Imágenes de páginas
PDF
EPUB

L'an 407.

و

Tcin-chou,

blit en même-tems un grand nombre de ministres & d'officiers de toute espéce , comme s'il eût possedé un royau- Après J.Co me considérable & bien affermi. Il marcha ensuite con

Po-po. tre les autres Hordes des Sien-pi qu'il soumit , & alla assiéger la ville de San-tching qui appartenoit aux Tsin; il fit mourir plusieurs de leurs généraux , ne s'occupa qu'à faire des courses de tous côtés, & se rendit maître de plusieurs places qui étoient situées dans le Nord du Royaume des Tsin. If demanda en mariage une fille du Roi des Leam du midy, & sur le refus qu'on lui en fit , il alla les attaquer avec vingt mille hommes, les battit & s'empara de tout le pays qui est depuis Yam-fi jusqu'à Tchi-yam.

Le Roi des Hia ne fut pas moins heureux dans la guerre L'an 408. qu'il fit contre les Tsin. Il remporta sur eux plusieurs lie-tai-kivictoires considérables, & leur prit un grand nombre de Kam. mo. prisonniers ; mais l'énumération de tous ces combats que les Historiens ne font qu'indiquer , ne paroît pas assez importante pour être placée ici. C'est après tant de succès L'an 413, qu'il bâtit la ville de Tum-van-tching dans le pays d'Ortous , au sud de la riviere He-choui , que les peuples voisins appellent Ho-la-ou-so-ho , à l'est de Nim - hia, & qui va se jetter vers l'occident dans le Hoam-ho. Il nomma cette ville Tong-van-tching , c'est-à-dire la ville qui domine fur dix mille , parce qu'il se flattoit de regner un jour sur dix mille Royaumes. Pour la construction de cette ville , Po-po se servitd'un homme dont la cruauté causa la mort à un grand nombre d'ouvriers. Ce ministre en visitant les briques qui avoient été faites, tenoit à sa main une machine de fer pointue & lorsqu'en fondant elle entroit dans la brique il faisoit aussi - tôt mourir l'ouvrier. Sa cruauté étoit encore plus grande envers ceux qui fabriquoient des instrumens de guerre ,

tels

que les cuirasses, les lances & les fléches, l'épreuve étoit toujours funefte à l'un ou à l'autre des ouyriers, c'est-à-dire , que la cuirasse devoit resister à la lance, sans que celle-ci s'émoussât ou se rompit. Aussi ces sortes d'instrumens qui avoient été fabriqués dans ce pays

étoienta alors recherchés des Chinois pour leur bonté.

Tome I.

Kk

L'an 414.

Lie-tai-ki

L'an 415

L'an 416.

Lie tai-ki

Kam-mo.

Après J.C. Po-po (a) alla faire ensuite la guerre dans le Ho-tum du

côté de Pou-tse (6) dans le Chansi , qui appartenoit aux TarPo-po. tares Topa.Ses troupes y essuyerent quelque échec, après fu.

quoi il fit la paix avec Ping-po Roi des Yen,& nomina son fils Kuei Prince héritier. Il donna ausli à la Reine sa mere le titre de Hoam-heou ou d'Impératrice. Alors il tourna ses armes contre les Heou - tsin, ruina Hing - tching forteresse au nord d'Yen - gan-fou , & prit environ vingt mille hommes. Cette guerre continua l'année suivante. Il se rendit

dans les Etats des Tsin à la tête de quarante mille homfu.

mes , s'empara de la ville de Cham-kuei (c) dans le Chensi, Tcin-chou. où il tua environ cinq mille hommes ; de-là il marcha vers

Yn-mie ( d) dans la même Province, où il tua dix mille hommes. Le Général des Tfin abandonna le pays

de Gan-tim (e) & fe sauva à Si-gan-fou: cinquante mille familles vinrent se rendre à Po-po , qui envoya cinq mille Sien-pi pour garder Gan-tim , & s'avança en même-tems vers Yum-tching (f), dont le Gouverneur se retira à Sigan-fou. Il s'empara de cette place , & alla piller celle de Moei-tching (g). Les Tlin envoyerent alors contre lui cinquante mille hommes. Po - po voulut se retirer dans Gân-tim , les habitans lui fermerent leurs portes & massacrerent la garnison des Sien - pi qu'il y avoit laissée. Les Tsin reprirent Gan-tim & poursuivirent Po-po jusqu'à Tchao-na (k). Il se retira à Hing-tching , d'où il envoya un de ses neveux faire le ravage vers Tchi - yam dans le Chensi.

Dans le même-tems le Roi des Heou-tsin ayant été battu par les troupes de l'Empereur Gan-ti & conduit à Nankim , Si-gan-fou tomba sous la puissance de cet Empereur. Po-po se disposant à rentrer dans ce pays , aussi-tót que

les

l'an 417

(2) Il avoit pris l'année précédente pour nom de famille celui de Ti - fa, c'est-à-dire , qui est aulli dure & aulli affilé que le fer.

(b) Aujourd'hui Chi - tchuen - hien proche Pim-yam-fou.

(c) Proche Kong-tching-fou.

(d) Dans le territoire de Pim-leamfou.

(e) C'est dans le pays de Pim-leamfou.

(f) Proche Fong-tiang fou dans le Chenli.

(8) Aujourd'hui Moci - hien dans le territoire de Fong - triang - fou dans le Chenfi.

(h) Dans le territoire de Pim - leangfou dans le Chenfi.

L'an 4176

troupes Impériales en seroient sorties , il commença par reprendre Gan - tim. Toutes les villes des environs fe Après J. C, foumirent à lui , & lorsqu'il fut informé que l'armée de Po-po. l'Empereur avoit repris la route de l'orient, il envoya son fils Kuei avec vingt mille hommes vers Si - gan - fou, plaça différens corps de troupes à Tcing-ni (a) & à Tungkouan pour empêcher le retour du Général de l'Empereur ,

& s'avança avec le reste de son armée. Kuei vint juf- L'an 418. ques sur les bords de la riviere Hoei (b), où quantité de peuples se rendirent à lui. La division étoit alors parmi les Généraux de l'Empereur , à qui la garde de Si-ganfou avoit été confiée ; ils se défioient les uns des & leur mésintelligence ne finit que par la mort de quelques-uns. Ils marcherent ensuite contre les troupes des Hia qu'ils battirent , mais cet échec n'empêcha pas les Généraux de Po-po

de s'approcher, pendant la nuit , de Si-ganfou , dans le dessein de la surprendre , pendant qu'il alla se rendre maître de Hien-yam (c).

Si-gan-fou manquoit de vivres & tous les chemins par lesquels on pouvoit en apporter étoient coupés. Les troupes impériales qui ne pouvoient resister ou qui n'en avoient pas le courage, abandonnerent cette ville importante, après l'avoir en quelque façon mise au pillage : elles emporterent un butin immense, dont elles étoient fi chargées qu'à peine elles pouvoient faire dix li par jour. L'armée des Hia ne cessa de les harceler dans leur retraite. Un des généraux de l'Empereur fut fait prisonnier , & tué ensuite parce qu'il ne voulut pas se soumettre. Quelques autres corps des troupes Impériales qui étoient restés dans Si-gan-fou y mirent le feu & se sauverent avec une grande quantité de peuple dans les gorges des montagnes. On les poursuivit & on passa au fil de l'épée tout ce que l'on put attraper , ensuite Popo entra dans Si-gan-fou où il prit le titre d'Empereur. Un de ses généraux avec vingt

(a) A quatre-vingt-dix-huit li au sudest de Lan-tien - hien proche Si - ganfou.

(b) A quarante li à l'orient de Hoa

in – hien proche Si - gan - fou dans le Chensi.

(c) Proche Si - gan - fou dans le Chenfi.

L'an 419. Po-po.

L'an 424.

mille hommes alla prendre (a) Pou-fan dans le Chansi. Après J. c.

C'est après une si grande victoire que Po - po reprit le chemin de la Capitale : tous ses ministres & ses officiers vouloient qu'il mit sa Cour à Si-gan-fou. Mais persuadé que la ville qu'il avoit fait construire pour servir de barriere aux Topa , avoit besoin de sa présence , & que pour la deffense de ses Etats il étoit nécessaire qu'il y habitât, il s'y rendit , après avoir laissé dans Si-gan-fou des officiers avec des troupes. Lorsqu'il fut rentré dans sa Capitale il songea à déposer son fils Kuei qui étoit Prince héritier & voulut donner ce titre à un autre fils qui étoit plus jeune & qui portoit le nom de Lun. Le premier se mit aussi-tôt à la tête de soixante-dix mille hommes, & marcha vers le Nord contre Lun. Il le deffit & le tua. Un frere de Lun nommé Tcham avec mille cavaliers, ofa attaquer Kuei , soumit tous ses sujets & le fit mourir. Il rentra alors dans la Capitale où il fut désigné Prince héritier , & monta presque aussi-tôt sur le thrône , son pere Po-po étant venu à mourir l'année suivante.

Po-po étoit un Prince cruel qui méprisoit le peuple & ne pouvoit fouffrir que ses ministres s'oppofassent à ses volontés, lui fissent quelques représentations , ou même qu'ils osassent faire le moindre signe en fa présence. Il avoit toujours à côté de lui un arc ou un sabre pour faire mourir ceux qui avoient encouru fa difgrace ; plusieurs avoient les yeux crevés, les autres la langue coupée : il

étoit vain & orgueilleux, il aimoit les grands titres. On L'an 426. l'appella après la mort Chi-tçu - vou-lie-hoam-ti.

Le Roi des Tsin occidentaux étoit alors occupé à faila

guerre au Roi de Pe-leam. Le nouveau Roi des Hia croyant devoir profiter de cette occasion pour envoyer des troupes dans les Etats des Tsin, ordonna à un de ses généraux d'aller afliéger Yuen-tchuen (b), à un second (c) Nan-gan. Les Hia prirent ensuite Pao-han (d), entre

an 425.

re

(a) Aujourd'hui Pon-tchcou dans le district de Pim-yam fou.

(b) Proche Fong tiang-fou dans le Chensi.

(c) Dans le territoire de Kong-tchangfou dans le Chanfi.

(d) Proche Ho-rcheou dans le Chensi. L'an 426.

rent dans Nan-tching , attaquerent Si-pim, & s'en revinrent après avoir pris environ vingt mille familles. Après J.C. Pendant

que

le Roi des Hia faisoit la guerre aux Tsin, Tchang. l'Empereur des Tartares Topa qui portoient alors le nom de Goei, étoit à délibérer avec ses ministres pour sçavoir laquelle des deux Nations des Hia ou des Tartares Geougen il attaqueroit la premiére : plusieurs rouloient que l'on allât d'abord contre les Geou-gen , dans l'espérance que les avantages

seroient plus considérables de ce côté soit en enlevant aux Tartares un grand nombre prisonniers soit en faisant en Tartarie une grande, chasse dans la montagne In - chan , d'où il reviendroit beaucoup de pelleteries & de cornes : ceux-ci ne regardoient pas les Hia comme une puissance bien redoutable. D'autres, envisageant le peu d'étendue du pays de ces Hia & le grand nombre des mécontens, étoient d'avis qu’on allât les attaquer les premiers : la mort de Po-po dont on fut inftruit dans cet intervalle & la guerre que tous ses enfans se faisoient, déterminerent les Topa à marcher contre les Hia , malgré l'avis de quelques - uns qui prétendoient que les Geou-gen ne manqueroient pas de profiter de cette circonstance pour entrer dans l’Empire ; ensuite l'apparition de plusieurs étoiles que l'on fit valoir comme une marque assurée de la victoire, l'emporta sur toutes ces considérations , & l'on fit partir différens corps de troupes qui marcherent vers Pou-fan(a) & Chen-tching (6). L'Empereur des Topa s'avança en personne sur le bord du Hoam-ho par Tai-tum-fou. Un grand froid qui fit prendre ce fleuve facilita le passage de son armée ; elle s'approcha de Tum - van - tching , Capitale des Hia. La crainte s'empara de tous les habitans de cette ville : & le Roi des Hia qui voulut s'opposer à ses ennemis fut battu, & obligé de rentrer fort en désordre. On le poursuivit & on brûla quelques portes de son palais ; on fit un grand butin, on prit beaucoup de monde dont on transporta

(a) Aujourd'hui Pou-tcheou dans le territoire de Pim-yam-fou dans le Chanfi.

(6) Chen-tcheou proche Ho-nan-fou dans le Ho-nan.

« AnteriorContinuar »