Imágenes de páginas
PDF
EPUB

L. de Na a

par la grace de Dieu, Roi de France les Gens tenans nos Cours de Parlements, Maître des Requêtes ordinaire de notre Hôtel , grand Confeil, Prevôt de Paris, Baillifs , Sénéchaux, leurs Lieutenants Civils & autres nos Justiciers qu'il appartiendra, SALUT: Nôtre bien amé PIERRE SIMON , seul Imprimeur de notre Clergé de France, de notre Cour de Parlement & de notre grand Conseil; Nous ayant fait supplier de lui accorder nos Lettres de permission , pour l'impression d'une Dissertation sur la cause es la nature du Tonnerre e des Eclairs, par le Pere de Lozeran du Fesc, offrant pour cet effet de l'imprimer ou faire im primer en bon papier & beaux caracteres , suivant la feüille imprimée & artachée pour modele sous le contre-sçel des presentes, Nous lui avons permis & permettons par ces présentes , d'imprimer ou faire imprimer ledit livre , conjointement ou separément, & autant de fois que,

bon lui femblera , sur papier & caracteres conforme à ladite feüille imprimée & attachée sous notredit contree scel, & de le vendre , faire vendre & débiter par tout notre Royaume, pendant le temps de trois années consecutives, à compter du jour de la date desdites présentes ; faisons défenses à tous Imprimeurs , Libraires, & autres personnes de quelque qualité & condition qu'elles soient, d'en introduire d'impresion étrangere dans aucun lieu de notre obéissance ; à la charge que ces présentes seront enregiftrées tout au - long , sur le registre de la Communauté des Imprimeurs & Libraires de Paris , dans trois mois de la date d'icelles ; que l'impression de ce liyre fera faite dans notre

Royaume & non ailleurs, & que l'impétrane se conformera en tout aux Reglemens de la Librai. rie & notamment à celui du dixiéme Avril 1725, & qu'avant que de l'exposer en vente , le manuscrit ou imprimé qui aura fervi de copie : l'impreffion dudit livre, Tera remis dans le même état où l'approbation y aura été donnée, est mains de notre très-cher & fealChevalier Garde des Sceaux de France, le sieur Fleuriau D'Armenonville, Commandeur de nos Ordres , & qu'il en sera ensuite remis deux exemplaires dans notre Bibliotheque publique, un dans celle de notre Château du Louyre , & un dans celle de notre très-cher & feal Chevalier Garde des Sceaux de France, le Sieur Fleuriau D'Armenonville , Commandeur de nos Ordres, le tout à peine de nullité des présentes , du contenu desquelles vous mandons & enjoignons de faire joüir l'exposant ou ses ayans cause , pleinement & paisiblement, sans souffrir qu'il leur soit fait aucun trouble ou empêchement, Voulons qu'à la copie desdites présentes qui sera imprimée tout au-long, au commencement ou à la fin dudit livre , foi soit ajoûtée comme à l'original. Commandons au premier notre Huissier ou Sergent , de faire pour

l'exécution d'icelles tous actes requis & nécessaires fans demander autre permission, & nonobstant clameur de Haro Chartre , Noimande & Lettre à ce contraires ; car tel est notre plaisir. Donne' à Paris le dixiéme jour du mois d'Avril, l'an de grace mil sept cent vingt-sept, & de notre Regne le douziéme. Par le Roy en son Conseil. CARPOT.

[ocr errors]

Registré sur le Registre VI. de la Chambre Royale des Libraires de Imprimeurs de Pe

ris, No: 638. fol. 513. conformément auge anciens Reglemens, confirmez par celui du 28. Fevrier 1723. A Paris le deuxième may mil rept cent vingt-sept.

BRUNET, Syndic.

1

DISSERTATION

[ocr errors]

DISSERTATION : SUR LA NATURE, LES CAUSES ET LES EFFETS DU TONNERRE. :

L n'y a gueres de meteore plus difficile à expliquer que

le Tonnerre. Sa nature & Tes JO

causes sont très cachées , &

les effets qu'il produit , seule ressource pour découvrir ce mistere , sont en li grand nombre , si variez , & en même temps si prompts, qu'ils paroissent plus propres à donner de l'embarras , qu'à fournir des ouvertures pour l'explication du Phenomene ; aussi est-ce un écueil où presque tous les Physiciens ont échoué, mulle part ils ne paroissent moins intelligens dans la connoissance de la nature.

А

Je hasarderai pourtant les pensées qui me sont venuës sur cette matiere, je n'ose me flåter d'avoir trouvé le veritable Mechanis. me de la nature en ce point; mais je m'alfure d'avoir trouvé le vrai-semblable , peut être au moins la nouvelle route que je vais ouvrir aux Physiciens leur fournira des facilitez , qu'ils n'avoient point eûës jus qu'ici, pour trouver la veritable explication de ce terrible meteore, s'ils ne jugent pas que je l'aye de ja trouvée.

Lorsque j'envisage cette matiere ; je vois bien que je ne puis pas découvrir la nature du Tonnerre par l'analyse de la matiere quilecompose,&l'examen détaillé des principes qu'elle donne: le Tonnerre frappe à la verité les yeux par sa lumiere brillante & les oreilles par le bruit effroyable qu'il fait, mais il est si rare de lui survivre quand on le voit de près, & alors même on le voit avec tant de danger & d'effroi, qu'on ne sçauroit l'examiner, quand même il ne fe dissiperoit pas avec tant de promptitude ; on ne peut en découvrir quelque chose que par l'examen des principales circonstances qui l'acompagnent, & de ce qu'il y a de plus ordinaire dans ses effets. Or tout le monde sçait que les principales circonstanees font qu'il est communement précedé d'un éclair très vif & très prompt, & pref. que toûjours accompagné d'une groffe pluse

« AnteriorContinuar »