Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Lie-tai-kja

mains , devinrent les vi&times de sa fureur, & furent mis

Après J.C. à mort pour lui avoir reproché avec trop de fermeté fa l'an 3:a. revolte. Lou - ping, avant que d'avoir la tête tranchée , Licou-yao. demanda qu'on la mît sur les murailles, afin que

les Han, lorsqu'ils rentreroient dans la ville, en fissent autant à Tchin-gan.

La mort de ces fidéles ferviteurs affligea beaucoup Lieou-yao: & la revolte des Tchin-gan lui donna d'autant plus d'inquiétude que ce rebelle venoit d'être joint par plus de cent mille Barbares du Tibet , & avoit pris le titre de Roi de Leam. En même-tems Che-vou Roi de Tcin-chou. Hieou-tou se soumit à lui avec la ville appellée Sang-tching. Ju. Lieou-yao lui donna le Gouvernement de Tcin - tcheou que le rebelle Tchin - gan possedoit , avec le titre de Roi de Tcieou-tciuen(a). Ce Prince perdit aussi l'Impératrice son épouse appellée Yam-chi qui lui laissoit trois fils. Dans le dessein de faire construire un magnifique tombeau à son pere & à cette Impératrice il se transporta à So-yé, afin d'en prendre les dimensions. Ce tombeau devoit avoir deux li de circonférence. Les fatigues que ceux qui y travailloient furent obligés de supporter les fit murmurer. Tsu-yuen en parla inutilement au Prince, qui fit continuer les travaux & ensuite transporter les corps de son pere & de son épouse, après avoir fait de grandes aumônes au Peuple. Cependant Tchin-gan qui persistoit dans sa revolte fut obli- L'an 323. gé de se retirer à Long-tching (b), où il fut investi par les Tein chou. troupes de Lieou-yao. Il survint alors de grandes pluyes & des tremblemens de terre. Les vents ruinerent le tombeau du pere de Lieou-yao. Cet accident qui pouvoit être regardé par les Chinois comme d'un mauvais présage n'arrêta pas Lieou-yao, il marcha en personne contre l'chin-gan qu'il assiégea dans Long-tching. Tchin-gan fit plusieurs sorties , dans lesquelles il eut toujours du dessous. Lieou-yao avoit fait attaquer en même-tems Pim-liam (c) dans le Chensi, qui

Kam-mo.

(a) Vers Soutcheou dans le Chensi. le Chensi.

(6) Au Nord-ouest de Tcin-tchcou (c) Ancienne ville décruite au Nord de dans le District de Kong-tchang-fou dans Kong-chang-fou.

3:3

se rendit. Toutes les Villes des environs suivirent cet Après J.C. exemple, & Tchin-gan u'ayant plus de secours à esperer Licou-yao. & ne pouvant plus deffendre sa place , fit une sortie à la

faveur de laquelle il décampa. Lieou - yao le fit suivre par un détachement de son armée qui- le battit & lui tua quatre cens soldats. Tchin-gan se fauva avec dix braves cavaliers & se retira dans des montagnes , toujours prêt à combattre, tenant de sa main gauche une épée fort longue , & de sa droite une lance empoisonnée. Enfin accablé de fatigues il ne put empêcher qu'on l'investit de tous côtés : on lui enleva sa lance , mais dans le tems qu'il alloit être arrêté, il s'échappa à la faveur d'une grande pluye, & laissant son cheval , il s'enfonça avec cinq ou fix personnes dans les montagnes, où on le rejoignit & il eut la tête coupée. La ville de Long-tching fut prise, les

pays voisins le soumirent , & on transporta deux mille familles à Si-gan-fou. Un grand nombre des Barbares de Ti se rendirent en même tems & donnerent des ôtages.

Lieou-yao étoit alors à la tête d'une armée de deux cent quatre-vingt-cinq mille hommes : il quitta le

pays de Long-chang (a), entra dans celui de Si - ho (6) & vint camper au bord du fleuve Hoam : les Historiens remarquent que le bruit des instrumens militaires faisoit agiter ce grand fleuve & trembler la terre : l’alarme se répandit dans Leam-tcheou où Tchang-meou regnoit alors. C'étoit une petite principauté qui s'étoit formée depuis peu dans ces quartiers. L'approche de l'armée de Lieouyao y jetta la consternation, ce petit Roi tint un conseil avec ses Ministres ; mais il resta incertain sur le parti qu'il avoit à prendre. Quelques-uns de ses Officiers proposerent d'aller attaquer Lieou-yao ; cet avis fut rejetté & T'chang - meou se contenta de venir camper à Cheteou, montagne située à peu de distance de Leam-tcheou, où ceux qui étoient plus instruits de la situation des ennemis lui apprirent que l'armée de Lieou - yao, quoique

Kam-mo.
Tcin-chou.

[blocks in formation]

Tcin-chou.

très-nombreuse n'étoit composée que de Barbares. D'un

Après J.C. autre côté les Officiers de Lieou - yao vouloient absolu- l'an 323. ment passer le fleuve ; mais ce Prince les en empêcha , Licou-yao. parce que son armée étoit trop fatiguée : il crut qu'il lui suffiroit, pour mettre l'épouvante parmi les ennemis, de rester sous les armes, ce que l'événement justifia. Tchangmeou effrayé par l'arrivée de tant de troupes envoya des ambassadeurs à Lieou-yao, se reconnut fon vassal, lui fit présent de quinze cent paires de chevaux , de trois mille bæufs, de cent mille moutons , d'une grande quantité d'or & d'argent & de beaucoup d'esclaves. Lieou-yao qui n'étoit

pas moins satisfait de n'avoir pas été obligé d'en venir aux mains le combla de titres & de dignités , & surtout de celle de Roi de Leam.

Cependant Yam-nan-tie qui avoit appris la défaite & la Kam-mo. mort de Tchin-gan, & qui appréhendoit qu'on ne vînt l'attaquer reprit les armes. Pour éviter de tomber entre les mains du Roi des Han , il resolut d'aller se soumettre à un Roi nommé Li-yum, dont la Dynastie portoit le nom de Tchim. Les troupes de Lieou-yao le poursuivirent & lui enleverent ses gros bagages avec plusieurs prisonniers. Yam-nan-tie se fauva fort en désordre vers un des Généraux de Li-yum qui reçut ses présens , l'envoya à Vou-tou (a); traitement dont il fut si mécontent qu'il abandonna son premier dessein , s'empara de la place où on l'avoit relégué, ne parla plus de se soumettre , tourna ses armes contre Li-yum & le batrit en plusieurs ren

Lieou-yao recouvra dans ce même tems un fils nommé Yn, que les guerres civiles & surtout la revolte de Kin-tchun avoient tellement épouvanté qu'il s'étoit retiré chez un Tartare Sien-pi où il étoit resté inconnu pendant long-tems : le Tartare éléva le jeune Prince comme un simple Tartare ; mais lorsque Yn sçut que tous les troubles étoient appaisés dans les Etats de son pere , il se fit connoître au Sien-pi , qui lui rendit sur le champ tous

contres.

(a) Dans la Province de Sfe-tchuen.

L'an 323.

L'an 324

les honneurs qui étoient dûs à sa naissance, lui fit des Après J. C. présens & le renvoya à Lieou-yao. Il fut reçu avec joye

à la Cour , &le Tartare comblé de présens & d'éloges. L'arLicou-yao. rivée de ce jeune Prince qui étoit l'aîné , paroisloit devoir

causer quelques changemens à la Cour. Lieou-yao vouloit lui rendre le titre de Prince héritier ; mais Yn ne permit pas qu'on en dépouillât son frere Hi, & il se contenta de celui de Roi d'Yum-gan.

La petite Dynastie de Tchao, que Che-le venoit d'établir dans les pays que les Han possedoient du côté de l'Orient, commençoit à devenir très-puissante : la division acheva de se mettre entre Lieou-yao & Che-le , & ils ne cesserent plus de se faire la guerre. Les Provinces qui les separoient étoient continuellement exposées aux incursions de l'un & de l'autre, & les Peuples souffroient beaucoup de ces troubles. C'est dans ces circonstances que Tchang-meou Roi de Leang tomba dangereusement malade & mourut , & que son fils Tciun lui succeda & fut reconnu Roi de Leam par Lieou-yao.

Les Historiens remarquent qu'il parut alors un de ces Tciu-chou.

oiseaux singuliers, nommé Fong - hoam. C'est un oiseau extraordinaire

que

les Chinois croyent être d'un heureux présage : ils examinent toutes ses démarches qu'ils expliquent toujours favorablement. Ils rapportent qu'il laissa cinq de ses petits & vola sur un des palais de Lieou-yao , où il resta pendant cinq jours, & fit entendre sa voix. Malgré le bonheur que la présence de cet oiseau sembloit annoncer , Che-ta Général de

Che-le ne laissa pas de venir faire une incursion vers Gan-koue & d'y enlever quantité de bestiaux. Lieou-yao marcha en personne le jour même & vint camper à Goei-tching, d'où il envoya Lieou-yo à la poursuite de Che-ta. Lieou-yao joignit les ennemis sur le bord du fleuve Hoam, les battit, coupa la tête à Che-ta , & enleva tout ce que ce Général avoit pris. D'un autre côté Yam-nan-tie venoit de se faisir de Kieou-tchi (a) qui appartenoit aux Han, les Tchao

avoient (a) Dans le Chenli vers Kong-tchang-fou.

L'an 325.

L'an 325

avoient envoyé un autre Général nommé Che-sem

pour ravager

le
pays

de Honan. Li-kiu Gouverneur de la Pro- A près J.C vince de Síu-tcheou (a) pour les Tcin & quelques au- Licou-yao. tres Officiers de l'Empereur ne pouvant arrêter ces cour- Tcin-chou. ses , & après avoir été battus en plusieurs rencontres se Kam-mo. , soumirent à Lieou-yao , qui détacha ausli-tôt Lieou-yo & Hou-yen - mou pour assiéger Che - sem dans la ville de Kin-yum (6) dans le Honan ; les Tchao firent partir de leur côté Che-hou pour aller rejoindre Che - sem ; ces deux Généraux battirent l'armée des Han à l'Occident du fleuve Lo,& Hou-yen-mou fut tué dans le combat. Lieouyao accourut aussi-tôt au secours de Lieou-yo & remporta une grande victoire sur les Tchao ; mais une terreur fubite s'étant repandue tout-à-coup dans son Camp pendant la nuit , ses troupes prirent l'alarme & se sauverent en diligence du côté de Si-gan-fou & en différens autres endroits : les Tchao firent prisonnier Lieou-yo & le tuerent avec plusieurs autres Principaux Officiers de l'armée. Lieou-yao fut extrêmément affligé de cet échec ; le Général Li-kiu & les autres qui s'étoient soumis à lui quitterent son parti & repasserent du côté des Tcin : alors le feuve Hoai servit de frontiéres aux Tchao. Lieouyao fit plusieurs changemens parmi les Officiers de fa Cour : il distribua les principales charges ; mais ces fortes de details ne sont point assez intéressans pour trouver place ici.

L'échec que Lieou-yao venoit d'essuyer fut cause que L'an 327: Tchang-tciun Roi de Leam abandonna son parti, se sou- Kam-mo. mit à l'Empereur des Tcin , & envoya en même-tems un corps d'armée pour attaquer la Province de Tsin-tcheou (c) dans le Chenfi , qui appartenoit aux Han. Lieou-yn fils de Lieou-yao , qui vint à la rencontre, le battit, & profitant de la victoire passa le Hoam-ho, se rendit maître de plusieurs places à l'Occident de ce feuve , & enleva aux Leang tout le pays de Ho-nan ou d'Ortous. Alors plus

Tcin-chou.

(a) Dans le Honan, & dans le District d'Ho nan-fou.

(6) Proche Lo-yam ou Ho-nan-fou.
(c) Yers Kong-chang-fou.

Сс

Tome I.

« AnteriorContinuar »