Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

Aboulfedha

Azzeddin & Moezzeddin sandgiar schah (a). Celui-ci avoit
voulu se révolter , & il avoit donné des secours aux ennemis Apr. J. C.
du Roi de Moussoul ; Azzeddin n'avoit rien négligé pour Azzeddin.
faire rentrer dans le devoir son neveu , & il n'alla

que
malgré lui faire le siége du Dgeziret ben omar ; il s'alli-
geoit sur le sort de Moezzeddin, & ne battoit

que

foible-
ment la place. Lorsque Moezzeddin vit qu'il ne pouvoit
plus réfilter , il demanda la paix , c'étoit ce qu'Azzeddin
déliroit le plus, il la lui accorda; & après lui avoir fait
quelques reprimandes , il promit d'oublier le passé. Moezzed-
din ne suivit pas son exemple , & ne tarda pas à recommen-
cer ses anciennes menées.
Saladin n'eut plus alors à combattre que les Francs,

Aboulfa-
il leur enleva (6) Tibériade , & ensuite Akka , Césarée , radge.
Haipha , Sephouria, Schokaïf, Phoula , Jaffa, Talnin, Seïd,
Berout , Dgiobaïl, & de-là il marcha vers Jérusalem. 11
y avoit eu (c) un grand combat qui s'étoit donné à Ptolemaïs
ou Akka, & où les troupes de Mousoul commandées par
Dahireddin el yahankeri, se trouverent , ainsi que dans la
plậpart des autres occasions. Jérusalem fut enlevée aux
Chrétiens par Saladin ; mais il ne put s'emparer de Tyr ;
il prit Dgiabala, Laodicée , Sahioun, Schogr-bakas , Der-
befac, Bagras, Krak, Sephed. C'est après tant de victoires
que mourut (d) ce grand Conquérant à Damas, âgé de 57 L'at 11936
ans. Après la mort , son fils Nourreddin aly (e) lui fuccéda
dans le Royaume de Damas; Othman (f) en Egypte ; Gaïa-
theddin ghazi (8) à Alep. Seifeddin aboubekr fils d’Ayoub
à Krak & Schoubek ; son neveu Nasireddin Mohammed
(1) à Hama , Salamia , Mara & Manbedge. Madgededdin
behram schah (d) à Baalbek. Schirkouh petit-fils du fameux
Schirkouh à Hémesse , Rohba & Palmyre. Quelques autres
Princes, enfans ou parens de Saladin, eurent d'autres petites
yilles, mais ils étoient sous la dépendance de ceux-ci. C'ett

[ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors]

par Saladin.

L'an 1193•

Alzeddin.
Benelahir.

ainsi que furent partagés tous les pays qui avoient été soumis Apr. J. C.

Aussi-tôt que la nouvelle de la mort fut parvenue à Mous-
soul, Azzeddin fit assembler son conseil pour délibérer sur
ce qu'il y avoit à faire. Madgededdin frere de l’Historien Benel
athir proposa que l'on allat sur le champ s'emparer de la
Mésopotamie qui étoit fans défenseur. "Caïmaz fut d'avis
au contraire qu'on envoyâr des députés vers Emadeddin
Roi de Sandgiar, Moezzeddin Roi du Dgezirer ben omar,
& Modhaffereddin Roi d'Arbel, pour les mettre dans les
intérêts du Roi de Moussoul. C'étoit bien l'avis de Madge-
deddin ; mais il ne vouloit pas qu'on s'amusât à attendre
leur réponse , ce qui feroit perdre un tems considéra-
ble; il croyoit qu'il étoit plus à propos qu'on leur annonçât
qu'Azzeddin écoit en marche. Ce Prince n'osa se hâter dans
cette occasion où il étoit si besoin de diligence, il resta
plusieurs mois à Moussoul , écrivit à tous les Princes voisins,
& aucun ne lui répondit , sinon Emadeddin Roi de Sand-
giar qui fit un traité avec lui. Pendant ce tems-là (a) Adel
frere de Saladin arriva à Harran où il fut joint par
de Damas, d'Alep, d'Hémesse & de Hama. Alors Azzed-
din se rendit à Nélibin; Emadeddin le vint trouver avec
ses troupes dans cette ville. Ils avoient deslein de marcher
vers Roha. Adel leur offrit la paix à condition qu'il garde-
roit la Mésopotamie , Roha , Harran, Racca & les autres
pays voisins, comme un fief relevant d'Azzedin. Ce Prince
qui ne voulut pas écouter ces propositions tomba ma-
lade presque aussi-tôt à Tell-mouzan. On fut contraint de
le ramener à Moulloul avec un détachement de

troupes , &
il laissa un plein pouvoir à Emadeddin de faire la paix avec
Adel.

Pendant toute sa maladie Azzeddin ne cessa de prier Dieu & de faire lire l’Alcoran auprès de lui. Il fit son teltament par lequel il laissoit le Royaume de Moussoul à son

fils Noureddin arslan schah. Son frere Scherfeddin & fa mere Aboulfedha le folliciterent inutilement de changer ces dispositions. Scher

les troupes

Benelathir. Aboulfaradge. Ben'chounah.

(a) Malek el adel seifeddin aboubekr, fils d’Ayoub.

qui

feddin prétendoit être le seul Prince des Atabeks alors en
état rélister à Adel qui afliégeoit Nélibin & de conserver Apr

, J. C. l'Empire dans cette famille. Il avoit un grand nombre de Azzeddin, partisans. Azzeddin ordonna à Caïmaz de faire prêter promptement le serment de fidélité en faveur de Noureddin , afin de ne pas laisser l'Etat sans maître. Mais Caïmaz qui craignoit une fédition, ne se hâta pas ; il fit solliciter' Scherfeddin de reconnoître son neveu, & promit d'augmenter ses appanages, Scherfeddin ne répondit rien. D'un autre côté Noureddin envoya prier Caïmaz par Madgededdin de ne plus attendre. Madgededdin trouva Caïmaz fort irrésolu, & lui dit pour toute réponse. « Scherfeddin veut exciter des » troubles , Azzeddin ordonne que son fils regne, Adel affié» ge Nélibin, nous voici à la veille d'une guerre ». Pendant que ces deux Ministres s'entretenoient de ces affaires , il arriva un Officier de la part d’Azzeddin, qui leur ordonna de se hâter parce qu'il ne comptoit point passer la journée, & que l'ennemi étant proche, ils se trouveroient sans Sulthan au milieu d'une guerre ; alors Caïmaz par le conseil de Madgeded in, se détermina à faire prêter le ferment qu'on exigeoit. Tous les Emirs assemblés jurerent l'obéissance à Noureddin. Noureddin Scherfeddin se plaignit de ce procédé, & dit qu'il vouloit inftaller lui-même lon neveu. Noureddin fit son entrée

publique dans Mousoul ayant devant lui le Sandgiac , ou l'étendart Royal, & Caïmaz marchant à pied à côté de lui. Azzeddin mourut (a) deux jours après, regretté de tous les sujets. Il fut enterré dans le collége qu'il avoit fait bâtir à Moussoul. Ce Prince étoit doux, généreux , plein de clémence, exact observateur des préceptes de l'Alcoran, & fi modefte qu'il ne parloit que les yeux baissés à ceux qui étoient avec lui. Il se relevoit souvent pendant la nuit pour aller faire fa priere dans un endroit particulier de son pas lais.

La puissance des Atabeks depuis que Saladin & ses enfans étoient maîtres de la Syrie & de l'Egypte étoit considérablement diminuée. Ces Rois de Moulloul éloignés alors

(a) Le 27 de Schaban de l'an 589.

Apr. J. C.

des pays que les Francs occupoient, n'avoient plus de pare Noureddin à ces guerres qui avoient tant illustré les regnes de leurs

prédécesseurs. Ils vivoient en paix avec les Princes Mululmans leurs voisins , ou s'ils avoient quelques guerres, elles étoient si peu considérables que

les Historiens n'ont point jugé à propos d'en faire mention. Ils se bornent, pour ainsi dire, à indiquer les années dans lesquelles ces Princes sont

morts.

Caïmaz qui employoit alors toute la prudence à maintenir la paix dans le Royaume, ne put éviter la guerre à

l'occasion de plusieurs villages dépendans de Moufloul que L'an 1197. les Lieutenans d'Emadeddin zenghi avoient pris (a). Caimaz Benelathir. cacha cette violence à Noureddin qu'il connoisloit d'un

caractere impétueux. Il fit redemander ces villages qu'il croyoit, disoit-il, avoir été pris sans ordre du Prince, Emadeddin lui répondit qu'ils étoient de la dépendance de Nesibin, que c'étoit pour cette raison qu'il les avoit envahis , & qu'il avoit dessein de les garder. Caïmaz les fit redemander une seconde fois, mais inutilement. Alors il en instruisit Noureddin qui voulut aussi-tôt marcher vers Nesibin. Carmaz fit ce qu'il put pour le détourner de ce dessein. Dans cet intervalle Emadeddin zenghi toinba malade & mourut.

Ce Prince étoit maître de Sandgiar, de Nesibin , de KhaBenschou

bour & de Racca. Les Historiens donnent des éloges à sa

conduite, & disent qu'il aimoit singulierement les sçavans, Aboulfaradge.

mais qu'il étoit extrêmement avare, & trop ennemi de la secte Benelashir. Schaféene. Son fils Cothbeddin Mohammed lui succéda, Aboulfedha

& Moudgiahed eddin yarnecousch fut Régent du Royau

nah.

me.

Caïmaz s'adressa à Cothbeddin , mais ce Prince fut aussi obftiné que son pere, & Noureddin fut contraint de se mettre à la tête de les troupes , & d'aller vers Nesibin. Cothbeddin vint aussi-tôt sous les murailles de cette ville. Noured

din continua toujours fa route , & ne se trouva plus séparé L'an 1198. de (6) l’armée ennemie que par une riviere ; alors l'E

mir Phakhreddin la traversa le premier, toute l'armée de

(a) L'an 594 de l'Hegire.
(b) Dans le mois Dgioumadi elaoual

Noureddin

de l'an 5940

Noureddin le suivit , Cothbeddin prit la fuite , & Nélibin Apr. J. C. fut prise. Pendant le séjour que Noureddin y fit, une grande Noureddin partie de ses troupes tomba malade, il les renvoya à MousToul

pour les rétablir, & il demeura avec le reste dans Néfibin. Plusieurs de ses Emirs furent emportés par la maladie, & sur-tout Caimaz (a) Régent du Royaume. C'étoit un Mi- L'an 1199. nistre éclairé, rempli de vertus, très-versé dans la Théologie suivant les principes d’Abouhanifa. Il sçavoit par cæur, selon la coûtume des dévots Musulmans, un grand nombre d'Hadiths, il jeûnoit souvent & faisoit de grandes charités aux pauvres. Il a fait construire plusieurs Mosquées, des Mos nasteres , des Colléges & des Ponts.

Cothbeddin après sa déroute étoit allé implorer le secours d'Adel Roi de Harran , & lui avoit offert de grandes sommes s'il lui faisoit rendre Nélibin. Ce Prince entra aulli-tôt dans la Mésopotamie & obligea Noureddin de se retirer à Mouffoul; alors Cothbeddin rentra dans Nélibin. Adel marcha ensuite vers Maredin, s'empara de ses fauxbourgs , & fic le siége du château. Noureddin se disposa (b) à aller au secours de cette place qui commençoit à manquer

de

provisions, & dont la garnison s'affoiblissoit tous les jours par les maladies. Mais Aziz Roi (c) d'Egypte dont l'armée accompagnoit celle d'Adel vint à mourir, & Afdhal aly son frere jui succéda. Ce Prince rappella ses troupes. Adel qui avoit beaucoup d'infanterie ne laissa pas de continuer le siége, mais les liaisons d'Afdhal avec Noureddin qui venoient de faire ensemble un traité contre lui, acheverent de ruiner ses affaires. Afdhal partit d'Egypte dans le dessein d'enlever Damas à Adel, & celui-ci pour secourir cette place, fut obligé d'abandonner le siége de Maredin à son fils Kamel (d). Noureddin pendant ce tems - là s'avançoit vers Maredin suivi (e) de Cothbeddin Roi de Sandgiar, & de Moezzeddin Roi du Dgeziret ben omar. Il campa au bas de la montagne de Maredin , & fit approcher son infanterie pour attaquer les

(a) Dans le mois Rabi elaoual de

l'an 595.

(6) Dans le mois Ramadhan de l'an 595.

Tom. II. Part. II

(c) Malek el aziz othman.
(d) Malek el kamel mohammed.
(e) Dans le mois Schaban de l'an 595.

Hh

« AnteriorContinuar »