Introduction generale à l'étude des sciences et des belles lettres: en faveur des personnes qui ne savent que le François

Portada
Chez Isaac Beauregard, 1731 - 296 páginas
0 Opiniones
Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 162 - J'avoue que nos plus grands poètes françois , gênés par les lois rigoureuses de notre versification , manquent en quelques endroits de ce degré de clarté parfaite. Un homme qui pense beaucoup veut beaucoup dire; il ne peut se résoudre à rien perdre; il sent le prix de tout ce qu'il a trouvé, il fait de grands efforts pour renfermer tout dans les bornes étroites d'un vers. On veut même trop de délicatesse : elle dégénère en subtilité*.
Página 200 - Les auteurs aussi ignorants que les spectateurs, la plupart des sujets extravagants et dénués de vraisemblance, point de mœurs *, point de caractères; la diction ** encore plus vicieuse que l'action, et dont les pointes et de misérables jeux de mots faisaient le principal ornement ; en un mot, toutes les règles de l'art, celles même de l'honnêteté et de la bienséance, partout violées.
Página 163 - ... ambitieux. Le mieux, auquel on aspire, fait qu'on gâte le bien, dit un proverbe italien '. On tombe dans le défaut de répandre un peu trop de sel et de vouloir donner un goût trop relevé à ce qu'on assaisonne ; on fait comme ceux qui chargent une étoffe de trop de broderie. Le goût exquis craint le trop en tout, sans en excepter l'esprit même.
Página 201 - ... et le merveilleux, et laissa bien loin derrière lui tout ce qu'il avoit de rivaux, dont la plupart, désespérant de l'atteindre, et n'osant plus entreprendre de lui disputer le prix, se bornèrent à combattre la voix publique déclarée pour lui, et essayèrent en vain, par leurs discours et par leurs frivoles critiques, de rabaisser un mérite qu'ils ne pouvoient égaler.
Página 165 - Un auteur qui a trop d'esprit et qui eu veut toujours avoir lasse et épuise le mien : je n'en veux point avoir tant. S'il en montroit moins , il me laisseroit respirer et me feroit plus de plaisir : il me tient trop tendu , la lecture de ses vers me devient une étude. Tant d'éclairs m'éblouissent ; je cherche une lumière douce qui soulage mes foibles yeux. Je demande un poète aimable, proportionné au commun des hommes, qui fasse tout pour...
Página 168 - Ce n'est ni le difficile, ni le rare, ni le merveilleux que je cherche ; c'est le beau simple, aimable, et commode que je goûte. Si les fleurs qu'on foule aux pieds dans une prairie sont aussi belles que celles des plus somptueux jardins, je les en aime mieux.
Página 169 - Le beau qui n'est que beau, c'est-à-dire brillant, n'est beau qu'à demi : il faut qu'il exprime les passions pour les inspirer; il faut qu'il s'empare du cœur pour le tourner vers le but légitime d'un poème, VI.
Página 166 - ... que son village et son troupeau, une nourrice attendrie pour son petit enfant. Je veux qu'il me fasse penser, non à lui et à son bel esprit, mais aux bergers qu'il fait parler.
Página 163 - ... en avoir. On ne se contente pas de la simple raison, des grâces naïves , du sentiment le plus vif, qui font la perfection réelle ; on va un peu au delà du but par amour-propre.
Página 103 - Entre les inconvetùens , il faut choifir les moindres , & il y en a fouvent moins dans la vie laborieufe que l'on mène en...

Información bibliográfica