Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Lie-tai-kie Ju.

Kam-mo.

celui d'Aksou , dont le Roi nommé So-fa-tie s'étoit déAprès J. C.

claré en faveur de ceux d'Haraschar contre les Chinois. Ce fut un nouveau prétexte pour ces peuples qui ne cherchoient qu'à s'étendre du côté de l'occident, d'y envoyer

une armée. Ils firent attaquer en même - tems O-li-pouL'an 647. che-pi, qui avoit succédé dans Aksou à fon frere So-fa-tie. Lie tai-ks. L'Empereur prétendoit avoir lieu d'être mécontent de ,

lui , toutes les nations de l'Asie trembloient devant cette puissance : le Necbal & l'Inde lui envoyoient leurs tributs.

Asena-ho-lou avoit été Che-hou (2) de Tou-lou-khan &

il demeuroit proche la riviere de Talas, où il gouvernoit les L'an 648. Hordes de Tchou-yue. Après la déroute de Y-pi-tou-lou

khan , la plớpart des Hordes qui appartenoient à cet Officier se disperferent : Ho-lou avec plusieurs milliers de tentes vint se rendre aux Chinois qui le placerent à Ting-tcheou où on lui donna quelques titres , & il reçut ordre de marcher contre ceux des Turcs Occidentaux qui n'étoient pas foumis. Il demanda à servir de guide dans l'expédition

d'Aksou dont la Chine étoit alors occupée. Sie-so-o-na· tchi Roi d'Haraschar s'étoit sauvé vers Aksou pour éviter

l'armée Chinoise commandée par Asena-chi-ulh , Turc , qui s'étoit attaché au service de l'Empereur. Ce Général fit poursuivre le Roi d'Haraschar, & l'ayant arrêté, il lui fit trancher la tête;il marcha ensuite vers le pays d'Aksou, défit O-li-pou-che-pi qui en étoit le Roi , & vint attaquer sa Capitale : O-li-pou-che-pi voulut se sauver à Fergana ; mais il fut arrêté. Alors Nali général du Roi d'Aklou ramassa les troupes qu'il put trouver , & avec les Turcs occidentaux il vint attaquer le Général Hiao-ko-, le fit prisonnier & le tua ; mais il fut battu à son tour & fait prisonnier. Asena-chi-ulh prit Aksou & sept cens villes ou villages. On laissa dans Åklou Che-hou, frere de O-li-pou-che-pi , & Chi-ulh après avoir fait élever un monument sur lequel il fit graver l'histoire de cette expédition , 's'en retourna, laissant à Harafchar un Roi nommé Sien-na-tchun. Alors

(m) C'est une des premiéres Charges de l'Empire Turc.

L'an 650.

Lie-tai-kia fu.

tout l'Occident fut allarmé de la puissance formidable des Chinois , ils avoient encore une grande armée dans les Après ...C. pays qui sont voisins du Ganges, pour pacifier les trou- lou-khaa. bles qui s'étoient élevés à la mort du dernier Roi. Celại de Koten nommé Fou-tou-lin également effrayé de voir les Chinois,& dans l'Inde & vers Aksou, rechercha, quoi- L'any qu'il fût soumis aux Turcs, l'amitié de l'Empereur de la fu. Chine, & lui envoya en présent trois cens chameaux. Mais ceux d'Aksou plus resolus chasserent, ausli - tôt

que les Chinois furent retirés, Che-hou, & remirent sur le trône leur ancien Roi Q-li-pou-che-pi.

Pendant que la partie méridionale de la Tartarie étoit ainsi L'an 6553 agitée, il commençoit à s'élever de plus grands troubles dans le nord. Un des premiers chefs de Horde nommé Kam-moi Ase-na-ho-lou , qui, après avoir rassemblé un grand nombre de Hordes dispersées , s'étoit formé un parti considerable , n'eut pas plutôt été instruit de la mort de l'Empereur Tai-tcong , qu'il se mit à la tête de ses sujets & vint attaquer Y-pi-che-kuei-khan qu'il tua , & prit le titre de Cha-po-lo-khan.

Ho-lou étoit un Prince descendu des anciens Khans Tam-chowi du Turkestan; lui & fon pere avoient eu les premiéres Kamme. charges de l'Empire , & il habitoit sur le bord de la riviere de Talas à 1500 li de Si- tcheou oụ Turphan , où il avoit sous son commandement les Hordes de Tchouyue ,

de Tchou-mi , de Koufo, de Ko-lo-lou & de Nouche-pi. Lorsque Che-kuei-khan fut obligé de se fauver dans le Tokhareftan, toutes les Hordes de Ho - lou se disperferent , à l'exception de quelques-unes qui avoient pris son parti , & qui par-là s'étoient attiré la disgrace du Khan. Ho-lou fut contraint de venir se rendre aux Chinois , dont il avoit été bien reçu. Dans la guerre d'Aksou dont nous avons parlé, Ho-lou avec ses Hordes servit de guide aux Chinois , & resta attaché à leur parti jusqu'à la mort de l'Empereur Tai-tcong. Alors'il entreprit de se rendre maître des villes de Si-tcheou & de Ting-tcheou ; mais il en fut détourné par un Officier Chinois , & le nouvel Empereur le fit prier d'envoyer ses troupes dans l'Oc

cident : en conséquence Ho-lou alla s'emparer des pays Après J. C. Y-pi-tou- que

Y-pi-tou-lou-khan possedoit anciennement : il établit lou-khan: sa Cour à Tcien-yuen ou Pharab & prit comme nous l'a

vons dit le titre de Cha-po-lo-khan. Après avoir tué le
Khan Che-kuei , Ho-lou le vit à la tête de plus de cent
mille hommes , il défit entiérement Y-pi-tou-lou-khan qui
s'étoit encore maintenu dans la Tartarie, & soumit tous
les peuples d'Occident.

La Perse étoit alors remplie de troubles,ou plutôt depuis
quelques années elle avoit été soumise aux Arabes , & Jaz-
dejerd dernier Roi des Sassanides , après avoir erré de
Provinces en Provinces , s'étoit retiré chez les Turcs vers
Fergana. Un Tarkhan, pour profiter de ces désordres, étoit
entré dans les Provinces orientales de la Perse, & s'en
étoit emparé: Jazdejerd fut tué en voulant se sauver.

Hol-ou par les ordres de qui cette expédition a dû se faire ou qui la fit lui-même , quitta l'Occident, & voulut porter la guerre en Orient. Il vint faire le ravage aux environs de Tim-tcheou au nord d'Igour, & détrui sit la ville de Kinling-tching. Ces courses obligerent l'Empereur de la Chine de mettre sur pied une grande armée, dont il donna le commandement au général Kien-fam, qui avoit outre les

Chinois trente mille Tartares Ki - pi, & cinquante mille
Tam-chom. Hoei-ke. Les Ministres de la Chine vouloient que l'on hâ-

tât cette expédition qui leur paroissoit d'autant plus impor-
tante que les Turcs devenoient puissans de plus en plus ,
&

que le Khan ne croyoit pas qu'à l'approche de l'hyver,
pendant lequel il tombe dans ce pays beaucoup de neiges,
les Chinois osassent se mettre en campagne pour se trou-
ver à l'entrée du printems au centre de ses Etats. D'ailleurs
une grande quantité de Hordes qui demeuroient vers la
riviere de Talas étoient mécontentes de son gouvernement
& n'attendoient qu'un moment favorable pour se révoltei
contre lui : circonstances favorables qui pouvoient s'éva-
nouir , si l'on attendoit le retour de la belle saison, & si on
laissoit aux Turcs le tems de se réunir & de se préparer à
une vigoureuse défense ; ils ajouterent que les magazins
se consommeroient en vain, & que les Barbares trouve-

[ocr errors]

rolent le moyen d'éviter les châtimens qu'ils méritoient; qu’ainsi il falloit accorder le pardon aux Hordes des Tchu Après J.C. yue & de Tchu-mi pour ne s'attacher qu'à Ho-lou ; parce- lou-khan: : que quand on veut arrêter le progrès du mal , c'est le tronc & non les branches ou les feuilles qu'il faut détruire : en conséquence on avoit levé des troupes parmi les Hordes de Tchu-yue , des Tchu-mi & des Ki-pi; on leur avoit donné pour un mois de vivres & elles s'étoient mises en marche, La grande armée qui devoit les soutenir,avoit ordre de s'arrêter au dessus de la rivierePing-lo-tchoui. On esperoit par-là détacher tous les Turcs du parti de Cha.po-lo ; mais le fuccès ne répondit point d'abord à toutes ces dispositions du conseil de la Chine. Kou-tchou à qui l'Empereur avoit donné le commandement des troupes Turques qui étoient à sa folde , se tourna du côté de Cha-po-lo,

se rendit à lui & se cantonna dans une montagne de la Tartarie appellée Lao-chan. Les Chinois se virent alors dans la nécessité Lie-rai-kša de venir l'y assiéger. Leur Général Kien - fam le fit pri- fu. sonnier & lui tua neuf mille hommes : cette victoire fut la seule que les Chinois remporterent, ils mépriserent un

L'an 652. peu trop dans cette occasion les peuples qu'ils avoient à combattre. Le Conseil fut étonné de voir ainsi tous ses projets s'évanouir. On renvoya l'année suivante une nou- L'an 653. velle armée commandée par le Général Tching-tchi-tcie Tam-chom. qui entra en Tartarie dans le tems que Y-pi-tou-lou-khan vint à mourir. Ce Khan eut pour successeur son fils Kiepi-ta-tou qui prit le titre de Tchin-tchou-che-hou-khan.

Ce Prince voulut se joindre aux Chinois pour faire la guerre à Cha-po-lo ; il envoya des ambassadeurs à l'Em- tchou-chepereur pour le prier d'agréer ses services , & ce fut dans cette occasion qu'il reçut des Chinois le titre de Khan. Malgré tous les efforts qu'il fit pour détruire Cha-po-lo, L'an oss. il vit enlever presque toutes ses Hordes par ce dernier, Lie-tai-ki

Su. & il ne lui resta que peu de sujets : alors devenu inutile aux Chinois , il en devint le mépris. Cependant l'armée Chinoise commandée par Tching-tchi cée dans la Tartarie jusqu'à la riviere Ing-fo-tchuen ; elle L'as 656. ayoit battu auparavant les Hordes des Ko-lo- lou & des

Kam-mo.
Tam-chou.

Tchinhou-kban:

Tam-ches

avan.

to,

Après J. C.

Tchin. Tchu-yue , auxquelles elle avoit tué beaucoup de montchou-che- de & enlevé encore un plus grand butin ; un Officier de hou-khan: l'armée avec un détachement s'étoit rendu maître de quel

ques places qu'il avoit détruites. Un autre Officier nommé So-tim-fam alla attaquer les Chou-ni-chi sujets de Chapo-lo qui demeuroient sur les bords de la riviere dont je viens de parler , & leur enleva un grand nombre de chevaux : la déroute avoit été si générale que les Turcs , pour fauver leurs vies , jettoient leurs armes au milieu des campagnes. So-tim-fam n'avoit pris pour cette expédition que cinq cens cavaliers. Tous les Officiers ne fe conduisirent pas avec la même ardeur ni avec le même désinteressement que So-tim-fam , & penferent par-là mettre la divilion dans l'armée. La jalousie en étoit le principal motif , & il arrive souvent que les intérêts de l'Etat lui sont facrifiés. On s'étoit approché d'une ville nommée Heng

dont les habitans étoient venus se rendre. Un Officier appellé Ven-tou vouloit qu'on les passât tous au fil de l'épée & qu'on se faisît de leurs biens. Cette action donnoit un air de conquête & satisfaisoit la vanité de l'Officier qui étoit jaloux de la gloire de So-tim-fam. Celui-ci s'y oppofa vivement & représenta qu’en agissant ainsi , on se conduisoit en brigands & en voleurs ; mais il ne fut point écouté, & il se réduifit à ne vouloir recevoir aucune part du butin.

Cette conduite de So- tim - fam qui fut approuvée de l'Empereur fut cause qu'on le renvoya de nouveau en Tartarie avec le titre de Général des armées de la riviere d'Ili. Il fut accompagné dans cette expédition de plufieurs autres généraux , tant Turcs

& d'un chef des Hoei-ke. Afena-mi-che & Afena-pou-tchin eurent ordre de prendre leur route par les monts Altai. Sotim-fam arriva fur les bords de la riviere Y-tie, peut-être Irtisch : là un grand nombre de Turcs_avec leurs chefs vinrent se rendre à lui. Il soumit les Turcs Tchou-mokuen.. Cha-po-lo s'avança avec cent mille hommes pour I s'opposer aux entreprises de So-tim-fam , & environna de toutes partis les Chinois qui n'étoient qu'environ dix mille

L'an 657.

que Chinois

« AnteriorContinuar »