Imágenes de páginas
PDF
EPUB

tans , ensuite il prit Samarcande qui lui fut livrée par Othman qui en étoit le maître sous l'autorité des Khitans. Mo- Apr. J. C.

L'an 1208. hammed après s'être assuré de tout ce qu'il laissoit derriere Mohamlui, pénétra plus avant dans le pays des Khitans, dont le med. Khan étoit appellé Tcheloukou. Ce Prince envoya (a) audevant du Sulthan , son Général Thanicou tharaz qui étoit le plus grand Capitaine qu'il eut à sa Cour. Les deux armées se livrerent une sanglante bataille. Les Khitans furent battus & leur Général fait prisonnier ; le Sulthan l'envoya dans le Kharizme

pour y porter lui-même la nouvelle de la défaite. Cette victoire fut li grande & si complecte que le Sulthan crut devoir ajouter à ses titres le surnom de Sandgiar, qui étoit le nom du plus grand Prince de la Dynastie des Seljoucides, mais les peuples préfererent celui d'Iskender ec-thani , c'est-à-dire, de second Alexandre.

Le Sulthan Mohammed après cette grande victoire, mar- d'Herbelos. cha vers la ville d'Otrar, autrement Phariab ou Pharab dont il s'empara sur le champ. C'est à la prise de cette place qu'il voulut borner son expédition. Après avoir mis dans Otrar un autre Gouverneur, envoyé prisonnier à Nisabour celui qui y étoit & qui lui avoit livré cette ville , il s'en retourna dans le Kharizme où il fit mourir Thanikou tharaz Général des Khitans. Mais il fut à peine de retour dans son pays, qu'il apprit que les Khitans marchoient vers Samarcande , ils n'y avoient pas eu tout l'avantage qu'ils espéroient avoir, de sorte que quand ils furent informés que le Sulthan Mohammed alloit au secours de cette place , ils leverent le siége. Ce qui les engagea à se retirer encore avec plus de promptitude, c'est qu'ils apprirent alors que Keschlou, petit Khandes Naimans & gendre de Tcheloukou, ou Gour- d'Herbelos. khan venoit de se révolter dans le Turkestan contre ce Prince. Aboulfedha Keschlou khan malgré tous les bienfaits qu'il avoit reçus de des Tatars, son beau-pere, ne s'occupoit plus qu'à exciter des séditions, il les fomentoit & en protégeoit les chefs. Avec un nombre de rébelles , il venoit de quitter la Cour de Tcheloukou & rayageoit les provinces Orientales du pays des Khitans.

Kam-me.

(1) L'an 60s de l'Hegire,

mede

Tcheloukou quoique dans un âge avancé, fut contrainte de Apr. J. C. L'an 1208. se mettre à la tête de ses troupes, & il lui resta encore Moham- assez de vigueur pour battre son gendre dans le pays

de Kouakege.

Pendant ce tems-là le Sulthan Mohammed s'étoit rendu à Samarcande, pour y faire la revûe générale de ses troupes. Il y reçut des Ambassadeurs de la part de Keschlou khan qui venoient le prier de fournir des secours à leur maître contre le Khan des Khitans. On convint

par
le traité

que fi Mohammed entroit le premier dans le pays de Ghourkhan, & s'il se rendoit maître des villes de Kaschgar & de Khoten, ces villes avec toutes leurs dépendances lui resteroient en propre; si Teschlou khan le prévenoit , qu'a lors tout le pays depuis Samarcande jusqu'au fleuve d'Afbaniket ou de' Benaket , seroit sous la dépendance de ce dernier. Keschlou khan après la conclusion de ce traicé, entra dans les Etats de son beau-pere, mais il fut vaincu. Mohammed de son côté y auroit fait de grands progrès sans la trahison d'un chef de ses troupes. nommé Esphahid keboud khaneh. Dans un des combats qui se donna , Mohammed non-seulement fut battu , mais il eut encore le malheur d'être fait prisonnier avec un de ses gens , & il ne fe fauva que parce qu'il n'étoit pas connu du Khitan qui l'arrêta. L'OFficier qui étoit prisonnier avec lui, lui conseilla de se faire passer pour son esclave, & d'en donner des marques devant tout le monde. Mohammed fuivit ce conseil, & lorsque le Khitan voulut sçavoir quels étoient ses deux prisonniers , l'Officier ne lui cela pas son nom , & le pria en même tems de lui procurer le moyen de faire sçavoir son état à fæ famille , & ce fut le Sulthan qui fut chargé de cette commission en qualité d'esclave. C'est ainsi que ce Prince rejoignit son armée.

La captivité de Mohammed, quoiqu'elle n'eût pas été. longue, ne laissa pas de causer des troubles dans ses Etats. Aly schah son frere & fon Lieutenant dans le Khorasan, avoit déja pris le titre de Sulthan; mais aussi-tôt qu'il sçut que Mohammed étoit de retour, il quitta la province & se réfugia auprès de Gaiatheddin Mahmoud Sulthan de la

med.

Lie-tai-ki

Dynastie des Ghourides, & le refuge ordinaire des mécon

Apr. J. C. tens du Kharizme. Sur le champ Mohammed envoya Emir l'an 1208. Moulk avec une armée dans le pays des Ghourides. Cette Mohamarınée se rendit à Phirouzkouh, alors Gaiatheddin prit le parti

Aboulfedha de se soumettre, à condition qu'on lui accorderoit la liberté. Emir Moulk promit tout, mais il ne laissa pas de se faisir de Gaiatheddin & d’Aly fchah qui furent mis à mort l'un & l'autre (a). Gaiatheddin est le dernier Prince de cette Dynastie des Ghourides.

Après l'extinction de cette Dynastie, le Sulthan de Kharizme repassa le Gihon ou Oxus & rentra dans le pays des Khitans. Le Khan des Naimans & celui des Khitans s'efforcerent chacun de l'engager dans leur parti; mais le Sul. than qui vouloit les laisser se détruire d'eux-mêmes, prcmettoit à tous les deux , & ne leur donnoit aucun secours. Il y eur un grand combat entre ces deux nations. Keschlou khan Kam-ms. dont l'armée augmentoit tous les jours , battic son beau-pere, fuis & le fit prisonnier dans une embuscade où il avoit mis huit 'Aboulfedha mille hommes. Lorsqu'il eut Tcheloukou en sa puissance, il le traita en apparence avec beaucoup de respect, & lui donna le titre de très-grand Empereur. Ce Prince mourut de chagrin deux ans après.

Pendant ce tems-là Keschlou khan , avoit fair le siége de Kaschgar, capitale de l'Empire des Khitans. Les habitans de cette ville avoient donné le titre de Khan à un fils de Tcheloukou. Mais malgré leur vigoureuse résistance la ville fut prise. Une partie des Khitans se sauva dans les montagnes, les autres vinrent se soumettre au Sulthan de Kharizme, & cet Einpire fut entierement détruit.

Après que le Sulthan de Kharizme .fut ainsi délivré de l'Herbelony ces voisins dangereux, il ne s'attacha plus qu'à rétablir l'ordre & la tranquilité dans les Etats. Mais le repos ne lui fut pas moins fatal qu'il l'a toujours été à la plậpart des grands Conquérans. Le vin & les femmes succéderent aux armes , & c'est au milieu de ces débauches qu'il commanda que l'on fit mourir Madgededdin de Bagdad, dont le seul crime étoit

(4) L'an 605 de l'Hegire.

de lui avoir reproché ses excès (a). Cet homme étoit respecté Apr. J. C. de tous les Musulmans à cause de la doctrine & de fa piété. L'an 1214. Moham- Les fumées du vin n'eurent pas plutôt été appaisées que med.

Mohammed se repentit de fa faute. Il crut la réparer en faisant bâtir un superbe tombeau à Madgededdin, & en envoyant à fon fils Nodgemeddin une somme considérable

pour

le corsoler de la mort de son pere. Nodgemeddin refusa généreusement les préfens & se contenta du respect & du repentir du Sulthan. Tous les Musulmans regretterent la perte de Madgededdin qu'ils regardoient comme un Saint. Mohammed perdit encore plus, c'est-à-dire , un homme qui lui étoit

assez attaché pour lui faire connoître ses défauts. el'Herbelot. Depuis que les Sulthans Ghourides avoient été détruits, Abculfedha un de leurs esclaves Turcs nommé Tadge eddin ildiz s'étoit Aboulmahafen. emparé de la plus grande partie de leurs Etats, & surtout

des grands trésors du Sulthan Schehabeddin. Mohammed, jaloux qu’un esclave devînt si puissant , marcha avec ses trou

pes du côté de Ghazna qui avoit été capitale des Ghourides. L'an 1215. Ce Prince y entra & en prit (a) possession ; l'esclave ayant

été abandonné de tous ceux qui avoient pris fon parti. Ildiz se sauva à Lahor dans l'Inde , & fit quelques conquêtes dans ce pays qui appartenoit à Cothbeddin ibek qui avoit été anciennement son valet de chambre; mais dans un combat qui se donna dans la suite entre ces deux esclaves, Ildiz fut tué. Mohammed trouva dans les archives de Ghazna une patente que le Khalif Naser avoit envoyée à Schehabeddin, par laquelle il donnoit à ce Prince les titres les plus pompeux, & l'engageoit à faire la guerre aux Kharizmiens. Le Sulthan indigné de cette piéce, résolut de porter ausfi-tôt la guerre dans les Etats du Khalif & de faire déposer ce

chef de la religion Musulmane. L'an 12176

Mohammed convoqua (a) une assemblée générale des Imams & des principaux Docteurs de ses Etats, fit déclarer d'après leur décision, que le Khalifat appartenoit de droit aux descendans de Houssain second fils d’Aly, sur lesquels les Abballides avoient usurpé cette dignité. Il représenta (a) L'an 611 de l'Hegire.

(c) L'an 614 de l’Hegire. (6) Au mois Schaban de l'an 612.

d'Herbelor.

que cette famille s'étoit rendue indigne du Khalifat, par apr. J. C. l'usurpation qu'elle en avoit faite , par plusieurs transgrellions l'an 1217. de la loi qu'elle avoit commises, & enfin

par
les
guerres

Moham

med. qu'elle avoit suscitées injustement contre les fideles. Après cette déclaration solemnelle l'assemblée délibéra sur le choix d'un nouveau Khalif, il toinba sur Alaeddin , surnommé El malek el termedi. Ce personnage fut reconnu Khalif dans les Etats du Sulthan Mohammed. Alors ce Prince se mic à la tête de son armée dans le dessein de conduire & d'inf- Abo:elfedha

Aboulmar taller le nouveau Khalif à Bagdad. Il s'empara du Dgebal, mufen. de Saveh , de Caswin, de Zendgiane, d'Hamadan, d'Ilpahan, de Com & Caschan. Uzbek fils de Pehlevan Roi de l’Adherbidgiane & d'Arran se soumit à lui, & fic faire en fon nom la priere publique dans les Etats. Le Sulthan s'avançoit toujours vers Bagdad, il avoit envoyé devant lui quelques corps de troupes & il les suivoit de près; mais deux ou trois jours après son départ d'Hamadan, il tomba une fi grande quantité de neige , que la plâpart de ses bêtes de charge périrent. Ce contre-tems & les nouvelles qu'il reçut de la Tartarie, par lesquelles il apprit que les Tartares menaçoient d'envahir ses Etats, l'obligerent de retourner dans le Khorasan, après avoir laissé des Gouverneurs dans les pays qu'il venoit de conquérir. Il fit cesser (a) dans le Khorasan L'an 1318. & dans le Maouarennahar la priere publique au nom du Khalif Naser ; mais quelques villes, telles que Samarcande, Herat & autres, n'écouterent pas ses ordres , & resterent toujours sous la juridiction des Aballides. Depuis plusieurs années il s'étoit élevé dans la Tartarie Hifi géné.

des Tatarso une puissance formidable; Genghizkhan fondateur de l'Em- Aloutljapire des Mogols, établissoit alors fon Empire sur les ruines radge. des Tartares Niu-tché. Après que ce Prince eut soumis un grand nombre de Hordes Turques & Tartares, il envoya un Ambassadeur nommé Makinut jalandgi, vers le Sulthan Mohammed pour lui faire part de ses victoires , & lui proposer en même tems une alliance, à cause de la proximité de leurs Etats. Genghizkhan promettoit à Mohammed de

(a) L'an 615 de l'Hegire.

« AnteriorContinuar »