Imágenes de páginas
PDF
EPUB

L'an 644

kban.

sadeur qui offrit sincerement des secours pour la guerre de Après J.C.

Corée , & qui fut bien reçu de l'Empereur. Sc-li-pi- Cependant le Khan des Turcs nommé Se-li-pi étoit

campé au nord fleuve Hoam où il étoit exposé continuellement aux incursions des Sie-yen-to; il commandoit à cent mille hommes, mais il ne pouvoit les gouverner : la plậpart de ses sujets repasserent au midi du Hoam & l'Empereur les plaça entre les deux villes de Chingtcheou & de Hia-tcheou dans le pays d'Ortous : le Khan se rendit à la Cour où il voulut denieurer, portant le titre de Capitaine des Gardes. Quelques Ministres s'y opposerent sous prétexte qu'il n'étoit

pas à propos , dans le tems qu’on allcit marcher en Corée , d'introduire ainsi les Turcs dans l'Empire, ils vouloient que l'Empereur restât à Lo-yam pendant que ses généraux commanderoient ses arniées: niais Tai-tçung leur répondit que ces barbares étoient des

hommes comme les Chinois, & qu'on devoit les gouverl'an 6psner par des exemples de vertu. Se-li-pi-khan suivit l’EmTam-chou.

pereur dans la Corée , où il fut blefié d'un coup de fléche. Tai-tçung pour lui donner une preuve de fon amitié

vouloit succer sa blessure : après cette expédition, le Khan Su.

mourut à Si-gan-fou. Le rebelle qui s'étoit rendu maître de la Corée , nommé Kou-fou-ven, voyant que toutes les armées Chinoises conduites par l'Empereur lui-même alloient lui tomber sur les bras avoit cherché des secours chez les Princes étrangers fes voisins, dont le plus puiffant étoit alors le Khan des Sie-yen-to. Il lui avoit envoyé un Tartare de la nation des Mo-ko pour lui propofer de réunir ses forces aux fiennes ; mais le Khan T chintchou qui craignoit l'Empereur n'ofa se déclarer contre les Chinois. Il comba malade dans cet intervalle, & mourut. Il avoit deux enfants, l'aîné nommé Ye- mam auquel il avoit donné le titre de Tou-li-che-khan avec le gouvernement des Provinces orientales ; le second qui gouvernoic celles de l'occident étoit nommé Pa-cho, & avoit le titre de Su-che-hou-khan. Ye-mam ne s'étoit point fait aimer de fes sujets.Après la mort de fon pere comme il se défioit de Pa-cho , il voulut emmener ses Hordes, mais Pa.

Lie-tai-ki

Kam-mo.

645

cho le poursuivit & le tua. Ce dernier devenu maître abfolu de tous les pays que poffedoient les Sie-yen-to prit Après J.C. le titre de Kie-li-kiu-li-sie-cha-to-mi-khan.

Se-li-piCe nouveau Khan profitant de l'occasion que l'Empe- khan.

Lie-tai kia reur de la Chine étoit dans le Leao-tong vint faire une fu. incursion dans le pays d'Ortous , & ravagea les environs Kam-no. de Hia-tcheou , autrement Ning-hia dans le Chen-fy. L'Empereur avoit laissé au nord de cette place un officier nommé Chi-che-fie-li avec des Turcs pour garder tout le

pays. Les Sie-yen-to furent repoussés & poursuiyis à plus de six cens li, & les Chinois pénétrerent jufqu'au nord du désert, Le Khan des Sie-yen-to après avoir levé de nouvelles troupes revint à Hia-tcheou. Alors Taotçung & plusieurs généraux rassemblerent toute la milice des environs, ce qui empêcha que le Khan qui en fut inftruit, ne pénétrất plus avant dans le midi.

Les Tartares orientaux qui avoient été soumis ancien- Lie-sai-kids nement aux Turcs étoient passés sous la domination des fu. Sie-yen-to, mais à l'occasion de la guerre de Corée ils s'étoient en quelque façon divisés, les uns avoient pris parti

pour la Chine, les autres pour les Coréens. Les Tartares Kitans & les Ki au nord du Leao-tong avoient réuni leurs troupes à celles des Chinois, pendant que les Mo-ko qui habitoient proche le fleuve Amour au nord des Niu-che avoient armé pour la Corée. Telle étoit la situation de cette partie orientale de l’Asie, l'Empire Turc étoit détruit ou au moins le Grand Khan n'étoit plus que le vassal des Chinois. Les Sie-yen-to qui s'étoient établis sur les débris de l'Empire Turc s'affoiblisloient de plus en plus , & la plậpart des peuples Tartares abandonnoient insensiblement leur parti pour s'attacher aux Hoei-ke descendus des anciens Huns qui étoient établis le long du Toula & du Selinga , où ils venoient de se revolter_contre les Sie-yen-to. Ce fut là l'origine_d'un nouvel Empire qui abforba dans la suite ceux des Turcs orientaux & occidentaux jusqu'à la mer Cafpienne. Pendant

que le Khan des Sie-yen-to étoit occupé à Lie-tai-kifaire la guerre aux Chinois dans le pays d'Ortous où il faut

L'an 646.

Kam-ma.

Après J. C.
L'an 646.
Se-li-pi-
khan.

avoit reçu déja plusieurs échecs, d'abord de la part

des Turcs qui y étoient établis , & ensuite de la part des troupes Chinoises que l'Empereur avoit envoyées , il apprit que toutes ces Hordes des Hoei-ke commandées par un chef nommé Tou-mi-tou avoient pris les armes. Il vola au secours de son pays , mais sa présence n'arrêta pas le désordre : les Hoei-ke mécontens de son gouvernement battirent ses armées, le tuerent & s'emparerent. de fes Etats. Les Sie-yen-to furent obligés de passer plus à l'occident vers les monts Altai où ils établirent un neveu de Cha-tou-mi-khan appellé Tou-mi-tchien qualité de Khan. Ce Prince demanda à faire la paix avec les Chinois , & la permission de demeurer au nord de la montagne Yo-toukiun-chan (a) vers l'Orghon. L'Empereur y consentit & envoya un officier pour les y installer. Mais les Hoeike , en faveur desquels Tai-tçung s'étoit décidé, appréhenderent d’être inquiétés du côté du nord par ces peuples. Alors l'Empereur se transporta lui - même jusqu'à Lingtcheou pour être plus à portée de rétablir' la paix dans la Tartarie : il envoya un général à la montagne Yotou-kiun-chan, & le K han des Sie-yen-to avec

les Hordes qui l'avoient suivi fut obligé de se rendre. On poursuivit les autres dont on tua cinq mille hommes, on fit trente mille prisonniers, & on amena ce Prince à la Cour de la Chine où il eut une charge de Capitaine des gardes imperiales. Le général Tao-tçung avec un autre corps de troupes avoit passé le désert & étoit tombé sur un corps de Sie-yen-to , commandé par un Tarkhan nommé Apo, & les avoit battus.

La déroute de cette nation répandit la joye parmi les Hoei-ke, tous les chefs des Hordes envoyerent des ambassadeurs à la Chine pour se déclarer vassaux de l'Empire ; ils s'approcherent d'avantage du côté du midi jufqu'à la montagne O-lan - chan proche le

d'Ortous. Alors les Turcs se releverent & semblerent vouloir se rétablir, un Prince de la famille des Afena, né dans

pays

(n) On l'appelle encore Ou-te-kiun. C'est Erdeni-tchao.

Après J. C.

khan. Kam-mo.

les Hordes soumises à Tou-li-khan & nommé Ho-po, autrement Tche-pi avoit porté long-tems le titre de petit l'an 646. Khan : après la déroute de Kie-li-khan plusieurs Hordes Tche-pi- ! Turques l'avoient suivi & avoient voulu le proclamer Grand Khan ; mais les Sie-yen-to l'avoient prévenu , I-nan Lie-tai-kie avoit reçu ce titre , & Ho-po qui n'étoit pas en état de su

Tam.chou. lui résister ayoit pris le parti de se soumettre. Comme le nouveau Khan avoit résolu de se défaire de lui; pour conserver sa vie il avoit été obligé de se fauver : on l'avoit poursuivi, mais il avoit eu le bonheur de vaincre ses ennemis & de gagner le nord des monts Altai, où il avoit rencontré une montagne escarpée de toutes parts , & qui ne laissoit qu'un sentier qu'il avoit pris ; il étoit entré dans une belle plaine où il étoit cantonné avec les sujets qu'il avoit, prenant le titre d’Y-tchou-tche-pi-khan. Insensiblement un grand nombre de Turcs vinrent chercher un asyle auprès de lui, & en peu de tems il se trouva à la tête de trente mille hommes. Il soumit les peuples voi- l'an 647. sins & fit continuellement des courses chez les Sie-yento. Après que ceux-ci eurent été détruits, il envoya son fils Cha-po-lo vers l'Empereur de la Chine, avec des présens pour demander la permission de s'y rendre en perfonne ; ce n'étoit cependant pas fon dessein , il ne songeoit, Eierstin en faisant cette proposition qu'il ne croyoit pas qu'on ac- love. ceptât, qu'à se procurer la protection de la Chine. Aufli ne répondit-il pas aux ambassadeurs que l'Empereur lui envoya pour l'engager à venir à la Cour, non-seulement il le refusa, mais il tua même un des ambassadeurs. Cette conduite avec la Chine ne servit qu'à ruiner fes affaires dans la Tartarie. Les Chinois y étoient redoutés, plusieurs de ses sujets se déciderent en leur faveur. Les Kie-kou autrement nommés Kien-kuen qui demeuroient au nord des sources du Selinga vers l'Obi, qui avoient été soumis aux Sie-yen-to , & ensuite à Tche - pi - khan leur envoyerent aussi des ambassadeurs pour se déclarer vassaux de l'Empire. Ces peuples étoient grands de taille, avoient des chevaux roux. & les yeux bleus.

D'un autre côté l'Empereur de la Chine enyoya dans la

L'an 619.

khan.
Lie-tai-ki-

Kam-mo.

ܪ

L'an 6se.
Kam-mo.

L'an 664.

Kam-mo. Tam-chi.

Après J.C. Tartarie le général Kao-kan à la tête des troupes Chinoises Tche-pi

& de celles que les Tartares Hoei-ke & Pou-koù fournirent. Cette armée ne fut pas plutôt entrée dans le Turkestan

que les Hordes Turques fe soumirent. La plậpart s'étoient Su.

revoltées contre leur Khan & il avoit été oblige de fuir Tam-chou les Chinois le poursuivirent , le firent prisonnier & l'a

menerent à Si-gan-fou , où l'Empereur Kao - tcong qui regnoit alors, l'offrit dans le temple de ses ancêtres , & lui accorda la vie, On établit alors des officiers

pour gouverner les Turcs : on donna un titre au Khan & on le

renvoya en Tartarie dépouillé de toute autorité. Ce grand échec que reçurent les Turcs en cette occasion procura à la Chine une paix de trente ans, pendant lef quels ces peuples n'y firent aucune incursion.

Il étoit resté dans les environs de Ta-tong-fou, dans Lie-sai-kio la Chine , trois cens tentes de Turques ; c'est-à-dire trois

cens familles qui y avoient été transportées dans le tems que

le Général Li-tcing défit ces peuples. Elles étoient commandées par un chef nommé Ven-tchuen Asete, & s'y étoient multipliées considérablement: elles voulurent alors être gouvernées par un homme qui portât le titre de Khan, elles le demanderent à l'Empereur qui choisit Ventchuen Asete ; mais au lieu du titre de Khan, il lui donna celui de Tanjou que portoient anciennement les Em

pereurs des Huns. Elles ne furent pas long-tems en paix L'an 579. avec la Chine, Ce nouveau Tanjou avec deux Hordes se Ni-cho-fou khan.

révolta & donna le titre de Khan à Asena-ni-cho - fou les chefs de toutes les autres Hordes suivirent cet exemple, & mirent fur pied cent mille hommes, Les Généraux Chinois qui furent envoyés pour arrêter leurs progrès eurent d'abord quelques avantages , mais ne s'étant point assez tenus sur leur garde , & d'ailleurs accablés par la grande quantité de neiges, ils furent battus & obligés de prendre la fuite , après avoir perdu la plus grande partie de leur monde , les Turcs entrerent dans la Chine par le Çhansy , s'avancerent jusqu'à Ting-tcheou dans le Pet

cheli , & prirent cette place par la trahifon de quelques L'an 680. Chinois. L'Empereur de la Chine donna le commande

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »