Imágenes de páginas
PDF
EPUB

An. 354.

IX Maflair: de

loit travailler aux préparatifs nécessaires pour résister à un fi redouta- JUSTINIEN. ble ennemi,

Dans une pareille conjoncture, il eût été de la prudence de ménager Sotíriquc. les peuples de ces contrées. Mais la fierté brutale d'un officier attira aux Romains de nouveaux ennemis. Sotérique étoit parti de Constantinople avec Zathès, pour aller distribuer les sommes d'argent , qu'on payoit tous les ans aux Utigours, aux Alains & aux autres Barbares voisins de la Lazique. C'étoit un tribut honteux auquel l'Empire s'étoit assujetti, pour acheter le secours de ces peuples ou du moins leur neutralité dans les guer res contre la Perse. Les Misimiens étoient une nation située au nord-est de l’Apsilie ; quoique sujette au Roi des Lazes , elle avoit sa langue & ses loix particulieres. L'arrivée de Sotérique dans leur pays , leur fit croire qu'il avoit dessein de s'emparer d'une de leurs places , pour établir un comptoir, où désormais les Barbares viendroient se faire payer de leurs pensions , sans que les commissaires Tome XI,

B

[ocr errors]

Romains eussent la peine d'aller les JUSTINIEN. chercher au-delà du Caucase. Sur ce Ano 554• soupçon bien ou mal fondé, ils lui

envoyerent fignifier qu'il eút à s'éloigner de cette place, offrant de lui porter

des vivres en tout aụtre lieu qu'il choisiroit pour sa résidence. Som térique offensé de la hardiesse d'une nation qu'il méprisoit , fir charger leurs députés de coups de bâton , & les renvoya demi-morts. Ensuite aussi tranquille sur leur ressentiment, que s'il eût châtié ses propres esclaves, il demeura dans le même lieu, & s'endormit la nuit suivante, fans soupçonner qu'il eût besoin d'aucune précaution. Au retour des députés, les Misimiens outrés de colere, avoient pris les armes ; ils arrivent au milieu de la nuit, forcent la maison où logeoit le Commissaire ; égorgent les premiers domestiques qu'ils trouvent endormis. Le bruit réveille les autres, qui cherchant en vain leurs armes , chancelant , hurlant au milieu des ténebres, fe heurtent, se renversent les uns sur les autres, On mallacre, on alfomme, on écrase,

[ocr errors]

An. 554

X.
Les Dolo-

Sotérique est tué avec ses deux fils.
Les Misimiens dépouillent les morts

JUSTINIEN pillent les bagages, emportent

la caisse de l'Empereur. Lorsqu'ils furent retournés chez eux; & que leur fureur se fût refroidie , faisant réfiexion sur leur forfait , fur la vengeance qui alloit suivre, & sur l'impuissance où ils étoient de s'en garantir , ils résolurent de se donner aux Perses.

Nachoragan à la tête de soixante mille hommes, marchoit vers l'isle mites défaits de Phase, où les généraux Romains par les Sabrs. s'étoient retranchés. Ils avoient laissé près d'Archéopolis deux mille Sabirs, pour harceler les ennemis pendant leur marche & leur disputer les passages. Le général Perse envoya

. contre ceux-ci trois mille de ces Dolomites, dont j'ai déjà parlé à l'occasion du fiége d'Archéopolis; & comme il étoit vain & fanfaron: Allez, leur dit-il, nous délivrer de ces guêpes incommodes ; qu'il n'en reste pas une seule pour venir nous piquer par derriere. Les Dolomites partirent à l'entrée de la nuit pour surprendre les Sabirs endormis ; un heureux hazard

[ocr errors]
[ocr errors]

ز

:

fit échouer leur dessein. Un Laze que JUSTINIEN. les ennemis avoient forçé de leur serAn. 554. Vir de guide, s'étant échappé à la

, faveur des tenebres, alla donner l'allarme aux Sabirs qui dormoient profondément. Ils courent ausli-tôt aux armes, soitent du camp, & laissant. l'entrée libre & leurs tentes dressées, ils se mettent en embuscade à droite & à gauche. Les Dolomites après s’etre égarés plusieurs fois, arrivent néanmoins avant le jour : ils entrent fans bruit de peur de réveiller les Sabirs , plongent leurs lançęs & leurs épées dans les tentes & dans les lits, Alors les Sabirs sortant de l'embuf cade, fondent sur eux & les taillent en piéces. Dans cette attaque impré. vûe , les Dolomites saisis d'épouvante, ne pouvant se reconnoître dans l'obscurité, se laissent égorger sans résistance. Il en resta huit cents sur la place; les autres s'étant échappés avec peine, après avoir rodé autour du camp, trompés par les détours des chemins , revenoient eux-mêmes se jetter entre les mains des ennemis, Enfin, le jour ayant paru,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

ils ręcon:

[ocr errors]

An. 554

[ocr errors]

nurent leur route , & s'enfuirent vers le camp des Perfes, les Sabirs les JUSTINIEN, poursuivirent l'épée dans les reins. Babas commandant d'Archéopolis avoit entendu sur la fin de la nuit, de grands cris & un horrible tumulte; mais comme il en ignoroit la cause, il s'étoit tenu renfermé dans la ville. Au point du jour, voyant fuir les Dolomites, il se joignit aux Sabirs pour les massacrer. On en fit un fi grand carnage, qu'à peine en rentrat-il le tiers dans le camp de Nachoragan,

La perte de ces deux mille hommes affligea ce général : les Dolo- Inutiles pirran

pofitions de mites éroient les soldats les plus déa paix. terminés de la Perse. Il alla camper près des Romains , & invita Martin à une entrevûe. Celui-ci s'étant rendu au camp des Perses , Nachoragan après l'avoir exhorté à procurer la paix aux deux nations, qui éprouvoient tour à tour les malheurs de la guerre, lui proposa de se retirer à Trébizonde dans le Pont avec son armée, tandis que les Perles resteroient en Lazique, d'où ils pour

XI.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »