Imágenes de páginas
PDF
EPUB

DE POLICE
DE LA VILLE, PREVOTÉ,

ET VICOMTÉ
DE PARIS,

&c. &c.

MONSIEUR,

E doute que j'euse osé Vous

presenter cet ouvrage, fi je n'avois crú entrevoir

quelque rapport entre le but que je m'y proposes & le Poste que Vous occupez fi glorieusemeut pour Vous Ego si avantageusement pour le Public. Tous Vos soins ne tendent qu'à prévenir les desordres, à proteger la vertu, à encourager les talens, à favoriser les bonnes moeurs, À contenir enfin tout un vaste corps dans les bornes du devoir eg de la sagese. Dans le plan d'Etudes que je trace, j'ai tâché selon mon pouvoir de concourir en quelque sorte au méme delein.

Vous le savez , MONSIEUR , boy une fâcheuse expérience ne Vous l'apprend que trop. Les fautes to les abbus que vous étes souvent obligé de reprimer, n'ont pas toujours leur principe dans un temperament vicieux en qui la corruption semble naturelle. L'Ignorasce suffit seule pour les faire commettre, e ce qui est encore plus dangereux que l'ignorance, les lueurs d'une Raison mal éclairée & les illusions qu'el

و

le se fait à elle-même , ou qu'elle prend dans des sources empoisonnées, font cause de mille dereglemens: l'ame se livre à une fausse lumiere qui ne lui sert qu'à l'égarer.

Mon but n'est pas d'inspirer le goût de la Lecture: la plupart des hommes ne lisent que trop ; mais comme ils lisent sans ordre , sans autre defein que celui de s'amuser, ou de fatisfaire une vaine curiosité; il ne faut pas étre surpris que tant de Le&tures foient infructueuses. Je voudrois les mettre à profit & faire comprendre à ceux qui les employent si mal , qu'il ne tient qu'à eux d'en tirer un avantage très-folide, en les appropriant aux devoirs pour aux bienséances de leur Etat.

Plút à Dieu que tout le monde fút bien penetré de cette maxime: Que toutes nos études doivent abboutir à n10us rendre plus gens de bien for

plus plus propres à notre Emploi ! Si on nie lisoit que dans cet esprit, quel changement cela ne produiroit-il pas dans les moeurs ! Avec le temps on ne verroit plus que des Citoyens attentifs à remplir toutes leurs obligations. Et vous-même MONSIEUR. Vous Vous trouveriez dispensé par leur bonne conduite de la dure necessité ou Vous êtes quelquefois de laiser agir la severité des Ordonnances. Je n'ai garde de presumer que mon travail puisse produire un fi grand bien. Il faudroit étre viFionnaire pour m'en flater, mais fi je n'ai pas l'esprit asez vain pour

l'esperer, je me sens le cæur assez bon pour le foubaiter.

Au reste, Monsieur, il ne faut pas que le lieu de l'impression Vous previenne contre cet ouvrage, conime s'il n'étoit imprimé ici que pour le foustraire à l'examen. Toutes les

4

prefa prelles de la Hollande ne sont pas occupées à publier des libelles indiscrets ou scandaleux. Si les Magistrats laissent une grande liberté à la librairie, c'est sans en approuver les excès so c'est toujours à condition que les Auteurs seront responsables à Dieu , à l'Etat & au Public, des abbus qu'ils en feront. Ces abbus font moins rares qu'il ne feroit à soubaiter;. il est vrai. Mais ceux qui les commettent se desbonorent, les bonnétes gens les condannent bautement le Public y attache par ses dégoûts une espece de flétrisure. Oui, MONSIEUR, je puis Vous assurer que tel livre qui je vend ailleurs fort cher com qu'on ne lit avidement que parce qu'il a été acbeté sous le manteau, es ici dans un décri universel. Personne ny fonge & il semble que la faciliqu'on a de le lire, ne serve qu'à

ren

« AnteriorContinuar »