Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Che-le.

Kam-mo.

divisions augmenterent entre ces deux Puissances, & les

Après J. C. Peuples des frontières virent leurs

pays

continuelle- l'an 324. ment ravagés. Quelques autres de ses Généraux

remporterent plusieurs avantages assez peu considérables, si ce n'est la prise de Lo-yam par Che-fem.

Che-le, qui conservoit toujours du ressentiment à l'oc- L'an 325. casion du traitement que le Roi du Leao-tong avoit fait Lie-tai-kià son Ambassadeur & qui n'attendoit que

le moment de s’en vanger , accepta les offres qu’un Chef des Sien - pi Tein-chou. nommé Kie-te-kuei de la Horde Yu-ven lui fit d'entrer dans le Leao-tong; mais Kie-te-kuei fut repoussé & obligé de prendre la fuite & perdit une grande partie de ses Šujets qui se soumirent au Roi du Leao-tong; ensuite il fut tué par Y-teou-kuei qui se déclara Chef de la Nation. D'un autre côté un des Généraux des Tcin vint se rendre aux Tchao avec sa ville de (a) Hiu-tcham dans le Honan. En même-tems les troupes que Lieou - yao Roi des Han avoit envoyées pour s'opposer aux progrès que les chao faisoient dans le Honan tenoient Che-fem affiégé dans la ville de Kin-yum proche Lo-yam. Che-huo vint au secours de Che-sem, ils repousserent ensemble les Han & tuerent un de leurs Généraux. Cet échec obligea Lieou-yao de marcher en personne contre les Tchao. La victoire paroissoit se déclarer en faveur des Han lorfqu'une terreur panique s'empara de leurs troupes , la confusion se mit parmi elles & toutes se sauverent en défordre vers Si-gan-fou. Lieou-yao fut contraint de les suivre, un de ses Généraux fut tué, les autres se retirerent où ils purent. Cette grande victoire acheva de livrer aux Tchao les deux Provinces d’Yu-tcheou dans le Honan , & d’Yen - tcheou dans le Chantong, & leurs frontiéres s’étendirent jusqu'à la riviere Hoai. Che-le fit transporter à (6) Siam-koue dans le Petcheli sa Capitale ce qu'il y avoit de plus rare dans Lo-yam, & particuliérement une horloge qui marquoit les heures par l'ombre du Soleil.

(6) Aujourd'hui Chun-te-foa.

(a) Aujourd'hui Tchang-che-hien proche Kai-fong-fou.

Tome 1.

Ee

L'an 326,
Che-le,

décesseur que

1

Mim-ti Empereur des Tcin étoit mort sur la fin de
Après J. C.

l'année précédente & Tchim-ti lui avoit succédé. Ce
Prince n'avoit pas encore achevé les funerailles de son pré-

les troupes des Tchao entrerent dans le
canton d’Yu-nan (a). Les Habitans abandonnerent le
parti de l'Empereur , se saisirent de l'Officier qui y com-
mandoit pour lui & le remirent entre les mains des Tchao.
Il y eut en même-tems quelques petites divisions dans cette
Cour entre les principaux Officiers. Che-le par les con-
seils de Tching - hia le proposoit d'aller camper à (6) Po
dans le Honan, & il y avoit envoyé son fils Hum pour
garder cette Ville : Che-hou, qui avoit rendu de grands
services à l'Etat, n'avoit pas dessein de s'éloigner de
cette place , sur laquelle il avoit des droits & qui étoit
comme son domaine : il fit reparer San-tai qui étoit dans
les environs & y retira toute sa famille conservant en
lui-même beaucoup de haine contre Tching - hiả qui a-
voit ouvert cet avis, moins pour être plus à portée des ar-
mées qu'on envoyoit contre les Tcin, que pour nuire à
Che-hou. Les troupes de Che-le étoient alors occupées
à faire la guerre dans les pays soumis aux Tcin. Le Géné-
ral Che-tcong étoit venu attaquer la ville de Cheou-tchun
dans le Kiangnan. Tsou-yo un des Généraux de l'Empe-
reur Tchim-ti n'avoit pû obtenir qu'on lui envoyât des
fecours, & Che-tçong étoit déja parvenu jusqu'à (c) Feou-
ling dans le Kiamnan. On commençoit à craindre à Nan-
king qui étoit la Capitale des Tcin , & on délibéroit inu-
tilement sur le parti que l'on avoit à prendre; il n'y avoit
partout que revoltes en faveur des Tchao, les Généraux
embrassoient leur parti , & les Villes se rendoient d'elles-
mêmes.
Les Tchao porterent ensuite la guerre dans le

dans le pays des Lie-tai-ki- Tartares Topa: Che-hou en vint aux mains avec Kie-na fu.

Empereur de ces Tartares ; ils attaquerent aussi les Han.

[ocr errors]

(« Aujourd'hui Ju-ning-fou dans le (c) Cette ville est détruite , elle étoit fiHonan.

tuée à quinze li à l'Est de Triuen-tsiao(6) Aujourd'hui Po-hien proche Tchang- hien dans le voisinage d'In-tcheou proche te-fou.

Nan-king

1

Tcin-chou.

D'un autre côté ils menagerent des intelligences secrettes Après J. C. avec plusieurs Généraux des Tcin. Che-tçong passa la ri- L'an 328. viere de Hoai & vint assiéger Cheou-tchun dans le Kiang- Lie-rai-kinan, pendant que les troupes des Tcin, qui ne vouloient qu. point combattre , se retiroient à Lie-yam (a) En même- Kam-mo. tems Che-hou avec quarante mille hommes alla attaquer dans le Chansi Pou-fan (6), qui appartenoit aux Han. Le Roi Lieou-yao vint en personne au secours de ses Provinces , & obligea Che-hou à se retirer. Il le poursuivit, la déroute fut entiere du côté des Tchao qui perdirent beaucoup de soldats & un de leurs principaux Officiers. Che-hou se sauva fort en désordre à Tchao-ko (c) dans le Petcheli. Lieou-yao assiégea Che-sem dans Kin

-yum ville du Honan proche Lo-yam. Une grande étendue de pays se soumit aux Han, l'alarme fut portée jusqu'à Siamkoue capitale des Tchao. Che-le voulut se mettre à la tête de ses troupes pour aller au secours de Lo-yam , une des places les plus importantes qui étoit assiégée. Plusieurs de ses Ministres lui représenterent que Lieou-yao, malgré ses victoires précédentes , ne pourroit prendre cette place. Che-le ne pensa pas ainsi ; il voyoit un ennemi à la tête d'une armée de cent vingt mille hommes, & il sentoit la nécessité d'empêcher que Lo-yam ne fut prise , parce que de là dépendoit la conservation de tous les pays

situés au Nord du fleuve Hoam ; il s'avança avec ses troupes , disposa tout pour la défense de cette place, & observa avec beaucoup d'attention toutes les démarches de son ennemi. Quoi que son armée fut bien moins nombreuse que celle de Lieou-yao , il ne fut pas long-tems fans s'appercevoir que la négligence de ce Prince lui laissoit toute la supériorité. Lieou-yao trop occupé de ses plaisirs ne fut instruit de l'arrivée de Che-le que quand les avant-gardes , qui étoient sur les bords du fleuve Lo, eurent commencé le combat avec l'avant-garde de l'armée des Tchao. Che-le abandonna aussi-tôt le siége de

(a) C'est aujourd'hui Hotchcou proche Nan-king dans le Kiangnan.

(6) Aujourd'hui Pou-tchcou dans le

territoire de Pim-yam-fou.

(c) Dans le territoire de Ta - mimfou.

l'an 328. Chc-le.

L'an 329.

Kam-mo.

Après s. C. Kin-yum & mit ses troupes en bataille à l'Occident du fleuve

Lo proche Lo-yam , il n'avoit que quarante mille hommes. Che-lou à la tête de l'Infanterie attaqua le centre de l'armée des Han ; Kan avec la Cavalerie fondit sur les ailes , & il se donna un grand combat à la porte appellée Si-yai-muen. Che - le avec un corps de Cuirasliers sortit par une autre porte & surprit les Han ; leur Roi étoit ivre, il tomba de cheval & fut fait prisonnier ; toute l'armée fut mise en déroute. Lieou-yao après l'action fut conduit à Siam-koue, où ne voulant pas se soumettre il fut mis à mort.

Lorsque l'on fut informé de ce malheur à la Cour des Lie-tai-ki- Han, le Prince héritier nommé Hi se sauva à Cham-kuei fu.

proche Hoai-gan-fou dans le Kiangnan ; quelques - uns Tcin-chou. de ses Officiers se faisirent de Si-gan-fou qu'ils offrirent

de remettre aux Tchao. Che - sem avec les troupes de Lo-yam alla en prendre possession. Che-hou marcha contre les restes du parti des Han , les battit &-fit prisonnier le Prince héritier Hi, qui fut tué par ses propres sujets. Alors tous les pays voisins se soumirent aux Tchao & l'on transporta dans les Provinces de Su-tcheou dans le Honan , & de Ki-tcheou dans le Petcheli , environ cent cinquante mille familles des Barbares de Kiang & autres Tibetans.

Che-le delivré d'un ennemi aussi redoutable voient été les Han, devint alors très-puissant dans la Chi

ne. Les peuples de la Corée, de Niuche , d'Igour, de Tein-chou. Bischbalig, de Khoten , & des environs de l'Oxus lui en

voyerent des Ambassadeurs. Tous ses Ministres l'exhortoient à prendre le titre de Hoam-ti ou d'Empereur , mais il le refusa , quoiqu'il en prit toutes les marques extérieures, c'est-à-dire , qu'il nomma un Prince héritier qui portoit le titre de Tai-isu comme le Prince héritier de l'Empire , & qu'il donna plusieurs autres titres , semblables à ceux qui étoient en usage à la Cour Impériale. Pour lui il se contenta de celui de céleste Roi du grand Tchao; mais il déclara ses ancêtres Empereurs. Il donna à un de ses fils nommé Hong le titre de grand Tanjou. Che hou

L'an 330.
Lie-tai-ki-

que l'a

Kam-mo.

Avant J.C.

L'an 330.

eut celui de Roi , quoiqu'il eut mieux aimé celui de Tanjou , ce qui devint un sujet de division entre lui & Hong , qu'il ne regardoit que comme le fils d'une Escla- Che-le. ve. Quelques-uns de ses Ministres représenterent à Che-le que son Empire étant alors bien affermi , il ne devoit plus diférer de faire connoître ceux qui avoient eu de mauvais desseins. On lui

rapporta

à cette occasion l'exemple des Han ; en conséquence il fit mourir Tsou-yo qui avoit commandé les armées des Tcin , & éteignit toute sa famille.

Depuis la déroute & la defiruction des Han, Tcham- Lie-tai-kitsiun Roi de Leam avoit repris le pays d'Ortous jusqu'à Kam-mo. Tcieou-tao dans le Chensi (a). Il y avoit établi des gar- Tein-chou. nisons, & son pays étoit voisin de celui des Tchao. Chele voulut lui donner quelques titres qu'il refusa, mais les Tchao ayant remporté peu de tems après une grande vi&toire sur des peuples du Kiam qui avoient pour Chef Hieou-tou-vam, il commença à craindre

propres états , & se déclara vassal des Tchao. C'est alors que Che-le prit le titre de Hoam-ti ou d'Empereur. Il transporta sa Cour à (6) Lin-tchang dans le Honan. Ensuite il songea à porter la guerre dans les pays des Tcin ; fon Général Kuo-king se rendit maître de Siam-yam dans le Houkouam , & en transporta ailleurs tous les Habitans. Che-le renouvella ses soins pour le

gouvernement de son Empire, s'attacha à connoître ceux de ses sujets qui se distinguoient par leur mérite , & fit construire à l'Occident de Siam-koue différentes sales destinées aux audiances & à plusieurs autres usages publics. Ensuite il alla à Po dans le dessein de loger dans un palais qui étoit situé à l'Occident de Lin- tchang - hien d'aujourd'hui dans le district de Tcham-te-fou. Quelques Ministres voulurent s'y opposer ; ce qui porta ce Prince à des excès qu'il blama lui-même après qu'il fut revenu ; mais il ne laissa pas dans la suite d'aller demeurer dans ce palais , & désigna Lo-yam pour sa Cour du midi.

pour ses

L'an 331.

(a) Proche Lin-tao-fou.

(6) Proche Tchang-te-fou.

« AnteriorContinuar »