Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Au reste, si je ne dis rien dans ce Chapitre de la Religion de plusieurs autres Peuples d'Afrique, c'est qu'ils n'ont pas été connus des Anciens, & que ce n'est que

des anciennes Religions qu'il est question dans cette Mythologie. Les Voyageurs modernes qui parlent de l'Idolâttie presente de quelques-uns de ces Peuples, le font d'une maniere si peu instructive, qu'on n'apprend par leurs Relations, rien de certain touchant l'origine & le veritable objet du culte religieux de chacun des Peuples dont ils parlent. On voit en general que dans cette partie du monde il y a encore beaucoup

de Nations qui rendent un culte religieux à đe vaines Idoles de differentes especes : mais ces Idoles representent-elles des Etres animés, ou les Ancêtres de ces Idolâtres, comme chez quelques autres Peuples d'Afrique ? C'est ce que les Voyageurs ne disent

pas. Ainsi après avoir examiné ce que les Anciens nous ont laissé sur les Dieux des Egyptiens , & des Africains connus. de leur temps, voyons dans le Livre suivant ce qu'ils disent de ceux des Peuples d'Asie.

[merged small][ocr errors][ocr errors]
[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

000000000000000

[ocr errors]

L

[ocr errors]

ES Prophetes reprochoient souvent aux Ifraëlites d'avoir adoré les Dieux des Nations qui les environnoient, & c'est par ces reproches"là même, que nous connoissons plusieurs de ces Dieux, & que nous sommes en état de

nommer ceux des differens Peuples qui occupoient la Syrie & les Pays voisins. En effet, nous apprenons (1) C. 31. par la Genese (1) que les Theraphims étoient honorés

par

les (2) 46.

Chaldéens. Isaïe (2) met Bel parmi les Dieux des Babyloniens:

Jeremie (3) y ajoute Nebo & Sefak ; le quatrième Livre des (4) 4. 17. Rois (4) y joint encore Nefrok & Succot-Benoth. Le même

Livre nous apprend qu'Asima étoit le Dieu des Hemathiens ;
Adramelek & Anamelek, ceux de Sepharvaïm ; Nergel, celui

des Chutéens; Nibechan & Tartaq , ceux des Hivéens. Les (5) 2. Reg.s. Syriens en general adoroient Remmon (s), Baal-Gad (6) & (6) Jos. 2.

les Dieux des Montagnes (7), Dii montium sunt Dii eorum. (7) 3. Reg. 5.

Beel-Phegor étoit la grande Divinité des Madianites & des

(3) 57

Moabites (1): ces derniers adoroient encore Pheor , ou Chamos. (1) Num. 25.
Les Ammonites reconnoisloient pour leur Souverain Dieu
Molok (2), & les Sidoniens Astaroth , Qu Astarté (3).

(2) 3. Reg.
L’Idolâtrie des Philistins n'étoit pas uniforme dans les diffe- (3) 1. Reg. Er
rens cantons qu'ils habitoient , & quoiqu'Astaroth fût leur
premiere Divinité, ils en avoient cependant d'autres qui étoient
particuliers à chaque ville. En effet ceux d'Afoth adoroient
Dagon (4) ; ceux d'Ascalon, Derceto, ou Atergatis (5); ceux (4) 1. Reg,
d'Accaron, Beelzebut (6); ceux de Gaza , Marnach, ainsi que sic

(s) Diod. de nous l'apprenons de Bochart (7); enfin ceux de Byblos & (6) 4. Reg. leurs voisins, Adonis ou Thammus , dont le Prophete Ezechiel ":2; fait mention (8).

(7) Chan. L'Ecriture Sainte parle encore de plusieurs autres Dieux (8) Chap. 8. des Peuples voisins de la Judée, tels

que Kium (9), Beel

(9) Amos's Sephon (10), Baal-Berith (11), de ceux des habitans du 10) Ex 14. Mont Séir (12); en general de toutes les abominations qui (12) 2. Paral causerent la ruine des Amorrhéens. Tous ces Dieux, & d'au- c. 25. tres encore que je n'ai pas nommés, feront la matiere de ce Livre : commençons par ceux des Chaldéens.

L. 1.c. 16.

y. 4.

[ocr errors]

CHAPITRE I.

SPA

la

pays fut

Des Dieux des Chaldéens , & des Babyloniens.
I l'on ne peut pas determiner précisément où, & en quel
pays commença l'Idolâtrie, il est sûr du moins

que
Chaldée en fut infectée dès les premiers temps.

Ce habité lors même de la separation qui se fit à la confusion de Babel ; & Nemrot,, le premier Roi du monde , y établit sa Monarchie. Nous avons prouvé ailleurs que l'Idolâtrie commença par le culte des Aftres (13): or il est certain que les (73) Voyez les Chaldéens ont été les premiers à en observer les mouvemens; & dès-là il y a bien de l'apparence qu'ils leur ont les premiers rendu un culte religieux. C'est aussi dans le même pays que fut établi le culte du feu, & que prit naissance le Sabisme, la premiere Religion du monde Payen : la ville d'Or, ou Our , en étoit infectée du temps même d'Abraham, qui fut obligé

Liyre III

(1) Ibidem. den sortir, comme nous l'avons déja dit (1). On doit mettre

aussi au nombre de leurs plus anciennes Divinités les Theraphims , dont je parlerai dans la suite.

Telle fut la premiere Idolâtrie des Chaldéens : mais ils n'en demeurerent pas là. L'observation des Aftres les porta

à inventer l'Astrologie judiciaire, & en consequence, cette fatale necessité qui determine tout ce qui arrive dans le monde, ou cette espece de Fatum , qui porta le nom du pays même où il avoit été inventé; Fatum Chaldaïcum, ou, Mathematicum, De-là leur crédulité pour les Astrologues & pour les Devins qui les amusoient par leurs vaines prédictions, comme le leur reprochent les Prophetes (a).

Outre les Dieux naturels, tels que les Aftres, le feu, &c les Chaldéens avoient des Dieux animés, c'est-à-dire , leurs premiers Rois, & leurs grands Hommes. Babylone, capitale de la Chaldée, étoit la plus Idolâtre de toutes les Villes du monde : c'est l'idée qu'en donne l'Ecriture Sainte. Le Prophete

Jeremie la depeint d'un seul trait, en l'appellant une terre (2) Ch. so. d'Idoles , terra Sculptilium (2); & il y a beaucoup d'apparence

qu'elle avoit adopté la plûpart des Dieux de ses voisins, & jusqu'aux monstres de l'Egypte ; & in portentis gloriantur : ainfi ce que je dis dans ce Livre, des Dieux de l'Orient, devroit suffire pour l'intelligence du culte idolâtre de cette ville; mais comme elle avoit aussi quelques Dieux qui lui étoient particuJiers , je dois en parler en peu de mots.

Belus étoit sa grande Divinité, & rien n'étoit si magnifique ni si riche, que le Temple qu'il avoit à Babylone , comme nous l'avons dit. Mais ce Belus, étoit-il le même

que

Bel, (1) Æn. L. z. ou Baal ? Etoit-il celui dont Virgile fait mention (3); quam

Belus , & omnes à Belo soliti ? Etoit-il le fondateur & le premier Roi de Babylone ? C'est ce que j'examinerai dans le Tome II. à l’Article de Jupiter Belus.

Jeremie met au nombre des Dieux de cette Ville, Merodach. Annoncez ceci parmi les Nations , publiez-le : dites, Babylone est prise, Bel est confondu , Merodach est vaincu;

leurs Statues sont brisées, leurs Idoles vaincues » : Annunciate in Gentibus . . . . dicite , confufus est Bel, victus eft Me (a) Voyez ce qu'on a dit là-dessus d'après le Prophete Ilaže, p.402.

rodachi

30

[ocr errors]

V. 2.

rodach ; confufà funt Sculptilia ejus , fuperata funt Idola eorum (1). (1) Jcr. so. Voilà une prédi&tion qui annonce à Babylone les plus grands malheurs, & une desolation entiere. S'agit-il de la prise de cette ville , & Merodach est-il le Roi Tous lequel elle fut prise ? mais il n'y a aucune apparence, puisque les Historiens ne donnent pas ce nom au Prince qui fut vaincu par Cyrus , lorsque ce Conquerant se rendit maître de cette ville. Il y

y a des Interprétes qui prétendent que ce nom étoit commun aux Rois de Babylone (a);& en effet on en remarque quelques-uns dont les noms sont composés de Merodach; comme Merodach-Baladan , dont parle ļe Prophete Isaie (2); (2) C. 39. 5. Evilmerodach , dont il est fait mention dans le quatrième Livre des Rois (3). Dans le Canon de Ptolemée on trouve un (3) C. 25. 27. Mardo-Campanus , & Mesli-Mordachus ; mais de la maniere dont s'exprime le Prophete, on ne peut pas douter qu'il ne s'agisse dans l'endroit que nous venons de citer , d'une Divinité adorée à Babylone, comme l'étoit Belus : leurs Statues sont brisées , leurs Idoles vaincues. Selden qui a parlé des Dieux de Syrie avec tant d'érudition, avoue qu'il n'a rien trouvé dans l'Antiquité qui puisse faire connoître Merodach ; car apparemment il comptoit pour rien ce qu'en disent les Rabbins.

Pour concilier les opinions differentes des Sçavans , je suivrai celle de Theodoret , qui dit que Merodach avoit été un ancien Roi de Chaldée, qui avoit merité d'être mis au rang des Dieux, ainsi que Belus. Dès-là on voit la raison pourquoi son nom étoit joint ordinairement à celui des Princes qui regnerent dans la suite ; comme celui de Nebo, ou Nabo , autre Dieu des Babyloniens , entroit dans ceux de Nabu-Chodonosor, de Nabo-Polassar , &c. Je dis que Nebo, ou Nabo étoit ausi un Dieu adoré

par les Babyloniens, & je me fonde sur le verset premier du Chapitre XLVI. d'Isaïe ; Confractus est Bel, contritus Nabo, Bel ejt brisé, Nabo eft reduit en poudre ; &c. Car il est évident, quoiqu'en disent quelques Interpretes, que le Prophete parle en cet endroit , de deux Divinités, dont le culte devoit être un jour entierement abandonné, & les Idoles renversées. Je (a) Voyez Calmet. sur le Chi so. de ce Prophete.

Tome 1.

[ocr errors]

Z z z

« AnteriorContinuar »