Imágenes de páginas
PDF
EPUB

des pays

d'Ascatancæ , probablement les montagnes d’Uzkand ou Uzkend , habitent des Scythes du même nom. Les premiers ou les Anaræi sont au dessous des Alanorfi, & les Afcatancæ sont à l'orient des monts Tapurii , & s'étendent jufqu'au mont Imaus.

Au sud du Jaxartes vers son embouchure près des monts Oxii sont les Ariacæ proche le Jaxartes. Au dessous les Namaftæ , ensuite les Sagaraucæ, & proche l’Oxus les Rhibii chez lesquels est la ville de Davaba.

II. La Sarmatie Asiatique. Il est inutile de m'étendre beaucoup sur cette contrée que je fais répondre au Yen-tçai des Chinois. Elle étoit bornée à l'occident par le Tanais au nord par inconnus, au midi

par

l'Yberie & la Colchide, & à l'orient par la mer Caspienne & le Volga.

III. Le pays des Saces, suivant la Description que Ptolemée en fait , répond parfaitement à ce que les Chinois

aps pellent Ta-uon. A l'occident il est terminé par la Sogdiane, au nord par la Scythie , à l'orient encore par la Scythie , au midi par le mont Ímaus qui est à Kaschgar. Les habitans font Nomades, & ils n'ont point de villes. Les peuples qui demeurent le long du Jaxartes se nomment Caratæ & Comari, au dessus sont les Comedæ , aux montagnes d'Uzkend les Massagetes ; ceux qui sont entre , sont les Grynæi & les Toornæ , & au dessous proche l'Imaus, les Byltæ.

IV. La Sogdiane , la Bactriane & les environs repondent aux pays de Ki-pin & de Ta-yue-chi (a).

Aujourd'hui tous les vastes pays que je viens de parcourir, & connus sous le nom de grande Tartarie sont habités Calmouks ou Mogols qui gardent toujours les mæurs de leurs ancêtres. Occupés uniquement à conduire leurs troupeaux, ils sont divisés en trois principales branches , les Calmouks Dzongars , dont le Khan appellé Kontaisch habite près du lac Saissan & la riviere d’Ili : les Calinouks Coschots qui occupent le Tangout & le Tibet, & enfin les Calmouks

par les

(a) La Bactrianne à ce que l'on prétend est ainsi nommée du mot Bakheer , qui dans la langue des Perles, fignifie l'Orient, parce que cette province est fituée à l'orient de la Perse, & c'est par la même raison que l'Oxus a été nommé Bactrus par les Anciens.

midi,& par

Torgauts qui habitent dans les plaines aux environs du
Jaick. A l'orient de tous ces Calmouks sont les Tartares
connus sous le nom de Man-tcheou.
La Siberie est peuplée par plusieurs Hordes venues du

d'autres peuples dont l'origine est inconnue.Tels sont les Tongous, les Vogoulitz, les Samogedes , les Oftiaks & plusieurs autres dont j'aurai occasion de parler dans la suite de cet ouvrage.

Dans la partie occidentale de la grande Tartarie & de la Siberie on trouve plusieurs Nations Tartares qui on embrassé le Mahometisme. On les divise en plusieurs branches.

1. Les Tartares Uzbeks qui habitent au nord-est de la Perse entre le Kharisme & les Etats du Mogol.

2. Les Tartares de Chiva aussi appellés Uzbeks qui demeurent dans le Kharisme aux environs des embouchures des rivieres Amou & Khesil.

3. Les Cara-calpaks qui habitent près de la riviere de Sirr au nord de ceux de Chiva & à l'eft de la mer Caspienne.

4. Les Tartares de la Casatchia Orda qui habitent aux environs de la riviere de Jemba au nord-est de la mer Carpienne.

s. Les Tartares de Nogai qui habitent entre le Volga & le Jaïck au nord de la mer Caspienne.

6. Les Tartares Baschkirs qui habitent vers le pied des montagnes des aigles , à l'est du Volga.

. 7. Les Tartares d'Uffa qui habitent dans le Royaume de Casan au nord des Baschkirs.

8. Les Tartares de Crimée qui habitent dans la presqu'Ille du même noin au nord de la Mer noire.

9. Ajoutons à cela les Tartares de Budziak qui habitent entre le Borysthenes & le Danube, les Tartares Koubans qui habitent proche la riviere de même nom.

Les Circalles qui sont au nord de la Georgie, & les Daghestans à l'ouest de la mer Caspienne.

Dans la suite de cet ouvrage ou trouvera les mæurs de tous ces différens peuples que les anciens ont connus sous le nom de Scythes. Ils sont en général habiles à tirer de l'arc , & sont plus redoutables lorsqu'ils prennent la fuite que lorsqu'ils attendent de pied ferme. Dans ces feintes déroutes ils s'arrêtent de tems en tems pour faire des décharges sur l'ennemi qui peu accoutumé à cette maniere de combattre est souvent vaincu. Ils sont grands cavaliers,

les chevaux font toutes leurs richesses , & les cavales leur sont d'une aussi grande utilité que les vaches parmi nous. Ils en boivent le lait dont ils font différentes boissons, quelques-unes très-fortes & capables d'enivrer, Ils en mangent la chair ainsi que celle de mouton. Ils ont recours aux cavales , parce que les vaches ne se laissent pas traire aussi-tôt qu'on a ôté le veau.

Tous ces Tartares s'enivrent jusqu'à perdre la raison ; ceux qui suivent la religion de Mahomet sont plus retenus. Les préceptes de l'Alcoran à cet égard ont assez de force dans leur esprit , mais ils se dédominagent sur le tabac. Ils fument d'une maniere si étrange que la fumée qu'ils avallent les fait tomber dans des convulsions

capables de faire périr les plus robustes, mais qui leurs deviennent falutaires à cause des mauvaises nourritures qu'elles leur font rejetter.

Dispersés dans les campagnes sous leurs tentes , ils sont tous divisés par Tribus qui ont chacune leur chef, & chacun connoît sa tribu par une tradition qui se conserve dans sa famille. Ils sont grands voleurs , grands inagiciens, ou au moins sont-ils bien-aise qu'on le croye. Ce que nous disons ici regarde les Tartares en général ; ailleurs nous donnerops les détails qui appartiennent à chacun des s peus ples qui ont porté ce nom.

و

Fin de la Description.

HISTOIRE

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

LI V R E P R E MI E R.

HISTOIRE

DES ANCIENS

HUNS.

[ocr errors]

'ORIGINE des Huns dont j'entreprens de donner l'Histoire va se perdre dans les siécles les plus reculés de l'Antiquité. Les seuls monumens Chinois nous laissent entrevoir de tems

en tems quelques vestiges de cette nation barbare , qui servent à former une chaîne , à la faveur de laquelle on remonte insensiblement jusques aux tems voisins de la dispersion générale des Peuples. Au-delà du déluge universel tout est inconnu aux Chinois , de même qu'aux Nations qui se font le plus attachées à conserver leur Hiftoire. Moyse seul nous a rapporté en peu de mots la suite des générations qui ont précédé le déluge : & c'est une Tome 1.

А

« AnteriorContinuar »