Histoire de l'abbé de Rancé et de sa réforme, Volumen1

Portada
Poussielgue Frères, 1869

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 120 - ... converti, jeté dans la retraite, et de là dans l'ordre de SaintBernard et dans sa réforme. Il n'ya rien de vrai en cela, mais seulement des choses qui ont donné cours à cette fiction. Je l'ai demandé franchement à M.
Página 421 - ... je vous fais cette lettre pour vous dire que mon intention est qu'aussitôt que vous l'aurez reçue...
Página 550 - Si M. l'Abbé de la Trappe vous a imputé, comme vous le dites, un sentiment que vous n'avez pas, vous-même vous ne croyez pas qu'il l'ait fait dans le dessein de vous nuire; et tout au plus il se pourroit faire qu'il auroit mal pris votre pensée : erreur qui, après tout, est fort excusable. « Les paroles fortes et rudes dont...
Página 550 - Sans juger ce qu'il ya ici de personnel, il ya sujet de louer Dieu de ce que vous et M. l'Abbé êtes d'accord dans le fond, puisqu'il convient que les corrections fondées sur le mensonge n'ont point de lieu parmi les Chrétiens, et que vous avouez aussi qu'on ne peut avec raison rejeter celles qui se fondent sur des fautes présumées par quelque apparence. « Ainsi la vérité ne souffre point dans votre contestation, et il me semble aussi, Monsieur, jusqu'ici que la charité n'y est point blessée.
Página 575 - ... vrir mon cœur touchant les bruits qu'on ne se lasse point « de répandre sur mon sujet, et auxquels, par la grâce de « Dieu, je n'ai jamais donné aucun fondement légitime « par ma conduite. Je ne vous en parle pas pour votre
Página 121 - Bossuet connaissait-il ce que l'on racontait de Mme de Montbazon ? faisait-il allusion à la tête de cette femme, en envoyant deux autres têtes s'entretenir avec elle ? La sorte de plaisanterie formidable qu'il se permet ne semble-t-elle pas avoir des rapports avec la légèreté de la première vie de Rancé et la sévérité de sa seconde vie ? On prétend qu'on montrait à la Trappe la tête de...
Página 223 - ... courbées : les parloirs servaient d'écuries. Le réfectoire n'en avait plus que le nom. Les moines et les séculiers s'y assemblaient pour jouer à la boule lorsque la chaleur et le mauvais temps ne leur permettaient pas de jouer au dehors.
Página 118 - ... heure, au lieu des douceurs dont il croyait aller jouir, il y vit pour premier objet un cercueil qu'il jugea être celui de sa maîtresse en remarquant sa tête toute sanglante, qui était par hasard tombée de dessous le drap dont on l'avait couverte...
Página 170 - ... notre bonheur, mais l'innocence des mœurs, la simplicité et la modération des désirs, la privation des choses dont on se peut passer, la soumission à la volonté de Dieu, l'amour et l'estime de l'état dans lequel il a plu à Dieu de nous mettre.
Página 234 - 11 est vrai, je suis prêtre, mais j'ai vécu jusques ici d'une manière indigne de mon caractère ; je suis docteur, mais je ne sais pas l'alphabet du christianisme ; je fais quelque figure dans le monde, mais j'ai été semblable à ces bornes qui montrent les chemins aux voyageurs et qui ne se remuent jamais. » L'abbé de Prières fut vaincu.

Información bibliográfica