Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[blocks in formation]

vinces où il avoit porté les armes. Un de ses Généraux
nommé Tao-pao s'étoit rendu maître en partie de quel-
ques places que Tchin-tchuen avoit possedées ancienne-
ment. Han-tcien Général de Tsou - ti , un des principaux
Officiers des Tcin , étoit maître du reste. Les Tcin & les
Tchao manqucient également de vivres & ne sçavoient
de quel côté en tirer. Tsou-ti fit partir un convoi con-
sidérable, dont tous les sacs n'étoient remplis que de ter-
re : il vouloit en imposer par-là aux Tchao, mais pour le
faire avec plus de succès, il ordonna à quelques hommes en
particulier qui étoient chargés de conduire ce convoy , de
porter sur leur dos plusieurs sacs de ris , & de s'arrêter dans
la route , afin que les soldats des Tchao les apperçussent,
les poursuivissent & se saisissent des sacs. Le stratagême
réullit , les Tchao s'emparerent de quelques sacs qui
leur firent croire que leurs ennemis étoient fournis de
provisions. Pressés alors

par

la faim , ils commencerent à perdre courage. Le Général des Tein saisit cet instant pour s'approcher d'eux & les investir ; il les obligea

de reculer. En même-tems Han-tsien vint camper à Fung-kieu , mit une forte garnison à Yum-kieou (a) dans le Honan : les Tchao furent enfermés de tous côtés , un grand nombre de leurs troupes qui étoient dans les environs se, soumit au Général , & tout ce qu'ils possedoient au Midi du Hoam-hd se déclara pour les Tcin. Alors Tsou - ti fit de grands amas de vivres, rassembla toutes ses armées , & se disposa à passer ce Fleuve, pour se rendre maître des pays qui étoient situés au Nord. Che-le n'osa plus faire dincursions de ce côté, & craignit pour ses Provinces. Pour détourner cet orage & empêcher que

le Général des Tcin n'entrât sur ses terres ; il fit valoir auprès de lui le respect qu'il avoit toujours eu pour les tombeaux de ses Ancêtres qui étoient dans le pays de Tchao , & il le pria que cette marque d'estime qu'il donnoit à sa famille, servît à faire cesser toutes les hoftilités. Tsou - ti fut sensible aux égards que Che - le

(a) Elle porte cncore le même nom & dépend de Kai-foog-fou.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

و

avoit eus pour ces tombeaux, le fit remercier par un de ses Officiers , & de part & d'autre on se fit beaucoup de Apres ...Co présens. Alors les Habitans des Provinces de Yen-tcheou Che-le. (a) dans le Chantong, & de Yu-tcheou (6) dans le Honan commencerent à jouir de la paix. Che-le & Tsou-ti vécurent depuis en si bonne intelligence , qu’un des Officiers de T sou - ti s'étant retiré secretement auprès de Che-le , ce Prince lui fit couper la tête & l'envoya à Tfou-ti. Les transfuges par ce moyen n'eurent plus d'afile , & la paix fut ftable de ce côté. Tsai-pao Gouverneur de la Province de Siu-tcheou

pour les Tcin ne laissa pas de regarder les Tchao comme des ennemis de l'Empire; ilattaqua & défit leur Général Siu-kan à Tan-kieou. Che-le envoya aussi-tôt des troupes au secours de son Général , Siu-kan eut quelque défiance de l'Officier qui les commandoit, le fit tuer & passa du côté. des Tcin ; on fut obligé de faire marcher promptement contre ce rebelle une armée de quarante mille hommes , dont on donna le commandement à Che-li-long. Le rebelle demanda à se rendre , & envoya ses femmes & ses enfans en ôtage. Pendant ce tems-là Tsai-pao étoit campé à Tsiao-tching (c) dans le Kiang-nan. Che-li-long autrement Che-hou l'attaqua & l'obligea de se retirer pendant la nuit. Il y eut encore plusieurs autres expéditions, mais si peu importantes que je ne crois pas devoir leur donner ici une place. Ces guerres n'empêchoient pas que Che-le ne s'attachât particulierement à établir dans ses Etats un bon & solide Gouvernement. Il voulut que l'on obfervât avec rigueur les Loix; choisit de bons Ministres & de bons Officiers. Il ordonna qu'on lui envoyât des Provinces ceux de ses Sujets qui se distinguoient le plus soit dans les Lettres, soit dans les armes, & il les ra ssembla tous dans sa Cour.

Pendant ce tems-là les armées de Che-le ravageoient L'an 321. les pays soumis aux Tein : le Général Che-li - long fai- Lie-tai-ki

Kam-mo.

(4) Elle étoit située dans le pays de Tong-tchang-fou.

(6) Située dans le pays de Kai-fong-fou. Tcin-chou. (c) Dans le territoire de Fong-yam-fou.

)

Après J. C.

[ocr errors]

L'an 3...
Che le.

soit le siége de (a) Ye-tçu dans le Chantong où Kia-pi-
tan de la Nation des Sien-pi & Gouverneur de la Pro-
vince d’Yeou-tcheou, s'étoit renfermé. Un autre Géné-
ral nommé Kum-tchang se rendoit maitre du reste du pays.
Tous les efforts des T'cin ne purent arrêter les progrès
des troupes des Tchao , & les Généraux de l'Empereur
furent obligés de se rendre : on amena Kia-pi - tan à
Siam-koue où il protesta en présence de Che-le , que quoi-
qu'il n'eût pû réussir à détruire les Tchao , il ne pouvoit
fe resoudre à se dire leur Sujet , ni à rendre aucun respect
à leur Roi, & qu'il resteroit jusqu'à sa mort serviteur des
Tcin. Sa déroute valut aux Tchao les trois Provinces
de Yeou-tcheou & de Ki - tcheou dans le Petcheli , & de
Pim-tcheou dans le Chansi. Ensuite Kia-pi-tan perseve-
rant à ne point vouloir rendre hommage à Che - le, fut
mis à mort avec les autres Généraux qui avoient été faits
prisonniers avec lui. Che-li-long alla faire quelques cour-
les dans les pays occupés par les Sien - pi,
beaucoup de bestiaux & obligea une grande partie de ces
Peuples à se rendre aux Tchao.

Che-le perdit dans ce tems-là son fils Hing qui avoit

été déclaré Prince héritier. Il donna ce titre à un autre Lie-sai-ki-, fils nommé Hung ; ses troupes firent la conquête du canSu. ton de Tai-chan , proche T ci-nan-fou dans le Chantong

qui appartenoit aux Tcin. Siu-kan qui étoit tantôt du parti
des Tcin & tantôt de celui des Tchao , & qui combattoit
alors en faveur des premiers , fut fait prisonnier & conduit à
Siam-koue. Che-le le livra vifaux femmes d'un Officier qu'il
avoit fait mourir ; elles le couperent par morceaux & le
mangerent. En même-tems quelques autres Généraux des
Tcin vinrent se rendre ; mais Ki-kien Gouverneur de
la Province de Yen-tcheou pour l'Empereur , & qui s'étoit
retiré depuis trois ans dans la montagne (6) Tseou-chan

L'an 322.
Kam-mo.
Tcin chou.

(a) Cette ville dépendoit alors du canon appellé Pim-yuen, elle est détruire, elle étoit fituée à vingt li au Nord-est de Ling-hien dans le territoire de Tci nanfou.

(b) Elle est située à vingt cinq li à l'Orient de Treou - hien dans le territoire d'Yen-tchcou-fou.

dans le Chantong avec un bon nombre de Soldats faifoit des courses dans tout le voisinage : toutes les trou- i'an 3 22.

Après J. C. pes que

les Tchao ne cessoient de lui opposer étoient Che-le. battues. Dans le tems qu'il étoit campé à Ho-fi (a), on lui offrit de le recevcir avec distinction, & de lui donner des Charges considérables : il les accepta, & par-là la domination des Tchao s'étendit de plus en plus dans les Provinces de Siu-tcheou dans le Kiangnan & de Yentcheou dans le Chantong. Che-le profita encore de la mort de Tsou-ti, arrivée l'année précédente, pour porter la guerre dans les pays qui étoient dans le Gouvernement de ce Général des Tcin. Ses troupes ravagerent le pays de Honan, prirent les villes de (b) Siam-tching dans le Honan & de Tching-fou (c), & alliégerent celle de Tsiao-tching dans le Kiangnan , sans que Tsou-yo; qui avoit succédé à son pere Tsou-ti , les pût empêcher. Il fut même obligé de se retirer & d'aller camper à (d) Cheou-tchun , pendant que les Tchao se rendirent maîtres de Tchin-lieou & de plusieurs places des environs dans le Honan.

C'est dans cet intervalle que Yuen-ti Empereur des Tcin mourut du chagrin que lui causoit l'établissement des Tartares dans l'Empire. Il eut pour successeur son fils Mim-ti. Le Roi des Tchao perdit dans le même tems un de ses principaux Ministres nommé Tcham-pin, dans lequel il avoit beaucoup de confiance, & qui la méritoit. Il ne cessoit de le pleurer & il blamoit continuellement le Ciel de lui avoir enlevé son plus ferme appui. Ces éloges dans la bouche d'un Roi sont agréables aux Chinois, ils servent à ranimer leur zéle pour le service du Prince, & c'est dans ce dessein que les Historiens les rapportent : ils aiment à voir un Roi qui sçait distinguer

(a) Elle dépendoit alors du canton (c) Ancienne ville détruite au Sud-est nommé Hoai-nan. Elle dépend aujour- de Po-hien dans le territoire de Fong. d'hui de Lin-tchcou-fou dans le Kiang

(d) Dans le territoire de Fong-yam(6) Cette ville dépend de Kai-fong- fou dans le Kiangnan. fou dans le Honan.

yam fou.

nan.

L'an 32 3:

Che-le.

و

L'an 324.

Lie-tai-ki

Kam.no.

le mérite de ses Officiers , reconnoître & recompenser Après J.C.

leurs services.

Au commencement du regne du nouvel Empereur des Tcin , Che-le ‘entra dans la Province de Siu-tcheou dans le Kiangnan, y prit plusieurs places : Che-hou battit le Général des Tcin nommé Tçao - y, Gouverneur de la Province de (a) Tcim-tcheou dans le Chantong, & l'obligea de se rendre. Tçao-y fut mis à mort à Siam - koue ; alors toute la Province de Tcim-tcheou tomba sous le pouvoir des Tchao. D'autres Généraux firent des courses dans plusieurs autres cantons relevans des Tcin. Chele voulut faire alliance avec Mou-yum-hoei qui regnoit dans le Leao-tong; mais ce Roi fit aussi-tôt conduire chez les Tcin l'Ambassadeur qu'il lui envoya. Pendant

que l'on continuoit la guerre contre les Tcin & Su.

les Généraux de Che-le leur enlevoient les canque

tons de (6) Tum - huon dans le Chantong, & de TcimTcin-chou. hai (c) dans le Kiamnan , ce Prince apportoit une attention

singuliére à l'avancement des Sciences ; il se transportoit dans les colléges , vouloit voir par lui-même les progrès de ceux qui étudioient & les récompensoit. Il aimoit la lecture, dans ses armées mêmes il étoit toujours accompagné de quelques Sçavans qui lui lisoient les anciennes histoires de la Chine; il faisoit pendant ces lectures de reflexions sur les vertus & les vices de ces anciens Empereurs , & il étoit devenu à cet égard l'admiration des Lettres Chinois. Il fit faire aussi le dénombrement de ses Sujets & les exhorta à s'appliquer à la culture des terres. Telles étoient les occupations de ce Prince dans le camp même ; mais elles n'énervoient point son courage & ne lui faisoient pas négliger les conquêtes qu'il pouvoit faire sur ses ennemis, c'est-à-dire les Empereurs de Tcin & les Rois des Han. Ses troupes entrerent dans le pays de Honan qui appartenoit à ces derniers & couperent la tête au Général qui y commandoit : depuis ce tems-là les

divisions (a) Dans le territoire de Tçing-tchcou- fou.

(c) Hai-tcheou dans le territoire de (6) Dans le territoire de Tcing-tchcou- Hoai-gan-fou.

fou.

« AnteriorContinuar »