Imágenes de páginas
PDF
EPUB

L'an 1145

ces du Sulthan des Seljoucides, les traités qu'il n'observa pas en plusieurs occasions vis-à-vis de ses ennemis & de fes Apr. J. C. amis, nous font connoître que son intérêt étoit la régle de Zenghi, fa conduite. Il étoit âgé d'environ soixante ans quand il mourut. On porta son corps à Racca , où il fut inhumé. Il laissa plusieurs enfans , Seifeddin ghazi , Noureddin mahmoud (a), Cothbeddin maudoud (6), & Nofrateddin : le second avoit épousé la fille d'Anar, Régent du Royaume de Damas.

La mort de Zenghi occalionna de grands troubles dans fon camp. Rien n'étoit capable de maintenir les soldats dans le devoir , ni les Emirs dans l'obéissance. Le Vizir Dge. Noureddin maleddin , qui ne s'y crut pas en fûreté à cause de l'inimi- Seifeddin. tié qui étoit entre lui & l'Emir Selah-eddin el yaghifchani, Benelathir:

Aboulfedha se retira secrettement chez un autre Emir , nommé El dgioundar. Mais ce qui causa le plus de desordre , & pensa ruiner la famille des Atabeks, fut la présence d'Alparslan , qui le jour même de la mort de Zenghi s'étoit rendu au camp. Toutes les troupes s'assembloient déja autour de ce Prince, & paroisloient vouloir se déclarer en la faveur. Dgemaleddin ne crut pas devoir rester plus long-tems caché, & malgré tout le danger auquel il s'exposoit , il fit sçavoir à Selaheddin qu'il devoit oublier la haine qui étoit entre eux deux depuis long-tenis, & se réunir à lui pour conserver l’Empire aux enfans de Zenghi, qu'Alparslan vouloit leur enlever , & qu'il étoit encore tems d'arrêter les progrès que ce Prince faisoit parmi la Milice. Les deux Ministres , uniquement occupés du bien de l'Etat , firent la paix entre eux. Dgemal eddin se montra en public, alla trouver Alp-arslan, parut favoriser ses desseins, & lui conseilla de se rendre maitre des pays de Zenghi. Selaheddin fit la inéme démarche, ils lui représenterent l'un & l'autre que Zenghi n'avoit été que son Lieutenant : Alp-arslan les crut , leur fit connoitre toute l'étendue de ses projets , & eut en eux une pleine confiance. Pendant qu'ils amusoient ainsi ce Prince , ils avoient dépêché un courier vers Zeïneddin aly, Gouverneur de Moussoul , & lui avoient ordonné de faire sçavoir la mort (a) C'est celui que Guillaume de T.yr (6) Surnommé Abcu moulouk,

pomme Noradin,

de Zenghi à Seifeddin ghazi, l'aîné des enfans de ce Prir-
Apr. J. C.
L'an 1145. ce, afin qu'il se rendît au plutôt à Moussoul. Seifeddin étoit
Noureddin alors dans la ville de Scheherzour, que son pere lui avoit
Seifeddin.

donnée en appanage. D'un autre côté , Noureddin mah-
moud , autre fils de Zenghi , venoit de se retirer à Alep
avec le sceau de son pere , & il s'étoit emparé de cette
ville. Dgemaleddin conseilla à Alparslan d'y envoyer Se-
laheddin, pour y défendre ses intérêts , & conserver Alep
dans la soumission. Alparslan donna dans le piége ; & Se-
laheddin qui se rendit par ses ordres à Alep, n'y fut occupé
que
du soin d'y établir Noureddin , & d'empêcher que

les Francs ne vinssent prendre cette ville. Dgemaleddin qui étoit resté seul auprès d'Alp-arslan, le conduisit à Racca où il lui procura toutes sortes de plaisirs , & fit venir un grand nombre de chanteuses , afin de l'éloigner des affaires. Alparslan qui se croyoit déja paisible possesseur des Etats de Zenghi , étoit entierement plongé dans la débauche. Dgemaleddin sollicitoit secrettement les troupes, recevoit tous les jours le ferment de fidélité d'un grand nombre d'Emirs pour Seifeddin , & les envoyoit à Moufsoul. C'est ainsi qu'il employa tout le tems qu'il resta à Racca ; il conduisit ensuite Alp-arslan à Maksin , & de-là à Sandgiar.

Aussi-tôt qu'il eûc appris que Seifeddin étoit maître de Moussoul, il fit paroître un homme qui offroit à Alp-arslan de lui livrer cette ville. Il faisit cette occasion pour engager ce Prince à s'y rendre au plutôt, l'assurant

que

Seïfeddin viendroit au-devant de lui le reconnoître pour son maître ; qu'alors il feroit aisé de se faisir de la personne. Alparflan quitta Sandgiar , & courut vers Mousoul. Une partie de son infanterie l'abandonna dans la route , & quand il eut passé le Tigre, Dgemaleddin le quitta , se rendit promptement à Moussoul , d'où il envoya l'Emir Azzeddin aboubeko pour l'arrêter. Cet Emir mena Alp-arsan à Moussoul , où on le renferma. Par-là Seifeddin ghazi fut reconnu Roi de Moussoul , il

reçut

du Sulthan Masoud la robe d'honneur & l'in. yestiture de ses Etats ; Dgemaleddin (a) fut fait Grand-Vizir ;

(A) Il étoit appellé Aboudgiafara

Zeïnedding

Zeineddin (a) cut le gouvernement du château de Mousoul, Apr. J. C. Azzeddin aboubekr, le Dgeziret ben omar. Alors tout l’Em- L'an 1145. pire de Zenghi forma deux Royaumes. Le premier , soumis Noureddin à Seifeddin, avoit Moussoul pour capitale. Cette ville est

Benjamin fituée sur le bord occidental du Tigre, qui la sépare de l'an- de Tud. cienne Ninive ,, dont il ne reste que quelques ruines. Elle Schulteus. est grande , bien peuplée , & une des plus célebres villes de l'Orient. Elle est nommée Moussoul, c'est-à-dire, la jonction, parce que dans cet endroit la Mésopotamie & l'Eraque se touchent. Alep, capitale des Etats de Noureddin , est la même qu'Aram-tsoba ou Berrhæa. Il y avoit alors un superbe château, & elle n'étoit pas moins célebre que Moussoul.

Pendant que Noureddin & Seifeddin partageoient entre Aboulfedia eux les Etats de leur pere , Modgireddin abc, Roi de Damas ,

alla s'emparer de Baalbek ; Nodgemeddin ayoub, pere du fameux Saladin , qui en étoit le Gouverneur , ne voyant aucune apparence de secours de la part des deux Princes livra cette ville ; & après avoir obtenu en échange quelques villages, il se retira à Damas.

La nouvelle de la mort de Zenghi, qui s'étoit répandue Guillaume parmi les Francs , leur fit concevoir quelques espérances de demos délivrer des mains des Turcs la ville d'Edelle. Ils choisirent Aboulfedha le moment que Noureddin étoit occupé à établir la puissance dans Alep. Joscelin , Comte d'Edesse, qui demeuroit alors dans la ville de Tell-bascher , fit proposer (b) aux habitans d’Edesse de lui livrer leur ville ; la garnison Turque étoit peu nombreuse, & le peuple étoit Chrétien, ainsi 'ils lui promirent de lui ouvrir les portes. Ausli-tôt Joscelin , accompagné de Baudouin de Mares & d'un corps considerable de troupes, passa l'Euphrate, & se présenta pendant la nuit au pied des murailles de cette ville , il y fut introduit ; toute la garnison Turque & les Musulmans se réfugierent promptement dans la citadelle, mais Joscelin , faute de munitions & de machines , ne put les y forcer. Ils députerent aussi-tôt un courier à Mousoul vers Seifeddin , pour l'inftruire de leur situation. Le courier rencontra dans le ter

(a) Il posedoit alors Arbel. les habitans qui folliciterent ce Compei
(6) Guillaume de Tyr dit que ce fut
Tom. II. Part. II.

Y

Benclathir.

[ocr errors]

ritoire de Moussoul Azzeddin aboubekr el dobaïsi , qui alloit Noureddin prendre possession de quelques biens dans le Dgeziret , il prit Seifeddin. aussi-tôt la route d'Edeffe" avec le corps de troupes qu'il

ayoit, & il ordonna au courier de continuer son chemin
afin de demander de nouvelles troupes à Seifeddin , mais
tous ses soins devinrent inutiles,par la prudence de Nouredding
qui en apprenant à Alep la perte d'Edesse , s'étoit mis aussi
tôt à la tête de ses troupes, & avoit investi la ville. Les Francs
qui n'étoient point en état de se défendre , prirent le seul
parti qui leur restoit, c'étoit celui de se faire jour au milieu
des ennemis , & de sortir de la ville. Les citoyens qui avoient
contribué à la reddition, ne se croyant pas en fûreté, ré-
solurent d'accompagner les Francs. Tous se mettent en mar-
che, les troupes de Noureddin les attendent à la porte , la
garnison Turque sort du château, & les attaque par derriere,
les Francs gagnent avec peine la plaine ; les vieillards , les
malades, les femmes & les enfans des deux sexes furent
foulés sous les pieds des chevaux ; presque tous les habitans
qui suivirent les Francs , furent tués, Edesse fut reprise par
Noureddin , & Joscelin se fauva à Samosath , & de-là à Tell-
bafcher. Ce fut la prise de cette ville d'Edesse , & celle de

quelques autres places, comme Artésie, Mamoula , BaAboulfedha farfout, & Kafarlatha (62), qui donnerent lieu à la Croisade,

S. Bernard , Abbé de Clairvaux , précha dans l'Occi-
dent. Elle attira dans la Syrie un grand nombre de François
& d'Allemands , qui se joignirent aux Francs , & allerent
faire le siége de Damas.

Pendant que ces choses se passoient ainsi du côté d'Alep,
Benelathir.
Soyouhi.

Seifeddin étoit occupé à recevoir dans Moussoul le ferment
Aboulfedha de fidélité de la plupart de ses Emirs ; il passa ensuite dans

la Syrie , tant pour faire la visite de ce pays , que pour se ra-
commoder avec son frere Noureddin. Ces deux Princes
viyoient dans une défiance continuelle l'un de l'autre ; Nou-
reddin qui étoit le plus puissant , profitoit de la foiblesse de
son aîné, & exigeoit de lui des Places que celui-ci lui ac-
cordoit, pour conserver le reste de son pays, &

[ocr errors]

Aboulmahasen.

L'an 11470

que

gagner les

(a) L'an 542 de l'Hegire..

afin que

que les

bonnes graces d’un frere ambitieux. Ces deux freres suivis chacun de cinq cens Cavaliers , eurent une entrevûe dans l'an 1147:

Apr. J. C. les environs d'Alep; Noureddin donna de grandes marques Noureddin d'amitié à son frere , descendit de cheval , vint baiser la terre devant lui , & l'embrassa; il revint ensuite à Alep d'où il partit peu de tems après avec son armée pour accompagner Seifeddin , fous prétexte qu'il étoit important qu'ils demeurassent ensemble pendant quelque tems , Francs inftruits de leur union , n'ofassent rien entreprendre.

Ceux-ci étoient alors très-puissans, ils venoient de recevoir d'Europe de grands secours sous la conduite de Louis VII. Roi de France , & de l'Empereur Conrad. Toutes ces armées réunies étoient alors devant Damas , dont elles faisoient le siége ; mais les liaisons des Francs de Syrie avec les Musulmans, & la jalousie qu'ils avoient contre les François & les Allemands, avoient fait échouer cette entreprise; parlà Damas fut conservée aux Musulmans. Noureddin & Seïfeddin étoient venus au secours de cette ville. Après que le siége eut été levé , Noureddin alla à Baalbek où Anar Régent du Royaume de Damas l'avoit invité, pour prendre ensemble des mesures sur la situation des affaires. Dans le temis qu'ils y étoient ils reçurent une lettre du Comte B:nelaikira de Tripoli , par laquelle ce Comte les exhortoit de venir assiéger le Château d'Arima. Le fils du Roi (a) de Sicile qui avoit suivi les Princes Croisés dans la Syrie , venoit de lui enlever cette Place, & paroissoit vouloir s'emparer aussi de Tripoli. Cette conduite des Croisés indisposa tellement le Comte , qu'il s'unit aux Musulmans contre les Chrétiens. Noureddin & Anar allerent faire le siége de ce Château, & Seïfeddin leur envoya de nouvelles troupes sous la conduite de Seifeddin Aboubekr el dobaïsi. Le Prince de Sicile repoussa ces Musulmans , mais Noureddin ayant fait fapper les murailles , il s'en rendit maître en peu de tems, fit prisonniers les hommes , les femmes , les enfans qui y étoient, avec les soldats, & le Prince de Sicile lui-même; ensuite il fit raser le Château & le retira vers Seifeddin.

(a) Les Arabes nomment ce Roi de Sicile Phatsch, ou Alphonsch.

« AnteriorContinuar »