Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors][ocr errors]

ECCLESIASTIQUE.

Pour fervir de continuation à celle de Monfieur
l'Abbé FLEURY.

TOME VINGT-UNIE'ME.

Depuis l'an 1401. jufqu'en 1431.

[ocr errors]

A PARIS,

QUAT DES AUGUSTINS.
EMERY, à S. Benoist.

Chez SAUGRAIN, l'aîné, à la fleur-de-Lys.
PIERRE MARTIN, à l'Ecu de France.

M. D C C. X X V I.

Avec Approbation & Privilege du Roy:

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

PREFACE.

C&

OмME il n'y a perfonne qui ne convienne de l'utilité de l'étude de l'hiftoire ecclefiaftique & des avantages qu'on en peut tirer, je n'entreprendrai point ici d'en faire l'éloge; je me contenterai feulement de repeter après M. l'abbé Fleury, que rien n'eft plus propre à nous confirmer dans la foi, que de voir la même doctrine qu'on nous enseigne aujourd'hui, enfeignée dès le commencement par les apôtres, fcellée par le fang d'une infinité de martirs, & confirmée par tant de miracles; que de trouver encore dans la conduite des faints, des exemples qui nous font connoître en quoi consiste la folide pieté & qui détruifent les faux prétextes fur lesquels nous croïons bien fondez nos relachemens, en montrant que la perfection chrétienne eft poffible, puifque Jefus-Christ l'a enfeignée & que les faints l'ont effectivement pratiquée.

J'ajouterai que le but de l'hiftoire tend encore à former des hommes raisonnables, nez pour la focieté, en leur mettant devant les yeux les défauts de ceux dont on décrit la conduite, afin qu'ils en profitent. Ainfi lire l'histoire, ce n'eft pas charger fa memoire d'un grand nombre de dattes, de noms & d'évenemens; beaucoup de gens fe croient habiles en ce genre, pourvû qu'ils puiffent feulement redire ce qu'ils ont lu ou entendu dire, & penfent dès-lors qu'ils peuvent paffer pour favans. Le veritable ufage de cette étude eft plûtôt de connoître les hommes, & d'en juger fainement; d'étudier leurs motifs, leurs opinions, leurs paffions, pour en découvrir tous les refforts, les tours & les détours, les illufions qu'elles font à l'efprit, & les furprifes qu'elles font au cœur ; c'eft de reflechir naturellement & fans art fur ce qu'on y trouve de plus remarquable, afin que la lecture qu'on en fait puiffe nous rendre & raifonnables & chrétiens: qualitez qui font inféparables, quand il s'agit de la vraie probité.

En effet, que fert-il de favoir en general que les hommes font & vicieux & vertueux, qu'ils font fujets à beaucoup de paffions & à de fort grands défauts, que les uns par le fecours de la grace les ont corrigez, que d'autres ont perfeveré & font morts ǎ ij

M. Fleury dif cours premier.

« AnteriorContinuar »