Imágenes de páginas
PDF
EPUB

apprirent sa mort (a), elles décamperent aussi-tôt. Les Arméniens qui les poursuivoient à travers des chemins que les Apr. J. C. pluyes continuelles de l'automne avoient rendus impratica- Kaikhoibles , en firent périr un grand nombre. Kaikhosrou avoit du rou II. courage, mais il étoit trop adonné au vin & à la débauche. Il avoit épousé la fille du Roi de Georgie, & il l'aimoit si éperduement qu'il voulut faire graver son portrait sur les monnoyes, mais il se contenta d'y faire mettre un lion surmonté d'un soleil (6). Il laissoit trois enfans (c), Azzeddin Kaikaous, Rokneddin Kilidge Arslan, dont les meres étoient Grecques, & Alaeddin Kaikobad né de la fille du Roi de Georgie.

Azzeddin Kaikaous qui étoit l'aîné, monta sur le Kaikaous. trône, les Emirs lui prêterent serment de fidélité, & on fit Benschoula priere publique en son nom. Son Gouverneur nommé nah.

Abou!faDgelaleddin Cortai, (d) Grec d'origine, & qui étoit aime du peuple à cause de la sagesse & de sa prudence dans les Aboulfedha affaires, ne put empêcher que la division ne se mît entre ces trois Princes , & ne causât la ruine de leur Empire.

On n'eut pas plûtot appris à la Cour des Mogols la nouvel. L'an 12350 le de la mort de Kaikhosrou, que le grand Khan Oktai fit Aboulfasommer son successeur Kaikaous (e) de venir lui rendre hommage en Tartarie. Le Sulthan représenta aux Envoyés Mogols, auxquels il fit beaucoup de présens, qu'il ne pouvoit s'éloigner de ses Etats, sans les exposer à être ravagés par les Grecs & les Arméniens. Mais tout ce qu'il put dire ne fut point écouté, & il fut obligé de faire partir son frere Rokneddin accompagné de son Gouverneur nommé Bohaed.

radge.

adge.

(a) Benschounah place mal-à-propos on lit ces mots : Eloulthan el aadham sa mort à l'an 654 de l'Hegire , de J.C. garath eddounia oueddin Kaikosrou ben 1256. Il suit en cela Aboulfedha, dont Kaikobad ; c'est-à-dire , le très-grand il est le copiste. Aboulfaradge qui vivoit Sulthan , l'appui du monde & de la Redans ce tems-là, la place à l'an 642 , ligion, Kaikhofrou , fils de Kaikobad. & je l'ai suivi.

Cette Médaille est frappée à Iconium. (6) Cette Médaille est dans le Cabi (c) D'Herbelot lui donne pour sucnet du Roi. Entre les jambes du lion, cesseur Rokneddin soliman , qu'il dit & vers la queue il y a trois étoiles. Au- être son fils , & qu'il fait regner pendessus du lion est un soleil, & autour dant 20 ans. Mais toute cette Table de de la Médaille on lit ces mots : Elimam d'Herbelot eft fautive. el most anser billah Emir el moumenin ; (d) Il avoit été esclave du Sulthan c'est-a-dire, que Mostanser étoit alors Alaeddin qui l'avoit élevé. Imam , ou Commandeur des Croyans, (e) L'an 643 de l'Hegire. ou Khalif de Bagdad. De l'autre côté

L'an 1247

Apr. J. c. din ; mais ce parti devint par la suite le plus mauvais. Rok

neddin arriva en Tartarie dans le tems qu'Oktai khan venoit Kaikaous. de mourir, & il se trouvā à l'assemblée générale des Mogols,

dans laquelle Gaïouk fut proclamé Grand Khan. Ce nou-
veau Monarque de la Tartarie déposa (a) Kaikaous,' & don-
na le titre de Sulthan à Rokneddin Kilidge Arllan. Scham-
seddin el Isphahani , Grand Vizir du Sulthan Kaikaous, &
qui avoit épousé la mere de ce Prince , homme autant estimé
par sa fcience, qu'il étoit haï à cause du grand crédit dont il
abusoit , apprenant que Kilidge Arsan revenoit (6) de Tar-

tarie à la tête de deux mille cavaliers Mogols, voulut enL'an 1248. lever Kaikaous, & aller se renfermer avec lui dans un châ

teau qui étoit situé sur le bord de la mer, pour y attendre les
suites de l'arrivée du nouveau Sulthan. Mais Dgelaleddin
Cortai le fit aussi-tôt arrêter, & dépêcha un courier vers Bo-
haeddin, Gouverneur de Kilidge Arslan, pour l'informer de
tout ce qui se passoit à Iconium. Celui-ci détacha un corps
de Mogols qui arrêterent le Grand Vizir, on le mit à la
torture pour sçavoir de lui où étoient ses trésors, & on le
fit ensuite mourir

. Dgelaleddin Cortai qui n'étoit occupé que
de l'intérêt de son maître Azzeddin Kaikaous, s'aboucha
avec Bohaedding & dans l'impossibilité de résister aux Mogols,
il aima mieux partager le Royaume entre les deux Princes,
que de s'engager dans une guerre dont les évenemens sont
toujours incertains. Kaikaous eut Iconium, Angora , Acfara ,
Antioche & toute la partie Occidentale de ce pays, qui portoit
alors le nom de Turquie. Césarée, Siouas, Malathie, Ar-
zendgian, Erzeroum , & tous les pays Orientaux furent le
partage de Kilidge Arslan. Ils donnerent à Alaeddin Kaiko-
bad le plus jeune, des biens particuliers, & mirent sur les
monnoies (c) les noms des trois Princes.

Cependant les Mogols étoient mécontens de Kaikaous, Aboulfa & continuoient d'exiger qu'il se rendît en personne en Tarradge. tarie

pour prêter serment de fidélité au Grand Khan. Mangoukhan qui s'étoit alors, venoit de lui envoyer (d) de nouveau (a) L'an 645 de l'Hegire.

re , les grands Sulthans Azzeddin , Roks,
(6) L'an 646 de l'Hegire.

neddin, & Alaeddin.
(c) La légende étoit, Esalarhin el (d) L'an 652 de l’Hegire.
aadham , Azz ou Rokn ou Ala ; c'est-à-di-

[ocr errors]

L'an 1254•

des Ambassadeurs. Kaikaous, convaincu par une malheureuse

Apr. J. C. expérience, que la plus grande faute qu'il eut jamais com- l'an 1354. mise, étoit d'avoir envoyé son frere en Tartarie, résolut Kaikaous. cette fois d'obéir aux ordres du Grand Khan, mais à peine fut-il arrivé à Siouas qu'il revint sur ses pas, dans la crainte que les Emirs Turcs qui étoient attachés à Kilidge Arslan ne se déclarassent en faveur de ce Prince. Il rentra dans Iconium, & fit partir pour la Tartarie son frere Alaeddin. Dans une lettre qu'il écrivoit au Grand Khan, il marquoit que la mort de son Gouverneur Dgelaleddin Cortai , & le danger dont ses Etats étoient menacés du côté de l'Occident, par des ennemis qui n'attendoient que son départ pour les envahir, ne lui permettoient pas de s'éloigner de la Turquie, & il assuroit ce Prince qu'il se rendroit en personne à la Cour aussi-tôt que la tranquillité seroit rétablie. Mais malheureusement Alaeddin qui étoit chargé de cette lettre mourut en chemin. Kaikaous craignit alors que les Mogols n'entendant pas parler de lui, ne le vinssent attaquer ou ne le dépofassent. Il étoit d'ailleurs résolu de ne point aller en Tartarie, & pour se délivrer de toutes ses inquiétudes, il forma le dessein de faire périr son frere. Plusieurs Emirs qui en furent instruits firent échapper Kilidge Arslan. Ce Prince sortit du château déguisé en cuisinier , portant un plat sur sa tête, & suivi d'une troupe de domestiques dans le même déguisement. Il se rendit à Césarée, où il leva une armée avec laquelle il s'approcha d'Iconium; mais la fortune qui lui avoit été favorable jusqu'alors , l'abandonna; il fut battu & fait prisonnier par son frere, qui le fit enfermer dans le château de Daoulaou.

Cette victoire rendit Kaikaous maître de toute la Tur- L'an 12553 quie, sans être plus tranquille. Un Général Mogol nommé Baijou Novian (a) qui commandoit un détachement de l'armée d'Houlagou han s'approcha de ses Etats, & lui (6) demanda des quartiers d'hyver ; Kaikaous pensa que

c'étoit un rébelle qui fuyoit Houlagou, & se prépara à le chasser. Il marcha contre lui accompagné de Michel Palæologue, qui com

(1) Novian est un mot Mogol, qui au mot Arabe Emir. veut dire , Chef, Général, & répond (6) L'an 653 de l'Hegire.

I

زنI i

mandoit un corps de Grecs qui étoient dans l'armée du SulApr. J. C. L'an viss. than. Michel Palæologue, pour quelques sujets de méconKaikaous. tentement, avoit quitté la Cour de l'Empereur Théodore LasNicephor. caris, & étoit venu se réfugier auprès du Sulthan qui l'avoit Gregor. Georges

reçu avec honneur , & lui avoit fait rendre ce que des TurAcropol. komans lui avoient enlevé dans sa route. Il combattit vailPachymer

. lamment, déja les Mogols avoient le dessous, mais étant radge. revenus à la charge, les troupes du Sulthan furent obligées“

de prendre la fuite. Baijou Novian alla délivrer Rokneddin Kilidge Arsan & le créa Sulthạn de tous les

pays

soumis aux Seljoucides de l'Asie mineure. Kaikaous se lauva auprès Georges de Théodore Lascaris qui étoit à Sardes. Cet Empereur lui Acropol. Pachymer,

fit de grands présens; mais craignant que les Mogols, sous prétexte de défendre Kilidge Arllan, ne le vinssent attaquer en qualité d'allié de Kaikaous , il engagea celui-ci à ne pas

refter dans l’Empire, & le renvoya avec quatre cens. soldats commandés

par Isaac Ducas Mursuphle. Kaikaous lui remit Laodicée, & entra dans la Turquie d'où il envoya un Ambassa

deur (a) vers Houlagou pour se soumettre à lui , & se plainAboulfa

dre de la conduite de Baijou Novian. Houlagou ordonna radge. que les deux Princes partageroient entre eux leurs Etats,

Kaikaous rentra dans Iconium & Kilidge Arsan se retira dans le campement de Baijou Novian.

Le Sulthan Kaikaous qui n'osoit se fier trop aux Mogols, & qui étoit continuellement dans la crainte que son frere ne vînt l'attaquer, leva une armée considérable de Kurdes de Turkomans & d'Arabes. Scherfeddin Ahmed, & Scherfeddin Mohammed, deux Chefs des Kurdes, vinrent lui of, frir leurs services, & pour les récompenser il donna au pre, mier Malathie, au second Khortobret; cette générosité déplut aux Mogols & aux habitans de ces deux villes. Ceux de Malathie fermerent leurs portes à Scherfeddin Ahmed, qui après avoir perdu trois cens hommes, alla faire le dégât dans le pays de Calondia; ensuite le Roi de Miafarekin le batrit dans le pays d'Emed où il étoit entré, & le tua aves tous ses gens. Scherfeddin Mohammed fut aussitué

рах Ankourai Novian, près de Khortobret, (d) L'an 655 de l'Hegire.

L'an 1257.

Kaikaous donna le gouvernement de Malathie à Aly BaKadour , qui sçut forcer les habitans á le recevoir , & défit les Apr. J. C. Turkomans Ajaziens, qui sous la conduite de leur chef Jou- Kaikaous. tibegh, ravagoient tous les environs. Le Sulthan commencoit à rétablir ses affaires, & à se faire respecter dans ses Etats, lorsque Baijou Novian fit une nouvelle irruption, & lui enleva plusieurs places qu'il remit à Kilidge Arllan. Le Général Mogol prit Ableftain, où il tua six mille hommes, & réduisit en esclavage les femmes & les enfans; il s'empara ausli de Malathie dont Kilidge Arslan donna le gouvernement à un de ses Mameluks nommé Phakhreddin Ayaz.Baijou Novián ne fut pas plûtot décampé, qu’Aly Bahadour tenta de la reprendre, mais ayant été repoussé par les habitans, il en forma le siége , & réduisit cette ville à la derniere extrémité. Une famine horrible obligea les habitans de se rendre; mais comme tous les environs avoient été ravagés, la famine continua; les chiens, les chats, les vieux cuirs, les corps morts devinrent une nourriture que l'on se disputoit. C'est dans cette famine que l'on vit une mere mettre son enfant dans le four pour le manger ensuite: Telles furent les suites de la guerre que les deux freres se faisoient depuis si long-tems.

Kaikaous qui avoit contre lui les Mogols, chercha tous L'an 1259; les moyens de les appaiser. Il se rendit (a) auprès d'Houla- Aboulfedha gou qui l'avoit mandé avec son frere , & leurs Etats furent

Aboulfa

radge. partagés de nouveau entre eux. Kaikaous eut Césarée jufqu'aux frontieres de la grande Arménie, Kilidge Arslan, Aksara jusqu'aux pays qui étoient sous la domination des Grecs. Les deux Princes suivirent Houlagou-khan jusqu'au bord de l'Euphrate, & revinrent dans leurs Etats en assez bonne intelligence. Mais la paix dont Kaikaous jouit alors ne servit qu'à Pachymeri accélérer sa ruine: Il s'abandonna entierement à l'oisiveté, & se rendit méprisable aux yeux de ses Emirs qui détestoient les Mogols, maîtres alors de l'Empire des Seljoucides , & plusieurs chercherent une retraite auprès de Michel Palæologue. Kaikaous lui - même dont la capitale étoit soumise aux Mogols & qui languissoit dans l'esclavage, sortit de ses Etats

(a) L'an 657 de l'Hegire,

« AnteriorContinuar »