Imágenes de páginas
PDF
EPUB

gieuse. Ils l'avalent comme l'eau: ils ne se tiennent point chargés de ce poids fi effroyable, qui leur attirera un jour le poids de toute la justice de Dieu, s'ils ne s'en délivrent par la croix

de Jesus-Christ, qui en est l'unique remede.

III. Il nous y apprend ce que mérite l'homme pécheur, & à quoi il s’est'obligé par son peché. Jesus-Christ est dépouillé de toutes les choses du monde, pour montrer que le pécheur a perdu tout droit à la jouissance & à la possession des créatures: que lorsqu'il en est privé, il n'est réduit qu'à l'écat qui lui convient. JesusChrist est sur la croix dans un état d'une effroyable ignominie, l'objet des infultes des Juifs & des payens, rabaissé all dernier rang des hommes , qui est celui des esclaves que l'on punit pour leurs crimes: & cela 110us apprend qu'en qualité de pécheurs, il n'y a point d'ignoninies que nous n'aiyons méritées par notre révolte contre Dieu. De sorte que toutes celles qu'on nous peut faire fouffrir en ce moride, sont infiniment au- deflous de celles qui nous sont dûes. Il nous apprend encore que la jouillance injnste des créatures, & la recherche des plaisirs illegitimes n'en méritent pas seulement la pri: yation, mais méritent de plus la douleur

[ocr errors]

& les tourmens ; qu’ainsi les tourmens les douleurs du corps font du partage des pécheurs ; que Jelus-Chriit'les a bien voulu souffrir

pour nous, non pour nous
en acquerir une exemtion totale en cet-
te vie, mais pour nous délivrer des éter-
nels, dont la grandeur nous doit faire
compter pour peu de chose tout ce que
Dieui nous laisse à fouffrir en ce monde
ci.
333213313323
SUITE DU MESME SUJETA

I.
M Ais Jesus ne nous apprend pas

seulement par la croix, que nous méritons ce qu'il a voulu souffrir, & que l'amour de la justice nous doit faire ai mer la privation des créatures , l'ignomi. nie & la douleur : il nous apprend de plus que ces trois objets fi contraires aux inclinations de la nature sont les vrais remedes de nos maux. Notre maladie confiste à nous attacher à la pofleffion des créatures. Le remede est de nous en pri. ver, & de nous réduire à cette nudité qui paroît en Jesus-Christ crucifié. Elle conGiste dans l'amour du plaisir. Jesus-Christ crucifié nous apprend que c'est par une moreification doulourense qu'il en faut

gucrir

. Elle consiste enfin dans la recherche des vains honneurs & de la vaine approbation des hommes: & c'est par les ignominies & les affronts que nous en pouvons être délivrés. Ainsi Jesus-Christ nous fait voir que la croix est notre vrai bien , & que quelque affreuse qu'elle nous paroisse, elle contient les uniques remedes de nos maux, d'autant plus que n'étant que passagere, elle nous dé ive des maux éternels. Le dépouillemen:p.1. sager des créatures est le remede de la pauvreté éternelle où les dannés sero:it réduits. Les douleurs passageres remedient aux douleurs éternelles : & l'ignos minie qui ne dure qu'un moment, remedie à la confusion des réprouvés qui ne finira jamais. AinG la croix est en ma. me-tems le remede de nos palfions préseni. tes, &de nos maux futurs : & fielle nous paroît dure & pesante par la contrariété qu'elle a avec nos passions, qui sont nos maladies, elle nous doit paroître douce & légere par les maux dont elle seule nous peut délivrer.

II. Jesus-Christ étoit crucifié à l'égard des méchans : c'est à dire, qu'il étoit pour eux un objet d'horreur : mnais les méchans étoient aussi crucifiés à l'égard de Jesus-Chrift:c'est--dire , qu'il ne voyoit

eli eux qu'une effroyable misere à l'égard de laquelle la sienne lui paroisloit peu considerable. C'est aussi ce qui faisoit dire à saint Paul, qu'il étoit crucifié au mon. Ga!. 6, de, e le monde à lui. La vie de faint Paul 14. étoit pour le monde un objet d'horreur & de mépris : & la vie du monde étoit anslı pour saint Paul un objet de mépris & d'horreur. C'est la vraie disposition que nous devons apprendre de la croix de Jesus-Christ. Il ne faut pas seulemene qu'elle nous rende aimable la privation des plaisirs & des honneurs , & des autres biens de ce monde: il faut qu'elle nous rende horrible & méprilable la vie du monde , qui consiste toute dans la re. cherche de ces biens. De quelques maux dont un Chrétien puisse être accablé, il se doit croire mille fois plus heureux que ceux qui menent une vie d'orgueil, de luxe & de delices. Ce qui passe pour la souveraine félicité à l'égard des gens du monde,lui doit paroître le souverain malheur:& c'est au pié de la croix qu'il doit apprendre à en porter ce jugement.

III. Jesus-Christ sur la croix n'y est point abattu & vaincu par ses ennemis, c'est aucontraire le champ de la victoire & de fon triomphe : c'est-là qu'il furmonte le diable & le monde : inais c'est-là en mê

nie-tems qu'il nous apprend en quoi doit conGfter la victoire d'un Chrétien. Lá victoire de Jeluis-Christ est toute invisi. ble. Il n'en paroît rien aux sens qui n'y découvrent qu'un homme qui fuccombe sous les efforts de les ennemis. Il ne faut pas de même qu’uin Chrétien aspire à des victoires visibles, ni qu'il pretende que Dicule doive délivrer dans ce monde de ses maux, & lui donner l'avantage fut ses ennemis. Sa victoire consiste à souffrir jusqu'à la mort, quelque effort qu'on falle pour lui faire abandonner la justice. Voilà la victoire de la foi, victoire invifi. ble aus senis, inais très-réelle & très-effe&tive : c'est celle qui convient à tous les

élus, & dont un Apôtre dit : Tous ceux 1.Joan. qui sont nés de Dieu

font victorieux du mon, de ; a cette victoire par laquelle le monda eft vaincu est l'effet de notre foi. 张 光影器業第 SUITE DU MESME SUJET.

1.

M Ais entre tous les differens devoirs

dont Jesus-Christ nous inftruit par sa croix, il n'y en a point qu'il nous marque d'une maniere plus exprefle que celu de la charité que nous devons à Dieu;

« AnteriorContinuar »