Imágenes de páginas
PDF
EPUB

- 1

12

on d'autres endroits de la Grece. Les Callistes, ainsi nommées
parce que les femmes s'y disputoient le prix de la beauté,
étoient particulieres à l'Ine de Lesbos. Les Carnées , dont
parlent Herodote (1) & Thucydide (2), se celebroient sur- (1) Liv..
tout chez les Lacedemoniens , en l'honneur d'Apollon Car- (2) Liv.se
néen ; & les Caries en l'honneur de Diane , surnommée Ca-
riatis. Les Charities étoient la Fête des Graces. Les Cissotonies,
ainsi nommées du lierre qu'on portoit à cette Fêre, instituée
en l'honneur d'Hebé, Déesse de la jeunesse. Les Corées étoient
la Fête de Proferpine , nommée Coré. Les Corybantiques
étoient celebrées dans l'Isle de Crete , en l'honneur des Co-
rybantes, dont nous parlerons en son lieu. Les Chronies, cele-
brées à Athenes à l'honneur de Saturne, étoient à

peu près
les mêmes que les Saturnales des Romains. Cynophoris éroit
une Fête d'Argos celebrée aux jours caniculaires , pendant
laquelle on tuoit tous les chiens; ce qui donna le nom à cette
Solemnité.

Dades, Fête qui prenoit son nom des torches (3) qu'on y (3) drids. allumoit, durant trois jours : le premier étoit en memoire des douleurs de Latone lorsqu'elle accoucha d'Apollon ; le second étoit pour honorer la naissance de Glycon , & des Dieux ; & le troisiéme en faveur des noces de Podalirius & de la mere d'Alexandre. Les Dedales dont parle au long Pausanias (4), étoient de deux fortes : les petites, que les Pla- (1) fa Beot, téens celebroient tous les ans; & les grandes, qui n'étoient celebrées que tous les foixante ans , en memoire de l'exil des Platéens, qui avoit duré un pareil nombre d'années. Les Argiens avoient une Fête nommée Daulis, pour renouveller le souvenir du combat de Protus contre Acrisius. A Egine étoit la Fête nommée Delphinie , en l'honneur d'Apollon de Delphes. Les Delies devoient leur origine à Thesée , lorsqu'à son retour de Crete, il plaça dans un Temple la Statue de Venus, qu'Ariadne lui avoit donnée.

Les Ephesties étoient des Fêtes de Vulcain , où trois jeunes garçons portant des torches allumées, couroient de toute leur force, & celui qui atteignoit le but le premier sans avoir éteint sa torche, gagnoit le prix destiné à cette course. Les Ephestries, qu'on celebroit à Thebes , ayoient quelque chose Tome 1.

Nn

[ocr errors]

de bien fingulier. On habilloit le Devin Tiresias en femme, puis on le deshabilloit , & on lui donnoit un autre habit, pour marquer qu'il avoit change de sexe, comme nous le dirons dans son histoire ; & comme Ephestrie fignifie une forte d'habit, une espece de surtout, ce mot devint celui de la Fête.

Il arrivoit souvent aulli que les Fêres des Grecs tiroient leur nom du lieu où elles étoient celebrées. Les Gerefties, Fêtes de Neptune, étoient ainsi nommées de Gerefte, bourg de l'Eubée. Les Ithomées , pendant lesquels les Musiciens jouoient à l'envi de leurs instrumens, en l'honneur de Jupiter, tiroient leur nom d'un lieu nommé Ithome. Les Geronthées, Fêtes du Dieu Mars, du lieu appellé Gerenthé, ainsi de plusieurs autres.

Quelquefois elles prenoient leur nom de la chose qu’on y offroit aux Dieux. Les Hecatombées, étoient ainsi appellées, parce qu'on y immoloit cent bæufs. Les Galexies, Fêtes d'Apollon , parce qu’on offroit à ce Dieu une bouillie d'orge & de lait. Les Hecatonphonies , marquoient chez les Lacedemoniens qu'ils avoient tué cent de leurs ennemis. Les Elaphobolies , dans laquelle on immoloit à Athenes des cerfs à Diane, parce que ce mot signifie que cette Déesse les tuoit à la chasse.

Plus fouvent encore des Dieux ou des Heros en l'honneur desquels elles étoient instituées ; ainsi on voit bien, sans qu'il foit besoin de s'étendre fur ce fujet, que les Heraclées étoient les Fêtes d'Hercule, les Hermées, les Fêtes de Mercure ; les Hyacinthinées, la folemnité ou le deuil que les Lacedemoniens celebroient en l'honneur d'Hyacinthe. Les Eumenides, les Fêtes des Furies : les Erotides , celles de l'Amour, ou de Cupidon ; c'étoient les Thespiens qui celebroient cette Fête: les Tolées, celles d'Iolaus, compagnon d'Hercule : les Ijées, celles d'Isis. Les Leonidées, celles de Leonidas. Les Inoées celles d’Ino. Les Limnarides , celles de Diane furnommée Limnaris. Les Linies, celles de Linus. Les Lycurgies, celles de Lycurgue. Les Musées, celles des Mufes. Les Pelopies, étoient les Fêtes de Pelops ; les Pausanies, celles de Pausanias, Roi de Sparte: les Promethées, celles de Promethée. Les Protesolées, celles de ce Protesilas qui fut tué sur le rivage de Troye,

[ocr errors]

autres.

Les Posidonies, celle de Neptune , furnommé par les Grecs
Poseidon. Les Titanies, celles des Titans; les Trophonies, celles
de Trophonius. Les Theféides, celles de Thesée; les Diocléi-
des, celles du Heros Dioclès, sans parler d'une infinité d'autres.

Enfin elles prenoient leur dénomination des surnoms des
Dieux ; comme les Eleutheries , de Jupiter Eleutherien, ou
Liberateur ; les Dyktinnies , de Diane Dyktinne, & plusieurs

Voici deux Fêtes qui demandent un peu plus de détail. La
premiere étoit les Daphnephories, qui se celebroient tous les
neufs ans. On mettoit un Globe de cuivre sur une branche
d'Olivier, duquel pendoient plusieurs autres perits Globes : le
premier designoit le Soleil, ou Apollon; le second, un peu
plus petit, designoit la Lune; & les autres, les Etoiles. Les
couronnes qui environnoient ces Globes , marquoient les jours
de l'année. Cette branche ainsi ornée étoit portée en pompe
par un jeune homme, qui tenoit aussi en main une branche
de laurier , & pour cela étoit nommé Daphnephore. Ce jeune
homme, choisi parmi les meilleures familles, devoit être bien
fait, fort & robuste, comme nous l'apprend Pausanias (1). La (1) In Beot.
seconde étoit la Fête de la flagellation, nommée Diamastigote
par les Grecs. Tertullien qui en parle, dit qu'à Lacedemone,
où cette Fête éroit celebrée, les jeunes enfans de la premiere
Noblesse, se tenoient devant l'Autel , où en presence de leurs
parens ils étoient fouettés avec tant de cruauté, que quelque-
fois ils en mouroient, & cela sans se plaindre, ni donner la
moindre marque d'impatience : ceux qui étoient les victimes
de cette barbarie , étoient couronnés avant que d'être mis en
terre. Dans la suite on se contentoit de fuftiger ces jeunes
gens , jusqu'au premier sang. Pendant la ceremonie le Prêtre
tenoit à la main une Statue de Diane , très-legere ; mais qu'il
disoit s'appesantir lorsqu'on se relâchoit durant cette operation.

Les Dionysiaques étoient aussi des Fêtes celebres, non seulement à Athenes, mais aussi dans toute la Grece; leur nom marque assez qu'elles étoient instituées en l'honneur de Bacchus, nommé Dionysus. Elles se divisoient en grandes , en petites, en anciennes & en nouvelles ; & chacune avoit des fingularités qui les distinguoient : dans toutes , regnoient la

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

licence & la debauche. Če Dieu avoit aussi plusieurs autres
Fêtes, comme, les Triéterides, ainsi nommées parce qu'on
les celebroit tous les trois ans ; on les appelloit à Rome les
Triennales, pour

, pour la même raison.
Le jour de la Dedicace de chaque Temple, étoit celebré
par une Fête particuliere , qu'on nommoit les Enceries. Les
quatre Saisons de l'année avoient aussi leurs Fêtes, qu'on nom-
moit Horées, du nom grec des Saisons, d'ego ; & dans cha-
cune de ces Fêtes on faifoit un repas folemnel des fruits de la
terre. A chaque nouvelle Lune le faisoient les Fêtes nom-
mées Neomenies. Les Fêtes des morts, étoient appellées les
Nemisées, parce qu'on croyoit que la Déesse Nemesis prenoit
soin d'eux. Au mois de Janvier, étoit la Fête des noces, cele-
brée en l'honneur de Junon Gamelia , qui presidoit aux ma-
riages. C'est de cette Fête que le mois auquel elle se cele-
broit, a pris le nom de Gamelion.

La Fête des Lampes se celebroit trois fois l'an. La premiere
s'appelloit Athenée , la seconde Hepheftiée ou Vulcanie, & la
troisiéme Promethée. La ceremonie consiftoit fuc-tout à allumer
des Lampes pendant la nuit. Celle qu’on celebroit à Pellene
en l'honneur de Bacchus, & dans laquelle on allumoit aussi
des Lampes,

étoit nommée les Lampteries. Les Egyptiens du temps des Ptolemées, avoient une Fête qu'on nommoit la Enophorie , parce que ceux qui devoient assister au feftin qu'on faisoit dans le temps de cette Fête, portoient à la main des bouteilles de vin. Les Pelories , celebrées par les Thessaliens , & instituées par Pelorus , avoient beaucoup de rapport avec les Saturnales : les maîtres y seryoient leurs valets à table, comme dans les Chronies celebrées à Athenes en l'honneur de Chronos ou Saturne. Les Sabasies étoient des Fêtes nocturnes en l'honneur de Jupiter Sabasien, ou de Bacchus qui avoit le même surnom ; nous examinerons ce que ce mot signifioit, dans l'histoire des mysteres de Mithras. Les Thargelies, Fête qui donna son nom au mois Thargelion, qui repond à notre mois d'Avril, étoient distinguées des autres par le Sacrifice de deux hommes, ou d'un homme & d'une femme, qu'on avoit soin d'engraisser auparavant. Les Plynteries étoient des jours de Fête de Minerye, qu'on croyoit malheureux, &

[ocr errors]
[ocr errors]

!

alors, par

pendant lesquels , selon Xenophon, on fermoit les Temples de cette Déesse. Il étoit défendu expressement de travailler à quelqu'ouvrage que ce füt , pendant les jours que devoit durer cette Fête, inême en cas de necessité. Il étoit permis

, par la Loy de Solon, de jurer par les trois noms de Jupiter, propice, expiateur, & défenseur.

Telles étoient les principales Fêtes des Grecs : celles dont je n'ai point fait mention, sont reservées pour l'histoire des Dieux ou des Heros', dont je parlerai dans la suite. Ainsi on trouvera la description des Panathenées & des Pan-Hellenies dans l'Histoire de Minerve ; les Olympies dans la description de ces Jeux ; les Leontiques dans les myfteres de Mithras, dont elles faisoient partie ; les Eléusines , & Thelmophories , dans l'histoire de Cerès ; les fêtes Egyptiennes , à la suite de l'article d'Oliris , &c. Le Calendrier Romain étoit encore plus chargé de Fêtes

Fêtes des que celui des Grecs (a), puisqu'outre celles qu'ils en avoient empruntées, ils en avoient institué plusieurs inconnues aux autres Peuples : commençons par celles qu'ils avoient prises des Grecs.

Romains,

Comme ceux-ci celebroient les Chronies en l'honneur de Saturne, les Romains avoient leurs Saturnales qui furent cele brées

pour la premiere fois , au mois de Decembre , lan de Rome 157. Pendant cette Fête, fi nous en croyons Accius, cité

par Macrobe, qui a décrit fort au long cette Fête (1), le (1) L. Sat. Senat ne s'assembloit point & les Ecoles publiques étoient “ 7. fermées. Tout le monde prenoit le bonnet nommé Pileus pour marque de la liberté, & des habits particuliers à cette Fête. On se régaloit; on s'envoyoit des presens; les Maîtres servoient les valets à table, & les traitoient magnifiquement : enfin tout respiroit la liberté, & rappelloit le souvenir du siécle d'or, pendant lequel Saturne avoit regné, & où tout étoit commun. Selon Macrobe que nous venons de citer cette Fête commençoit anciennement le 14. avant les Kalendes de Janvier ; mais lorsque Cesar eut ajoûté deux jours à ce mois, elle fut reculée au 16. La Fête nommée Jovialia , étoit la même

que (a) Voyez pour cet article Qvide, Rosinus ; Beger , & Demfpterus.

.

que celle

« AnteriorContinuar »