Imágenes de páginas
PDF
EPUB

2

d'hui Pilten, ensuite coulant vers le nord il entre dans le Kuen-tum-kiang ou plûtôt le Songari.

Kuen-tum-kiang aussi appellé So-mo-ho, & par les Barbares Sung-oua-kiang. Il doit être le même que le Songari. Il est à 1500 li au nord de Kai-yuen , mais il prend sa fource à la montagne Tchang -pe-chan. Il coule vers le nord & passe à Hoei-nim-fou capitale des Kin , & vers le nord-est, il se jette dans la mer. Après que ces fleuves se sont jettés dans l’Amour, les Chinois donnent indifféremment le nom d'un de ces fleuves au reste du courant du fleuve Amour jusqu'à la mer.

He-long-kiang ou le fleuve du Serpent noir, c'est le véritable Amour, appellé en Tartare Sagalien-oula , ou riviere Noire. Les Chinois lui donnent encore le nom de He-choui, c'est-à-dire la riviere Noire. Il est au nord de Kai

yuen à 2500 li; il prend sa source dans les montagnes du nord coule vers le midi , & se jette dans le Songari. Anciennement les Mo-ko habitoient sur ses bords. Vers sa source, il porte le nom d'Ouo-nan ou Onon chez les Mogols. Elle est dans les montagnes qui sont entre les rivieres Selinga & Orgoun, vers le so degré de latitude. Elle reçoit vers le

52 degré la riviere Ingoda , qui prend sa source au même Hift. des

endroit; & alors i'Onon prend le nom de Schilka Mongous suite il reçoit la riviere d'Orgoun & prend le nom d'A

mour , qu'il ne cesse de porter jusqu'à son embouchure

dans le golphe de Kamtchatka. Son cours est environ Hif, de 4oo lieues , & la largeur à son embouchure est de

ó lieues.

Ho-la-ho ; à 40 li l'orient de Kai-yuen. Il prend sa source à la montagne Sung qui est au nord de la montagne Tchangpe-chan. Il se joint à l'Hoei-pa , peut-être l'Hoei-fan, & le jette dans le Songari.

I-mi-ho; à 400 li au nord de Kai-yuen. Il prend sa source dans la montagne qui est au nord de la rivière Gnai-ho. Il coule vers le nord , se joint à l'I-fa-ho & entre dans le Songari. Ven-fa-ho; à sooliau nord de Kai-yuen.Il prend la source

dans

en

du P. G&ubil.

néal, des Tatars.

ز

dans une montagne qui est an nord de Fang-tcheou. Il coule vers le nord & se jette dans le Songari.

Si-ouo-ho;à 570 li au nord de Kai-yuen. Il prend sa source dans la montagne qui est au Sud-est de Kien-tcheou-goei. Il coule vers le nord, se joint au Fa-lou-mo-ho & entre dans le Songari.

Ho-ulh-hai-ho;à mille li au nord-est de Kai-yuen. Il prend sa source dans les montagnes qui sont à l'orient de Lantcheou-tching. Il coule vers le nord & se jette dans le Songari.

Ho-lan-ho; à mille li au Sud-est de Kien-tcheou-goei. Il entre dans la mer.

Tou-muen-ho;à 1000 li au Sud-est de Kien-tcheou-goei. Il se jette dans la mer. C'est le Toumen-oula.

Li-ho;au Nord-est de Kai-yuen à 1200 li. Il prend sa fource dans les montagnes qui sont au midi de Ouo-nai-lin. tching. Il coule vers le nord & entre dans le Songari. : Ho-han-ho; à 30 li de l'ancien Royaume des Mo-ko. La ville de Pim-siam-tching a porté le nom de Ho-han-tcheou à cause du voifinage de ce fleuve.

O-ye-kou-ho ; il prend sa source dans la montagne de Tchang-pe; il coule vers l'orient & se jette dans la mer.

Kin-choui-ho;à 1000 li au nord de Kai-yuen. Il prend fa source dans une montagne qui est à l'orient de Hoam - lifou. Il coule vers le nord, & fe jette dans le Songari. C'est-là où les Niut-che ont commencé à prendre le nom de Kin. Ils ont appellé ce fleuve Gan-tchu hou-choui.

Hiue-pin-ho; ce fleuve est au Sud-est de Kien-tcheou-goei à 1500 li. Il se jette dans la mer.

Ouo-leang-ho; ce fleuve est au Nord-ouest de Kai-yuen à 3300 li. Il prend sa source dans le desert de Cha-mo , coule vers le midi, se joint au fleuve Tiao- ulh-ho & au Naoyen-kiang , & entre dans le Kuen-tum ou Songari. Je crois qu'il s'agit ici du Kerlon. A sa fource ce fleuve coule vers le midi, ensuite il tourne à l'eft, se jette dans le lac Coulon-nor, d'où fort la riviere Ergoné, remonte vers le nord & se jette dans l'Amour , que nous avons vû souvent confondu avec Tome I.

8

le Songari. Le Kerlon & l’Ergoné peuvent passer pour une seule riviere.

Gnai-tçung-ho. Ce fleuve est au Nord-est de Kai-yuen à 8000 li. Il prend sa source dans la montagne qui est à l'orient de la ville de Lan-tcheou. Il coule vers l'eft & se jette dans

la mer.

Mang-ko-ho, à 6000 li de Kai yuen. Il sort de la montagne qui est à l'orient de Lan-tcheou, & se jette dans la mer.

ARTICLE I I..

[ocr errors]

Le Pays de Ouo-leang-ho.
E pays confine du côté de l'orient à celui de Niu-tche,

& s'étend à l'occident jusqu'à Kai-pim-fou, & aux fources du fleuve Leao. Sous les Han les peuples qui habitoient ce pays portoient le nom de Ki, les ancêtres des Goei sont sortis de là, & ils étoient appellés Kou-mou-ki. Les Sienpi, les Ou-huon y demeuroient aussi dans des montagnes appellées Sien-pi-chan & Ou huon-chan.

La Géographie des Mim ne dit presque rien de ce pays, elle fait seulement mention de la montagne Ma-yu-chan qui a 1000 li d'étendue; de la montagne Yeou-fou-chan qui as

li de l’Eft à l'Oueft, & 20 li du Nord au Sud; des montagnes Tcie-kin-chan , Tcham-teou-chan & Hiang-tai-char, sur laquelle il y avoit un temple de Fo.Les Kitans sont sortis du même pays.

ARTICLE III.

L

Pays des Che-goei dans la Siberie.
ES Che-goei font un peuple nombreux dispersé dans

la Siberie. Ils étoient divisés en cinq Hordes principales , Ils avoient pour voisins au midi les Mo-ko & les tares Kitans. Il n'y a pas de Roi parmi eux, ils sont foibles & pauvres. Ils sont de la même espéce que les Kitans , dont ils sont éloignés de zooo li. Leur pays eft bas , & marécageux. Pour se rendre dans ce pays on partoit de Lieou-tching. En quittant le pays des Khitans on passoit le fleuve Tcho, on trouvoit la montagne Tou-tsu qui a 300 li Heow goei-. de circuit , ensuite on venoit au fleuve Kio-li-choui, & de-là chu. chez les Che-goei.

Après que le Solstice d'été étoit venu , ces peuples se retiroient dans les montagnes qui font situées vers l'occident. Il y a dans ce pays beaucoup d'herbes , des bois remplis de toutes sortes d'animaux. Les habitans se retirent sur les arbres pour les éviter. Dans la suite ces peuples se sont multipliés, & se sont divisés en 25 Hordes. Lorsque leur chef eft mort, son fils ou son frere lui succéde, & au défaut de ceux-ci, on choisit un brave dans la nation. Ils sont habillés comme les Kitans. Ils montent sur des chariots tirés par des boufs. Ils ont des cabannes qui sont faites de roseaux & d'herbes:leurs chariots sont couverts de feutres comme ceux des Turcs. Ils passent les rivieres sur des paquets d'herbes , ou sur des barques faites de peaux. Leurs cordes sont faites d'herbes & leurs servent de brides. Leurs tables sont couvertes de peaux de cochon , & leur écriture consiste en plusieurs morceaux de bois qui signifient différentes choses, selon l'ordre & l'arrangement qu'on leur donne. Ce pays est froid: on y fait peu de récolte. Il n'y a point de moutons, peu de chevaux, beaucoup de cochons & de bæufs. La langue des habitans est la même que celle des Mo-ko. Celui qui veut se marier s'ar

La prin

peaux de

de pois

range avec les parens de la fille , & ensuite il l'enleve,& envoye des boufs & d'autres animaux à la famille

pour

servir de dotte. Une veuve est toujours sensée appartenir à son mari , quoiqu'il soit mort , & elle ne peut plus se remarier. Le deuil est de trois ans , & ils mettent les corps morts sur des monceaux de bois. On ne trouve point de fer en ce pays; les habitansle tirent de la Corée. Ce sont là les mæurs des Che-goei méridionaux.

Plus au nord , après 11 jours de marche , on rencontre le pays des Che-goei du nord ; ils sont divisés en 9 Hordes , qui ont chacune leur chef. Il y fait très-froid , & pendant l'hyver tous ces peuples se retirent dans des cavernes. Ils nourissent des bæufs, mais le froid en fait périr un grand nombre. Il y a beacoup d'animaux appellésCham-lou qui sont des espéces de cerfs sans cornes & sans queue, cipale occupation de ces peuples est la chasse & la pêche. Ils prennent des zibelines. Ils s'habillent de fon, & se font des bonnets de la peau d'un animal appelé Hou-ho qui dort beaucoup & qui ressemble au renard.

A mille li vers le nord , aux environs de la montagne Hou-pou-chan, on trouve les Po-che-goei qui sont beaucoup plus nombreux que les précédens. On ignore le nombre de leurs Hordes. Leurs maisons sont faites d'écorces d'arbres. Ils ont les mêmes mæurs que les Che-goei du nord.

De chez enx, après 4 jours de marche, on arrive chez les Chin-mo-tan-che-goei , ainsi nommés à cause du fleuve Chin-mo-tan. Les cayernes font leurs demeures pendant l'hyver.

De-là,à plusieurs mille li vers le nord-ouest, on vient chez les grands Che-goei à travers des chemins fâcheux. On ne connoît point la langue de ces peuples. On trouve chez eux beaucoup de zibelines & de fouris noires. De tous ces peuples, les plus voisins de la Chine font à 3500 li à l'orient de Lieou-tching-kiun , & les plus éloignés à 6200 li. Lieou: tching est appellé aujourd'hui Tchang-li-hien dans le nord de la province de Peking. Ces Che-goei sont les Tongouses d'aujourd'hui , ainsi nommés à cause des cochons dont

« AnteriorContinuar »