Imágenes de páginas
PDF
EPUB

cause

que les fix autres avoient été brûlés par celle qui les lui presentoit. Avant

que de finir cet article je crois qu'il est à propos d'inserer ici quelques-unes des prédictions des Sibylles : on jugera par-là, quel cas on doit faire du Recueil qui les contient: jeme servirai de la traduction Latine. Voici comme parle du Déluge celle de Perse, qui se dit fille de Noé:

Siquidem cum dilueretur
Mundus aquis , cum vir solus probus exuperavit
Quidam , quem per aquas vexit domus eruta sylvis ,
Et pecudes eye aves, rursum impleretur ut orbis.

Ejus ego nurus , ejus item de sanguine nata.
Et elle ajoute dans un autre endroit;

O avi sexti stirps prima, ó gaudia magna!
Quod fortita fui , postquam discrimina

mortis Effugi, jastata meo cum conjuge multùm , &c. Mais comme cette Sibylle n'est pas bien sûre de ce qu'elle dit d'elle-même, ou plûtôt comme le fourbe qui la fait parler s'est oublié lui-même en cet endroit, elle assure dans un autre endroit , qu'elle avoit essuié l'avanture des filles de Lot; & dans un autre encore, elle se dit Chrétienne:

Nos igitur fancta Christi de stirpe creati
Cælesti , nomen retinemus proximitatis.

comme si veritablement il y avoit eu des Chrétiens du temps de Noé ou de Lot.

Celle qu'on appelloit la Libyenne parle de la naissance miraculeuse de Jelus-Christ,& de ses miracles en ces termes :

Virgo hunc fancta dabit terris , gremioque fovebit.

Ille quidem morbis pressos Sanabit , & omnes.
Firmos reftituet lafos, &c.

Hoc opus ;

Ne croiroit-on pas entendre parler Isaïe & les Evangelistes?
Celle de Delphes en dit autant de la naissance du Sauveur.
Non tardè veniet, tacitâ sed mente tenendure

hoc memori femper qui corde reponet
Hujus pertentant cor gaudia magna Prophetæ
Eximii , qui Virgine conceptus ab alvo
Prodabit,

fine contactu maris, &c.
Puis oubliant qu'elle a parlé en veritable Prophete , elle re-
prend son langage Payen, & fait mention de ses galanteries
avec Apollon :

Quod

fuerim Phæbo grata , ferens pretium.
Celle de Cumes, aprés avoir parlé de l'Incarnation;

E cælo veniens mortales induit artus,
débite à l'avanture plusieurs prédi&tions, que les Romains lui
firent l'honneur de croire regarder leur Empire.

On trouve parmi les prédictions de la Sibylle Erythrée, des vers Acrostiches, qui commencent chacun par des lettres

qui forment ces mors , Jesus Christus, Dei Filius, Salvator. (1) De Civ. Ñoici ce qu'en dit faint Augustin (1), « La Sibylle Erythrée a

prophétité d'une maniere bien claire touchant Jesus-Christ : j'en avois déja vû une traduction, mais elle étoit très - infidele, lorsque Flavianus, Proconsul, homme très-sçavant,

me montra l'original grec , où étoit cette prédiction en » vers Acrostiches, dont chacun commençoit par une des » Lettres qui composent ces quatre mots Ino85 Xpisós, iš

La Sibylle de Samos , après avoir parlé de Dieu d'une maniere également sublime & orthodoxe, dit qu'il n'y a que lui qui merite d'être honoré.

Principium, finem, media omnia novit: ab ipsa
Omnia sunt : folus Deus eft, neque eft Deus alter

Dci. l. 18.

ao vios, o tipo

[ocr errors][merged small]

Illum igitur folum existentem colite opificem mundi ,

Qui folus è sæculo, & in fæculum fuit , est que futurus. Celle de Cumes en Ionie, parle de la Resurrection de JesusChrist, de la fin du monde & du feu qui doit le consumer; puis elle prédit la destruction de l'Empire d'Alexandre , sur les ruines duquel devoit être formée la puissance des Romains.

L'Hellespontine annonce fous Jesus - Christ un siécle aulli heureux que le siécle d'or tant chanté par les Poëtes, & parle de l'Eclipse qui devoit arriver à sa mort.

La Phrygienne prédit l'Annonciation, & la naissance de Jesus-Christ, conçu miraculeusement dans le sein d'une Vierge, fa Mort , sa Passion & fa Resurrection; & comme si elle avoit copié les Evangelistes, elle annonce qu'il fera voir ses pieds & les mains à ses Apôtres:

Tum Dominus linquet manes , lucemque reviset,
Prima resurgendi lectis vestigia monstrans.
Porrò fuis primim Dominus patefiet , eritque
Corporeus , ficut fuit ante , manufque pedesque

Oftendet, &c. A ces prédi&tions si claires & fi nettes, elle en joint d'autres sur les Idolâtres, qu'elle menace de la colere de Dieu, s'ils n'abandonnent le culte des Idoles. Elle voit le Jugement dernier , & Jesus-Christ sur un Trône, qui vient juger tous les hommes. Elle n'oublie pas même les lignes qui doivent préceder ce dernier jour , ni la trompette qui se fera entendre aux quatre coins du monde.

Enfin, celle de Tibur, ou Tivoli , parle aussi de la naissance de Jesus-Christ à Bethléem ; mais si celle de Cumes n'a prédit aux Romains que des prosperités, celle-ci menace Rome des plus grands malheurs ; & après avoir fait un portrait odieux de cette Ville , elle annonce la ruine prochaine.

Nunc Deus æternus disperdet teque tuosque ;

Nec super ulla tui in terra monumenta manebunt. L'Auteur de cette Collection , au lieu d'inserer tant de prédictions, que Dieu ne revela jamais à des filles Payennes,

Tome I.

Y Y.

[ocr errors]

auroit bien mieux caché ses fourberies, s'il y avoit mis plu-
sieurs Oracles qu'on trouve d'elles dans les Auteurs profanes;
mais il ne paroît pas qu'il les eût lus aussi exactement que
Gallæus, Pierre Petit, & quelques autres qui les ont recueillis:
un seul exemple que je vais rapporter d'après Pausanias, servira
à faire voir comme ils étoient conçus , & en même-temps

de quelle maniere on les appliquoit aux évenemens. a Philippe, (1) Ia Ach.

dit cet Auteur (1), ayant voulu donner bataille à Flaminius,
fut taillé en pieces , & n'obtint la paix qu'à condition qu'il

évacueroit toutes les places qu'il occupoit dans la Grece;
» encore cette paix, qui lui coûta bien cher , ne fut - elle

qu’un vain nom, puisqu'au fond il devint l'esclave des Ro» mains. Ainsi l'on vit arriver ce que la Sibylle , sans doute

inspirée d'en haut, avoit prédit long-temps auparavant, » que l'Empire de Macedoine après être parvenu à un » haut point de gloire sous Philippe fils d’Amyntas , tomo beroit en décadence & en ruine sous un autre Philip» pe; car l'Oracle qu'elle rendit étoit conçu en ces termes :

Macedoniens , qui vous vantez d'obeir à des Rois ilus des an-
os ciens Rois d'Argos, apprenez que deux Philippes feront tout
> votre bonheur de votre malheur. Le premier donnera des Mai-
» tres à de grandes Villes & à des Nations ; le second vaincu par

des peuples fortis de l'Occident & de l'Orient , vous perdra sans
resource, eu vous couvrira d'une honte éternelle. En effet,
ajoute Pausanias, les Romains par qui le Royaume de

Macedoine fut renversé, étoient au couchant de l'Europe,
» & ils furent secondés par Attalus Roi de Mylie, & par les

Mysiens qui étoient à l'Orient.
Il n'est

pas difficile de juger sur cet exemple, & sur plusieurs
autres que je pourtois rapporter , que la plậpart des prédic-
tions des Sibylles , qu'on trouve encore dans d'anciens Au.
teurs, avoient été faites après coup.

Les Sibylles avoient prédit encore plusieurs autres renversemens d’Empires , des tremblemens de terre, & d'autres

, que les Payens croyoient être arrivés conformement à leurs prédictions, comme je l'ai déja dit. Apparemment qu'elles avoient parlé en particulier de ce grand tremblement de terre qui" ébranla l'Ille de Rhodes jusques dans

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

malheurs, que

ز

ses fondemens , puisque l’Auteur que je viens de citer dit à
cette occasion (1), que la prédiction de la Sibylle ne se trouva (1) In Corint.
que trop accomplie.

ARTICLE V.
De quelle maniere les Sibylles rendoient leurs Oracles, de ce

qu'on doit penser de la longue vie qu'on leur attribuoit.
GALLÆUS dans sa treiziéme Dissertation sur les Sibylles,
explique dans un grand détail toutes les manieres dont lave-
nir
peut

être revelé aux hommes : il rapporte tous les passages de l'Ecriture Sainte, où il en est fait mention , & recherche avec soin dans quel sens on peut dire que le Demon peut le connoître & le reveler. Je n'ai pas dessein de le suivre dans des discussions qui me meneroient trop loin. Il faudroit avant toutes choses, prouver que les Sibylles ont fait de veritables prédictions , & établir qui les leur avoit revelées ; & l'un & l'autre de ces deux articles souffre de grandes difficultés. Rappellons ce que nous avons dit des Oracles, & appliquons-le aux Sibylles. Les Oracles étoient quelquefois rendus de vive voix, comme ceux de la Pythie de Delphes ; la Sibylle de Cumes en Italie, rendoit quelquefois les siens de la même maniere, puisqu'Helenus dit à Enée, en lui conseillant de la consulter quand il seroit arrivé en Italie, de la prier de ne point écrire ses prédictions sur des feuilles d'arbres, comme elle faisoit ordinairement ; mais de les lui apprendre d'une autre maniere ; ce qu’Enée execute à la lettre , lorsqu'il ya la consulter:

Foliis tantüm ne carmina manda ,
Ne turbata volent rapidis ludibria ventis ;
Ipfo canas oro (2).

(2) Æn. L. 6 La Pythie après avoir demeuré quelque temps sur le Trepied, entroit en fureur, & dans le transport qui l'agitoit elle rendoit ses Oracles ; la Sibylle étoit faisie de la même fureur , lorfquelle débitoit ses prédictions.

Sed pectus anhelum ;
Et rabie fera corda tument , majorque videri,

[ocr errors]

« AnteriorContinuar »