Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Après J.C.

[ocr errors]

liu ti.

L'an 85:

dans la Tartarie ; ils se joignirent aux Tartares Ou-huon

& recommencerent leurs ravages dans le Nord ; ils enHou-fie- leverent plusieurs Partis , & ils alloient pénétrer plus avant chi-loui

lors qu'une famine considérable, dont leur propre pays heou-ti.

fut affligé, les obligea de revenir chez eux, avec la crainte , que dans ce tems où ils manquoient de tout les Huns du Nord ne vinssent les attaquer. Mais Hiao-tchimti Empereur de la Chine qui eut pitié de leur malheur, fit vuider pour eux tous les magazins publics.

Quoique le Tanjou ne s'occupât que de la destruction des Huns du Nord , & que se réunissant à tous leurs ennemis il ne cessât de les inquietter par de fréquentes incursions , il mourut sans avoir pû voir la réussite de ce

grand projet après avoir regne vingt-trois ans. Son SucY-tou-yu

cesseur nommé Siouen, fils de Han, qui prit le titre de Y-tou-yu-liu-ti, continua de faire la guerre aux Huns du Nord & de les ruiner en leur enlevant leurs troupeaux & ravageant

leurs

campagnes : les ordres même des Chinois qui étoient alors en paix avec ces Peuples Septentrionaux ne furent point écoutés. Ce Prince ne regna que trois ans : il laissa en mourant l'Empire à Tun-tou-ho

frere du Tanjou Tchang,& fut connu sous le titre de HieouHieou-lan- lan - chi - foui-heou-ti. Ce Tanjou envoya trente mille chi-louiheou-ti,

hommes à l'armée Chinoise qui marchoit alors contre les L'an 89.

Huns du Nord, & il sollicita si vivement l'Empereur de
la Chine qu'on resolut de détruire entiérement ces Huns :
il joignit ses troupes à celles des Chinois ; on battit en
plusieurs rencontres les Huns Septentrionaux ; leur Tan-
jou
se sauva du côté de l'Occident, comme je l'ai

rapor-
té, avec un grand nombre de ses Sujets : les Nations
Orientales partagerent entre elles le pays & les familles
qui restoient : l’Empire des Huns fut entierement détruit.
Le Tanjou du Midi eut pour sa part trente -
de ces familles , ce qui faisoit environ deux cent trente -
sept mille personnes.

Après la mort de ce Tanjou , Gan-koué frere de Siouen lui fucceda. Il s'étoit attiré la haine des Peuples dans la place de Vice-Roi d'Orient qu'il occupoit, & qu'il ve

L'an 88.

L'an yo.

L'an si

quatre mille

l'an 93. Kain-mo.

koue,

L'an 94: Кат то. .

noit de remettre , en montant sur le Thrône, à Su-tsu. Celui-ci par une conduite toute opposée s'étoit fait ref- Après 1. c. pecter universellement : sa prudence & son courage n'avoient pas peu contribué à la ruine des Huns du Nord. le Tanjou qui continuoit de se rendre méprisable aux yeux de ses Sujets ne supportoit qu'avec peine la distinction

que l'on faisoit de Su-tsu, & la haine qu'il avoit contre lui alla si loin qu'il résolut de le faire périr. Dans ce dessein il s'attacha plus particuliérement ceux des Huns du Nord, qui depuis peu s'étoient soumis & qui étoient. les ennemis secrets de Su - tsu, le regardant comme un des principaux auteurs de la ruine de leur Empire ; mais Su-tsu fut inftruit des projets du Tanjou & eut le tems de se retirer dans le pays d'Ou-yuen dans le Chensi (a).

Le Tanjou Gan-koue par sa conduite gâtoit de plus en plus les affaires : il s'étoit fait un nouvel ennemi dans la personne d’un Officier Chinois nommé Tçong; il voulut en porter ses plaintes à l'Empereur Hiao-ti , mais ses lettres interceptées ne servirent qu'à exciter l'Officier à la vangeance , qui , resolu de perdre Gan-koue , avertit l’Empereur que ce Tanjou s'étoit formé un parti considérable avec les Huns nouvellement soumis, pour tuer Su-tsu & se revolter ensuite contre la Chine , & qu'il avoit déja rassemblé une puissante arınée : il représenta en même-tems la nécessité d'envoyer des troupes pour obliger ce Prince à rentrer dans le devoir & faire respecter le nom Chinois dans la Tartarie. Tçong & un autre Général nommé Tchou-hoei reçurent ordre de marcher avec une armée vers la Cour du Tanjou. Gan-koue prit aussi-tôt la fuite, & après avoir levé quelques Soldats se mit à la poursuite de Su-tsu qui avec tous ses Hordes se sauvoit vers la ville de Man-siam-tching. (6)Ille suivit jusqu'au pied Heon-handes murailles. On lui ferma les portes de la ville, & chou. Tchou - hoei fit faire quelques propositions d'accommo- rum-kæo. dement qu'il rejetta. De-là il s'en alla camper à Ou-yen Kam-mo. (c) où les deux Généraux Tçong & Tchou - hoei qui

(a) Dans le territoire d'Yen gan-fou. (c) Dans le territoire d'Yen-gan-fou. (6) On ne dit pas où est cette ville.

chi-louihacoustic

cbox.

l'avoient suivi se dispofoient à lui livrer bataille, lorfAprès 5. C. qu'il fut tué par ses propres Sujets. On mit à sa place Su'Ting-to

tsu qui prit le titre de Ting-to-chi-foui-heou-ti. Ce Tanjou n'eut pas plutôt été reconnu par les Peuples,que cinq ou fix cens homines des Huns Septentrionaux qui s'étoient soumis , exciterent quelques féditions & le vinrent attaquer pendant la nuit ; ils furent repoussés , mais le désordre augmenta de plus en plus : & en peu de tems , il

y eut sous les armes deux cent mille hommes qui miHeow-har

rent à leur tête Fung-heou fils de l'ancien Tanjou Tuntou-ho , & lui donnerent le titre de Tanjou. Fung-heou pilla & ravagea tous les pays qui dépendoient de Šu-tsu, & s'avança ensuite du côté du pays d'Ortous, dans le dessein de passer au Nord du Désert. L'Empereur de la Chine opposa à ces rebelles une armée composée de Chinois & de Tartares Ou-huon & Sien - pi, le Tanjou & le Général Tçong vinrent camper à Mo-su-tching. Ils у furent aussi-tôt assiégés par Fung-heou qui ne décampa à la faveur des glaces que lorsqu'il vit approcher les troupes Chinoises. Su-tsu se fit poursuivre par son fils avec un corps de dix mille hommes de Cavalerie. Fung-heou fut battu, on lui tua trois mille hommes & dix mille furent faits prisonniers ou se rendirent d'eux-mêmes. Il efsuya un second échec dans une bataille que lui donnerent les Ou-huon , les Sien-pi & les Mo-ko, autres Tartares qui habitoient vers le fleuve Amour. Sa perte qui dans ces différentes actions montoit environ à dix - sept mille hommes l'obligea de se retirer plus au loin. Après le retour des troupes à la Chine

, l'Empereur donna des recompenses aux Généraux : le Chef des Tartares Sienpi eut le titre de Roi, & l'on punit suivant l'usage les Officiers qui avoient manqué à leur devoir.

Fung-heou qui étoit allé camper vers les frontiéres du pays des Huns , avoit partagé ses Sujets en deux bandes; îl commandoit lui-même les Hordes d'Occident & demeuroit au pied de la montagne Tcho-sie-chan. (a) Les

L'an 952

(4) Cette Montage est située dans le desert à l'Ouest du Lac Sopou-M05.,

heou ti.

Hordes d'Orient à plusieurs centaines de li plus loin étoient au Nord-ouest du pays d'Ortous ; mais elles ne Ting-to

Après J. C resterent pas long-tems foumises au rebelle : le voisina- chi-louige du pays

d'Ortous favorisa leur évasion. Elles s'approcherent de cette contrée & vinrent se rendre aux Chi- l'an96.. nois : elles montoient environ à dix mille personnes que chose l'on dispersa en différents endroits. Cette désertion affoiblit confidérablement le parti de Fung-heou & accéléra sa ruine. La suite du regne du Tanjou n'en fut pas moins agitée par des guerres civiles auxquelles la fc:blesse .du gouvernement ne permettoit pas que l'on remediât, Mécontent d'un de ses Officiers nommé Ou-kiu-tchen qui avoit été fort attaché à l'ancien Tanjou Gan - koué, il avoit voulu examiner sa conduite : mais Ou-kiu-tchen qui en appréhendoit les suites avoit pris le parti de se retirer dans les montagnes, d'où il faisoit de tems en tems des courses qui incommodoient beaucoup les Sujets du Tanjou. Les troupes Chinoises furent obligées de marcher de ce côté : Ou-kiu-tchen fur vaincu : & ses Sujets au nombre de vingt mille hommes s'étant rendus aux vainqueurs , on les envoya demeurer au Nord du pays de Gan-tim dans le Chenfi. (a) En même-tems les autres Hordes qui étoient soumises à Fung-heou, fatiguées par une longue disette, furent battues par les Tartares Sien

Heca-h. Mein pi. Ensuite le Tanjou mourut & laissa la Couronne à chou. Tan fils de Tchang : il avoit regné quatre ans.

Tan prit le titre de Van-chi-chi-loui-ti : il envoya contre Van-chiFong- heou des troupes qui acheverent de ruiner le parti des rebelles & firent un butin considérable ; mais pour l'an 100. avoir cru trop légérement un Chinois nommé Han-tçung qui l'avoit accompagné dans un voyage qu'il avoit fait l'an 109. à la Chine , ce Prince se revolta dans la suite contre leon l'Empereur Gan-ti. Han-tçung lui avoit fait entendre Kam-ma que les eaux des rivieres étant débordées & que la misére publique ayant enlevé une grande quantité de Peuples ,

Kam-mr.

L'an 98.

chi-foui-ti,

(a) Ce canton est situé où est aujourd'hui King-tchcou dans le district de Ping kan fou dans le Chenli.

[ocr errors]

L'an ito.

chou.

il ne pouvoit trouver une occasion plus favorable pour Après J.C. Van-chi- attaquer la Chine. Le Tanjou qui ne restoit soumis aux chi-foui-ti. Chinois que parce qu'il n'étoit pas assez puissant pour

secouer le joug , suivit ce conseil. Il se mit à la tête de ses armées fut joint par les Tartares, Ou - huon & les autres barbares, entra dans la Chine & vint faire des courses jusques à Cham-ko dans le Petcheli , (a) pendant que Vou-ho-yun Chef des Ou-huon, Kieou - lun, Chef des Sien-pi avec un Général des Huns portoient la guerre dans le pays de Ou-yuen dans le Chen- si. (b) Il y eut quelques combats dans lesquels les troupes Chinoises furent battues; d'autres où elles remporterent l'avantage , &

cette campagne fut terminée par la désertion du Chef des Heou-han- Ou-huon qui se soumit aux Chinois. Le Tanjou ne laissa

pas de continuer la guerre. L'année suivante il recommença ses courses ; il envoya environ mille hommes vers le Leao-tong, où trouvant trop de résistance de la part du Gouverneur de cette Province , ils furent obligés de se retirer d'un autre côté : le Tanjou étonné de voir arriver de toutes parts des troupes destinées à le repousser , ne put s'empêcher de reprocher à Han-tçung de lui en avoir imposé, en lui faisant entendre qu'il y avoit eu une grande mortalité dans la Chine ; il fit demander promptement la paix à l'Empereur Gan-ti , & il l'obtint après avoir rendu tout ce qu'il avoit pris. Dans la suite le rebelle Fung-heou qui se maintenoit toujours dans la Tartarie fut battu par les Tartares Sien-pi; & plusieurs de ses Sujets vinrent se rendre à ces Peuples ou se disperserent. N'ayant plus assez de troupes pour tenir la Campagne, Fung-heou se fauva avec cent Cavaliers vers le pays d'Ortous où il se rendit aux Chinois qui le transporterent ailleurs.

Les Huns devenus , par la paix qu'ils avoient faite , alliés des Chinois , les aiderent à repousser les Tartares Sien-pi qui faisoient des courses sur les frontiéres de la

Chine

L'an 117

L'an 118.

L'an 119.
Kam-mo.

(a) Dans le district dc Pao-gan-tcheou.

(6)) Dans le district d'Yen-gan-fou.

« AnteriorContinuar »