Imágenes de páginas
PDF
EPUB

miers, elles étoient dispersées à l'orient & à l'occident du Après J. C.

Danapris.

Après que les Patzinaces eurent été affermis dans ce pays, ils déclarerent la guerre aux Turcs qu'ils avoient à I'Occident, les battirent & les contraignirent de se refugier avec leur chef Arpad , dans la grande Moravie où ils le sont établis , & où ils ont été connus sous le nom de Hongrois. Ces peuples se donnent celui de Madgiares que nous avons vû être le nom d'une des Hordes Khosares qui se retira avec les Turcs. Le nom de Hongrois est venu sans doute de celui d'Onogouri ; c'est ainsi que quelques

Historiens de la Byzantine ont appellé par corruption les Hordes d’Igours qui ont passé à l'Occident du Volga, où elles se feront mêlées avec les Turcs leurs com

patriotes , & qu'elles auront suivis dans la Moravie.
Towrokz. Arpad est reconnu encore aujourd'hui pour le premier

Prince, & un des principaux chefs des Madgiares ou Hon-
grois : il étoit fils de Salmuts que Thwrokz appelle Al-
mus. Son pere Eleud fils d'Ugeck, regnoit dans la Scy-
thie , & prétendoit être issu d'Attila. Čet Ugeck dont les
Historiens Hongrois ont conservé le nom pourroit être
Oge-khan , qui l'an 840 regnoit dans la Tartarie à l'Oc-
cident de l'Irtisch, comme on l'a vů précedemment; mais
laissons cette conjecture, & continuons de rapporter ce
qui concerne cette Nation Scythique. Les Ecrivains Hon-
grois donnent une histoire suivie & circonstanciée de tou-
te cette irruption, & de l'établissement des Madgiares dans
la Hongrie ; mais ils paroissent n'avoir pas toujours été
bien instrùits : cependant quoique nous ayons dessein,
pour nous écarter moins de la vérité, de ne rapporter que
ce qui se trouve dans les Historiens Grecs, il nous pa-
roît nécessaire de faire connoître en peu de mots les tra-

ditions qui se sont conservées dans la Nation même. Thwrok. Les sentimens font partagés sur le tems de l'arrivée

des Hongrois. Quelques-uns fixent cette époque à l'an Bonfinius.

744 de J. C. D'autres , & leur sentiment est le plus proRheginon. bable & s'accorde mieux avec l'histoire , la fixent à l'an

889.

Ranzan.

[ocr errors]

889. En effet , Constantin Porphyrogenete qui commença à regner en 912, dit, dans le tems qu'il écrivoit , qu'envi-Après J. C. ron cinquante ans auparavant, les Turcs furent challés par les Patzinaces, ce qui tombe aux' environs de l'an 802. Rheginon qui la met à l'an 889 fleurissoit vers l'an 908; c'est-à-dire dans le tems de l'irruption des Hongrois, son témoignage doit être préféré.

Les Historiens de cette Nation racontent que les Mad- Thwrockl. giares , en quittar.t leur pays , traverserent la Ruslie, paf- Annales

Rzesiennes, ferent par Kiow , & vinrent habiter dans des montagnes toutes remplies d'aigles. Ces animaux, dont ils furent incommodés , les obligerent à se retirer dans le pays d'Erdeleu, qui, suivant les apparences , est le même que

celui qui est appellé Etelcuzu par Constantin Porphyrogenete. Dans cette route, les Madgiares avoient formé sept corps d'armée de 30857 hommes chacun, ce qui composoit un tout de deux cens seize mille personnes qui étoient sortis de la Scythie , & qui avoient été tirées de 108 tribus. Ils bâtirent dans le pays d'Erdeleu sept châteaux pour y mettre à couvert leurs femmes , leurs enfants & tous leurs biens. On prétend que ce lieu a été appellé dans la suite par les Theutons Sibenbourg ou les sept Châteaux. Ils avoient à leur tête sept chefs, le premier nommé Arpad , le se- Zonare. cond Bolchu , le troisiéme Gyula, le quatrième Cund, le cinquiéme Leel, le sixiéme Verbulchu & le septiéme Urs. Trois de ces chefs sont connus des Historiens Grecs & désignés comme chefs des Turcs.

Avant que de quitter le pays d'Erdeleu ou d'Etelcuzu, les Madgiares chargerent Kulid fils de Cund, d'aller reconnoître les environs du Danube. Il regnoit alors dans' ce canton un Prince nommé Swiatopolc, Kusid le vint trouver , lui apprit le sujet de sa mission; Swiatopolc, perfuadé

que les Hongrois étoient des peuples adonnés au labourage, & qui par consequent lui seroient utiles , reçut leur Envoyé avec distiction, & celui-ci en partant , se chargea d'une bouteille d'eau du Danube d'un peu

de terre noire & de quelques herbages , pour faire connoître la fertilité du terrein ; au moins telles sont les traditions Tome I,

Ttt

Thurocz.

[ocr errors]

Leon le
Gram.

de la nation. Les Madgiares de leur côté firent présent à Après J.C.

Swiatopolc d'un cheval blanc avec ses harnois , & ensuite
entrerent dans la Pannonie, non comme des hôtes mais
en maitres, Ils entreprirent d'en chasser Swiatopolc,& le
battirent sur le bord du Danube , où il fut noyé. C'est ainsi

que les Madgiares s'établirent dans la grande Moravie. Lan 890. Trop voisins alors du royaume de Bulgarie & de l'Empire

Grec, les Madgiares ne furent pas long-tems sans y porter
la

guerre. Les Bulgares avoient paru dans cet Empire

long - tems avant les Khozars , les Turcs & les MadNiceph, de giares. Ils demeuroient anciennement dans la Sarmatie Coni.

Asiatique, c'est-à-dire dans les plaines qui sont situées à
l'occident du Volga , d'où a été formé, selon la plìpart
des Ecrivains , le nom de Bulgares. Ils ont encore porté
celui de Cotragi , d'Ounnobondo-boulgares & d'Onogon-
dours. Il y a beaucoup d'apparence qu'ils sont de ces na-
tions répandues dans le Kaptchaq, connues sous le nom
de Kangles ou Kam-li; qui , obligées de passer plus à l’oc-
cident, se seront confondues avec celles qui étoient dans
la Sarinatie , telle que celle des Huns dont on retrouve le
nom dans Onobondo & Onogondours.

Les Bulgares avoient commencé à être connus un peu
Nicephore

avant l'an 865. Habitant encore dans les environs du Volga

& de la riviere de Cuphis, ils étoient gouvernés par un Roi Theoph. Le nommé Curat , qui laissa cinq enfants auxquels en mouConfef.

rant il recommanda de vivre en paix & d'éviter tout ce
qui pouvoit faire naître parmi eux la division. Ils étoient
appellés, le premier Basian , le second Cotragus, le troi-
siéme Asparuch, on ignore le nom des deux autres. Ces
chefs des Bulgares oublierent bien-tôt les préceptes de
leur pere ; ils se séparerent, & chacun, avec différentes
bandes de la nation , alla chercher de nouvelles demeures,
l'aîné resta seul dans l'ancien pays. Cotragus passa le
Tanaïs & fe cantonna sur la rive occidentale de ce feuve.
Le quatriéme vint s'établir le long du Danube dans la
Pannonie, dont les Awares étoient les maîtres. Le cin-
quiéme passa dans la Pentapole de Ravenne, où il se rens
dit tributaire des Romains,

de Conft.

Le troisiéme nommé Asparuch & fondateur du royaume de Bulgarie s'étoit rendu aussi dans les environs du Après J. C. Danube , près des fleuves Danapris & Danastris , dans un lieu environné de marais & de rochers escarpés de toutes parts. Il donna à ce lieu le nom d'Ogl. Les Bulgares qui avoient suivi Basian furent soumis par les Khozars.

Vers l'an 678. Les Bulgares firent une irruption dans Niceph de les provinces qui étoient voisines du Danube , Constantin Cou:fiane, Pogonat voulut les repousser, mais sa retraite à Mesembrie, Confes. regardée comme une fuite, fut cause de la perte de son Zonare.

Cedrenusi armée ; les Bulgares passerent le Danube , & se fixerent dans les pays voisins. C'est apparemment à cette époque qu'il faut placer la migration d'Asparuch & du quatrieme fils de Curat. L'Empereur fut obligé de faire une paix honteuse avec ces Bulgares , qui depuis ce tems ne cesserent de faire des courses dans l'Empire. Justinien second rompit le traité que Constantin avoit fait avec eux, & cesla de leur payer un tribut. Mais peu de tems après, il fut heureux de trouver ces peuples qui l'aiderent à recouvrer l'Empire dont il avoit été dépouillé. S'étant ensuite brouillé avec eux, ses armées furent vaincues , & il fut obligé de se fauver à Constantinople en désordre. Philippicus Bardanes, vit pendant son regne toute la Thrace ravagée & les barbares aux portes de la capitale. Artemius chassé du thrône se retire chez eux, mais ils le livrent à Léon d’Isaurie. Constantin Copronyme éprouve avec eux toute l'inconstance de la fortune, tantôt battu, tantôt victorieux il meurt sans avoir pû les soumettre. Ses successeurs ne furent pas plus heureux. Nicephore les réduit au désespoir, mais il est tué par les Bulgares, les Grecs sont défaits , & la tête de l'Empereur est destinée à faire un vase dont le Prince Bulgare se sert pour boire. Sous Michel Rangabe, Mesembrie est prise & saccagée ; sous Michel, fils de Basile , Bogoris, Roi des Bulgares, & tous ses sujets embrassent le Christianisme. Ils vivent alors en paix avec les Grecs. Mais les officiers de l'Empire voulant exiger des Bulgares des levées injustes, Symeon roi L'an 890, de Bulgarie qui ne cherchoit qu'un prétexte de faire la

و

1

Zonore.
Leon le
Gram.
Cedrenus.

Après s.c. guerre ; faisit cette occasion , & vint ravager les provin

ces de l'Empire. L'Empereur Léon y envoya une armée ,
elle fut taillée en piéce, & les prisonniers, après avoir eu
le nez coupé, furent renvoyés à Conftantinople.

Pour se vanger de cet affront, Léon fit des présens
considérables aux Turcs ou Hongrois qui habitoient sur
les bords du Danube , & qui avoient pour chefs Arpad &
Cousan ; il les engagea à déclarer la guerre aux Bulgares,
il assemblea les légions dont il donna le commandement
à Nicephore Phocas. Il envoya en même - tems un Am-
bassadeur vers Symeon , en apparence pour traiter de la
paix , mais avec des ordres secrets d'examiner les dé-
marches des Bulgares. Symeon qni s'en méfioit le fit met-
tre aux fers, & marcha contre Phocas. Les Turcs prirent
ce tems pour passer le Danube & entrer dans la Bulgarie,
où ils firent un grand ravage. Symeon fut obligé de laisser
Phocas pour venir arrêter les courses des Turcs. Les
deux nations en vinrent aux mains sur le bord du Da-
nube , les Bulgares furent vaincus, Symeon se retira en
désordre à Dorostole autrement dite Diftra. Les Turcs ven-
dirent aux Grecs les prisonniers qu'ils avoient faits. Il y eut
ensuite quelques propositions de paix entre les Bulgares &
l'Empereur , mais Symeon ayant été informé en même tems
que les Turcs manquoient d'armes & de provisions , &
que

les Romains ne se disposoient point à leur donner du secours , entra dans leur pays , & fit un grand carnage de ces peuples.

Dans la suite, les Turcs ou Hongrois se repandirent à leur tour sur les terrres de l'Empire , ravagerent toute la Thrace ; ils recomencerent plusieurs fois ces courses. Quelques tems après , deux de leurs chefs Bologud & Gylas, qui avoient eu une conférence avec l'Empereur de Conftantinople embrasserent le Christianisme , & s'en retournerent dans leur pays avec le titre de Patrice , & un Evêque qui convertit un grand nombre de Hongrois. Gylas persevera dans la foi & vécut en paix ; mais Bologud retourna à la religion de ses ancêtres , recommença la guerre avec les Grecs ; ensuite ayant attaqué les François, il fut fait

« AnteriorContinuar »