Dgioumadi elakher de fequin ; Sanut, Borges ; Albert d'Aix, l'an 508.

Burgoldus ; un autre, Burso. Il ne faut (b: Surnommé Tadgeddoulet. pas le corfundre vec Acíancar, pero (c) Guillaume de Tyr le nomme Bor- d Emadeddin zenghi Tom. II. Part. II

P

Apr. J. C.

L'an 1114

de Tyr. Sanut. Alberties

wel.

tems à tous les Princes de Syrie de joindre leurs troupes

à celles de ce Général pour aller combattre les Francs, Sulthan dont le pays venoit d'être ruiné par plusieurs tremblemens schah.

de terre arrivés dans les mois d'Octobre & de Novembre. Thoghteghin. Ces tremblemens avoient fait des dégats infinis dans la CiAboulfedha licie, l'Isaurie & la Célesyrie, la ville de Marasch ou MaBenelachir

. résie avoit le plus souffert. Il restoit à peine des traces de ses

fauxbourgs, ses murailles, ses tours & les plus grands édi

fices avoient été renversés. Il s'étoit étendu bien avant dans Aquens.

l'Orient (a). Les plus grandes villes n'étoient plus que des Foulques de monceaux de pierre & tous les habitans étoient dispersés Gualt.Can. dans les campagnes, un grand nombre avoit péri fous les

ruines. L'arrivée de cet Emir n'intimida pas moins les Turcs de la Syrie, que les Francs. Bourski eut d'abord à combattre Ilghazi Roi de Maredin , & il fut battu ; mais le vainqueur qui avoit tout à craindre du Sulthan Mohammed, ne se voyant pas en état de resister long-tems, se réunit à Thoghteghin Roi de Damas; tous les deux écrivirent aux Francs pour leur demander la paix & des secours. Thoghteghin étoit d'autant plus porté à se liguer avec les Francs contre Bourski , qu'on l'accusoit d'avoir été l'auteur de la mort de Maudoud, & que Bourski ne seinbloit venir que pour le punir de cet assassinat. Il jura la paix avec Baudouin Roi de Jérusalem & le Prince d'Antioche.

Cette opposition de Thoghteghin & d'Ilghazi avoit tellement irrité le Sulthan que ce Prince renvoya l'année suivante (b) Bourski suivi du fameux Emadeddin zenghi , avec une armée de quarante mille hommes. Ce Général passa l'Euphrate à Racca, entra dans le territoire d'Antioche, entreprit le siége de Roha, où il tua beaucoup de Francs & d'Arméniens , ravagea tous les environs de Samosath, de Saroudge (c) & de plufieurs autres villes voisines qui appartenoient aux Francs, & fit prisonnier Guillaume de Perce qui commandoit dans ce pays. Alep refusa d'ouvrir ses portes; mais Hama qui appartenoit à Thoghteghin fut assiégée, prise

L'an 1115

(a) Il s'y fit sentir particuliérement le jour de S. Laurent & le jour de S. André.

(6) L'an 509 de l’Hegire.

(c) Nos Historiens la nomment Rum gia.

L'an 111s

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

d'assaut & livrée au pillage pendant trois jours. Le Sulthan
la donna à Khirkhan, Emir d'Hemesse. Baudouin Roi de Apr. J. C.
Jérusalem avec quinze cens cavaliers & mille piétons , Sulthan
Ponce de Tripoli avec deux cens cavaliers & deux mille

Thoghte
hommes de pied , & Thoghteghin Roi de Damas, vinrent ghin.
à la hâte se placer à trois lieues de Kafertab (a), où ils fu-
rent joints par Roger Prince d'Antioche, &

par

Baudouin Comte d'Edesse. Ils resterent campés en cet endroit pendant huit jours. Les Turcs qui n'oserent tenir la campagne devant cette nombreuse armée , se retirerent vers Hama , sous prétexte d'aller prendre leurs quartiers d'hyver. Ils resterent pendant quelque tems dans les enyirons de Hama; Baudouin Roi de Jérusalem qui avoit cru qu'ils étoient retournés dans leur pays, avoit repris la route de ses Etats, & Roger Prince d'Antioche avec Baudouin Comte d'Edesse étoient restés seuls. Les Turcs sortirent aussi-tôt de Hama, & allerent prendre Käfertab qui appartenoit aux Francs ; de-là ils marcherent vers Maara, & ensuite vers Alep: les deux Princes d'Antioche & d’Edesse rassemblerent promptement leurs troupes, qui montoient à quinze mille hommes, tant Francs qu'Arméniens, & tomberent sur les Turcs qui étoient partagés en trois corps, placés le long du Aeuve Farfar, entre Césarée ou Chizour (6), Straton , Phamia ou Apamée; ceux-ci furent chassés avec une perte considérable; le premier corps fut détruit par les armes des Francs, le second noyé dans le feuve, & le troisieme qui s'étoit retiré vers Hama, fut attaqué par Thogheghin qui tua trois mille hommes & fit mille prisonniers.

La paix que Thoghteghin avoit faite avec les Francs Aboulfedha n'étoit qu'une trêve qui n'avoit d'autre but vraisemblablement que l'expulsion de Bourski. En effet, les Francs allerent presque aussi-tôt s'emparer (c) de Raphnia qui appartenoit à ce Prince, mais celui-ci la reprit sur le champ, & passa au fil de l'épée tous les Francs qu'il y trouva. Thoghteghin étoit alors le plus puissant de ceux qui étoient en

[ocr errors][ocr errors]

(a) C'est ce que nos Historiens nom- tier appelle Sizera ; d'autres , Sizeri, ment Cafarda.

(c) L'an sog de l’Hegire. (6) C'est ce que le Chancelier Gau

Sulthan schah.

L'an 1117

xah. Aboulmaa

Syrie. Depuis la mort de Dekak Roi de Damas , il s'étois Apr. J. C. tellement rendu maître du Gouvernement, que la postérité

de Dekak n'y eut plus d'autorité. Thoghteghin étoit alors Thoghte- Roi. Le Royaume d'Alep avoit à peu près subi le même gbin.

sort (a); il étoit possédé par un Esclave nommé Loulou ; mais il y avoit toujours sur le trône un Prince de la famille de Redouan. C'étoit alors Sulthan Schah qui n'avoit de la Royauté que le simple titre de Roi. Mais dans le tems que Loulou voulut se rendre au château de Dgiaber,qui appartenoit

à un Arabe appellé Salem , de la tribu des Ocaïlites, il fut tué Benschowt dans la route par ses propres domestiques, qui pillerent tout

ce qu'il avoit , & revinrent à Alep. Sulthan Schah ne rekafen. couvra point dans cette occasion sa liberté. Les habitans

lui donnerent pour Atabek ou Gouverneur Yarcatasch (6). Les choses resterent dans cet état pendant un mois; Acsancar el Bourski voulut profiter de ces troubles pour s'emsparer de cette place; il en vint faite le fiége, mais il fut obligé de se retirer à Moussoul. Ensuite Yarcatasch fut dépofé, on lui substitua Aboulmaan qui éprouva presque, aullitôt le même fort ; alors les habitans d'Alep craignant que les Francs ne vinssent se rendre maîtres de leur ville, le soumirent à Il-ghazi fils d'Ortok , & le Royaume d'Alep détruit , devint une Province dépendante des Ortokides.

D'un autre côté les Francs paroissoient menacés d'une Guillaume nouvelle guerre. Le Khalif d'Egypte ayant rassemblé des

troupes de toutes parts , vint camper devant Ascalon ; Thoghteghin instruit de la marche , palla le Jourdain, & se joignit aux Egyptiens; mais comme ces troupes, de même que celles des Francs, craignoient également d'en venir aux mains, on se sépara sans rien faire de part & d'autre.

Joscelin de Tellbalcher fut encore moins heureux dans L'an 11190 une expédition qu'il fit (*) vers le même tems contre une

tribu d’Arabes appellés Beni-Rabia; il voulut les environ

ner; mais Maza Chef de ces Arabes le défit, tua plusieurs Aboulma- de ses gens, & fit quelques prisonniers. Un Auteur Arabe

rapporte à cette époque, un fait singulier & dont la mémoire (a) L'an su de l'Hegire.

Aboulmaharen le nomme Barkiasche. (b) Surnommé Schams el khouas. (c) L'an 513 de l'Hegire..

L'an 1118.

de Tyr.

« AnteriorContinuar »