Imágenes de páginas
PDF
EPUB

fieurs Officiers du Roi de Leam se rendirent à Lieou-yao Après 1.cou-yao: qui leur donna des titres & des dignités dans ses Etats. L'année suivante les Tchao continuerent la

guerre contre Lieou-yao. Che-le envoya le Général Che - li-lung à L'an 328.

la tête de quarante mille hommes dans le pays de Ho-tum (a); plus de cinquante Villes se rendirent à lui, & il ravagea le pays de Pou - fan (6). Lieou - yao , qui craignoit que Tchang-tciun Roi de Leam & Yam-nan-tie dont nous avons parlé, ne profitassent de son absence pour se faisir de Si-gan-fou , fit faire des levées considérables chez les Peuples du Kiang ou du Tibet & mit un Camp dans la Province de Tsin-tcheou (c), après quoi il marcha vers le Nord. Che-li-lung instruit de son arrivée, décampa sur le champ. Lieou-yao le joignit & lui livra bataille : les Tchao furent vaincus & perdirent beaucoup de monde. Che-lilong se retira à Tchao-ko (d), pendant que Lieou-yao alla asličger Che-fem dans Kin-yung dans le Honan ; tous les Peuples des environs d’Yum-yam (e) se soumirent à lui , & le pays de Siam-koue (f) fut exposé à des alarmes con

tinuelles. Kam.mo.

Che-le Roi des Tchao, justement effrayé des succès de Lieou-yao , resolut d'aller promptement au secours de Loyam qui sembloit devoir être prise , & sur laquelle les efforts de Lieou-yao paroissoient devoir tomber. Quelques officiers voulurent l'en détourner. Ce Prince en fut si irrité qu il tira son épée, les chassa de la présence & adressant la parole à Kuam » : ce sont là, dit-il, des sentimens de merce

naires & d'hommes nés dans la bassesse. Tous pré» tendent que l'armée de Lieou

l'armée de Lieou - yao est invincible : je » pense le contraire. Lieou-yao veut faire le siége d'une

place qu'il ne peut prendre en cent jours ; ses Soldats accablés de vieillesse & de fatigues ne seront pas plutôt

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

territoire de Ta-mim-fou dans le Petcheli.

(e) Proche Kai-fong-fou dans le Ho

(a) Dans le District de Piin-yam-fou.

(b) Aujourd'hui Pou-tcheou' dans le District de Pim yain-fou.

(c) Dans le Chensi dans le District de Kong-chang-fou.

(d) Ancienne ville détruite, dans le

nan.

(8) Chun te-fou & les environs dans le l'etchcli.

[ocr errors]

encore

و

attaqués qu'ils seront deffaits. Un seul combat termine» ra cette guerre. Si on ne deffend pas Lo-yam, Lieoul- l'ar 3:8.

Apres J. C. yao

devient le maître de tous les pays qui font situés Licou-yao. » au Nord du fleuve Hoam , & tout est perdu.

Kuam répondit à ce Prince qu'il valloit mieux deffendre Kin - yum &'empêcher que cette place actuellement assiégée ne fût prise ; que par-là on abbattroit le courage des soldats des Han & on rétabliroit les affaires. Che-le ordonna au Général Che-kan & à d'autres de se rassembler à Yum-yam. Che - hou se faisit en même - tems de la montagne Che - muen, & Che-le à la tête de ses armées se rendit à Tchim-kao (a), où les troupes

de Lieou-yao étoient campées. Il ne fut pas longtems sans s'appercevoir qu'elles se tenoient peu sur leurs gardes. Lieou-yao , distrait par ses plaisirs , étoit renfermé avec ses Concubines , & veilloit li peu sur son armée, qu'il ignoroit la marche de Che-le. Plusieurs de ses Of ficiers avoient eu le malheur de perdre la vie voulu l'avertir de son arrivée. Il ne les écouta que quand on vint lui dire que les avant

avant - gardes en étoient aux mains avec les Ennemis. Il pâlit à cette nouvelle fit aussi-tôt lever le siége Kin-yum , & alla se mettre en bataille à l’Occident du fleuve Lo. Son armée étoit de cent mille hommes & occupoit une espace de dix li. Pendant qu'il fit ce mouvement, Che - le se jetta avec quarante mille hommes dans Lo-yam. Che - hou attaqua ensuite le centre de l'armée de Lieou les autres Généraux fondirent sur le reste. Dans le tems qu'on se deffendoit de

part & d'autre avec courage, Che-le sortit de Lo-yam & vint fondre sur les Han qui furent battus de tous côrés & obligés de se fauver comme ils purent. Lieou-yao encore yvre tomba de cheval & fut pris. Che - le le fit conduire à Yum-tçao , petite ville du pays de Siam-koue (b), où on le pansa de ses blessures : il voulut exiger de lui qu'il écrivit à son fils Hi pour l'engager à se soumet

pour avoir

- yao,

و

(a) Ville du Honan dans le territoire de Kai-fong-fou.

(6) Dans le Percheli.

Après J. C.

L'an 329.

tre avec tous les Officiers ; mais Lieou-yao les ayant au
contraire encouragés à tenir ferme, Che-le le fit mourir.
Lieou -

yao

fut le dernier Roi des Han. Depuis Lieouyuen qui avoit été le Fondateur de cette Dynastie, jusqu'à la mort de ce Prince , on ne compte que vingt-sept ans.

Les troupes des Han ne laisserent pas cependant de faire quelques efforts pour se remettre de la perte qu'elles venoient de faire. Yn fils de Lieou-yao pilla le pays

de Lie-yam (a): ensuite avec le Prince héritier Hi ils entreprirent de deffendre la Province de Tsin-tcheou (6). Un des principaux Ministres s'efforça par ses discours d'engager ces Princes à tenir ferme, en leur représentant que , malgré la mort de Lieou - yao , l’Empire "étant encore dans son entier , & les troupes restant dans le devoir , il étoit important de réunir ses forces pour repousser l'Ennemi ; sinon qu'il n'y avoit pas

de tems à perdre, & qu'il falloit se sauver. Mais le désordre étoit si grand que ce Ministre fut mis à mort sur le champ. Hi le retira dans la ville de Cham-kuei (c): démarche qui acheva de ruiner l’Empire. Un Général à la tête de cent mille hommes se saisit de Si-gan-fou qui étoit la Capitale des Han & offrit de la remettre à Che-le. Che-fem avec les troupes de Lo-yam vint aussi-tôt en prendre poffefsion. Lieou-yn & quelques autres du parti des Han fortirent de Cham-kuei avec des troupes, dans le dessein de reprendre Si-gan-fou : les garnisons d'un grand nombre de Villes se joignirent à eux ; mais Che - sem ayant détaché Che-li-lung avec vingt mille hommes, Lieou-yn & Hi furent défaits , perdirent cinq mille hommes & se retirerent à la hâte dans la ville de Cham-kuei : ils y furent battus une seconde fois : toutes leurs troupes se débanderent; & l'un & l'autre avec trois mille hommes furent faits prisonniers. On les fit aussi-tôt mourir , alors la Dynastie des Han fut entiérement détruite.

Dans la suite quelques Hordes descendues de ces Huns

Trin-chen.

[merged small][merged small][ocr errors]

qui s'étoient retirées dans les montagnes du Chenfy, entre Li-che (a) & Gan-tim où elles étoient connues fous

Après J. C. le nom de Barbares de Ki ou de Pou-lo-ki , exciterent quelques troubles dans l'Empire , sous le

regne

de Hiao-mim-ti Empereur des Tartares Topa. Elles avoient pour Chef L'an sesi Lieou-li-ching qui demeuroit dans la vallée de Yun-yam, & qui osa prendre le titre d'Empereur. Cette nouvelle puissance fut détruite par les Empereurs de la Dynastie des Tci du Nord qui regnoient à la Chine , & les chefs de ces barbares n'ont été regardés que comme de simples rebelles ou des chefs de voleurs, qui n'ont point formé un Empire dont nous soyons obligés de rapporter l'hiItoire.

(A) Vers Ta-yuen-fou dans le Chansi. (6) Aujourd'hui King - tcheou dans le

district de Ping-leam fou dans le Chensy.

Fin du second Livre,

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Après J. C.

pas voulu

RESQU E toutes les Nations Tartares n'ont

que

les Princes qui ont établi dans la Tartarie de puissans Empires, fussent nés comme les autres hommes ; elles ont eu recours au

merveilleux. Nous l'avons vû plus d'une fois , & nous le verrons souvent dans la suite de cette Histoire. Tantôt c'est une lumiere qui descend du Ciel , tantôt ce sont des tonnerres qui se font entendre. Une Princesse

« AnteriorContinuar »