Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[blocks in formation]

pas parole en tout, & entreprit de rester indépendant ;
mais une partie des provinces de Kiangnan, de Honan , de
Chantong , se rendirent à Che-min. Il s'empara de Siam-
koue , tua Lieou-hien , & transporta tout son monde à Po.
Ensuite le Roi d'Yen nommé Mou-yum-tsun, déclara la
guerre à Che-min le défit , le tua, & fe rendit maître de
Po. Il ne resta plus alors aucune trace de l'Empire des
Tchao. Les Yen en eurent une partie ; une autre fut le
partage des Empereurs des Tcin , & quelques petits Rois
établis dans le Chensi prirent le reste.

[ocr errors]

I I.

LES HI A.

L

Tcin-chou.

tum-kao.

Es Princes de cette Dynastie étoient descendus des

Après J. C. anciens Tanjou du midy, & n'ont pas cessé de re- Lie-tai kigner sur une partie de ces Huns. Quoique cet Empire jp eût été en quelque façon détruit après la mort du Tan- Kam mo. jou Lieou-mum , Kao-ching-yuen fils de Kiu-pi qui avoit Ven-hienété Vice-Roi d'Occident, & envoyé l'an deux cens seize par l'Empereur de la Chine de la dynastie des Goei pour gouverner les Huns, se mit à la tête de ces peuples. Onignore combien il regna ; mais il est certain qu'il eut pour successeur son fils Lieou-hou. Ce chef des Huns demeuroit à Sin-hing (a) dans le Chansi , & donna à sa nation le nom de Tie-fo; c'est-à-dire Mere. Il étoit alors foumis avec les Sien-pi à Lieou - yuen-hai, Roi des Han. Lieou-hou battu ensuite par un général de l'Empereur Lieou-hou. des Tcin , se retira avec les sujets du côté de l'Occident, l'an 309. passa le fleuve Hoam & alla habiter dans la plaine nommée Seou-liu-tchuen, qui est située dans le

pays

d'Ortous. Là il obtint de Lieou-tçong Roi des Han qui avoit beaucoup d'égards pour cette famille , le titre de Kum de Leou-fan.

Lieou-hou devint jaloux de l'établissement que les Tar- L'an 318. tares Topa faisoient alors dans la Province de Tai(6) dans le Chansi, où ils étoient gouvernés par un Empereur nommé You-liu ; il sortit du pays d'Ortous avec ses troupes , & alla attaquer les Hordes occidentales des Topa ; mais cette entreprise ne réussit pas : il fut vaincu & obligé de se fauver dans le Nord. Alors un de ses parens à la tête de la plûpart de ses Hordes se soumit

L'an 310.

(a) Dans les environs de Ta-yuen-fou. (b) Dans les environs de Ta-tong-fou.

Après J. C.

L'an 341

Yu-tcou. L'an 356. Lie-tai-kifu.

aux Topa , qui, n'ayant plus d'ennemis sur les frontières Occidentales de leur pays , étendirent leurs conquêtes jusques sur les bords de la riviere d'Ili dans le milieu de la Tartarie , à l'Occident de l'Irtisch. Ces revers ne le rebuterent pas ; après avoir rassemblé de nouvelles troupes il rentra dans le pays des Topa où il ne fut

pas plus heureux, & il fut à peine rentré dans son petit Etat qu'il Vou-huon. mourut , laissant pour successeur son fils Vou-huon, qui

changeant de maximes, eut recours à ces mêmes Topa qui avoient été jusqu'alors les ennemis de fa Nation : il obtint d'eux la paix avec une Princesse qu'il épousa. Il rechercha aussi l'amitié de Che-hou Roi des Tchao, dont il reçut le titre de Vice-Roi d'Orient. Il mourut après avoir regné seize ans : son frere Yu-tcou_lui succéda & voulut porter aussi-tót la guerre chez les Topa; mais lorfqu'il vit l’Empereur de ces Tartares , qui faisoit la visite de fes Etats , arrêté avec ses troupes sur le bord du Hoam, il craignit que ces armées n'entrassent sur ses terres , & il se soumit. Dans la suite il eut le chagrin de voir une partie de ses Hordes se revolter contre lui, & passer sur les glaces le Hoam-ho pour se rendre chez les Topa , &

les autres se soumettre à Sie-vou-ki fils de Vou - huon. Sie-you-ki

Abandonné de presque toute sa Nation, il fut contraint de se sauver chez les Topa.

Le nouveau Roi des Huns mourut presque aussi-tôt & Lie-tai-ki- son fils fut tué par Goei-chin qui s'empara du Royaume Su.

& envoya des tributs aux Topa. Goei-chin étoit frere de Sie-vou-ki.

Goei-chin enyoya des ambassadeurs à Fou - kien Roi

des Tsin dans le Chensi pour lui demander des terres Lie-tai-ki- où il pût venir camper pendant le printems : il les ob

tint de ce Prince ; mais il n'y fut pas plutôt arrivé qu'un gouverneur des environs pour le Roi des Tsin, l'attaqua avec les troupes qu'il avoit fous son commandement, & fit sur lui un grand butin. Quoique cette conduite eût été désapprouvée par le Roi des Tsin qui punit le gouverneur, Goei - chin en retournant dans son

enleya plusieurs sujets des Tlin , qu'il renvoya dans la suite pour

L'an 353.

L'an 359.

Goei-chin.
L'an 360.

Kam-mo.

pays,

L'an 361.

faire croire à Fou-kien qu'il ne défiroit que la paix , & pour se mettre en état de quitter son parti fans dan- Après J. C. ger. Il se tourna alors du côté des Tartares Topa , mais il ne tarda

pas

à se brouiller avec eux & à prendre les armes ; il fut aussi - tôt battu & obligé d'avoir recours L'an 365. aux Tsin, auprès desquels la même conduite lui fit éprouver le même sort. Le Roi des Tlin entra dans le

pays d'Ortous , fit prisonnier Goei-chin & rétablit l'ordre

parmi tous ces barbares , pardonnant à Goei - chin à qui il conféra le titre de Kum de Hia-yam. Un autre chef de Huns nommé Tsao-kou qui avoit le titre de Vice - Roi d'Occident, & qui avoit suivi Goei-chin , fut fait Kum de Yen-muen. Mais l'Empereur des Tartares Topa ne laissa pas tranquilles ces Huns. Le Hoam charioit alors un grand nombre de glaces, il y fit jetter une quantité d'herbes, qui se prenant avec ces glaces formerent un espéce de

pont. Les Topa s'en servirent pour passer ce grand fleuve & entrer dans le pays d'Ortous. Goei - chin se sauva aussi - tôt chez les "Isin qui le renvoyerent dans son pays avec des troupes.

Dans la suite Goei-chin envoya son fils Tche - lie-ti L'an 391. avec quatre vingt-dix mille hommes faire la guerre con

Su. tre les Hordes meridionales des Topa ; mais ils furent vaincus par cinq ou fix mille hommes, & l'Empereur de ces Tartares nommé Kuei profitant de sa victoire les poursuivit jusqu'à Yue-po-iching. Toute la famille de Goeichin se fauva en désordre. Son fils fut fait prisonnier & lui tué par ses sujets. Le pays d'Ortous fut soumis aux Topa qui y prirent trois mille paires de chevaux & quatre millions de bæufs & de moutons. Un fils de Goeichin nommé Po-po se retira chez les Sien-pi de la Horde de Sie-kan d'où il fut obligé, pour se soustraire aux Tartares qui le redemandoient, de passer chez Mo-y-kan, chef d'une autre Horde des Sien-pi qui étoit soumise aux Tlin & qui lui donna sa fille en mariage. Un autre fils de Goei-chin nominé Ven-tchin passa chez les Topa il épousa une fille de leur Empereur.

C'est ici proprement que les Historiens Chinois fixent

Lie-tai-ki

Kam-mo.

L'an 399.

L'an 407

Tcin chu.

-mo.

[ocr errors]

ce

le commencement de la Dynastie des Hia ; mais j'aurois Après J. C.

cru manquer à l'exactitude que je me suis prescrite , fi

j'eus passé sous silence tout ce qui précéde. Ces détails, Lie-tai ki- quoique peu considérables, deviennent intéressans en ce Su. qu'ils nous font connoître les différens degrés par lesquels

les Princes des Hia font parvenus , presque insensiblement, à cette puissance dont nous allons les voir jouir , & comment ces petits Chefs de Hordes , tout foibles qu'ils étoient ont pû donner naissance à un Empire assez étendu.

Po-po qui s'étoit retiré chez les Sien-pi se fit alors connoître à la Cour de Yao-hing Roi des Tsin (a), auquel ces Tartares étoient soumis. Son courage , la grandeur d'ame & son esprit lui donnerent du credit auprès du Prince, malgré les efforts que le frere du Roi des Tsin fît pour s'opposer à son avancement : ce Prince prévoyoit dès - lors qui arriva dans la suite ; le Roi des Tsin qui ne voyoit dans Po-po qu’un sujet fidéle, avec le secours duquel il pouvoit soumettre tout l'Empire , le mit à la tête de ses armées pour aller au secours des Sien-pi; mais enfin se rendant aux instances de son frere qui ne cessoit de lui représenter combien il étoit dangereux de confier à Po-po le commandement de ses troupes,

il le pays d'Ortous. La bonne intelligence qui regnoit alors entre les Tartares Topa & le Roi des Tsin déplut tellement à Po-po qu'il ne songea plus qu'à se révolter. Il se faisit d'abord de plusieurs chevaux que les Tartares Geou-gen envoyoient aux Tsin. Cette premiére démarche le conduisit à une autre plus violente ; il tua le chef des Sien-pi qui lui avoit donné retraite , & s'empara de ses sujets. "Il quitta alors le nom de Tie-fo que portoit sa Nation , & prit celui de Hia , se faisant nommer Celeste Roi du grand Hia, sous prétexte qu'il descendoit des anciens Tanjou qui tiroient leur origine de la famille de Hia, la premiére Dynastie Impériale qui ait regné à la Chine. Il prit pour nom de famille Ho-lien, éta

blit (*) Ce sont les seconds Tcin. Voyez les tables.

renvoya dans le

+

« AnteriorContinuar »