Imágenes de páginas
PDF
EPUB

An. 573•

7

-EMPIRE. Liv. L. 215 cet artifice, n'eut pas plutôt fatisfait sa passion, que la Reine se fai- Justin II. sant connoître : Choisis maintenant, lui dit-elle ; entre tuer ou mourir. Si tu laisse Alboin échapper à ma vengeance, tu n'échapperas pas d sa colere. Péridée forcé d'ôter la vie au Roi , pour sauver la fienne, consentit à prêter son bras. Dès le lendemain Alboin s'étant jerté sur son lit pour prendre quelque repos pendant la chaleur du jour, Rosemonde écarte tous les domestiques, enleve toutes les armes à la réserve de l'épée qu'elle attache fortement , & introduit Pé ridée qui plonge la sienne dans le sein du Roi. A ce coup, Alboin s'éveille ; il voit le fer sanglant, Péridée en fureur , & la Reine encore plus furieuse qui anime le meurtrier. Il se jette sur son épée, & ne pouvant Ja tirer, il saisit un escabeau avec lequel il se défend. Il tombe enfin percé de coups , & le vainqueur des Gépides & des Romains expire aux pieds d'une femme. Il n'avoit régné que trois ans & demi en Italie. Les peuples vaincus le pleurerent, les Lom

[ocr errors]

XL.
Fin mal.

ses assassins.

bards inconsolables l'enterrerent avec Justin II. son épée & ses ornemens royaux au Ano 573. pied d'un escalier du palais.

Elmige s'étoit flatté de lui succéheureute de der : il fut trop heureux d'échapper

aux Lombards, qui se doutant du
complot , le cherchoient pour l’im-
moler à leur juste vengeance. Il se
fauva vers la côte de Gênes avec
Rosemonde, qui écrivit à Longin
pour lui demander asyle. L'exarque
délivré d'une continuelle inquiétude
par

la mort d'un si redoutable enne-
mi, envoya aussi-tôt un vaisseau , où
Rosemonde s'embarqua avec sa fille
Albsvinde, Elmige devenu son mari,
Péridée & tous les trésors du Roi
qu'elle avoit enlevés dans sa fuite.
Cette Princesse étoit aussi belle que
méchante & perfide. Longin, hom-
me fans esprit & sans roæurs, en de-
vint amoureux, & lui promit de l'é-
pouser , si elle pouvoit se défaire de
son nouveau mari. Le crime n'ef-
frayoit plus Rosemonde ; il lui cou-
toit
peu

de faire périr Elmige, après
avoir trempé ses mains dans le sang
d'Alboin. Comme il sortoit du bain,

elle

[ocr errors]

elle lui présenta un breuvage empoisonné. A peine en eut-il bú une par- Justin II. tie , que sentant dans ses entrailles An, 573• l'effet du poison, il força Rosemonde l'épée sur la gorge de boire le reste, & tous deux expirerent en même temps. Longin fut peu touché de cette scene tragique ; il se consola en détournant une partie du trésor des Lombards, dont il envoya le reste à la Cour avec Albfvinde & Péridée. Justin lui en fçut tant de gré, qu'il augmenta fon autorité & ses revenus. Péridée pour faire montre de sa force, combattit un lion d'une grandeur énorme dans un spectacle public en présence de l'Empereur , & le tua. Il en attendoit une récompense ; mais Justin craignant qu'un fi méchant homme n'abusât de ses forces, lui fit crever les yeux. Ce traitement irrita la férocité de Péridée. Il résolut de tuer l'Empereur; & s'étant armé de deux poignards qu'il tenoit cachés sous sa robe, il se fit conduire au palais, demandant à parler au Prince, à qui, disoit-il, il avoit d'importans secrets à révéler, Tome XI,

K

[ocr errors]

An. 573

XLI.

Justin se défiant de ce meurtrier, JUSTIN II.

envoya deux Patrices pour l'écouter. Péridée désespéré d'avoir manqué son coup, s'approche comme pour leur parler à l'oreille, & les perce tous deux en même temps de les deux poignards. Ils tomberent morts à ses pieds. L'histoire ne dit pas quelle fut la fin de ce scélérat.

Après la mort d'Alboin, les seiCleph fucGedea ai: gneurs Lombards se rendirent de à Al

toutes parts à Pavie ; il ne laissoit point d'enfant mâle, & l'intervalle de cinq mois, que dura l'interrègne, donne lieu de soupçonner qu'il se forma beaucoup d'intrigues & de cabales pour remplir le trône vacant. Enfin on elut Čleph, des plus nobles de la nation , payen de religion, aufli guerrier qu'Alboin , mais avare & sanguinaire. Il traita cruellement les vaincus, chassant les nobles de leur patrie , faisant mourir les riches pour s'emparer de leurs biens. S'étant rendu odieux à ses propres sujets, il fut alfaffiné par un de ses domestiques après dix-huit mois de règne. Ce Prince ajoûta de nouvelles conquêtes

boin,

>

>

>

An. 573

Guerre de

à celles de son prédécesseur. Il se rendit maître de lanetum entre Par

JUSTIN II. me & Modène ; il resserra de plus près Ravenne par la prise de Rimini. İl rétablit Forum Cornelii, place importante bâlie par Sylla , ruinée par Narsès. Les Lombards éleverent au voisinage le château d'Imola , qui donna dans la suite son nom à la ville.

Dans ce même temps l'Empire XLI. foutenoit en Asie une guerre beau- Perfe. coup plus sanglante. L'imprudente Theoph. Byz. fierté de Justin l'avoit allumée; l'in-pango 22: 23

Evag, I. s.c. capacité de ses généraux soutenoit 8. 9.10. mal l'orgueil de leur maître ; & les Simocat. 1.5.

3 Perfes plus puissans que les Lombards c. 10.11. mettoient en feu la Mésopotamie & Theoph. pag. la Syrie. Marcien retiré à Dara pen-Ce.lr.p: 390: dant l'hiver avoit fait lever des trou-Zon. T. 2. Po pes en Arménie. Les Lazes, les Abasges, les Alains commandés par leur roi Saros, étoient venus grosir son armée. Se voyant si supérieur en forces, il attaqua un corps de Perses près de Nisibe, leur tua douze cents hommes, en fit soixante dix prisonniess, fans autre perte que de

Abb. Biclar,

71.

[ocr errors]

>

« AnteriorContinuar »