Imágenes de páginas
PDF
EPUB

V.LS

LA MYTHOLOGIE

ET

LES FABLES

EXPLIQUE’ES PAR L'HISTOIRE.

AVANT PROPOS.

PRE'S avoir rapporté dans les deux Volumes précédens l'Histoire des Dieux

que

le Paganisme adoroit, & expliqué les Fables dont on l'avoit embellie , je dois dans ce Volume parler des Heros ou des DemiDieux, pour lesquels la fuperftition avoit

aussi établi un culte religieux, quoique subordonné à celui des Dieux ; & comme, selon Herodote, les Egyptiens ne connoissoient point de Heros ni de demiDieux, & par conséquent n'avoient aucun culte qui les regardât, & que l'Heroïsme est proprement né dans la Grece; c'est dans son Histoire qu'il en faut chercher l'origine. Tome III.

А

Nat. c. 25.

Mais avant que de passer plus avant, il faut se rappeller la. célebre division que faisoit Varron des anciens temps , & que Censorin nous a conservée, car nous n'avons plus l'Ou

vrage dans lequel ce sçavant Romain l'avoit inserée. « On (1) De Die » doit, dit Censorin (1), distinguer trois temps dans l'Hiftoi

v re ancienne. Le premier renfermoit ce qui s'étoit passé depuis le commencement du monde , jusqu'au premier Dé

luge, & ce temps s'appelle le temps caché ou inconnu, saluron. Le second contenoit ce qui étoit arrivé depuis ce

Déluge jusqu'aux Olympiades; & comme il s'y trouve une infinité de fables, il a été nommé fabuleux, uutixor. Enfin le temps qui s'étoit écoulé depuis les Olympiades , étant

plus connu & plus certain, a été nommé historique, icopis » xor (a).

Pour faire mieux entendre cette division, je dois y joindre quelques réflexions. La premiere, que par ce premier Déluge dont parloit Varron, les Grecs entendoient celui qui étoit arrivé sous Ogygès, car ils ne connoissoient rien de plus ancien dans leur Histoire

que

le

regne de ce Prince. La seconde, que comme l'Histoire des Dieux regardoit les temps inconnus, celle des Heros ou des Demi-Dieux appartenoít aux temps fabuleux , qui par cette raison étoient aussi nommés les temps héroïques. La troisiéme, que j'avois déja faite dans la Préface de cet ouvrage, est que cette division ne regardoit que la Grece, l'Asie ayant eu des Rois, des Monarchies établies, & une histoire suivie dans les temps que les Grecs nommoient inconnus , & n'avoient pas même encore l'usage des Lettres. On m'a obje&té, que pour donner quelque vraisemblance à cette réflexion, j'aurois dû prouver que Varronignoroit les Antiquités des Peuples de l'Alie; mais le fait est prouvé par la simple exposition, & il ne faut que ce Dilemme pour le démontrer. Ou Varron connoisloit ces An

(a) Varro tria difcrimina temporum effe in illo multa fabulofa referantur , AUTIKO, sradit , primum ab hominum principio ad nominatur. Tertium à prima Olympiade ad cataclyfmum priorem,quod propter ignoran- nos , quod dicitur isopixor, quia res in tiam vocatur idonor.Secundum à cataclysmo eo gesta veris hiftoriis continentur. Ceas. griore ad Olympiadem primam, quod, quia 'loc. cit,

tiquités, ou il les ignoroit ; s'il les ignoroit , j'ai eu raison de dire que la division ne regardoit que la Grece; s'il les con- noiffoit, il n'auroit pas pu appeller en général temps inconaus, ceux qui ne l'étoient pas pour les Asiatiques.

On voit par ce que je viens de dire que ce qui me reste à parcourir dans cette Mythologie , sont les temps héroïques ou fabuleux. Ici par conséquent disparoît ce temps ténébreux pendant lequel avoient vécu les Dieux, & fe présente en même-temps une nouvelle carriere , moins difficile à remplir, & plus amusante que la precedente. Ce n'est pas qu'il ne s'y trouve des fables à chaque pas; mais elles sont moins absurdes, & plus aisées à ramener à un sens raisonnable , que celles dont on avoit cru devoir orner l'Histoire des Dieux. Il sort de ce temps tout fabuleux qu'il est, je ne sçais quelle lueur historique qui sert à en développer les fi&ions. Ici, ce sont des tombeaux qui rappellent par des traditions suivies le souvenir des grands-hommes dont ils renferment les cendres. Là , c'est un monument heroïque , où des cérémonies annuelles remettent devant les yeux l'Histoire de celui en l'honneur de qui il avoit été élevé. Quelquefois enfin, ce sont des Jeux célebrés dans des temps marqués , & inftitués la plûpart par ces mêmes Heros , qui en éternisent la mémoire. Par cela même j'ai eu plus de secours pour cette derniere Partie de mon Ouvrage : aussi ce troisiéme Volume contienIra-t-il plus d'histoire, & moins de discussions que les deux

Pour y garder quelque ordre, je le divise en deux Parties : a premiere contiendra tout ce qui regarde l'Histoire Grecque pendant les temps fabuleux jusqu'au retour des Heraclides ; & je renfermerai dans la seconde, l'explication de celles des fables qui font comme isolées, & ne tiennent point aux événemens dont j'aurai parlé : observant toutefois de m'érendre moins sur celles qu'Ovide a rassemblées dans ses Métamorphoses, & dont j'ai donné les explications à la suite de la Traduction de cet ouvrage, que für celles qui se trouvent dans Hygin, dans Antoninus Liberalis, dans Conon, dans Palephate ; & dans quelques autres Mythologues.

utres.

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors]

'EXAMINE d'abord, 1o. quelle étoit la Chronologie des anciens Grecs , & quelle étoit leur maniere de calculer

les années. 20. Combien ont duré les temps héroïques. 30. L'état de l'ancienne Grece. 4°. L'Histoire de leurs premiers habitans & de leur maniere de vivre. 50. Celle des Colonies qui vinrent s'établir avec eux, & en quel temps elles y arriverent. .

Qu'on ne s'imagine pas, au reste, que cette partie de l'Hiftoire Grecque, pour être tirée d'un temps si éloigné, soit peu amusante, ou peu instructive ; car premierement on est

[ocr errors]

ordinairement curieux de connoître l'origine d'un Peuple qui a joué un grand rôle dans le monde , & qu'on a vû après les plus foibles commencemens, s'accroître

peu à peu , former plusieurs Monarchies , & se rendre sur tout illustre en cultivant les Sciences & les Arts , & porter la Poësie & l’Eloquence, l'Architecture & la Sculpture au plus haut point de perfection où elles puissent aller ; & nous avoir laissé dans tous ces genres des modeles inimitables

. Secondement, c'est dans cette partie de leur Histoire qu'on voit les Grecs pafser de l'état de barbarie où ils étoient plongés , à une vie plus sociable , & abandonner les cavernes , le creux des arbres , & les autres lieux sauvages qui leur servoient de retraite, pour venir habiter sous la conduite de quelqu'un d'eux, un peu moins grossier que les autres, d'abord sous des cabanes, puis dans des bourgs & dans des villages. Troisiémement, c'est dans ce même espace de temps qu'arriverent dans la Grece differentes colonies de Peuples civilisés, qui y porterent les Arts & les Sciences, des Loix & un culte reTigieux ; y fonderent des villes , où ils rassemblerent ceux qui étoient encore épars dans les campagnes , & y formerent differens Royaumes.

Viennent ensuite , mais toujours dans le même intervalle, ces Heros célebres, Persée, Bellerophon, Hercule , Thesée , Caftor & Pollux, Ajax, Achille , & tant d'autres , dont les actions immortelles ont été tant chantées par les Poëtes, & souvent représentées sur les Théâtres. Enfin c'est dans ces mêmes temps héroïques que furent institués , & souvent

par les Heros mêmes, ces Jeux qui ont rendu la Grece fi célebre ; Jeux consacrés par la Religion, & dont les plus grands Poëtes se sont fait honneur de célebrer ceux qui y avoient remporté quelque victoire. Telle est en abregé l'histoire de ces temps fabuleux dont je dois dans ce volume expliquer les différentes parties , leur donner une juste étendue , en expliquer les fables, de maniere qu'elles laissent aux Heros dont elles ont défiguré l'histoire , à force de l'embellir, la juste part qu'ils ont eu à la gloire qui les a immortalisés.

« AnteriorContinuar »