Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

revenir
. L'Empereur qui ne put continuer le fiége, se retira

Apr. J. C. à Rhyndace où il laissa fon armée en quartier d'hyver. Au Lan 1136. printems prochain il revint prendre Castamon, & ensuite Masoud I. faire le siége de Gangra. La garnison Turque avoit été informée que

le Sulthan rassembloit une armée considérable auprès de Rhyndace pour venir au secours ; dans cette espérance elle refusa de rendre la place , mais quelque tems après, ne voyant arriver aucune troupe, elle évacua Gangra, à condition que les Grecs rendroient tous les prisonniers qu'ils avoient faits autrefois sur le fils de Danischmend. Les Grecs ne la garderent pas long-tems; elle fut reprise par l'armée Turque dans le tems qu'ils étoient occupés ailleurs,

Quelques années après le Sulthan Masoud, pendant que l'an 1138. l'Empereur Jean Comnène faisoit la guerre aux Francs qui Cinnamus. étoient en Syrie (a), alla ravager les terres de l'Empire. Nicet chon. Isaac Sebastocrator, frere de l'Empereur, s'étoit retiré à Iconium auprès du Sulthan, à l'occasion de quelques mécontentemens, mais il ne resta pas longtems dans cette Cour. Après le voyage de Syrie il le réconcilia avec Jean Comnè. L'an 1139; ne, qui en traversant l'Asie mineure avoit envoyé un détachement pour combattre les Turcs ; précaution de l’Empereur qui ne put empêcher que le Sulthan ne l'inquiétât pendant toute la marche. Andronic Comnène & Théodore Daliotes furent même faits prisonniers & conduits à Iconium, & les Turcs continuerent de ravager les campagnes qui sont le long du fleuve Sangar.

L'Empereur Jean Comnène, quoique malade, fut obligé L'an 11400 de venir au secours de ces Provinces. Il chassa les Turcs & revint à Lopades, où il resta jusqu'au printems prochain. Il avoit résolu d'aller faire la guerre aux Turcs qui avoient envahi l'Arménie, & à Constantin Gabras qui depuis long-tems s'étoit rendu maître de Trébizonde. Son deslein étoit de suivre les côtes maritimes, afin de pouvoir faire venir en tout tems des secours & d'avoir une retraite assurée en cas de besoin. Le Roi de Cappadoce nommé Mohammed avoit fait alors la conquête d'une partie de l'Ibérie, & de plusieurs

(a) L'an 53a de l’Hegire,

places de la Mésopotamie. Ses troupes passoient pour les Apr: J.C: plus braves de l'Asie. L'Empereur vint camper à Kinta , ville Masoud 1. du Pont , & de-là envoya plusieurs corps d'armée sur les terres

de Mohammed; mais ce Prince ayant eu le malheur de perdre tous les chevaux qui devoient remonter sa cavalerie & porter les bagages , les vivres commencerent à lui manquer. Les Turcs ne cessoient de le harceler , & fuyoient aussi-tôt; Jean Comnène étoit obligé de leur opposer ses meilleurs lanciers. Dans cet état il parvint jusqu'auprès de Néocésarée, où il essuya de plus en plus les attaques des Turcs. Il se feroit cependant rendu maître de cette place sans la révolte de son

eveu Jean Comnène, fils d'Isaac Sebastocrator, qui dans le tems qu'on alloit en venir aux mains, passa du côté des Turcs, & peu après embrassa le Mahométisme, & épousa la fille du Sulthan Masoud. Ce contre-tems obligea l’Emperereur de se retirer à la hâte, & de peur d'être inquiété dans sa retraite, de gagner le bord de la mer, & ensuite Constantinople, d'où quelque tems après il revint près de Rhyndace à la tête d'une nouvelle armée. Au printems suivant il se rendit à Attalie pour observer les Turcs qui s'étoient emparés de plusieurs endroits voisins du marais Pusgusa. Les Chrétiens qui habitoient dans les Illes que forme ce marais, s'étoient joints aux Turcs. L'Empereur qui voulut les attaquer , fut repoussé, perdit tout son bagage dans les eaux, &

ne put obli ger

les Turcs à lever le siège de Sozopolis.

Le Sulthan Masoud n'étoit pas moins heureux du côté de Aboulfedha l'Orient; Mohammed Roi de Cappadoce venoit de mourir, Aboulfa

(a) & quoiqu'il laissât plusieurs enfans , Masoud s'empara radge.

d'une grande partie de son pays. A peu près vers le même

tems , l’Empereur Jean Comnène mourut aussi. Masoud, penL'an 1143. dant que Manuel Comnène se faisoit couronner à ConstantiNicet chon. nople, ravageoit les Provinces de l'Empire. Le nouvel EmpeCir.namus.

reur qui étoit malade, fut obligé de passer en Asie; il battit les Turcs aux Mélangines , & il paroît que les deux Nations firent la paix ; mais les Turcs la rompirent aussi-tôt, vinrent assiéger Pitheca & piller Tracesium. Manuel Com

L'an 1142,

(a) L'an 537 de l’Hegire.

nène qui s'avança contre eux , traversa la Lydie, les mit en fuite & délivra toutes les villes de la Phrygie jusqu'au Méan. Apr: J... dre. Il battit Masoud près de Philomele, prit cette ville , & Masoud 1. remit en liberté plusieurs prisonniers Grecs qui étoient retenus depuis longtems. Le Sulthan avoit fui, Manuel Comnène lui écrivit pour lui reprocher sa lâcheté. Cette démarche ne servit qu'à faire revenir Masoud sur ses pas. Il se campa dans un lieu nommé Andrachma , & l'Empereur alla se poster à Græta. Dès le lendemain les deux armées se livrerent une sanglante bataille, Masoud fut vaincu & ne cessa de fuir jusqu'à ce qu'il fut arrivé à Iconium. Il n'osa même s'arrêter dans cette ville; content d'y jetter quelques troupes , il se fauva dans les montagnes; là il divisa son armée en deux corps, il en plaça un derriere Iconium, & avec l'autre il alla se poster entre cette ville & le château de Cabala. L'Empereur le suivit jusques dans cette retraite , & l'obligea de décamper. Pendant que Manuel Comnène étoit occupé à la poursuite de Masoud, le reste de l'armée Grecque s'étoit engagé dans des défilés où la garnison d'Iconium le vint surprendre, les Grecs alloient être enveloppés de toutes parts

sans l'arrivée des secours que l'Empereur envoya à propos. Les Turcs avoient toujours l'avantage, & l'Empereur pour sauver cette partie de son armée , fut obligé d'y venir en personne. Malgré la présence les Grecs étoient prêts de succomber; Manuel Comnène fit répandre le bruit

que

le Sulthan avoit été tué. Cette nouvelle, quoique fausse , jetta l'allarme parmi les Turcs , ranima le courage des Grecs qui firent de nouveaux efforts, & obligerent enfin les Turcs à se retirer. L'Empereur alla se présenter devant Iconium pour en faire le fiége ; mais sur le bruit qui courut alors que le Sulthan paroistoit avec de nouveaux secours, il décampa , en mettant par-tout le feu, Masoud le suivit, & surprit les Grecs dans un endroit où ils n'avoient pas la liberté de s'étendre; les Grecs s'y retrancherent, la témérité de l'Empereur pensa causer leur perte. Ce Prince s'étoit approché des Turcs avec un si petit nombre de personnes, que peu s'en fallut qu'il ne fût pris

. L'armée Grecque continua ensuite sa route & revint à Constantinople, après avoir été insultée pendant toute la marche par les Turcs.

Manuel Comnène se disposoit à une nouvelle expédition, Apr. J. C. & il étoit déja arrivé à Rhyndace, se proposant d'aller assiéger Masoud 1. Iconium, quand le Sulthan Masoud lui envoya une AmbassaCinnamus. de à la tête de laquelle étoit un Emir appellé Soliman. Il de

mandoit la paix & offroit de rendre la ville de Pracana & plusieurs autres places.L'Empereur y consentit & la paix fut signée. Depuis plusieurs années l'Asie mineure n'avoit

pas

été exposée au passage de ces grandes armées Chrétiennes qui alloient dans l'Orient à la défense de la Terre Sainte; & Ma

soud renfermé dans ses Etats n'avoit eu des guerres à soutenir L'an 11440 que contre les Empereurs de Constantinople, ou contre les

Princes Musulmans voisins de l'Euphrate. Roha , autrement Edesse , une des plus fortes places que les Francs possédassent en Orient , & qui étoit un territoire confidérable dont Joscelin étoit maître sous le titre de Comte, lui fut enlevée (a) par Emadeddin Zenghi, Roi d'une branche de Turcs établie à Moussoul. La perte de cette ville confterna tous les Francs de la Syrie , & ranima le zele des Chrétiens d'Occident; elle donna naissance à une nouvelle Croisade, & le Sulthan Masoud fut obligé de nouveau de combattre les armées des Francs, pour les empêcher de passer à travers ses Etats. L'Empereur Conrad & Louis VII. dit le jeune , Roi de France, excités par les discours de S. Bernard , Abbé de Clair

vaux , se croiserent, & se rendirent dans la Bithynie. L'armée de Tyr. Nicer chon. de l'Empereur Conrad étoit composée de soixante-dix mille cuiCinnamus. rassiers, de beaucoup d'infanterie, de cavalerie légere & d'un L’an 1147. grand nombre de femmes & d'enfans. Celle du Roi de France

avoit un pareil nombre de cuirassiers & une infinité d'autres troupes. L'Empereur Manuel Comnène & le Sulthan Masoud, également mécontens de l'arrivée de ces Chrétiens, se réunirent pour les faire périr. Masoud rassembla de tous côtés des secours, fit réparer ses places, & s'empara de tous les défilés. Manuel Comnène, en qualité de Prince Chrétien, ne se déclaroit pas ouvertement contre les Chrétiens , il laissoit agir le Musulman, & s'entendoit avec lui. Conrad qui s'étoit mis le premier en marche arriva à Dorylée sans

Guillaume

(a) L'an 539 de l'Hegire, dans le mois Dgioumadi elakher.

aucun

aucun évenement fâcheux. Mais ce fut là que la fourberie

Apr. J. , de l'Empereur Grec commença à se manifester. Les guides que l'an 1145: Manuel Comnène avoit donnés à Conrad , le conduisirent par Masoud 1. les chemins les plus difficiles, & ensuite l'abandonnerent. Ces Grecs se rendirent au camp des François , & assurerent à Louis le Jeune que Conrad ayant battu les Turcs & pris Iconium, il n'avoit pas besoin de secours. Ainsi les François ne se hâterent pas de continuer leur marche, pendant que les Allemands avançoient toujours à travers des pays dont ils ignoroient les chemins & où ils manquoient de chevaux & de bagages. Dans le temas que ceux-ci étoient le plus accablés de fatigues, les Turcs parurent, ils étoient comınandés par l’Emir Pamplan, que le Sulthan avoit envoyé. Ils livrerent plusieurs combats aux Allemands , & en tuerent un si grand nombre, qu'à peine il en échappa la dixieme partie. Conrad avec quelques-uns de ses gens regagna l'armée Françoise.

Ce Prince & le Roi de France marcherent ensemble juf- L'an 1148 qu'à Philadelphie, d'où Conrad partit pour Constantinople, & le Roi gagna les bords du Méandre. Il y trouva les Turcs , qui après avoir mis en lieu de sûreté tout le butin qu'ils avoient fait sur les Allemands, étoient accourus pour disputer aux François le passage du fleuve. Louis en fit un grand carnage, & parvint à Laodicée. Il étoit d'usage dans ces sortes de marches de faire précéder & suivre le gros de l'armée par deux corps

de

troupes, pour observer les démarches de l'ennemi, & le repousser en cas d'attaque. On décidoit ordinairement avant que de partir, en quel lieu on devoit camper. Le jour que Godefroy de Rancun commandoit l'avant-garde, on avoit choisi une haute montagne. Rancun s'y rendit de bonne heure , mais voyant qu'il y avoit encore assez de jour pour gagner un autre endroit assez éloigné & plus commode, il continua son chemin , sans en donner avis à l'armée. Le Roi d'un autre côté qui se voyoit assez près de la montagne ne se hâta pas de s'y rendre. Par-là les deux troupes se trouverent dans une assez grande distance l'une de l'autre ; les Turcs s'en apperçurent, & vinrent fondre aussi-tôt sur le gros de l'armée. Il se donna un combat très-sanglant, la plus grande partie des François y périt; le Roi ayant heureusement gagné l'avantTom. II. Part. II,

F

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »