Imágenes de páginas
PDF
EPUB

galanteries qu'il mit en usage pour lui plaire. Elle ne se contenta pas d'être sensible aux soins de ce cavalier, elle eut la foiblesse de, se prêter aux ruses qu'il employa pour lui parler, et bientôt elle lui donna sa foi en recevant la sienne.

Ces deux amans étoient d'une égale naissance; mais la dame pouvoit passer pour un des meilleurs partis d'Espagne, au lieu que dom Kimen n'étoit qu'un cadet. Il y avoit encore un autre obstacle à leur union. Dom Guillem haïssoit la famille des Lizace qu'il ne faisoit que trop connoître par ses discours, quand on la mettoit devant lui sur le tapis; il sembloit même avoir plus d'aversion pour dom Kimen, que pour tout le reste de sa race. Emerenciana, vivement affligée de voir son pere dans cette dis

na,

position, en concevoit pour son amour un triste présage; elle ne laissa pourtant pas, à bon compte, de s'abandonner à son penchant, et d'avoir des entretiens secrets avec Lizana, qui s'introduisoit de temps en temps chez elle la nuit par le ministere d'une soubrette.

Il arriva une de ces nuits que dom Guillem, qui par hasard étoit éveillé lorsque le galant entra dans sa maison, crut entendre quelque bruit dans l'appartement de sa fille, peu éloigné du sien; il n'en fallut pas davantage pour inquiéter un pere aussi défiant que lui : néanmoins, tout soupçonneux qu'il étoit, Emerenciana tenoit une conduite si adroite, qu'il ne se doutoit nullement de son intelligence avec dom Kimen; mais n'étant pas un homme à pousser la confiance trop

loin, il se leva tout doucement de son lit, alla ouvrir une fenêtre qui donnoit sur la rue, et eut la patience de s'y tenir jusqu'à ce qu'il vit descendre d'un balcon, par une échelle de soie, Lizana qu'il reconnut à la clarté de la lune.

Quel spectacle pour Stephani, pour le plus vindicatif et le plus barbare mortel qu'ait jamais produit la Sicile, où il avoit pris naissance! Il ne céda point d'abord à sa colere, et n'eut garde de faire un éclat qui auroit pu dérober à ses coups la principale victime que son ressentiment demandoit: il se contraignit, et attendit que sa fille fût levée le lendemain pour entrer dans son appartement: là, se voyant seul avec elle, et la regardant avec des yeux étincelans de fureur, il lui dit : Malheureuse! qui,

[ocr errors]

malgré la noblesse de ton sang, n'as pas honte de commettre des actions infâmes, prépare toi à souffrir un juste châtiment. Ce fer, ajouta-t-il, en tirant de son sein un poignard, ce fer va t'ôter la vie, si tu ne confesses la vérité nomme - moi l'audacieux qui est venu cette nuit déshonorer ma maison.

Emerenciana demeura toute interdite et si troublée de cette menace, qu'elle ne put proférer une parole. Ah! misérable, poursuivit le pere, ton silence et ton trouble ne m'apprennent que trop ton crime. Eh! t'imaginestu, fiile indigne de moi, que j'ignore ce qui se passe? J'ai vu cette nuit le téméraire ; j'ai reconnu dom Kimen: ce n'eût pas été assez de recevoir la nuit un cavalier dans ton appartement, il falloit encore que ce cava

lier fût mon plus grand ennemi : mais sachons jusqu'à quel point je suis outragé parle sans déguisement; ce n'est que par ta sincérité que tu peux éviter la mort.

La dame, à ces derniers mots, concevant quelque espérance d'échapper au sort funeste qui la menaçoit, perdit une partie de sa frayeur, et répondit à dom Guillem: Seigneur, je n'ai pu me défendre d'écouter Lizana ; mais je prends le ciel à témoin de la pureté de ses sentimens. Comme il sait que vous haïssez sa famille, il n'a point encore osé vous demander i et ce n'est que pour conférer ensemble sur les moyens de l'obtenir, que je lui ai permis quelquefois de s'introduire ici. Eh! de quelle personne, répliqua Stephani, vous servez-vous l'un et l'autre pour faire

votre aveu

« AnteriorContinuar »