Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

fi peu

13.& 4.

étant devenu amoureux, il la fit demander à Hector; que celui-ci lui fit dire que s'il vouloit abandonner le parti des Grecs, & trahir l'armée , il la lui donneroit en mariage; ce qui irrita fort Achille : il ajoute que lorsque Priam alla redemander le corps de son fils, il mena avec lui cette Princesse pour Aéchir le cæur de son ennemi, ce qui lui réussit & fut en même temps la cause de la mort du jeune Heros, car Priam ayant remarqué qu'il étoit toujours fort amoureux de sa fille , il prit le dessein de le faire venir dans le Temple d’Apollon sous prétexte de la lui donner en mariage, où pendant que Déiphobe l'embrassoit, Paris le tua. Les Grecs le soupçonnerent de complot avec les Troyens, & regretterent

la perte de ce grand homme, qu'il fallut qu'Ajax fe chargeât du soin de ses funerailles, & qu'il employât quel

ques personnes de la Troade pour lui faire élever un tombeau (1) Diētys, sur le Promontoire de Sigée (1).

Darès de Phrygie raconte la chose à peu près de même. Il ajoute seulement que ce Prince se défendit long-temps, & vendit cher sa vie. Paris le blessa au talon, qui étoit l'endroit seul par où il n'étoit pas invulnerable ; ce qui peut s'ex

pliquer, sans s'éloigner de cette tradition, en disant qu'effe(2) Hygin , ¿tivement il le blessa en cet endroit (2), & on publia qu'A

pollon avoit guidé le coup; comme si veritablement il avoit fallu un Dieu pour ôter la vie à ce Heros, & qu’un mortel ne pût se vanter , ainsi que le dit Sophocle, dans sa Tragédie de Philo&tete, de l'avoir tué ; mais sans avoir recours à ces circonstances surnaturelles , qu'on n'inventa que pour rendre plus célebre la mort de ce Heros, le coup, que

lui

porta Paris lui coupa le tendon qui est au talon, dont la blessure est mortelle , à moins que d'habiles mains n'en prennent un soin particulier ; & ce qui autorise ce que j'avance ici , c'est que ce tendon porte depuis le nom du tendon d'Achille.

Quoique cette tradition sur la mort d'Achille soit commu(3) Odyll. nément reçue, on ne dissimule pas toutefois qu'Homere (3)

insinue assez clairement que ce Heros fut tué en combattant pour la patrie ; que les Grecs donnerent autour de son corps

fab. 107.

[ocr errors]

un fanglant combat qui dura tout le jour ; on ajoute même que quoique blessé il vengea sa mort sur tous ceux qu'il rencontra, & qu'avant que d'expirer , il tua Orithée , Hipponous , & Alcithoüs, ce qui causa tant de frayeur aux Troyens, qu'ils prirent tous la fuite

Après sa mort Ajax & Ulysse enleverent son corps , & le porterent dans le camp. C'est ce qui eft représenté,

, quoique grossierement, sur la Table Iliaque.

Achille fut honoré comme un demi-Dieu dans une Ille du Pont-Euxin , nommée d'abord Leucé, & ensuite Achillæa , (1) où l'on dit qu'il operoit beaucoup de merveilles. On ajoutoit même qu'il s'y étoit marié ou avec Iphigenie , ou, selon d'autres , avec Helene; & on débitoit mille autres Fables à (1) Padlás. ce sujet , fondées sur les Relations des Prêtres quien

1. 3. Plio-1.40 imposoient aux Voygeurs. Les Anciens ont fait de cette Ine une espece de Champs Elysées , où habitoient les ames de plusieurs Heros.

Après la mort d’Achille, on fit venir au siége de Troye fon fils Pyrrhus, quoiqu'il fût encore jeune (a),& il s'y diftingua fur-tout le jour que la ville fut prise. Ce fut lui , selon Virgile, qui tua Priam , & précipita le jeune Aftianax fils d'Hector, du haut d'une tour; & comme Polyxene avoit été la cause de la mort de son pere, il la fit immoler sur son tombeau. Les malheurs de cette Princesse faisoient le sujet de deux beaux Tableaux que Pausanias avoit vûs, l'un à Athenes, l'autre à Pergame sur le Caïque (2).

Pyrrhus de retour de cette expédition, épousa Hermione (2) Paulärk fille d'Helene , quoique déja fiancée à Oreite (b), ce qui lui in those

(a) S'il étoit né lorsque son pere fut à la Pausanias, dans ses Phocides, observe Cour de Lycomede, c'est-à-dire, lorfque dans Homere le fils d'Achille est touqu'on commença à parler de la Guerre de 1 jours nommé Neoptoleme, & que c'est Troye, il pouvoit avoir alors 18. ou 20. l'Auteur des' Cypriaques qui dit que Lyans. Le trait que j'ai rapporté d'Homere, comede le nomma Pyrrhuis : c'étoit Phéqui fait demeurer 20. ans Helene à Troye, nix qui lui avoit donné le nom de Neopr. & d'où l'on peut conclure qu’on avoit été toleme, parce qu'Achille fon pere étoit dix ans à le préparer à cette expédition, l extrémement jeune, lorsqu'il alla à la leve bien des difficultés sur l'âged’Achille, i guerre. & sur celui de son fils, que sans cela on ne (6) Hermione jalouse de ce quePyrrhus fçauroit resoudre.

lui preferoit Andromaque, fit avertir re

[ocr errors]

coûta la vie; car ce Prince, comme nous l'avons dit, le fit massacrer à Delphes, ou par un Prêtre nommé Macharée ,

ou par le peuple; sur quoi il semble que Virgile fait deux fau(1) Enéide , tes en parlant de cette mort (1), l'une en faisant tuer Pyrrhus 1. 3. par Oreste , agité par les Furies, quoique tout le monde con

vienne qu'il en fur délivré à son retour de la Tauride; l'autre en ce qu'il dit qu'il le tua devant l'Autel d'Apollon son pere, quoiqu'affûrement Achille ne reconnût point ce Dieu, ni pour son pere, ni parmi ses ayeuls (a) : mais on peut répon. dre pour justifier Virgile, quant au premier article, que les Poëtes ne s'embarrassent nullement de la Chronologie, ni des circonstances du temps, & qu'ils rapprochent les événemens de la vie de leurs Heros, pour les faire paroître dans le temps qui leur est prescrit, tels qu'ils ont été dans toute leur vie; ainsi nous pouvons dire que Virgile n'est pas blâmable de ne s'être

pas

attaché trop scrupuleusement aux circonstances du temps, & qu'il suffit qu'Oreste ait été long-temps agité des Furies , pour le représenter comme furieux dans une occasion où il falloit être tel, pour égorger son Rival au milieu d'un Temple (b).

Pour le second article, on peut croire que Virgile par ces mots qu'Oreste tua Pyrrhus , ad patrias aras , a voulu dire aux Autels du même Dieu dans le temple duquel son pere avoit été

tué, quoiqu'il eût pû expliquer un peu mieux sa pensée. L'ha(2) M. de Se- bileTraducteur de l'Enéide (2) a fort bien interprété le sens de

ce Poëte Latin par ces quatre yers:

Pyrrhus en fut épris; mais le rival époux
Saisi de ses frayeurs & d’un transport jaloux ,
Le surprend de l'immole à sa juste colere ,

Aux Autels Paris facrifia son pere.
Je ne dois pas oublier de dire que Pyrrhus ayant perdu
gretement Oreste de l'absence de son mari, Accipit incautum , patriafque obtruncas
& concerta apparemment avec lui pour
s'en défaire.

Voyez Meziriac sur l'Epitre d'Hermio(a) Aft illum Pyrrhum magno inflamma- ne, qui reproche ces fautes à Virgile.

(6) Racine a imité Virgile , & représen. Conjugis, scelerum furiis agitarus té Oreste agité des Furies après la mort de

1 Orestes

Pyrrhus. Trag. d'Androm.

pendan

grais,

ad aras.

tus amore

pendant son absence le Royaume de son pere, qui étoit la Thessalie, ou du moins une belle partie de cette contrée, il se retira en Epire (1), conquit une grande partie de ce pays, (1) Jultia , & y établit sa domination. Ses descendans y regnerent après 1.1. lui , le pays même fut appellé Pyrrhide, & ensuite Epirote.

Pindare dit que ce Prince ne regna pas long-temps parmi les Molosses, mais que sa pofterité s'y établit pour toujours ; ce que Thetis , dans la Tragedie d'Andromaque d'Euripide, lui prédit. La Molossie étoit une partie de l’Epire. Le Scholiaste remarque pourtant que ce Poëte n'a parlé de la Molossie

que par anticipation, puisqu'elle ne prit ce nom que du fils que ce Prince eur d'Andromaque.

Quelques Anciens rapportent qu'Helenus, fils de Priam, lui avoit dit de s'établir dans le lieu où il trouveroit des maifons, dont les fondemens seroient de bois, les bâtimens aus de bois , & les toits de plumes; & que ce Prince ayant remarqué sur la route, des lances fichées en terre , sur lesquelles étoient les habits de quelques soldats ; il ne lui en fallut pas d'avantage pour fe persuader que c'étoit-là le lieu qui lui étoit prescrit , & que

l'Oracle étoit accompli.
Homere plus croyable & plus ancien, a suivi une autre tra-
dition, lorsque parlant du mariage de Neoptoleme, à l'occa-
fion de Telemaque arrivé chez Menelas,

il dit
que

ce Prince lui avoit donné la fille ; & en disant cela , il suppose qu'il regnoit alors à Phtie, capitale du Royaume de son pere & de fon ayeul ; mais il pourroit bien avoir regné sur les deux Royaumes; sur l'un par succession, sur l'autre par conquête.

CH A P I T R E II 1:

[ocr errors]

Histoire des deux Ajax.
Armi les plus fameux Capitaines des Grecs , étoient

encore les deux Ajax ; l'un fils d'Oilée, l'autre de Telamon & d'Hesione. Le premier qui étoit fort puissant , équips Tome III.

Mmm

Iliad, l. 2.

(1) Homere, pa quarante Vaisseaux (1:) qu'il conduisit au siége de Troyes

C'étoit un Prince brave & increpide, fier & brutal. L'injure

qu'il fit à Cassandre revolta contre lui les hommes & les (2) Liv. 10. Dieux. Ulyffe, selon le témoignage de Pausanias (2), vouloit

qu’on le lapidât, & véritablement on l'auroit fait , s'il n'avoio (3) Idem ib. offert de s'en purger par serment (3). 11 insinua même qu'A

gamemnon ne faisoit courir ce mauvais bruit, que pour ravir Cassandre , dont il étoit effectivement amoureux. Ajax fic naufrage à son retour avec une partie des Grecs , auprès des rochers Cheredins, vers l'Ine d'Eubée; Nauplius qui en étoic Roi, ayant fait allumer la nuit un fanal dans le dessein d'actiter la fotte des Grecs parmi les rochers, ce qui lui réussit ; & il vengea ainsi la mort de son pere Palamede, qu'Ulysse & & les autres Capitaines Grecs avoient fait mourir. Les Poëtes lui ont fait l'honneur de le justifier en attribuant cet événement à la colere de Minerve, qui vengea ainsi la profanation de son Temple. On débita à ce sujet plusieurs autres Fables. On disoit qu'Ajax s'étant sauvé du: naufrage, s'étoit arrêté sur. un rocher que Neptune avoir fendu d'un coup de tridentz & que la portion sur laquelle il étoit aslis, étoit tombée dans

la mer avec lui. D'autres disent que Minerve elle-même l'a- ' (4) Quint. voit frappé d'un coup de foudre (a). Enfin (4), quelques AnCalab. 1.14. ciens affurent que s'étant fauvé de la tempête sur un rocher Seneque.

où ill bravoir les Dieux. par mille blasphémes, Minerve avoit

imploré le secours de Neptune , qui l'accabla sous la chute (3)Dans sa de ce même rocher. Lycophron (5) semble dire que son corps

porté par les flots dans l'he de. Delos, y fut enterré par les foins de Tethys: autre Fable; ainsi que ce qu'ont avancé quel

ques Auteurs, que ce Heros avoit trois mains , ce que Ser (6) In I. Æn. vius (6) explique en disant qu'il étoit si agile, & qu'il remuoit

les mains avec tant de dexterités qu'il paroisfoit en avoir trois.

Quoiqu'Homere, Virgile, Horace, Seneque & plusieurs autres Anciens ayent dit

qu'Ajax fur puni de la maniere que nous l'avons rapporté, cependant Timée qui étoit du pays même de ce Heros, assure dans son histoire qu'il ne périt point (a) Illum expirentem tranfixo pectore flammas Turbine corripuit, fcopaloque affixit sowo. Virg.

Calland. v.

400.

« AnteriorContinuar »