Imágenes de páginas
PDF
EPUB

:

chetoit en facrifiant un bouc à la fin de l'année. Ils brûloient leurs morts, mais avec beaucoup de pratiques fuperftitieuses, obfervant à cet effet le jour, le moment & Î'heure de la naiflance, afin de choisir le tems dans lequel on devoit le brûler. Quelques-uns gardoient ces morts pendant long-tems, enfermés dans des bierres bien clofes, après les avoir embaumés, & tous les jours à l'heure du diner ils préfentoient fur une table les viandes ordinaires qu'ils laifoient pendant une heure.

Dans le voisinage de cette ville vers l'Eft, il y a un détroit nommé Yam-kuan; plus à l'Efi un feuve appellé Tou-hiangho; de-là à l'Eft la ville de Kua-tcheou. Tous ces cantons ont été anciennement habités par les Yue-chi, dans la fuite foumis aux Huns ; & enfin conquis par les Chinois. A 10 li au midi de hua-tcheou il y a une montagne appellée Mim-cha-chan où l'on entend, vers les équinoxes, des voix & des bruits de tonnerre. A 10 li vers le Sudeft il y a une autre montagne nommée San-goei-chan où les San-miao, ancien peuple Chinois qui avoit été exilé dans les tems les plus reculés de la Monarchie, s'étoient retirés.

Han-chou.

Heou-banchou.

ARTICLE III.

Le pays de Yu-tien, & les petits Royaumes voifins.

CE pays qui a été

pays qui a été connu fous les Han ne peut être que le pays Khoten, comme on le verra par le détail fuivant. Il formoit un Royaume confidérable qui avoit fes Rois particuliers; il étoit situé à l'Orient d'une montagne appellée Tçung-ling. Les fleuves qui en fortent & qui coulent à l'Eft, vont fe rendre dans le lac de Lop; ceux qui coulent à l'Oueft fe jettent dans la mer Cafpienne. La capitale du pays étoit nommée Si-tching. On y comptoit fous les premiers Han 3300 familles, 19300 perfonnes & 2400 foldats.

Distances felon les premiers Han.

De Si-tching ou Khoten à Si-gan-fou
Vers le N. E. au gouvern. Chinois de la
petite Bukharie

Vers le O. au Royaume de Pi-chan

Sous les feconds Han on comptoit dans le pays
milles, 83000 perfonnes & 30000 foldats.

De Khoten au Gouvernement Chinois de la
petite Bukharie
A Lo-yam

9670 li.

3947 li.
380 li.

32000 fa

5300 li. 11700 li.

Ven-bientum-kao: Han-chou.

Selon tous les Géographes Chinois, ce pays confine du côté midi avec des peuples du Tibet appellés No - kiang. Heou-han- Vers le nord avec le pays de Ku-me. Ma-tuon-lin dit qu'il

chou.

ya au Nord-eft le pays de Kiu-tçu à 1400 li de distance.

A l'E. celui de Chen-chen à
Au N. O. celui de So-le à

1500 li. 1500 li.

Le Roi de ce pays a été foumis tantôt aux Huns, tantôt aux Chinois, tantôt aux Turcs. Il s'enveloppoit la tête d'étoffes d'or & de foye. Son Royaume avoit 1000 li d'é

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors]

tendue, & fa capitale 8 à 9 li de circuit. On y comptoit cinq grandes villes & dix petites. On y trouvoit d'excellens chevaux, des chameaux, & dans les montagnes, beaucoup de pierres précieuses dont on faifoit un grand commerce. Ces peuples avoient les mêmes mœurs que ceux de Kiu-tçu; & le pays produits les mêmes choses. Ils fuivoient la religion de Fo. On remarque que depuis le pays d'Igour tous ces peuples ont les yeux enfoncés & le nés élevé. Les habitans de Khoten aimoient la musique. A l'Occident de leur pays il y a un défert de fable où l'on trouve une quantité de grandes fouris qui reffemblent à

des heriffons.

On nomme deux montagnes principales dans le pays de Khoten.

La premiere O-néou-ta-chan ou Kuen-lun-chan, d'où les anciens Chinois croyoient que le Hoam-ho tiroit sa fource. La feconde appellée Tçung-ling fituée au Sud-oueft du pays.

Ven-bien

tum-kao. Te-tum

chi.

chi.

Le fleuve que les Chinois confondoient avec le Hoamho, & qui fort de la montagne O-neou- ta, eft nommé Cheou-pa-ho ou Tchou-pa-ho: lorfqu'il n'eft plus éloigné que de 700 li du lac de Lop, il fe jette dans le fleuve Ki-cheou-choui ou Ki-feu-choui, & l'un & l'autre vont fe rendre dans le lac de Lop, Cette montagne eft éloi- re-tumgnée de la Capitale du pays de 1300 li vers l'Oueft. Delà fortent encore les fleuves Pe- yo-ho fur la rive occidentale duquel eft fituée Khoten, le Lou-yo-ho & le Ou-yo-ho tous les deux à l'Occident de la même ville. Ils font ainfi nommés à caufe des pierres précieufes qui s'y trouvent. On les tire tous les ans dans l'automne après Ven-bienque les eaux font diminuées. On parle de plufieurs villes tum-kao. comme de In-tcheou, de Liu-tcheou & de Poei-tcheou > fituées au Sud-eft de Khoten & de celle de Yo - tcheou à 1300 li vers le midi. Il y a dans ce pays des jardins remplis d'arbres & de fleurs.

Sous la Dynastie des Tcin un Ambassadeur Chinois alla dans ce pays, & fit le détail de fa route que l'on a confervé. Il partit de Ling-tcheou, paffa par Kan - tcheou,

So-tcheou, Kua-tcheou & Cha-tcheou. Après ces villes il rencontra un pays où il faifoit très-froid & rempli de neiges qui fourniffent de l'eau lorfque le tems devient chaud. Les Chinois marcherent vers l'Occident, & fe rendirent dans la ville de Ta-tun-tching; enfuite dans le défert Lientce où il n'y a pas d'eau. On creuse la terre & l'on y trouve un fable humide que l'on met fur fa poitrine pour fe rafraîchir & étancher la foif. Enfuite ils rencontrerent une riviere nommée Hien-ho: on la paffe fur des ofiers que l'on coupe. A l'occident de cette riviere ils trouverent une ville appellée Kan-tcheou, bâtie par les peuples de Khoten. Elle eft fituée au Sud-oueft de Cha-tcheou & éloignée à ce que l'on croit de la Capitale des Tcin de 9500 li.

De-là en deux jours de marche ils fe rendirent à Gankiun-tcheou & enfuite à Yu-tien, qui, par tout ce que j'ai dit, ne peut être que Khoten. M. Paul en parle fous le nom de Cotam, & lui donne 8 journées d'étendue. Les vivres y font en abondance. Il y a beaucoup de foye & des vignes. Les habitans,qui de fon tems étoient Mahometans, font fort adonnés au commerce. Benoît Goez nomme cette ville Cotan: il dit que l'on tire de la riviere qui y paffe, une efpece de pierre qu'il appelle jafpe. Ce font ces pierres précieufes dont parlent les Chinois. Les plongeurs la tirent en forme de gros cailloux. Mais il y en a une autre efpéce de moindre prix que l'on tire des montagnes, & que l'on taille en forme de lames d'environ deux aulnes. Cette Montagne est éloignée de 20 journées de la Capitale & on l'appelle Confangui-Cafcio; c'est-à-dire, mont pierreux. Ce marbre fe porte à la Chine où on le vend. M. Paul fait mention de deux autres Provinces voifines de celle de Khoten. La plus proche eft celle qu'il appelle Pen ou Pein qui a cinq journées d'étendue. On pêche auffi dans une de fes rivieres de çes pierres dont nous venons de parler. La Province abonde en tout ce qui eft néceffaire à la vie & en foye. Ces ples ont pour coutume que, lorfqu'un mari eft abfent au-delà de 20 jours, la femme peut fe remarier, & le mari à son retour époufer une autre femme.

peu

Après cette Province on rencontre la ville de Ciartiam

qui a auffi le titre de Province, & où l'on trouve de ces mêmes pierres que l'on porte au Khatai ou à la Chine. Cette Province eft fabloneufe, ftérile & remplie d'eaux ameres. En cinq jours de marche au-delà on trouve beaucoup de fables, & enfuite la ville de Lop.

Ces deux villes dont je viens de parler paroiffent être les mêmes que celles de Kan- tcheou & de Han - kiuntcheou que les envoyés Chinois trouverent dans leur route de Cha-tcheou à Khoten, mais il me paroît impoffible d'en affigner la véritable pofition.

Les anciens Géographes Chinois parlent de plufieurs autres petits Royaumes ou villes dans le voifinage de Khoten. Voici ce qu'ils en difent; mais toute cette partie méridionale de la Tartarie ne nous eft pas affez connue pour entreprendre de fixer ces villes.

S. 1.

Yu-mi ou Kiu-mi eft un petit Royaume dont la Capitale Han-chon. porte le même nom; elle a été appellée dans la fuite Nim-V bienmi. Le pays a été connu du tems des Han. On y comptoit alors 3340 familles, 20040 perfonnes & 3540 foldats.

Distances fous les premiers Han.

De Yu-mi vers le N. E. jufqu'au Gouvernement 'Chinois fous les premiers Han.

Vers l'É. jufqu'à Si-gan-fou.
Vers l'O. jufqu'à Khoten.
Vers le S. jufqu'à Kiu-le.
Vers le N. E. jufqu'à Kiu-tçu.
Vers le N. O. jufqu'à Ku-me.

De-là jufqu'à Loyam
Jufqu'au G. Chin.

3553 li. 9280 li. 390 li.

Sous les feconds Han on y comptoit 2173 familles, 7251 Heou-ban · perfonnes & 1760 foldats.

chou.

Tome I.

Han-chou.

1.2800 li.
4900 li.

« AnteriorContinuar »