Imágenes de páginas
PDF
EPUB

pour fon

C. 10.

Ba

bel.

[ocr errors]

outre que nous n'avons plus que quelques fragmens des plus anciens, ceux qui nous restent sont pour la plû part remplis de fables.

Ce qu’on sçait avec certitude, c'est que Javan fils de Japhet, connu par les Grecs sous le nom d'Iapet, eut l'Occident son partage. Voici ce qu'en dit Moyse : Filii Japhet Gomer & Magog & Javan

, &c. filii autem Javan , Elisa, & Tharses, el Cethim, & Dodanim. Ab iis dívisa sunt (1) Gen. Insulæ gentium , in regionibus fuis (1). C'est donc lui qu'on doit

regarder comme le Pere des Ioniens & des autres Grecs.

Peu d'Auteurs doutent aujourd'hui de cette verité, que le (2) Voyez sçavant Bochart (2) & le Pere Kirker (3), ont si bien prouson Phaleg vée, que nous pouvons la supposer comme une chose cer(3) Dans sa taine. Aussi le texte de Jofeph y est formel. De Javan , dit cet Auteur

sont sortis les loniens & tous les Grecs (4). (4) Ant. l. 1. Cet ancien Patriarche conduisit donc la colonie dans l'Oce

cident, & on ne peut placer l'époque de cette transmigration qu'après la separation arrivée à la confusion de Babel. De sçavoir précisement en quelle contrée de l'Occident Javan fit sa demeure, c'est ce qu'il n'est pas aisé de deviner, Loerquer dans un Livre composé à ce sujet, & qu'il a intitulé Ion , prétend qu'il ne passa pas la mer , & qu'il s'arrêta dans l'Asie mineure , d'où ses Descendans allerent dans la Grece , apparemment par le Bosphore de Thrace , comme l'endroit où elle est la plus étroite. Cet Auteur ajoute que les Ioniens , si connus sur les côtes Asiatiques de la mer Egée, ne descendoient pas de Ion fils de Xutus , & petit-fils de Deucalion , mais de Javan, duquel ils furent appellés Iao

niens, ainsi que les Grecs d'Europe, I'moves, comme s'ex(5) Iliad. prime Homere (5) , & en adoucisant la prononciation, lo

niens. Il est vrai que du temps d'Herodote, le nom d'Io-
niens étoit restraint aux seuls Grecs Asiatiques, si bien que
les Atheniens & leurs voisins ne vouloient pas porter ce nom.
Cependant on ne sçauroit nier , après le témoignage d'Ho-
mere, de Strabon & d'Hesychius , qu'il n'ait été ancienne-
ment commun à tous les Peuples de la Grece.
C'est donc dans ce Pays qu'il faut chercher l'établissement

de

1. 13•

و

de Javan. Elis mena ses enfans dans l'Elide; Dodanim alla demeurer aux environs de la forêt de Dodone; Cethim pafsa dans la Macedoine : car je crois que Bochart s'est trompé, en disant que ce Patriarche alla s'établir en Italie. Tharles étoit demeuré dans la Cilicie, où il fonda la ville de Tharfe. Thiras fixa fa demeure dans la Thrace, ainsi que Joseph, & après lui S. Jerôme , & presque tous les Interpretes, en conviennent.

Voilà sans contredit les premiers habitans de la Grece; voilà quel étoit l'Iapet dont les Historiens & les Poëtes ont tant parlé, n'ayant connu que très-confusément cette premiere transmigration.

Les Pelasges étoient selon eux les premiers Peuples de la Grece , & on ne sçauroit nier qu'ils n'y ayent habité dès les temps les plus reculés. Herodote (1), comme nous l'avons (1) L. 2. C. déja remarqué au commencement du second Tome, les fait so. Sr. &c. sortir de l'Isle de Samothrace , d'où ils allerene s'établir d'abord dans l’Attique ; & c'est peut-être ce que nous avons de mieux à dire sur ce sujet. Cependant comme plusieurs autres Auteurs ont parlé de ces Pelalges , je dois rapporter leurs témoignages. Ils croyent donc que ces Peuples , qui changerent souvent de demeure, furent appellés Pelasges, parce qu'ils étoient errans & vagabonds. On les trouve en effet

partout, dans l'isle de Samothrace , dans plusieurs parties de la Grece, dans l'Asie mineure , & enfin dans l'Italie. Ils allerent d'abord d'Athenes du côté de Dodone, comme le dit Herodote dans l'endroit que nous avons cité (2). Ils occupe- (2) Voyez ce rent l’Arcadie , l'Hemonie appellée depuis Thessalie. Les qu'on en a dic Curetes & les Leleges , & enfin Deucalionles en ayant chal- cement du fés, ils se répandirent dans l’Eftioride, dans la Phocide , Tome II. dans la Béotie & dans l’Eubée. Il y en eut qui passerent dans l'Asie, d'autres dans l'Italie ; sur quoi il est bon de consulter Strabon & Denys d'Halicarnasse.

Les Historiens qui font venus après Herodote , moins infruits sans doute que lui, ne conviennent pas de l'origine qu'il donne aux Pelalges, en les faisant venir d'un pays étranjer : ils croyent au contraire qu'ils étoient Autoctones (3) ; (3) Heliode. Tome III.

С

[ocr errors]

Eneid.

و

[ocr errors][ocr errors]

c'étoit l'épithete qu'on donnoit à ceux qu'on croyoit nés dans
le pays, ou plutôt de tous ceux dont on ignoroit l'origine.
Mais la varieté qui regne au sujet de ce Peuple dans les Auteurs,
est une preuve qu'il faut s'en rapporter à l'Historien que nous
venons de nommer. En effet , si nous en croyons Apollo-
dore , il faudra dire que les Pelasges avoient pris leur nom
d'un ancien Pelasgus. Servius est du même sentiment qu'A-

pollodore : (1) Pelasgi, dit-il, à Pelasgo terræ filio, qui in Ar(1) In. 2. cadia eft genitus, úr Hefiodus ait. Eschile dit simplement que

ce Pelasgus étoit un ancien habitant du pays , à qui il don-
ne, non pas l'épithéte d'Autoctone, mais celle de vanaix-
gor. L'ancien Scholiaste d'Apollonius de Rhodes, homme
très-versé dans la connoissance des Antiquités de la Grece
dit que Pelasgus étoit fils d’Inachus ; & c'est celui-là qui se-
lon Hesiode, fut pere de Lycaon Roy d'Arcadie. Euftathe,
après Hellanicus , nomme un troisiéme Pelasgus, fils de Pho-
ronée, & par conséquent petit-fils d'Inachus. On en connoît
un quatriéme, fils de Jupiter & de Niobé, la premiere maî-

treffe de ce Dieu, comme nous l'apprenons d'Acusilaus
(2) Sur Ly- dont le témoignage est cité par Tzetzès (2). Un cinquiéme,
coph, V:111: fils d’Arcas , & perit-fils de Lycaon, suivant Hesychius (3).

(3) Ια Πελασγοί. . Un sixiéme, fils d’Alope & de Merope (4). Denys d'Halicar(4) Pind.

nasse en nomme un septiéme à qui il donne Neptune pour Olymp.

pere. (s) In Arcad.

Selon Pausanias (5), Pelasgus fut le premier homme qui parut dans le pays, homme extraordinairement avantage du ciel , qui furpassoit les autres en grandeur, en force, en bonne mine, & en toutes les qualités du corps & de l'esprit ; ce qui revient assez à l'idée que le Poëte Afius nous en donne.

Pelasgus ayant donc commencé à regner , apprit aux Arcadiens à se faire des cabanes qui pussent les défendre de la pluye , du froid & du chaud, en un mot de l'inclémence des saisons. Il leur apprit aussi à se vêtir de peaux de sangliers comme font encore les paysans de l'Eubée & de la Phocis de. Jusques-là ils ne s'étoient nourris que de feuilles d'arbres, d'herbes & de racines: dont quelques-unes , bien loin d'être bonnes à manger, étoient nuisibles. Il leur conseilla l'usage

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

du gland, ou pour mieux dire , du fruit que porte le hêtre; & cette nourriture leur devint si ordinaire, que long-temps après Pelasgus , les Lacedémoniens venant consulter la Pythie sur la guerre qu'ils vouloient faire aux Arcadiens, elle leur répondit qu'un Peuple qui ne vivoit que de gland étoit terrible dans la guerre , & difficile à vaincre.

On dit que Pelasgus donna son nom à cette contrée , & qu'elle fut appellée Pelasgie. Son fils Lycaon fut , à quelques égards , encore plus fage & plus prudent ; car il bâtit la ville de Lycofure sur le mont Lycée, fit honorer Jupiter sous le nom de Jupiter Lycéen, & il institua en son honneur des Jeux qui furent appellés Lycéens.

A peine étoit-on dans la troisiéme generation depuis Pelasgus , continue le même Pausanias, & deja il y avoit dans le

pays multitude d'hommes & même de villes. Nyetimus, l'aîné des fils de Lycaon , avoit succedé à son pere ; ses autres enfans s'écant separés bâtissoient des villes , les uns d'un côté, les autres d'un autre. Pallantium fut bâtie par Pallas , Oresthasium pas Orestheüs , Phigalie par Phigalus. Le Poëte d'Himera, Sthesicore, a fait mention de Pallantium dans son Geryon Jupiter. Pour Oresthasium , elle changea de nom dans la suite, & fut appellée Orestée du nom d'Oreste fils d'Agamemnon. Phigalie fut aussi nommée Phialie , à cause de Phialus fils de Bucolion. Les autres enfans de Lycaon furent Trapezeus, Decearte, Mucareüs , Helisson, Acacus & Tochnus. Ce dernier bâtit la ville de Tochnie , & Acacus fut fondateur d'Acacesium. Orchomene alla bâtir Methydrion, & fut le pere des Orchomeniens , ce peuple si riche en bef tiaux, qu'Homere le distingue par cette épithete. Hypsus jetta les fondemens de la Melenée , d'Hypsunte & de Thyrsée qui subsiste encore. Si l'on en croit les Arcadiens , Thyrée ville du pays d'Argos eut pour fondateur Thyreate , qui donna ausi son nom au Golfe sur lequel elle est bâtie. Mantinée , Tegée & Menale, ces villes autrefois si celebres en Arcadie , rapportent leur origine à Menalus, à Tegeate & à Mantineus , qui étoient encore fils de Lycaon. Cromés fut bâtie par Cromus , Charisia par Charisius. Les Tricolons viennent de Tricolonus ; les Péréthéens, de Péréthus ; les Azéens d’Azeatès ; les Lyceates de Lycéus ; les Sumatiens de Sumaréus ; enfin Heréus & Aliphorus bâtirent des villes qui porterent leur nom. Pour nothrus, le plus jeune des fils de Lycaon , il alla à la tête d'une colonie s'établir en Italie.

Nyetimus étant mort, Arcas fils de Calisto la seule fille de Lycaon, celle-là même qui fut aimée de Jupiter, & changée en ourse, puis en constellation, prit poffeffion du Royaume. Instruit par Triptoleme il apprit à ses sujets à semer du bled, à faire du pain , & d'Aristée à filer de la laine, & en faire de l'étoffe & des habits. Arcas eut de sa femme Erato trois fils, Azan , Aphidas & Elatus , entre lesquels il partagea ses Etats. Elatus cependant abandonna l'Arcadie, passa dans le pays que l'on nomme aujourd'hui la Phocide , & bâtir la ville d'Elatée. Ce Prince eut cinq fils, Epytus , Peréus, Cyllen , Ischys & Stymphale. A l'occasion de la mort d’Azan, on célebra des Jeux funebres pour la premiere fois; il est für au moins qu'il y eut des courses de chevaux ; d'autres sortes de Jeux, je ne le fçais pas , dit Pausanias.

Clitor fit sa résidence à Lycosure ; ce fut un des plus puiffans Rois de son temps , & il bâtit une ville qui porta le nom de son Fondateur. Aléus se mit en possession des terres qui lui étoient échues en partage. Quant aux enfans d'Elatus , Cyllen donna son nom au mont Cyllege , & Stymphale donna le sien , non-seulement à une Fontaine du pays , mais à une ville qu'il bâtit auprès.

Le Royaume d'Arcadie-passa à Epytus neveu de Clitor , mort sans enfans ; & il mourut lui-même de la piquûre d'un ferpent. Aléus lui succéda , & fit bâtir le Temple de Minerve Alea dans la ville de Tegée qui fut la capitale de son Empire. Après la mort d'Aléus Lycurgue monta sur le trône. Il eut pour fils Ancée qui se distingua à la conquête de la Toifon d'or, & à la chasse de Calydon dans laquelle il périt. Lycurgue ayant perdu son fils , eut pour successeur Echemus , fous la conduite duquel les Acheens remporterent une grande victoire auprès de l'Isthme de Corinthe. Agapenor, fils

[merged small][ocr errors]

و

« AnteriorContinuar »