Imágenes de páginas
PDF
EPUB

on

consulter sur l'histoire d'Italie JUSTIN II. plutôt que les Italiens mêmes ? Les

. An 567. historiens Grecs gardent le même

filence sur l'entrée d'Alboin en Italie : faudra-t-il pour cette raison rejetter comme une fable la conquête des Lombards ? Il est donc raisonpable pour le fait dont il s'agit, de s'en rapporter à Paul Diacre, auteur Lombard, suivi sur ce poind de toutes les chroniques les plus eftimées , pourvû qu'on retranche de son récit quelques circonstances fabuleuses qu'il y mêle selon sa cou

[ocr errors]

tumes.

XXI: Etablisse

ment des

Ravenne. Paul diac. I. 2. C. S.

Longin nommé par l'Empereur

pour succéder à Narses, n'arriva qu'aI xarques de près la mort de ce grand capitaine:

Il étoit revêtu d'un pouvoir très

étendu sous le titre d'Exarque ; c'éAgnellus vita toit le nom que portoit aussi dans ca ris apud Mu-temps-là le gouverneur général de rat, T. 2. rer. 'Afrique. Ce gouvernement prit Rubeus hift. une forme nouvelle , qui subfifta penRavenn. I. 3. dant eent quatre-vingt-quatre ans. Sigor de regno Ital. 1. 3. Les Exarques possédoient tous les Nurae, annal. droits de la souveraineté, hormis l'Empereur, révocables quand il le vouloit, tenus de lui payer chaque An. 567.

Petri

qu'ils étoient à la nomination de

, Ital.

Ital. T.

3. Pag. 477.

Justin II. année une certaine somme qu'il avoit ftipulée en leur conférant cet em- de Phit. d'I. ploi. Au reste ils disposoient des T. 1. p. 1534 charges & des emplois, ils étoient maîtres de lever des troupes & d'imposer des tributs ; ils jugeoient sans appel. Ils avoient en Italie la mês me autorité que les Satrapes dans les provinces de la Perse. Au lieu des Consulaires , des Correcteurs & des Présidens , Longin établit un Duc dans chaque cité,

Abr chron.

le commandement des armes , que pour l'administration de la justice & des finances. Il étoit venu par mer à Ravenne; où il fixa fa résidence, pour être plus à portée de fermer aux barbares l'entrée de l'Italie , & de recevoir des secours de Constantinople. Il avoit amené quelques troupes; mais ne se croyant pas assez fort pour résister aux Lombards , il en leva de nouvelles, dont il garnit Ravenné. & les places de la Vémétie. Il fortifia la Césarée, qui étana Qiuée entre Ravenne & Clalle, 09.

tant pour

XXII. Premieres

Italie,

9. 10. 12. 14.

=faisoit avec ces deux places qu’unie Justin II. seule ville. Depuis ce temps, les An. 567

Exarques entretinrent des garnisons: perpétuelles dans toutes les grandes villes d'Italie.

On eût dit que l'Empereur étoit An. 568. d’intelligence avec le roi des Lom

bards. Longin n'avoit ni usage de conquêtes la guerre, ni forces suffisantes pour d’Alboin en combattre un Prince vaillant, exPaul diac. 1. périmenté, suivi d'une armée formi2.6. 6. 7. 8. dable. La réputation d'Alboin, & Hift. Misc. 1. l'espérance d'une riche & brillante

conquête, avoient attiré sous ses Greg. Tur. hift. Franc. 1. étendarts des Sueves, des Bavarois,

des Bulgares', des Sarmates. Plus de Theoph. pag. 205.2062%' vingt mille Saxons vinrent se don Sigeb. chron. ner à lui, traînant avec eux toutes

leurs familles ; tant ils étoient assurés: Sigon, de re- de se faire , par leur épée, de nougno Ital.l. 1. Murat.annal: veaux établissemens. Alboin manda Ital. T. 3. les chefs des Abares, & leur déclara

qu'il leur abandonnoit la Pannonie De vita An. toute entiere, à condition de la rene tiq. Denevert. dre , fi jamais les Lombards étoient

.
forcés d'y revenir. Il n'est pas cer-
tain qu'il leur ait cédé le Noriques
Il envoya ordre à tous les sujets de

36.

4. C. 35.

German. Chr.
L.

2.

[ocr errors]

.

P. 475. 478. 477.

T.

2. p. 10. 17. 1.9.

An. 568

[ocr errors]
[ocr errors]

quitter leurs demeures, de charger

JUSUIN II. leurs bagages sur des charriots, & de marcher à la suite, femmes, enfans & vieillards. Tout étant prêt pour le départ, cette troupe innombrable se mit en marche le second d'Avril, lendemain du jour de Pâques, l'an cinq cents soixante-huit. Arrivé au pied des Alpes Juliennes, Alboin trouve les passages ouverts ; du haut d'une montagne, qui fut depuis appellée mont Royal , il contemple avec joie ces campagnes riantes & fertiles, dont il va se rendre maître. La ville nommée Forum Julii , bârie par Jule César , fut la premiere dont il s'empara : c'est aujourd'hui Cividad di Friuli, qui a donné son nom à la province de Frioul. Alboin ne trouva point de résistance dans toutes les places voifines. Les habitans se fauverent dans les illes de la Vénétie, comme ils: avoient fait aux approches d'Attila.. Aquilée étoit fans défense; Paulin archevêque schismatique se retira dans l'iile de Grado avec le trésor de fon Eglise. Félix évêque de Trés

ce,

vise vint au-devant du roi Lombard ; Justin II. jusque sur les bords du fleuve Piavé; An. 568.

Alboin aussi généreux que vaillant , le reçut avec bonté, prit la ville fous la protection ; & tout Ariem qu'il étoit, il confirma par lettres

. patentes à l'Eglise de Trévise la

propriété de ses possessions. Il se rendit en peu de temps maître de Vicen

de Vérone, de Trente, de Bresce, de Bergame , & de toute la Vénétie , qui dès lors s'étendoit jusqu'à l'Adda. Mantoue, Padoue , Crémone & Monselice, qui étoient garnies de foldats, furent les seules villes qui fe mirent en défense. Mantoue fue prise l'année suivante. Les trois autres se maintinrent long-temps contre toute la puissance des Lombards, & ne furent prises que plus de trente: ans après par Agiluf. .

Dès qu'Alboin se vit maître du

Frioul, il en donna le gouverneché de Frioul. ment à Grasulf fon neveu., & forx

grand écuyer, avec le titre de duc. Grasulf ne consentit à l'accepter qu'après que le Roi lui cât permis de choisir les familles qui habite

XXIII. Etablissement du dha

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »