Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Après J.C.

Simocar.

Toute la nation des Geou-gen n'avoit pas été enve+ lopée dans le massacre que le Khan des Turcs venoit de faire à la Chine , & 3000 hommes ne devoient pas composer ce peuple entier. La plus grande partie a dû ou rester dans la Tartarie, ou, fuyant la domination des Turcs , se retirer beaucoup plus loin du côté de l'occident. C'est ce dernier parti qu'ils ont pris , & ils ont paf

sé du côté de l'Europe où ils ont été connus sous le Theophil nom d'Abares ou d'Awares. Il faut distinguer dans la Tar

tarie deux peuples fort différens , auxquels les Européens ont donné le même nom. Les vrais Abares qui étoient braves & fort nombreux , & qui après avoir été vaincus par les Turcs, se retirerent en partie dans la Chine & en partie chez les Mecrites; les faux Awares ou plutôt les Ogors ou Sogors qui habitoient auprès du fleuve Til. Leurs Princes se nommoient War & Khounni, ou selon quelques autres Warkhouni, & portoient le titre de Khacan. Ils avoient été également vaincus par les Turcs , & une partie avoit pris le chemin de l'Europe: les Nations Hunniques , c'est-à-dite les Ouigours, les Sabirs & les autres qui habitoient entre le Volga , & le Tanais, effrayés par l'arrivée de cette nation étrangere , la prirent pour celle des Awares qui étoit redoutable dans la Tartarie. Les Ogors profiterent de cette erreur & se laisserent donner le nom d'Awares , sous lequel ils furent toujours con: nus dans la suite.

A ce recit de nos Historiens on reconnoit facilement la nation des Geou-gen que les Turcs venoient de dédétruire & dont les Princes portoient le titre de Khacan ou de Khan ; ils demeuroient aux environs du. fleuve Tou-la, auquel on donne ici le nom de Til. Leur nom même d'You-koul se retrouve dans celui d'Ogor ; mais

j'ignore quels étoient les vrais Abares qui resterent dans Vin-bien- l'Orient. Ils peuvent être quelques Hordes Tartares de la

nation des Kao-tche , dont plusieurs chefs , pendant toutes ces révolutions, allerent chercher une retraite chez les

Empereurs Goei. Menandro. Quoiqu'il en soit, après que le Khan des Turcs eut

vaincu

sum-kao.

avec

vaincu les Ogors, & qu'il eut fait périr leur Khan

Après J. C. trois mille de ses sujets , comme le disent aussi les Chi

Theophilacte nois , ces peuples errerent pendant quelque tems jusqu'à Sim ce qu'ils vinrent à l'occident du Volga , dans le pays que Theophan.

: les Alains habitoient. Ils prierent le chef de cette nation nommé Saragosius, de leur faciliter les moyens de faire alliance avec les Romains. Le chef des Alains en donna ausli-tôt avis à Justin qui commandoit les troupes Romaines dans le pays des Lazes , & celui-ci le fit sçavoir à l'Empereur Justinien qui ordonna qu’on fit venir à Conftantinople les Ambassadeurs des Ogors que nous n'appellerons plus désormais qu'Awares.

La figure de ces peuples que l'on vit pour la premié- L'ansss. re fois dans cette Capitale de l'Empire y parut toute ex

Theoph. lo traordinaire , & même capable d'inspirer de la frayeur. Ils Menandre:

Confeffexr. avoient leurs cheveux pendans, liés & tressés avec des rubans, du reste ils étoient habillés comme les Huns. Candich qui étoit chef de cette ambassade dit à l'Empereur Justinien 1.

que

les Awares étoient une nation brave, nombreuse, invincible & dont l'alliance ne seroit point inutile aux Romains, qu'ils demandoient pour toute condition qu'on leur abandonnât une region fertile & qu'on leur fit quelques présens avec des pensions. Juftinien qui se voyoit dans un âge avancé, & qui craignoit de s'attia rer sur les bras de nouveaux ennemis, leur accorda ce qu'ils souhaitoient & leur envoya Valentin pour confirmer l'alliance, & les engager à faire la guerre aux autres barbares. Les Awares ne furent pas plutôt assurés du côté des Romains qu'ils attaquerent & battirent les Igours, les Eitazaliens & les Sabirs , toutes nations qui étoient Hunniques dispersées au nord de la Circassie. Ces

peuples songerent alors à faire la paix avec ces étrangers , & leur envoyerent à cet effet un ambassadeur nommé Mezamir qui se conduisit avec tant de hauteur devant les Awares que le Khan , à la sollicitation de quelques-uns & contre le droit des gens, fit tuer l'ambassadeur. Depuis cette époque, les Awares ne cesserent d'incommoder leurs voisins par les incurfions qu'ils firent de tous côtés. Ces Tome I.

Y y

Menandre.

Apres s.c. peuples avides de butin & fans foi, vivoient dispersés dans Apres S: C: les campagnes comme les Nomades de la Tartarie.

Les Awares ne cesserent de faire demander à l'Empereur Justinien un pays où ils pussent demeurer : ce Prince avoit dessein de les placer dans la Pannonie; mais ils ne vouloient point quitter la Scythie. Justin commandant des troupes dans la Lazique apprit en méme tems qu'ils ne cherchoient qu'à amuser l'Empereur , jusqu'à ce qu'ils eussent gagné les bords de l'Ifter. Il conseilla à Justinien de retenir le plus long-tems qu'il seroit possible les nouveaux ambassadeurs qu'ils avoient envoyés à Conftantinople, , parce que ces peuples ne devoient se mettre en marche qu'après leur retour. Les ambassadeurs furent en conséquence arrêtés , & on leur fit enlever des armes qu'ils avoient achetées. Bažan Khan des Awares , informé de la maniére dont on les avoit traités, se déclara contre les Romains & chercha toutes les occasions de leur faire du mal.

D'un autre côté le Grand Khan des Turcs qui avoit Theoph le Comment quelque intérêt d'empêcher que ces Awares ne redevintTheoph. de fent puissans , envoya du fond de la Tartarie & des monts Byzance. Altai près de la riviere Irtisch des ambassadeurs (a) à

l'Empereur pour le prier de ne point donner asile à ces peuples. Mais ceux-ci, voyant que les Romains ne leur tenoient point parole ; & que les Turcs, dont la domination s'étendoit de plus en plus vers l'occident , ne cessoient de les persécuter , prirent d'eux - mêmes le parti de décamper & de passer vers le Danube. Il se forma alors deux bandes de cette nation , l'une qui resta dans les montagnes de la Circallie où elle subliste encore ; l'autre qui se

retira dans la Pannonie. Major Erep- Les Awares de la Circassie font dispersés dans les

montagnes qui font voisines des Taulinzi & de la Geor

L'an 563.

kin. Garler.

(a) Théophanes le Confefleur qui fait persion des Awares qui étoient en 566 mention de cette Amballade la met la dans les Gaules, & qu'elle ne doit pas trente-sixiéme annie de Juftinien. Théo. être la inème que l'Ambailade des Turcs phanes de Pyzance la met fous Justin Il qui arriva a Conftantinople fous Justin paroit qu'elle do t étre antérieure à la dis.

en 568.

1

gie. Ils ont une langue qui leur est particuliere , & qui n'a Apres J.C.
aucun rapport avec celles des peuples du voisinage. Leur
pays consiste en divers villages qui sont bâtis dans les
montagnes, & ils sont gouvernés par un Prince qui porte
le titre d'Usinei-awar. Mais il n'est point le maître absolu
de toute la nation. Il y a plusieurs autres chefs qui sont
Souverains dans leurs cantons. Aujourd'hui ils sont Maho-
métans 'Sunnis, & l'Usmei - avar est sujet de la Russie
depuis l'an 1727. Les autres chefs ont été de tous tems
indépendans & le font encore. Au milieu de ces monta-
gnes ils ont des bestiaux & cultivent la terre mais à
peine rapporte-t'elle de quoi les faire subsister. Ils sont
fort tranquilles & incommodent rarement leurs voisins.
Ils ont des armes à feu , des arcs, des Aéches & des fa-
bres. En se soumettant aux Russes , l'Usmei-awar qui étoit
alors appellé Uhma-khan avoit dessein de réduire sous son
obéissance tous les autres chefs de la nation. La famille
de ce Prince gouvernoit depuis long - tems les Awares.
Autrefois un de ses ancêtres , qui avoit été chassé par

ses
sujets, s'étoit retiré dans la Russie , dans le tems que

les Mogols en étoient les maîtres , & Batou-kan fils de Genghiz-khan l'avoit rétabli dans son

pays. La seconde bande des Geou-gen ou Awares passa le Ta- Gregoire de naïs & se rendit dans la Pannonie, d'où elle fit des courses Tours.l. 4. jusques dans les Gaules. Après la mort de Clotaire I. le Chron. Royaume de France avoit été partagé entre ses quatre L'an 561. enfánts , Cherebert , Gontran, Chilperic & Sigebert

. Celui-ci étoit Roi d'Austrasie, & avoit pour Capitale la ville de Mets. Ce fut lui qui essuya toute la fureur des Awares auxquels nos Historiens ont aussi donné le nom de Huns. Il les défit sur le bord de l'Elbe & fit ensuite la paix avec leur Khan. Les Awares avoient envoyé en mêmetems des Ambassadeurs à Constantinople vers l'Empereur Justin qui venoit de succéder à Justinien , pour féliciter ce Prince , & lui demander les présens ordinaires. Ils firent valoir auprès de Justin les grands services qu'ils prétendoient avoir rendus à l'Empire en faisant la

à tous

guerre
les barbares du nord. Ils demanderent une augmentation

و

l'an 5720

des pensions qu’on avoit coutume de leur donner , sous Après J. C.

prétexte, disoient-ils, que c'étoit le seul moyen d'empêcher que leur Khan ne ravageât les terres de l'Empire. Justin que ce discours indignoit leur répondit qu'il sçauroit les faire rentrer dans le devoir , & les rendre moins insolens. & plus sages, réponse qui les intimida tellement qu'ils se retirerent sans rien conclure.

On ignore ce que fit cette nation jusqu'au tems qu'elle Gregoire de rentra une seconde fois sur les terres de Sigebert Roi Tours b. 4.

d'Austrasie. Ce Prince marcha à leur rencontre pour leur livrer bataille. Mais on rapporte que les Awares , adonnés à la magie comme le font tous les Tartares, firent paroître des spectres

affreux qui jetterent l'épouvante dans l'armée Françoise. Quelque soit le sujet qui ait mis en déroute Sigebert, il est certain qu'il se trouva environné de tous córés , & qu'il n'échappa qu'à force de préiens. Le Khan des Awares fit un nouveau traité avec les

François & les deux nations se féparerent. Menandre.

alors des Ambassadeurs de la part d'Alboin Roi des Lombards qui lui proposoit de réunir ses forces aux siennes contre les Gepides leurs ennemis communs & qui étoient amis des Romains. Ces Ambassadeurs représenterent au Khan qu'après la destruction des Gepides, les Awares, maîtres alors de toute la Scythie , & n'ayant plus rien à craindre du côté du nord , s'empareroient facilement de la Thrace , d'où ils pourroient faire des courses jusqu'à Constantinople , & que si on ne prevenoit les Romains, tót ou tard ils détruiroient les Awares. Le Khan pour rendre son traité plus avantageux ne s'empressa point de repondre , & parut même ne point écouter ces propositions ; il laissa longtems les Ambassadeurs dans l'incertitude sur le parti qu'il prendroit, & ne se décida que quand les Lombards lui eurent offert la dixiéme partie de leurs bestiaux, la moitié de tout le butin qu'on feroit sur les Gepides & le pays de ces derniers. Ce n'est qu'à

ces conditions qu'il se mit en campagne, aida les LomL'an 573. bards à détruire entierement les Gepides, & qu'ils rava

gerent ensemble les Provinces voisines du Danube.

Baian reçut

« AnteriorContinuar »