Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Lie-tai-ki.

de. Le Khan des Turcs nommé Me-tcho avec vingt mille

Après J. C. hommes entra dans les Etats de So-ko & le fit prisonnier, ensuite considérant que ces deux freres n'avoient pû vivre en paix, il les fit mourir l'un & l'autre.

Ce fut dans ces circonstances que Catiba , général des Diarbekri. Arabes dans le Maouarennahar, recommença la guerre So-loucontre les Turcs. Il se rendit maître du Kharisme, & en- khan. suite de Samarcande après avoir battu l'armée des Turcs. Ces geuples cependant ne resterent pas sans chef. So-lou Général de So-ko de la Horde des Tche-pi-chi rassembla les Turcs qui étoient comme dispersés , & se trouva en peu de tems à la tête de deux cens mille hommes. Il L'an -15: s'empara de tous les pays occidentaux & il envoya des ambassadeurs à l'Empereur de la Chine dont il reçut Tam-chout quelques titres. En même-tems les Tou-ki-chi ses sujets entreprirent de faire des conquêtes du côté de l'orient, & d'attaquer Asena-hien, auquel les Chinois avoient donné autrefois le titre de Khan. Alena-hien se retira chez les Chinois & leur demanda des secours. L'Empereur Hiuentçung qui regnoit alors se contenta d'envoyer en Tartarie un officier nommé Vam-hoei pour y rétablir la paix & donner à So-lou de nouveaux titres ; mais pendant que Vam - hoei se rendoit dans ce pays , les Tou-ki-chi , joints Diarbekri. aux Arabes & aux Tibetans , s'étoient déja disposés à pren- foto dre les quatre garnisons , & avoient fait le siége de Po-Tam-chowa huon & de Ta-che, c'est-à-dire de Fergana & de Schasch, Kia-hoei gouverneur de Gan - si arma sur le champ les L'an 717. trois familles des Turcs Ko-lo - lou pour repousser les Arabes & leurs Alliés, il étoit soutenu

par

Asena-hien. On se disposoit en même-tems à la Cour de la Chine à lui envoyer de nouveaux renforts , mais quelques Ministres s'y opposerent, sous pretexte qu'il falloit laisser les Tou-kichi & les Ko-lo-lou se détruire eux-mêmes , parce que

les plus foibles étant écrasés & les plus forts considérablement affoiblis, on soumettroit plus facilement toute la Tartarie. Les Turcs ainsi abandonnés ne purent empêcher que les Arabes ne prissent les villes de Fergana ; de Khojende , de Kasan & de Schasch. Les royaumes L'an 719. Tome I.

Rrr

Lie-tai-kikhan.

Lie-tai-kie

Tam-chou.

de Gan , de Kam & de Kiu-mi fatigués par les courses de Après J. C. Catiba demanderent du secours aux Chinois ; mais ceux

de Ou-tchang proche le Kaschmir, de Ko-tou & de KiuL'an720: goei, à la sollicitation des Arabes étoient sur le point de

se révolter contre la Chine.

So-lou de son côté n'étoit point attaché au parti des L'an 722; Chinois , quoique l'Empereur lui eut conferé toutes sorLie-tai-ki- tes de titres , & particulierement celui de Tchong-chunfu khan. Il en imposoit à ce Prince par de fréquentes am

bassades; il sçut l'engager à donner à la fille d'Asena-hoaitao le titre de Princesse d’Igour, & à la lui envoyer pour l'épouser. Cette Princesse devenue Khatoun ou Reine, fe conduisit avec beaucoup de fierté à l'égard des Chinois, & voulut même qu'ils exécutassent ses ordres dans le tems que les Tou-ki-chi fes sujets étoient occupés à vendre

des chevaux à Gan-li. Le Commandant de cette place l'an 25. nommé Tou - sien, irrité de ce procédé , fit fouetter ses L'an 726. Envoyés & les chaifa. So-lou piqué de cette insulte , se

ligua avec les Tibetans. Le Roi de Khoren nommé Goeitchi-tiao, qui paroît avoir eu beaucoup de part à cette révolte , & avoir engagé les Turcs à prendre les armes, fut mis à mort par les Chinois , alors les Turcs vinrent ravager les

pays dont les Chincis étoient maîtres, & assiegerent Gansi ; on venoit de niettre dans cette place un nouveau Gouverneur, il fut battu dans une sortie , & tous ses magazins furent pillés : on suspendit cependant les hof

tilités. So - lou rechercha de nouveau l'amitié des ChiLie-tai-ki: nois , & leur envoya plusieurs fois des présens.

Vers le même - tems un Turc nommé Lo-tchin - tan L'an 720: roi de Hou-mi , pays situé au nord du Kaschmir , quita Lie-tai-ki- son Royaume & se rendit à la Cour de la Chine où il

se fixa , & fut fait Capitaine des Gardes. A l'égard de So- lou il renvoya encore un ambassadeur nommé Chetchi-o-pou - sie qui falua l’Empereur Hinen tcong.

Ce Prince ayant voulu donner un festin à tous les différents Ambassadeurs Turcs qui étoient à la Cour, il s'éleva entre eux une grande dispute chacun prétendit avoir le pas, & fit valoir ses droits. Les Turcs

So-lou

Orientaux soutenoient que les Tou-ki-chi étoient une nation peu nombreuse, rebelle, & qui leur avoit éte fou- Après J.C. mise autrefois. Ceux-ci répondoient que le festin ayant été

khan. fait pour eux?, ils ne devoient pas y tenir

la derniere placé. Tam-chou. Le parti que l'on prit pour les appaiser fut de faire dresser deux tentes, l'une à l'orient & l'autre à l'occident, rélativement à la situation des Etats des deux nations , & les Ambassadeurs de So-lou qui regnoit dans l'occident furent traités dans la tente qui étoit du côté de l'occident.

Cependant les Turcs ,' malgré toutes ces liaisons qu'ils L'an 7350 avoient avec la Chine, ne laissoient échapper aucune oc- L'an 736. casion de l'insulter & de faire le dégat dans les pays qu'elle Lie-tai-kie occupoit en Tartarie, & les Chinois trop éloignés pour les les empêcher , étoient obligés de fermer les yeux sur Kam-me. cette conduite ; ainsi quoique ces peuples eussent ravagé les pays qui étoient situés au nord d'Igour , les environs de Gan-li& de Po-huon-tching ou de Fergana, on ne laissa pas l'année suivante , après les avoir repoussés, de rece- L'an 737voir leurs Ambassadeurs C'eft dans cet intervalle que

les Aboulfeba, Musulmans commandés par Asad fils d’Abdallah firent Bem Schou

nah. une irruption dans le Turkestan & battirent les Turcs.

So-lou avoit jusqu'alors gouverné fes Etats avec justi- Lie-tai-kice & modération ; l'attention qu'il avoit toujours eu de dif- fu. ! tribuer à ses troupes tout le butin qu'il faisoit, lui avoit tellement concilié le coeur de ses sujets , qu'ils obéissoient à ses ordres avec empressement ; mais depuis que ce Prince eut fait alliance avec les Rois du Tibet & les Khans des Turcs orientaux , & qu'il eut épousé des Princesses de la Chine , il donna les principales charges de son Empire à ses propres enfants , & fit des dépenses considérables auxquelles il ne put survenir qu'en reservant pour lui tout le butin ; ses sujets commencerent à l'abandonner , & profitant de sa foiblefse , il étoit alors dans un âge avancé & perclus de ses membres , ils chercherent à exciter des troubles : deux de ses Tarkhans , Mo-ho-tarkhan & Tou-mo-tchi se rendirent maitres de toute l'autorité. Sa Cour fut divisée en deux factions ; celle qui avoit pour chef un descendant de l'ancien Khan So-ko fut ap

Kam-mo.
Tam-chou.

و

Tou-ho

Après J. c. pellée la fa&tion jaune , & ceux qui fuivoient le parti de

So-lou furent connus sous le nom de faction noire. Les

deux Tarkhans le vinrent attaquer pendant la nuit & le fien-khan. firent mourir. Ensuite la mésintelligence s'étant mise entre eux ,

Tou mo - tchi se déclara 'en faveur du parti du Khan , & fit proclamer Khan Koutcho fils de SoL'an 738. lou qui prit le titre de Tou-ho-lien-khan. Ce Khan fit

sa résidence dans la ville de Soui-che-tching , se réunit à Ulh-vi-te-le autre chef de la faction noire, lui confia la garde de la ville de Tharas , & ils marcherent ensemble contre Mo-ho-tarkhan. Celui-ci en informa aussitôt les Chinois qui envoyerent le Général Kia-lien pour appaiser ces troubles. Kia-lien arriva dans cette partie de la Tartarie; accompagné du Roi de Schasch , nommé Mo-ho-tou-tun (a), & de celui de Su appellé Se-kin-ti. Après avoir été joint par

Mo-ho-tarkhan , ils allerent ensemble attaquer Tou-hosien-khan qu'ils battirent , & prirent la ville de Soui-chetching. Le Khan fut arrêté prisonnier avec un de ses freres. En même-tems l'Officier Chinois qui avoit l'inspe&ion sur les garnisons de Kaschgar, réunit ses troupes à celles du Roi de Fergana , alla surprendre la ville de Tharas, coupa la tête à un des chefs de la fa&tion noire , & prit ensuite la ville de Yu-tai-tching où étoit la Princesse d’Igour, veuve de So-lou, avec d'autres Khatoun ou Impératrices. Alors les Turcs d'occident avec O-fie-lan (6) Tarkhan, Roi de Fergana, Kioue-lou-tcho chef des Tchoumo-koen , les Hordes des Chou-ni-chi & des Kung-yue , toutes familles Turques soumises auparavant aux Tou-kichi , firent représenter à l'Empereur de la Chine l'état où ils se trouvoient à l'occasion des derniers troubles , & demanderent à être sujets de l’Empire ; on le leur accor

da : Kioue-lou-tcho fut fait Capitaine des Gardes; le Roi Lie-sur-kino de Schasch eut le titre de Chun-y-vam ; tou-ho-lien-khan

qui avoit été présenté par le Général Kia-lien dans le Tam-chos. Temple des ancêtres de l'Empereur eut fa grace & obtint

L'an 739.

L'au 740.

Kam-mo.

(a) Le mot Mo-ho que l'on trouve souvent dans cette Histoire signifie Grand.

(b) Peut-être Arfan.

A fena-hin

la charge de Général d'armée , ainsi que son frere. Ensuite

Après J.C. l'Empereur donna à Hin fils d'A-se-na-hoai-tao le titre de Khan des dix familles , & le commandement sur les Tou- khan. ki-chi ; son épouse nommée Li-chi fut décorée du titre de Princesse d’Igour. Mo-ho-tarkhan ne put s'empêcher de murmurer de cette distribution de graces qui lui paroissoit si injuste , & surtout de ce que Hin avoit été fait Khan. Comme chef de la conspiration qui avoit ôté la vie à So-lou, il exigeoit des récompenses. Pour l'appaiser l'Empereur le fit venir à la Chine avec toute sa famille, lui donna le titre de Khan, & le gouvernement des Touki-chi ses sujets, mais Hin eut toujours le titre de Grand Khan.

Tout paroissoit assez tranquille dans cette partie de la L'an 741. Tartarie, & les Princes Turcs dispersés dans les villes Lie-tai-ki

Su. du Maouarennahar vivoient assez paisiblement sous la protection des Chinois, mais les Arabes qui s'y rendoient redoutables , les incommodoient tellement que le Roi de Schasch nommé Y-na-tou-tun-kiu-le fut obligé d'implorer le secours de l'Empereur ; ce Princecrut qu'il étoit plus à propos de renvoyer le nouveau Khan Asena-hin en Tartarie avec un corps de troupes. Asena-hin ne fut l'an 743 pas plutôt arrivé dans la ville de Kiu-lan-tching (a) qu'il Lie-tai- ja fut vaincu & tué par Moho-tarkhan qui prit le titre de Tam-chou. Khan, & ce dernier eut aussi-tôt la tête tranchée

par Gouverneur de Gan-si qui étoit venu l'attaquer & vanger l'affront que les Chinois avoient reçu. Alors Tou-mo-tchi fut fait Che-hou ou Gouverneur de trois familles Turques.

Ces peuples se trouvoient alors tellement déchus de leur ancienne puissance, & si divisés par différentes factions, que pour se foutenir les uns contre les autres, ils étoient obligés de rechercher la protection des Princes voisins. Les Chinois, les Tibetans, les Hoei-ke & les Arabes les attaquoient chacun de leur côté ; Kie-kie-li-fou Roi de Hou-mi petite principauté Turque , qui auparavant s'étoit soumise aux Tibetans abandonna leur parti pour se

le

[ocr errors]

(a) Autremement Ta-lan-tching.

« AnteriorContinuar »