Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

L'an 62.

Heou han

les Huns informés que le Roi d'Yerken venoit d'être

Apres J.C. déthrôné, envoyerent une armée de trente mille hommes fous la conduite de cinq Généraux pour assiéger Khoten. Kuam-te se soumit à eux & leur donna son fils en otage: ils rétablirent dans Yerken Po-kiu - tching fils de Hien & s'en retournerent.

Cette guerre de la petite Bukharie n'occupa pas tellement les Huns qu'ils ne recommençassent à faire des courses dans la Chine, ils entrerent au nombre de fixou sept mille chou. Cavaliers dans le Nord de la Province de Chensy, où ils Kammo. trouverent les Huns du midi qui les repousserent. Ils y revinrent à plusieurs reprises ; mais quoiqu'ils y eussent remporté quelque avantage , le Tanjou ne laissa pas d'envoyer L'an 64. des Ambassadeurs pour faire des propositions de paix & rétablir le commerce entre les deux Nations. L'Empereur de la Chine qui se flattoit par-là d'empêcher leurs courses , accorda ce qu'ils demandoient. Ce traité, comme plusieurs Ministres Chinois l'avoient prévû, ne fit point de plaisir aux Huns du midi : ils en furent jaloux , prirent les armes & se révolterent contre les Chinois. Les Huns du Nord toujours L'an 6s. portés au brigandage ne purent voir sans envie le butin que ceux du midi faisoient, & pour y avoir part ils rompirent le traité & se joignirent à eux. Ils entrerent dans le pays

d'Ortous où ils firent de grands ravages, mettant le feu par tout : de sorte qu'on fut obligé de fermer les

portes de la plậpart des villes du Chensy; mais ce qui est assez singulier, c'est que pendant qu'ils ravageoient ainsi c Province, ils envoyoient des Ambassadeurs à l'Empereur pour payer le tribut ou lui faire des présens.

Dans la suite l'Empereur de la Chine appellé Mim-ti le- L'an 72. va des armées considérables qu'il fit marcher du côté de Leam-tcheou , dans le dessein de pénétrer dans l'Empire des Huns ; le Général Yong avec les troupes de Chansy, Kamme. du Chensy , des Kiang &des Huns du midi qui formoient Heou hanonze mille hommes , sortit du côté du Kao-kuan: T.eou-ko avec un autre corps de douze mille hommes, entra dans le pays des Huns

par

So-tcheou : un autre Général s'avança par le Lac Sopou-nor & un quatriéme à la tête des Ou

Après J.C.

que nous

[ocr errors]

huon & des Sien-pi s'y rendit par le Nord de la Province
de Chansy. Teou-ko vint jusqu'à la montagne Tien-chan
ou montagne du Ciel, il battit un Général des Huns nom-
mé Hou-yen-vam, le poursuivit jusqu'au lac de Lop, &
se rendit maître de tout le pays de Kamoul ou Hami , où il
laissa des garnisons. Les Huns abandonnerent alors ce qu'ils
possedoient dans le midi & se retirerent plus au Nord.
Les autres Généraux Chinois firent peu de chose ; mais les
suites qu’eut l'expédition de Teou - ko, mérite
nous y arrêtions plus particuliérement , parce qu'elle servit
à rétablir le commerce de la Chine avec la petite Bukharie
interrompu depuis longtems, soit par les incursions des
Huns , soit par la trop grande puissance des Princes qui y
regnoient. Les premiers fruits de cette expédition furent que
les pays de Chen-chen proche le lac de Lop & Khoten où re-
gnoit Kuam-te dont on a déja parlé, se soumirent aux Chinois
par le moyen des Pan-tchao que Teou-ko avoit détachés
vers ces pays dont les Rois étoient amis des Huns. C'est
ainsi que l'Empire des Tanjou paroisfoit s'ébrạnler jusques
dans ses fondemens. Depuis la séparation de ceux du midi

étoient continuelles; les entreprises qu'ils firent vers les pays

de Ta-tum-fou n'eurent aucun succès , ils furent repoussés de tous côtés par un petit nombre de Soldats Chinois.

Pan-tchao cependant avançoit toujours du côté de l'Occident & détachoit tous les Peuples de la petite Bukharie de l'obéissance des Huns. Kien qui avoit été fait Roi d'Acsou ou de Kiu-tçu par le Tanjou & qui s'étoit rendu maître de la grande route qui conduisoit par le Nord dans l'Occident, avoit tué le Roi de Kaschgar & avoit donné ce Royaume à son Ministre Teou-ti. Pan - tchao se rendit dans cette Ville par le milieu du grand désert de sable, déthrona Teou-ti & mit à sa place Tchung neveu d'un ancien Roi. D'un autre côté le Général Teou-ko avec environ quatorze mille hommes battit les Barbares au Lac du Lop, & marcha ensuite vers les Igours. Le Roi des Igours de Turphan , c'est-à-dire des Igours citerieurs étoit fils du Roides Igours, au-delà des Montagnes,ou ulterieurs,

leurs pertes

Kam-mo.

L'an 74,

Kam-mo.

Lie-toi-ki

& leurs Capitales étoient distantes l'une de l'autre de cinq cens li. Comme ces derniers étoient les plus éloignés Après J. C. & qu'il falloit traverser de profondes vallées où le froid faisoit périr beaucoup de Soldats , Teou-ko vouloit

que l'on attaquât les Igours de Turphan ; mais un autre Général lui représenta qu'il étoit plus à propos de marcher contre les Igours ulterieurs, parce que leur défaite entraînoit nécessairement celle des Igours de Turphan. Teou-ko paroissoit irrésolu, le Général se leva & demanda à commander le détachement; il marcha aussi-tôt vers Nord où il fit quelques prisonniers. Gan-te Roi de ces Igours du Nord, effrayé de la venue des troupes Chinoiles se rendit : on établit alors une garnison dans la ville de Kinpou-tching, & un Officier Chinois fixa sa résidence à Lieou-tchong-tching peu éloignée de Turphan. Cet Officier étoit en quelque façon le Gouverneur Général des pays de la petite Bukharie soumis aux Chinois.

Le Général Teou-ko n'eut pas plutôt quitté cette con- L'an. 75. trée que

le Tanjou du Nord donna une armée de vingt mille hommes à un de ses Généraux pour attaquer les Igours ulterieurs ; les Chinois envoyerent au secours trois cens hommes qui furent défaits , Gan-te Roi des Igours fut battu , & sa Capitale Kin-pou-tching assiégée. Les Chinois, dans l'impoflibilité de résister aux Hums, empoisonnerent leurs Aéches, ce qui força ces Peuples à se retirer. L'Empereur Mim - ti mourut dans cet intervalle , les Huns profiterent de ce contre-tems que les Chinois ne pouvoient envoyer du secours, pour assiéger la ville de Lieou-tchong-tching, pendant que les Peuples d'Yen-chi ou d'Haraschar, & ceux d’Aksou faisoient la guerre à un autre Officier Chinois nommé Tchin-mou. Tous les Igours se révolterent & se joignirent aux Huns. Les troupes Chinoises se virent réduites à la plus grande extrêmité. Le Tanjou informe de leur situation les envoya sommer de se rendre: les Chinois pour toute réponse tuerent les Envoyés, jetterent leurs corps du haut des murailles dans le camp des Huns, & s'obstinerent à deffendre'la place. Pendant ce temslà ils avoient fait sçavoir leur situation à la Cour & l'on

Après J.C.

L'an 76.
Kam-mo.
Lie-tai-ki-
su.

L'an 77
Kam-mo.
L'an 83.
Heou han.
chou.

L'an 863

avoit fait partir des pays les plus voisins , environ sept mille hommes : un Général Chinois nommé Kia-peng avec plusieurs autres s'avança contre les Igours, les battit & leur tua plusieurs mille hommes. Les Huns du Nord effrayés se retirerent & abandonnerent les Igours qui se soumirent.

Dans le même tems Pan-tchao, qui s'étoit avancé jusqu'à Kaschgar, avoit forcé la plớpart des Habitans de ce pays d'abandonner le parti des Huns pour suivre celui des Chinois. Les Huns venoient de rentrer dans Kamoul que les Garnisons Chinoises avoient abandonnée ; mais ce foible succès n'empêchoit pas que leur Empire n'approchất de sa ruine : il se faisoit de fréquentes désertions; une des plus considérables fut celle de Ki-lieou-su & de quelques autres , qui, avec trente-huit mille hommes, vingt mille paires de chevaux & cent mille bæufs ou moutons vinrent se soumettre aux Chinois : par-là le Tanjou du Nord se vit dans la nécessité de rechercher l'amitié de l'Empereur de la Chine. Ses Ambassadeurs s'adresserent au Gouverneur de Kan-tcheou qui obtint que les Huns viendroient trafiquer avec les Chinois.

Les Huns du midi , qui ne pouvoient souffrir ces fortes de liaisons , surprirent ceux du Nord avec tous leurs beftiaux, & firent un butin considérable. Les désertions continuoient toujours & les Huns venoient par bandes se foumettre aux Officiers Chinois qui résidoient sur les frontiéres. Ceux du midi faisoient continuellement des courses dans la Tartarie , pendant que les Peuples de Tim-lim en Siberie , les Sien-pi qui demeuroient au Nord du Leaotong & les Habitans de la petite Bukharie y entroient chacun de leur côté. Attaqués de toutes parts ils furent obligés de s'éloigner de plus en plus de la Chine, & quoiqu'ils eussent fait la paix avec les Chinois, les Huns du midi ne cessoient de les inquiéter. Mem-yun Gouverneur de Kan-tcheou ne put s'empêcher d'avertir qu'en permettant ainsi aux Huns du Midi d'insulter ceux du Nord, c'étoit oublier les traités ; que pour éviter une nouvelle guerre il fallait obliger ces Huns de restituer tout ce qu'ils avoient

pris,

L'ans.
Kana-nio.
Heou han.
chou

و

[ocr errors]

pris , que c'étoit le Tanjou lui-même qui s'en plaignoit. Dans les délibérations du Conseil de la Chine qui fut Après...C.

-lieou assemblé à ce sujet , les sentimens y furent partagés , on ne décida rien , & les Huns du midi ne s'empresserent point d'exécuter les ordres qu'on leur donna pour rendre les prisonniers ; ils eurent même la hardiesse, pour n'être

pas dans la nécessité d'obéir , de faire couper la tête à ces prifonniers.

Ces hostilités des Huns méridionaux firent moins de dommage à ceux du Nord que la guerre que les Sien-pi L'an 871 leur déclarerent : ces Peuples Orientaux entrerent dans les Provinces voisines, deffirent les Huns dans une grande bataille & tuerent le Tanjou Yeou-lieou. Cinquantehuit hordes qui formoient plus de deux cent mille hommes se retirerent sur les frontiéres du pays d'Ortous & des Provinces de Chensy & de Chansy , où elles se soumirent aux Chinois.

Pendant que l'Empire des Huns étoit ainsi ravagé par l'an 88. tous les Peuples voisins il arriva une famine qui ache- Kam-mo. va de le ruiner. Un grand nombre de Sujets prirent parti

Ven-bien

tum-kao, chez les Huns du midi qui étoient près de s'emparer du lieu où le Tanjou du Nord faisoit sa résidence. L'Empereur de la Chine mourut dans ces circonstances & l'Impératrice prit soin du Gouvernement. C'est à cette Princesse que le Tanjou du midi s'adressa pour en obtenir des secours qui le missent en état de détruire entiérement les Huns du Nord, lui faisant entendre

que

la Dynastie des Han qui deviendroit par-là plus puissante, ne seroit plus inquiétée du côté du Nord. Il éleva beau

Heou-hana coup les grandes qualités de l'Empereur défunt , & pré- chu. tendit que c'étoit

par son ordre que les Ou-huon & les Sien-pi avoient déclaré la guerre aux Huns du Nord & tué leur Tanjou ; il s'étendit beaucoup sur les troubles dont l'Empire des Huns étoit agité, sur la foiblesse de ces Peuples & sur la facilité de les détruire.

En conséquence , l'Impératrice fit partir le Général L'an 89, Teou-hien avec d'autres Généraux, suivis des troupes

des Huns du Midi. Cette armée entra chez les Huns par

le Tome 1,

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »