Imágenes de páginas
PDF
EPUB

rends qui survenoient entre les deux Juges. Tous les Poëtes

conviennent de cette superiorité de Minos sur ses Colleb) Odym. 11. gues. Honiere (1) le représente avec un sceptre à la main,

allis au milieu des Ombres, dont on plaide les causes en sa présence; & Virgile ajoute qu'il tient à la main & remue l'Ur ne fatale où eft renfermé le Tort de tous les mortels,

[ocr errors]

de l'Eneïde.

Quæfiror Minos Urnam movet , pendant que le fevere Rhadamanthe fait execater dans le Tartare les jugemens que son frere prononce (a). - Ainsi, à prendre les choses à la rigueur, Rhadamanthe n'eft là qu'un Juge fubalterne, & comme le Lieutenant criminel de Minos : il inftruit les procès, écoute & confronte les témoins , oblige les coupables, en les mettant à la question, à

confesser leurs fautes les plus secretes ; & après que son frere (2) Voyez a jugé en dernier ressort , il fait executer ses sentences (2). Lacerda Lur le Il n'eft pas aisé de fixer l'époque du regne de Minos I. Si

Livre

nous consultons les Marbres d'Arondel , dont l'époque est un peu mutilée , nous y trouverons que ce Prince vivoit du temps de Pandion I. Roi d'Athenes (b): ce que les Auteurs

6 des Remarques sur ces anciennes Inscriptions, font tomber à l'an 1462. avant Jesus-Chrift:& ce qui sert à confirmer cette époque, c'est que les Marbres joignent le regne de Minos , avec l'invention du fer par les Dactyles Idéens, lorsque les forêts du mont Ida s'étant embrasées, ils virent couler ce

métal que le feu avoit fondu; événement qui, suivant un an(3) Strom. cien Chronologue cité par faint Clement d'Alexandrie (3),

doit tomber fur l’an du monde 2743. en supposant que l'Ere chrétienne a commencé après l'an 4005.

Eufebe favorise encore ce sentiment , en mettant le regne de Minos à l'an 32. de celui de Pandion , qui eft la cent

[ocr errors]
[ocr errors]

(a) Gnoffrus har Rhadamanthus habet du- Distulit in feram commisa piacula morrissima regna,

tem. Æneid. 6. Castigatque, auditque dolos,' fubigitque (b) A quo Minos I. regnavit. L.inftaurafateri

vit , & ferrum inventum eft in Ida, invenQuæ quifque apud fuperos furto læratus toribus Idæis Dactylis , Celmi.... regnante inani,

Athenis Pandione, &Ep. 11,

cinquante-uniéme année de l'Ere Attique , c'est-à-dire , vingtsix ans plus tard. Mais je crois que ces sçavans hommes ont trop étendu les temps fabuleux, puisqu'il n'y a entre Minos I. & Idomenée, qui, selon Homere & tous les Anciens, alifta au siége'de Troye,

que cinq personnes, qui font quatre générations; Minos I. Lycaste, Minos II. Deucalion & Idomenée, qui étoit encore fort jeune. Ainsi, à compter avec Herodote, trois générations pour un siécle, & une demie pour Idomenée,il s'ensuivroit que Minos n’a vécu que 129. ans avant la guerre de Troye: & cette ville ayant été prise , lelon l'opinion la plus probable, l'an 1.184. avant Jesus-Christ, on doit fixer l'époque que nous cherchons, à l'an 1304, avant l'Ere chrétienne On ne sçait pas au juste combien de temps a regné ce grand Prince, le passage où Jlomere (1) semble (1) Odyff. 193 lui donner neuf ans de regne, étant très-équivoque.

J'ai dit que Minos ayoit eu deux freres, Rhadamanthe & Sarpedon : il est à propos avant que de passer plus ayant, de raconter leur Histoire.

Rhadamanthe, si nous en croyons Apollodore (2), Pla (2Liv.r. ton (3), Diodore (4), saint Augustin (5), & presque tous les {3} in Minoe. Anciens, quoique quelques-uns d'eux n'en conviennent pas , 6 De Civit

, étoit frere de Minos, qui au rapport de Platon , se servit Dei. l. 18. utilement de ses lumieres pour composer ses Loix,& les faire observer (avec exactitude; c'étoit un Prince d'une éminente vertu , le plus modeste & le plus sobre de son temps.

Apollodore est le seul', que je sçache, qui dise qu'il se retira en Béotie , après avoir assassiné son frere Amphitryon; ce qui sans doute regarde un autre Prince du même nom, puisqu'il est sûr , par le témoignage de tous les Anciens , que celui dont nous parlons ici, alla s'établir dans quelqu'une des Ines de l'Archipel de la domination de son frere , foit, comme le prétendent quelques Auteurs, que ce fût par politique que Minos jaloux de la réputation, l'eût obligé à quitter l'Ille de Crete; ou plâcôt qu'il lui donna cet appanage, pour

faire passer par son moyen la connoissance de ses Loix jusques dans l'Alie. Diodore nous apprend qu'il fit plusieurs conquêtes dans les Illes voisines, moins par la force de les armes, que

و

par la douceur de la domination , plusieurs peuples s'étant volontairement foumis à fon empire. C'est cette équité & cet amour pour la justice, qui le firent mettre au nombre des Juges d'enfer. Rhadamanthe avant que de mourir , partagea fes Etats eñtre ses deux fils, & donna le gouvernement des vil, les à fes principaux Officiers.

J'ai dit que tous les Anciens ne convenoient pas que Rhadamanthe fût frere de Minos, il y en a quelques-uns en effet qui prétendent qu'il n'avoit été que son Secretaire, fondés apparemment sur ce que ce Prince, au rapport de Platon, s'en étoit servi pour rediger le Code de ses Loix. Strabon même nous fait entendre que Rhadamanthe , sur le modele duquel Minos s'étoit-reglé, avoit vécu long-temps avant lui;

qu'il avoit donné des Loix à l'Ile de Crete, & y avoit bâti (1) In Arc. plusieurs villes. Cest peut-être celui dont parle Pausanias (?)

qui au rapport du Poëte Cyneton , étoit fils de Vulcain, petit(2)Voyez son fils de Talus , & arriere-petit-fils de Cerès. Loerquer (2) croit petit Livre in

aussi

que le Prince de ce nom qui regna en Lycie, n'étoit pas frere de Minos, & il blâme Diodore & Platon de l'avoir fait sortir de l'Ine de Crete. Ce même Auteur reconnoît un second Rhadamanthe, frere de Minos II. Législateur comme le premier ; tout cela prouve qu'il y a eu plu

sieurs personnes de ce nom. Histoire de Sarpedon obligé de sortir de l'Ise de Crete , après que son Sarpedon. frere , à qui il disputoit la couronne, l'eut vaincu , se retira

d'abord dans la Garie, où il bâtir la ville de Miler (a) , & après y avoir fait quelque séjour , il pénétra plus avant dans l'Alie', & arriva enfin au pays des Myliades , qui prit peu de temps après le nom de Lycie , d'un Prince nommé Lycus, fils de Pandion & frere d'Egée, qui s'y retira, & y fut reçu par Sarpedon qui venoit d'y fonder un petit Royaume , où il regna paisiblement le reste de ses jours. Après sa mort Evandre son fils monta sur le trône, au rapport de Dios dore ; mais il ne faut pas confondre ce Sarpedon avec le petit-fils de Bellerophon qui vivoit aussi dans le même pays >

titulé Ion.

(a) Diodore , l. 5. Herodote , 1. F. Paul, in Articis. Stephanus , &c.

و

environ ioo. ans après, & qui selon Homere, Iliadel. 6. conduisit au siége de Troye ceux des Lyciens qui habitoient aux environs du Xanthe (1)

(1) Voyez Après la mort de Minos premier , son fils Lycaste lui suc- l'histoire de ceda ; mais son regne n'a rien de remarquable. Il n'en est pas

Bellerophon. de même de celui de Minos second son fils, dont je vais parler.

Ce Prince étant monté sur le trône, se rendit redoutable à ses voisins, fit plusieurs conquêtes dans les Illes voisines & devint enfin le maître de la mer. Thucydide , Apollodore, Diodore de Sicile, & les autres Anciens parlent des progrès que faisoit sa Flotte, la plus nombreuse qu'on eût vûe avant lui ; & il auroit joui de la réputation de l'un des plus grands Princes de son temps, sans la malheureuse avanture que je vais raconter. Elle troubla tout le repos de fa vie, & donna lieu aux Grecs de le déchirer par mille calomnies.

La célébration des Panathenées attirant à Athenes toute la Noblesse des environs (a), Minos voulut y envoyer son fils Androgée, & ce jeune Prince combattic dans ces Jeux avec tant d'adresfe & de bonheur , qu'il y remporta tous les prix ; ce qui lui attira l'estime de tout le peuple, & l'amitié des fils de Pallas frere d'Egée. Le commerce de ce jeune Prince avec les Pallantides devint suspect au Roi d'Athenes : comme il n'avoit point encore fait reconnoîtreThesée, & qu'il n'avoit point d'autres enfans, il craignit qu'avec Je secours de Minos ils ne fe miffent en état de le détrôner; ainsi ayant appris qu'Androgée alloit à Thebes, il le fit aflafsiner au bourg d'ênée, sur les confins de l'Atrique. Minos n'eut pas plûtôt appris cette triste nouvelle , qu'il résolut de yenger la mort de son fils. Apollodore remarque (b) qu'il étoit

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

(a) Diodore, l. 4. Apollod. 1. 3. Plu- , noisfoit pas la Divinité. Ce Taureau tarque, in Theseo , & Servius sur le fixié- ayant ravagé l'Ile de Crete, traversa la me Liv. de l'Eneide.

mer , alla en Grece', & ayant rencontré (6) Apollodore, liv. 3. raconte autre | Androgée en son chemin , lui ôta la vie ; ment la mort d'Androgée : il dit que cei mais il y a apparence qu'on ne fit courir Prince fut cué par le Taureau de Mara- ce bruit , que pour mettre à couvert la thon, que Neptune avoit envoyé dans réputation d'Egée, qui avoit violé tous l'Ile de Crete , pour punir Minos de ce les droits de l'hospitalité. gu'étant maître de la mer, il ne recon

alors dans l'Isle de Paros, où il offroit un sacrifice aux Gras ces, & qu'il jetta de dépit la couronne qu'il avoit sur la tête, & que depuis ce temps-là il ne porta plus de couronne dans les facrifices de ces Déesses.

La Flotte de Minos s'étant bientôt trouvée en état de partir, ce Prince fondit sur l'Atrique avant qu'on eût eu le temps de se preparer à le recevoir : Nisa, qu'Ovide par anticipation nomme Megare , sentit le premier effort de ses armes. Cette

ville voisine d'Athenes, avoit pris son nom de Nisus,frere d’E(1) Liv. 3. gée: voici selon Apollodore (1) & Strabon, comment elle

étoit échue à la branche cadette de la maison Royale d'A. thenes. Pandion, qu’une faction avoit chassé de son Royaume, s'y étoit retiré, & avoit épousé la fille de Pylos qui y regnoit. Il en eut quatre fils ; Egée, qui alla regner à Athenes; Nilus, qui succeda à son grand-pere & donna son nom à la ville; Pallas & Lycus, qui dans la suite voulurent disputer la couronne à Egée.

Cette ville auroit long-temps arrêté l'ennemi , fans la perSylla & de Ni- fidie de Sylla, fille de Nilus, qui trahit son pere. Les Poëtes disent (2) que le sort de ce Prince

dépendoit d'un poil rouge qu'il portoit sur sa tête (a), & que Sylla amoureuse de Minos, lui coupa pour le porter à son Amant (b). On ajoute que ce Prince détestant cette trahison, partit sans vouloir lui parler, & que Sylla s'étant jettée de désespoir dans la mer, les Dieux la changerent en Alouette ; c'est-à-dire , car cette avanture est véritable, au rapport de Pausanias, que cette Princesse eut correspondance avec Minos pendant le liége; qu'elle lui donna avis des résolutions les plus secretes du conseil ; & qu'enfin elle l'introduisit dans la ville avec les clefs qu'elle prit pendant que son pere dormoit , & dont apparemment Ovide a voulu parler sous le symbole de ce poil fatal.

Sa métamorphose en Alouette, ainsi que celle de son pere

Histoire de

(2) Ovid. Met. l. 8.

(a) Pausanias, in Articis, dit que les cheveux de ce Prince étoient rouges, c'est-à dire, d'un blond trop hazardé.

[ocr errors]

Crinis inhærebat magni fiducia regni:

(b) Inter honoratos medio de vertice canos

.... Fatali Nara Parentem Crine

fuum fpoliat.

« AnteriorContinuar »