Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Après J. C.

L'an 559

[ocr errors]

Général quoique vieux eut ordre de marcher contres les
Huns.

Belisaire alla camper hors de la ville, avec environ trois cens soldats qui l'avoient accompagné dans ses campagnes précédentes, tout le reste n'étant qu'une populace levée à la hâte, sans discipline, & formée des paysans des environs, Pour remédier en partie à la foiblesse de cette armée, Belisaire fit creuser un fossé autour de son

camp

& allumer par toute la campagne des feux , afin que les Huns crussent que les Romains étoient en plus grand nombre. Après avoir pris toutes ces précautions , avoir envoyé en embuscade dans un bois deux cens cavaliers bien armés, & ordonné aux paysans de faire beaucoup de bruit avec leurs bâtons, & de jetter en même-tems de grands cris il marcha contre un corps de deux mille Huns qui s'étoient avancés pour l'attaquer. Dans le tems que l'on en étoit aux mains , les deux cens cavaliers fortirent de leur embuscade : les Huns se trouverent investis de toutes parts & fi resserrés, qu'ils ne pouvoient faire usage de de leur arc ni de leurs chevaux. Une poussiere épaisse, excitée par une quantité de tranches d'arbres que Belisaire faisoit traîner par des soldats pour faire paroitre fon armée plus nombreuse , déroboit aux Huns la vûe des troupes Romaines. Les Barbares furent obligés de se débander & de se retirer en désordre. Les Romains qui les poursuivirent en firent un grand carnage, & l'épouvante étoit si grande parmi les Huns qu'ils n'osoient méme se retourner sur leurs chevaux pour faire, suivant leur coutume, quelque décharge. Ils perdirent quatre cens hommes dans cette journée, & l'on prétend qu'il n'y eut personne de tué , & que peu de blessés du côté des Romains. Le chef des Huns, Zambergam , n'échappa qu'avec peine , & se retira dans son camp où le désordre ne tarda pas

à se mettre. Après avoir jetté de grands cris & s'être fait des incisions sur le visage avec leurs couteaux

les Huns décamperent à la hâte. Pendant qu'ils se retiroient, un autre corps de la même nation alliégeoit la ville de Querfonese. Jusqu'alors, Germanus qui y commandoit , les avoit tou

ro

L'an 559.

jours repoussés. Les Huns voulurent faire un dernier effort. Ils rallemblerent une grande quantité de

Après J.C. seaux qu'ils entrelacerent , & dont ils formerent cent cinquante barques. Ils у firent embarquer environ fix cens hommes qui avoient ordre de s'approcher des endroits les moins fortifiés ; mais Germanus avec vingt vaisseaux bien armés les surprit en mer & culbuta en un moment toute cette flotte ; on fit ensuite une sortie sur le refte des Huns , dont on tua un grand nombre. Germanus fut blessé dans cette action, mais cet échec ne découragea point les Barbares ; & on ne parvint à les faire décamper qu'à force d'argent.

Il y avoit dans l'armée de Zambergam un chef des Menandre. Huns Outigours , nommé Sondikle ou Saidick , qui étoit attaché à Justinien. Dans le tems que les Huns s'en retournoient, ce Prince qui craignoit que les Cutrigours ne revinssent en Thrace , après avoir fait des reproches à Saldick au sujet de cette incursion , essaya de l'engager à faire la guerre à Zambergam , lui promettant la pension annuelle qu'il donnoit à celui-ci. Saldick quoiqu'ami des Romains ne voulut point accepter ces offres , ni contribuer à la ruine de sa nation ; mais il y a beaucoup d'apparence qu'il se laissa Aéchir dans la suite. En effet dans le tems que les Cutrigours alloient repasser le Danube, il leur enleva tout le butin qu'ils avoient fait , ce qui fit naitre des divisions qui furent suivies de guerres civiles. Les Huns se détruisirent d'eux

mêmes ; leur nom s'est insensiblement perdu & ils ont été soumis à d'autres nations avec le quelles on les a confondus depuis. Ainsi ces peu- Reb.get. ples, comme le dit Jornandes, venus des Palus Méotides, passerent dans la Mesie , la Thrace & la Dace , d'où ils retournerent en Scythie. Ils y subsisterent pendant long- Niceph de tems sous la conduite de leurs chefs ; dans la suite l'un Conftant. d'eux vint à Constantinople & demanda à être baptisé. L'Empereur Heraclius y consentit & lui donna le titre de Patrice : la plûpart des Grands de la nation imiterent cet exemple & professerent avec leurs femmes le Christianisme.

Jornand de

L'anul

Après J. C.

Ce que

je viens de rapporter de la grande invasion des Huns en Europe , nous fait voir que ces peuples n'y formerent point un empire; mais que disperits au nord du Pont-Euxin , de la Géorgie & de la mer Caspienne , ils y vivoient sous la conduite de différens chefs qui furent soumis pendant un tems à Attila , & qui après sa mort rentrerent dans leurs droits. L'incursion de ce barbare qui a ravagé l'Italie, la Gaule & la Germanie, ne différe point de celle que Batou-khan fit dans la suite en Hongrie. Après la mort d'Attila , les Huns qui ne furent plus commandés par un seul chef, & qui par conséquent n'étoient plus si puissans , n'oferent faire des courses daris l'occident & se firent la guerre les uns aux autres. Il vint de la Tartarie d'autres barbares avec le quels ils furent confondus, & qui firent oublier le nom des Huns. Si l'on peut ajouter quelque foi ay recit des historiens Hongrois, trois mille Huns resterent dans la Pannonie & se cantonnerent d'abord dans un lieu appellé Czyglamezew; mais dans la suite craignant que les nations voisines ne vouluf fent se vanger sur eux des ravages qu'Attila avoit faits, ces Huns se retirerent dans un autre endroit nommé Erdewelwe en Pannonie & y prirent le nom de Zekel ou de Sicules. Ils ont conservé dans ce pays leur ancienne coutume de faire des incisions sur le bois au lieu d'écri, ture, suivant l'usage des Scythes , & dans la suite ils se sont joints aux Hongrois.

Thwrocz.

II.

LES HUNS EUTHALITES.

[ocr errors]

ENDANT que l'Europe étoit désolée par les ravages Après J. C. у faisoient , la Perse étoit pareillement obligée de se défendre contre les entreprises d'une autre espéce de Huns que nos Historiens ont appellé Huns blancs. Ils étoient Procop. de cantonnés dans le Maouarennahar , dans le Kharisme, bel. Bers. & le long de la cote orientale de la mer Caspienne. Leur capitale se nommoit Korkandge. La couleur de leur visage, & la maniere dont ils vivoient , les rendoient différens de ceux qui demeuroient dans le nord, dont le teint étoit basané. Beaucoup plus policés qu'eux, ils habitoient dans les villes , ils étoient en commerce & contracoient des alliances avec leurs voisins, ce qui contribua beaucoup à les dépouiller de cette barbarie , que ceux du nord avoient conservée. On les a encore appellés Euthalites , Haratelites (a), Nephtalites, Atelites , Abtelites & enfin Ci- Theop.de

Confeffeuri darites. Les Historiens orientaux leur ont donné le nom Pris us. de Turcs , qui est chez eux le même que celui de Huns. Pherdouss.

Après que les anciens Huns (6) eurent été chassés du nord de la Chine , la plus grande partie se retira , comme je l'ai rapporté, dans les pays septentrionaux voisins de l'Europe : le reste passa directement à l'occident vers Akfou & Kaschgar, de-là se répandit dans les plaines qui

(a) D'Herbelot les nomme Haïatelah, peut avoir lieu, les Euthalites n'ayant ja. & croit qu'ils sont les Indoscythes des an- mais demeuré dans le Tibet. ciens. Il se trompe à cet égard. Voyez ce (6) Toutes les époques que j'ai marque j'ai dit des Yue-chi Liv. I. p. 42. il quécs dans cet article n. doivent être ajoute qu'il y a apparence que ces peuples regardées que comme une indication géhabitent dans le Tibet, que Barantola nérale , & vague. Le défaut ditilloniens capitale de ce pays , est une corruption ne nous pe met rasil: fixer plus exacteen mot Haiahelah. Cette conjecture ne ment tous ces événemuns.

&

و

Après J.C. s'étendent jusqu'à la mer Caspienne & aux frontiéres de

la Perse , & comme ces Huns portoient le nom de Te-le ou Tie-lé & qu'ils demeuroient le long du fleuve Oyus ou Gihon , on les a nommés Ab-te-le ; c est-à-dire les Telites d eau. De-là se sont formés les noms d'Abtelites , & par corruption d’Euthalites & de Nephthalites , ce qui a fait croire à quelques-uns qu'ils étoient des Juifsde la Tribu de Nephthali qui avoient été transportés dans ce pays dans le tems de la captivité. Toute la nation des Huns en général étoit donc cantonnée & di persée dans les vaftes contrées qui sont à l'orient, au nord & à l'occident de la mer Caspienne , & s'étendoit depuis Kaschgar jusqu'aux Palus Méotides , & dans le nord jusqu'à 1 obolsk en Siberie. Ce n'est pas que les Huns fufient les seuls maîtres dans ces vastes contrées ; il devoit s'y trouver un grand nombre d'autres Scythes qui y demeuroient auparavant. Depuis long-tems le Maouarennahar avoit été la retraite de plusieurs nations orientales. Les Ssu , les Yue - chi ,

les Ou-liun étoient venus y habiter successivement. Les Ven-bien

Yue-chi qui s'appelloient ausli Getes y devinrent particuliérement très-puissans , & s'étendirent jusques dans l'Inde. On seroit tenté de les regarder comme les ancêtres de ces Getes qui ont été connus en Eurcpe par plusieurs incursions qu'ils y ont faites. Quelques tandes des Ssu auroient pû passer également dans le nord de l'Europe, d'où, après un séjour assez long pour leur faire adopter les meurs des peuples septentrionaux, ils seroient der cendus vers le midi sous le nom de Sueves. Quoiqu'il en soit, ces Scythes étoient dispersés dans le Maourennahar, & les Huns , en y arrivant, ont dû se confondre avec eux; au moins il y a lieu de croire que les Historiens , peu instruits de la différence qu'il y avoit entre ces peuples, les ont tous désignés sous le seul nom de Huns. C'est en vain que l'on entreprendroit de les distinguer ici : ils ne sont connus des Historiens Persans & Romains qu'à l'occasion de quelques courses passageres qu'ils ont faites dans

le Khorasan & dans les environs. D'Herbelo: La Perse étoit alors sous la domination des Prince, Pherdoufi.

tum-kao.

« AnteriorContinuar »