Imágenes de páginas
PDF
EPUB

S. I.

LES KHOZAR S.

Ven-bien

Confeffeur.

Conft.

L'an 625.

TES Khozars que les Chinois appellent Turcs KoTaurique oblivent leurs demeures dans la Cherfonèfe Après J. C. tarie Crimée. Ils étoient gouvernés par urd'hui la Tar- tum-kao. Khan, & ils avoient étendu leur domination jusques dans les pays feptentrionaux de la Ruffie. Dès le tems d'Hé- Thoph. le raclius les Khozars que les Ecrivains Grecs nomment Cedrenus. Turcs orientaux, furent recherchés par ce Prince, qui fit Niceph. de avec eux un traité contre Khofroes Roi de Perfe : alors les Khozars fous la conduite de Ziebil, la premiere perfonne après le Khan, pénétrerent par le détroit de Derbend dans l'Adherbidgiane, mirent tout à feu & à fang, & firent un ravage confidérable. Héraclius qui étoit parti de la Lazique pour se joindre à eux, fut reçu par les Khozars & par leur chef Ziebil avec beaucoup de refpect; l'Empereur lui fit des préfens confidérables, de mêmequ'à un des principaux Turcs, & lui promit en mariage fa fille Eudocie. En conféquence,l'année fuivante, ils marcherent enfemble du côté de la Perfe, & quelque tems après, Héraclius voulut envoyer Eudocie, mais la mort de Ziebil qui arriva dans le même-tems obligea la Princesse à retourner fur fes pas.

C'eft auprès du Khacan des Khozars que Juftinien fe- L'an 697. Theoph. cond, après avoir été dépouillé de l'Empire par Tibere le Confef. Apfimare, fe retira fecrettement. Le Khacan reçut l'Em- Zonare. pereur fugitif, & lui donna en mariage fa foeur Theodora; Cedrenus. Glycas. mais enfuite s'étant laiffé corrompre par les fommes qu'Apfimare lui fit offrir, il confentit à faire mourir Juftinien. Theodora qui fut informée de cette trahifon en donna avis à fon mari, Juftinien prit fes précautions, fit périr ceux qui avoient ordre de le tuer ; & fe fauva chez Terbelis,

Prince des Bulgares. Lorique Juftinien fut remonté fur le thrône, il fit venir à Conftantinople fa femme Theodora qui avoit mis au monde un fils appellé Tibere. Ce Prince voulut enfuite porter guerre contre les habitans de la Cherfonefe,mais il trouva dans fon chemin les Khofars L'an 710. qui l'obligerent à fe retirer.

la

Zonare

par

Sous le regne de Léon l'Ifaurien, ces mêmes Khofars commandés le fils de leur Khacan nommá gerent. entrerent dans le Jouverneur pour le Khalif Jezid, envoya contre eux Dgiarrah fils d'Abdallah. Ce Général fut battu & tué près d'Ardebil après avoir perdu un grand nombre de fes foldats.

Après J. C.
L'an 703.

Theop. le

Confef.
Elmacin.

L'an 731.

Confef.
Elmacin.

Le Khalif Hefchâm, fucceffeur de Jezid, pour fe vanTheoph. le ger des Khofars, envoya dans leur pays le général Mouflima, qui leur livra une grande bataille dans laquelle les Arabes ne remporterent aucun avantage,& furent obligés de fe retirer. Quelques années après, les mêmes Khofars fortirent le détroit de Derbend & ravagerent la Georgie. Ils en vinrent aux mains avec les Arabes, & il refta de part & d'autre beaucoup de foldats fur le champ de bataille.

par

L'an 764.
Theoph. le
Confef.

L'Hiftoire nous apprend encore que les Khofars firent une irruption dans les Etats que les Arabes poffedoient. Phadl fils d'Yahia de la famille des Barmecides, avoit obtenu en mariage la fille du Khacan des Khofars. Elle étoit morte dans la route à Bardea, & fes conducteurs avoient rapporté au pere qu'elle avoit été tuée. Sur ce prétexte les Khofars fortirent du côté de Derbend & entrerent fur les terres des Mufulmans où ils prirent plus de cent mille prifonniers, auxquels ils firent fouffrir les derniers fupplices. C'eft fous le regne de l'Empereur Theophile que le Conftantin Bei des Khofars fit bâtir la ville de Sarcele, c'est-à-dire, Porph. blanche demeure, à l'occident du Tanaïs, par un Officier nommé Petrone que l'Empereur lui avoit envoyé.

On voit par-là que les Khof rs referent long-tems dans les pays fitués au nord de la Georgie. Ils y étoient partagésen plufieurs Hordes ou tribus qui ne furent pas toujours

Aboulfarad ge.

L'an 799.

unies entre elles, quoiqu'elles fuffent originaires de la Après J. C. même nation; les guerres civiles qui s'éleverent, furent cause que plufieurs bandes fe féparerent & formerent en Conftantin quelque façon de nouvelles nations. Telle eft celle des Perp Cabars qui fe retira chez les Turcs proprement dits, & qui fixa fa demeure dans le pays que les Patzinaces ont occupé depuis. Ils y furent fuivis, par les Neces, les Madgiares, les Ourtugermat, les Tarians, les Genach, les Cares & les Cafes, toutes races Khozares qui se joignirent à d'autres Turcs, & leur donnerent leur langue ou plûtôt leur dialecte : car quoique tous ces Turcs,même dans la Tartarie, ne formaffent originairement qu'une même nàtion, la di persion des différentes bandes, & le commerce qu'e 'elles ont eue avec les nations étrangeres, ont dû produire des différences dans leur langage.

S. I I.

LES MADGIARES OU HONGRUIS,

A

Après J. C. U nord des Palus Meotides & de la Khozarie proprement dite, habitoient plufieurs Hordes connues fous le fimple nom de Turcs; c'est à ces Hordes que fe joignirent les Cabars. Les Turcs gouvernés par un officier nommé Lebedias, qui portoit le titre de Vaivode, étoient encore appellés Sabartoafphales, & ils étoient divifés en fept Hordes qui avoient chacune leur Vaivode. Ils fuivoient les Khozars dans toutes leurs expéditions, & pour les récompenfer de leurs fervices le Khacan des Khofars donna fa fille en mariage à Lebedias leur chef.

Dans le même tems, les Patzinaces qui demeuroient au nord de la mer Cafpienne le long du Volga & du Jaïck, déclarerent la guerre aux Khozars. Les Uzes, autre race Turque étoient plus orientaux. Ceux-ci fe déclarerent contre les Patzinaces qui étoient regardés comme une nation redoutable, & qui portoient alors le nom de Kangar, c'est-à-dire de braves. Les Uzes & les Khofars défirent les Patzinaces, & les forcerent de quitter les environs du Volga. Le plus grand nombre fe retira au nord des Palus & dans le pays que les Turcs habitoient. Quel ques-uns refterent avec les Uzes. La guerre s'éleva bientôt entre les deux nations, les Turcs & les Patzinaces. Les premiers furent vaincus, & obligés de fuir. Ils fe diviferent alors en deux bandes, dont une fe retira du côté de l'orient & vers le Derbend & la Georgie, où ils se font confervés pendant quelque tems fous le nom de Sabartoafphales.

Il y a beaucoup d'apparence que la Horde des Khofars appellée Cabar, & qui s'étoit jointe quelque tems auparavant aux Turcs, fut du nombre de ceux qui pafferent en orient, où l'on trouve encore les Cabardiniens & la Ca

bardie, autrement dite la Circaffie. Il y a la haute & la Après J. C. baffe Cabardie; celle-ci fituée au-deffous des montagnes Cap. Garde la Circaffie s'étend jufqu'aux rivieres de Terk, de ber. Suntfch & aux monts Taulinzi; l'autre eft environnée de hautes montagnes, & fituée au milieu des peuples appellés Taulinzi, Avares, Cubans & Georgiens. Le nom de Circaffes qu'on donne aux habitans de la Cabardie,tire fon origine d'un peuple qui porte le même nom, c'est-à-dire Kerkes ou Kerkis, & qui demeuroit anciennement vers le lac Paikal. Apparemment que quelques bandes entraînées par d'autres bandes de Turcs auront paffé dans l'occident & fe feront confondues avec les Turcs Cabars & les autres nations voisines.

phir

ces,

La feconde bande de Turcs, chaffée par les Patzina- Conf. Pore fe retira, fous la conduite de fon chef Lebedias, dans les pays fitués plus à l'occident, & dans un lieu appellé Atel-cufu. Dans la fuite le Khacan des Khofars voulut créer Lebedias chef de tous les Turcs; mais celui-ci le remercia généreufement, & indiqua Salmults ou Arpad fils de Salmuts, comme plus digne de cet honneur. Le dernier, du confentement général des Turcs, fut choifi & élevé fur un bouclier fuivant la coutume des Khofars. Après cette retraite des 1 urcs, les Patzinaces s'établirent entierement dans le pays qu'ils venoient de conquerir (a) & le diviferent en différentes parties, probablement fuivant les différentes Hordes dont la nation étoit compofée. Le premier canton fut appellé Ertem, le fecond Tzur, le troifiéme Gyla, le quatrième Culpée, le cinquiéme Charoboë, le fixiéme Talmat, le feptiéme Chopon, & le huitiéme Tzopon. Chacun de ces cantons étoit gouverné par un chef, & fuivant la coutume que nous ayons vûe pratiquée dans tout le Turkeflan, à leur mort, ils avoient pour fucceffeurs, non leurs propres fils, mais leurs freres. Ces huit principales Hordes furent divifées en quarante autres moins confidérables, qui avoient auffi leurs chefs foumis au pre

(*) Sous Conftantin, il y avoit environ so ans qu'ils en étoient maîtres

« AnteriorContinuar »